MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Aller chez un psy pour me libérer?

C
36 ans Isère 2330
Bonjour à tous,

Je pense être arriver au bout de mes limites dans les relations que j'ai avec ma sœur.

Elle a 4 ans de plus que moi, et a toujours agit  
de manière extrême avec moi:
Très protectrice ou très destructrice.

Et là, récemment, c'est le clash de trop, elle a été volontairement méchante, n'a pas essayé de comprendre mon point de vue, et s'est braquée.

J'ai réussi à passer outre et à lui envoyer un mail pour essayer de faire la paix, mais elle n'a pas répondu (depuis jeudi dernier).

Aujourd'hui, suite à un coup de fil de mon père, j'ai repris contact avec elle par texto.
Et encore une fois, elle a été blessante, et méprisante (allant même dire que j'étais psychologiquement instable).

Je suis persuadée d'être équilibrée, je n'ai aucun souci dans ma vie avec les gens, mes parents, mon mari, tout va bien.
Je suis heureuse, vraiment.

Il y a juste cette relation avec ma sœur qui me bouffe de l'intérieur quand ces disputes cycliques surviennent.
J'aimerai me libérer de cette emprise qu'elle a depuis toujours, essayer que ça ne me touche plus autant, essayer de me libérer de tout ce qu'elle a pu me faire, me dire, et être en paix avec tout ça. Lui pardonner peut être.

Je ne sais pas trop à quoi m'attendre si je vais consulter.
J'ai peur que ça me fasse encore plus de mal de ressasser le passé, et toutes ces disputes violentes.

Je me demande si je dois continuer à vivre avec tout ça, en prenant de la vrai distance avec ma sœur, ou si un suivi psychologique me ferait du bien et m'aiderait à aller mieux.

Tout ça peut vous paraître brouillon, j'en suis désolée, mais là c'est pas vraiment la grande forme.

Merci de m'avoir lu.
61 ans ile de france 7912
vous vous êtes réconciliées ou pas ?

elle est blessante car elle veut toujours avoir le dessus , le dernier mot ?

ton attachement est plus fort que le sien ?

Tu comprends son comportement ? tu as compris le motif ?

si tu as besoin de te libérer , tu peux aller voir un psy
pourquoi pas? si ça peut te faire du bien , te soulager
O
58 ans 4229
il n'est pas toujours évident de trouver un bon psy.. peut être faudra tu que tu en test plusieurs avant de trouver "le bon"
mais je pense que ça peut t'aider à comprendre les mécanismes de votre relation, de mieux les appréhender et peut être savoir comment réagir ou communiquer autrement pour que ce soit apaisé ou du moins que ça ne te blesse plus autant.

ça a l'air de prendre beaucoup de place dans ta vie ces soucis avec ta sœur, donc libère toi :D
30 ans 78
Le psychologue t'aidera peut être à comprendre pourquoi la relation avec ta sœur est si conflictuelle.
Il posera des mots sur tes souffrances et essaiera de comprendre si quelque chose d'enfouie en toi peut expliquer ce comportement.
Tu peux toujours essayer en tout cas.

Essaie de te poser des questions et fait une espèce d'introspection qui pourrait éventuellement t'aider.

Bon courage !
O
58 ans 4229
ah! j'ai oublié :kiss: :kiss:
:D
45 ans région parisienne 5831
Perso, j'ai vu un psy à un moment dans ma vie. Je n'ai pas fait beaucoup de séances, mais cela m'a aidé: depuis que je l'ai vu, certaines chose ont été mise au clair dans ma relation avec certain de mes proches, et tout va nettement mieux maintenant, alors quavant, c'était la guerre totale.

Chachaminou a écrit:
Je ne sais pas trop à quoi m'attendre si je vais consulter.
J'ai peur que ça me fasse encore plus de mal de ressasser le passé, et toutes ces disputes violentes.

Je me demande si je dois continuer à vivre avec tout ça, en prenant de la vrai distance avec ma sœur, ou si un suivi psychologique me ferait du bien et m'aiderait à aller mieux.

déjà, un psy pourra t'aider à prendre une décision: tu sais, tu peux très bien alors voir un psy avec un objectif de quelques séances, histoire de mettre tout au clair dans la tête et c'est tout. Tu n'es pas obligée de t'embarquer dans 10 ans de psychothérapie. ;)

Ensuite, les psy ont différents façons de travailler. Dans ton cas, je te conseille un psychologue plutôt qu'un psychanaliste, par exemple. Mais il y a différents types de psychologue: tu peux déjà te renseingner là-dessus et voir ce qui te conviendrait le mieux.
45 ans 1896
Personnellement, j'ai été voir un psy pendant un certain temps, j'en ai même changé à plusieurs reprises pour cause de déménagement, et parce que celui où j'étais ne me convenait plus. Ça m'a fait du bien, mais j'ai depuis découvert d'autres techniques qui aident également, et qui agissent mieux sur des problèmes spécifiques (pour moi en tout cas).

Je dirais qu'aller voir un psy peut être une bonne idée en ce sens qu'il est plus facile d'agir sur toi-même que sur ta soeur. Il est peu probable que tu arrives à la changer si elle ne veut pas. Donc, il te faut un moyen de mieux supporter cette situation.

Il me semble qu'il y a deux choses importantes:
* apprendre à gérer tes émotions
* trouver la meilleure manière de communiquer avec ta soeur.

Dans les deux cas, je ne sais pas si un psy peut t'aider, ni lequel, mais il doit y en avoir (spécialisé en TCC notamment).

Si tu y arrives seule, tu peux essayer de travailler sur tes émotions. Ce n'est pas facile, car quand ça va mal, on a spontanément tendance à essayer de refouler l'émotion négative, elle marine dans son jus pendant des jours, et on se sent de plus en plus mal. On ne pense même pas qu'on pourrait faire autrement. En l'occurrence, la technique dont je parle consiste à laisser l'émotion se développer (pas à exploser, hein? juste à prendre sa place peu à peu sans en être empêchée). Il y a des chances pour qu'elle retombe d'elle-même comme un soufflé, simplement parce qu'elle a fini d'être. Il se peut aussi que ça fasse émerger autre chose, un souvenir, une autre émotion, liés à notre vécu et qui demandent à être résolus (je parle d'expérience; pour moi, le plus dur dans cette technique est de saisir l'émotion au vol et de ne pas la refouler tout de suite). Pour pouvoir faire cela, il est utile de pratiquer une discipline (méditation, yoga...) qui permet d'augmenter la concentration.

Pour ce qui est de la communication, je pense à un truc que j'avais lu sur l'école de Palo Alto et l'analyse transactionnelle. En gros, les psy de cette école distinguent le "patient" et le "client". Par exemple, s'agissant d'une anorexique et de ses parents, l'anorexique était la patiente, elle ne se voyait pas malade, elle prétendait n'avoir aucun problème et refusait les soins. Ses parents, qui eux, voyaient le problème, étaient les clients. Ils auraient souhaité qu'elle se soigne. Ne pouvant agir sur la patiente puisqu'elle le refusait, le psy a décidé d'agir sur les parents, en leur demandant de prendre certaines habitudes de communication qui, à défaut de soigner la malade, pouvaient au moins apaiser la tension qui régnait dans cette famille. Cette façon de faire est aujourd'hui utilisée aussi pour aider des familles de malades psychotiques: on apprend à la famille la meilleure façon de se comporter, on ne demande pas au malade de participer ni de se soigner. La maladie est toujours là, mais l'ambiance s'améliore, parfois l'état du malade aussi (j'espère que ce n'est pas déplacé de te parler de maladies aussi lourdes, mais c'est ce que j'ai eu l'occasion de voir, non seulement en lectures, mais aussi en réalité autour de moi).

J'ignore où, mais tu pourrais peut-être voir pour une formation en communication? Sinon, essaie de noter quand se produisent les sautes d'humeur de ta soeur, peut-être qu'il y a un élément auquel tu n'avais pas prêté attention et qui pourrait améliorer vos relations?

De toute façon, tu auras compris où je veux en venir, c'est sur toi-même que tu peux agir, pas sur elle.

Bonne chance en tout cas, pas facile comme problème. :?
C
36 ans Isère 2330
Merci à toutes pour vos réponses très complètes et qui m'aident à réfléchir, je prendrais le temps de bien vous répondre, promis, mais là, je ne pense pas avoir les idées bien claires pour ce soir.
Demain est un autre jour, et avec une bonne nuit de sommeil, je reprendrais mes esprits, on va dire que la je suis encore sous le "choc" de ce qu'elle est encore capable de me faire.

Merci encore, vraiment :kiss:
S
85 ans 4917
chachaminou, cette histoire te fait beaucoup de peine et j'en suis désolée pour toi.

les réponses qui t'ont été données sont très intéressantes.

Personnellement, une grande partie de ma psychothérapie a été consacrée aux relations complexes que j'entretiens avec mes deux soeurs. Elles ont eu un role parental qui n'étaient pas le leur, elles ont souffert de jalousie envers moi, je ne bougeais pas une oreille et ma mère recevait plus de compliments sur mon comportement que sur elles qui étaient officiellement des enfants "difficiles" ainsi que plein d'autres différences. Je me suis longtemps senti coupable de manière diffuse d'ailleurs.

Une fois que j'ai compris certaines choses, cela m'a aidé à relativiser dans un premier temps, mais la souffrance était toujours là.

Mais la dernière partie, je ne l'ai effectuée qu'il y a deux ans, quand j'ai fait une thérapie comportementale sur les émotions.

J'ai eu des déclics en travaillant sur mes réactions qui m'ont beaucoup aidé.

Lundi j'ai eu une petite régression par rapport à des remarques, mais déjà hier, je m'étais reprise, les choses ne changeront pas, mes soeurs non plus, mais je ne veux pas les sortir de ma vie, donc je mets un "mur" mental entre elles et moi, ma vie je la construis avec mon mari, mes enfants, mes amis.

Bien sur que la relation n'est pas idéale et heureusement que j'ai avec mes amies des relations plus simples, mais la relation est ce qu'elle est. J ai essayé sans relation du tout, cela m'a bien aidé aussi à une période, mais au final je préfère garder un lien.

plein de :kiss: :kiss:
C
36 ans Isère 2330
Schnauzer a écrit:

vous vous êtes réconciliées ou pas ?

elle est blessante car elle veut toujours avoir le dessus , le dernier mot ?

ton attachement est plus fort que le sien ?

Tu comprends son comportement ? tu as compris le motif ?

Nous ne sommes pas réconciliées pour le moment, et j’ai du mal à voir l’issue de toute cette histoire qui dure depuis tout une vie en fait.
Elle est blessante car je pense que quand elle ne comprend pas les gens, et qu’ils sont différents d’elle, elle a ce besoin de les « enfoncer » de leur faire du mal pour reprendre le dessus sur eux.
Je suis en train de me rendre compte qu’effectivement, mon attachement est beaucoup plus fort envers elle qu’elle envers moi, pourtant il y a eu plusieurs phrases qu’elle a pu me sortir et qui aurait dû me mettre la puce à l’oreille, mais je préférais mettre ça sur le compte de la colère (quand elle est partie de la maison à 18 ans avec son chéri de l’époque « de toute manière je le préfère à toi, alors je veux être avec lui », quand elle s’est mariée « maintenant je fonde ma famille, donc je m’en fou de toi, c’est plus ça ma famille, c’est mon mari et mes futurs enfants »…)
Et je ne comprends toujours pas son comportement, surtout après avoir eu 2 enfants, presque 33 ans, qu’elle puisse réagir comme une adolescente.
Organic a écrit:

il n'est pas toujours évident de trouver un bon psy.. peut être faudra tu que tu en test plusieurs avant de trouver "le bon"
mais je pense que ça peut t'aider à comprendre les mécanismes de votre relation, de mieux les appréhender et peut être savoir comment réagir ou communiquer autrement pour que ce soit apaisé ou du moins que ça ne te blesse plus autant.

ça a l'air de prendre beaucoup de place dans ta vie ces soucis avec ta sœur, donc libère toi

Tu as mis le doigt sur ce le problème que j’ai : prendre du recul, comprendre la relation qu’on a, l’accepter, et me faire une carapace de Bowser (dixit mon geek de mari ;)) pour ne plus que ça me blesse autant.JoyeuseMelancolie a écrit:

Le psychologue t'aidera peut être à comprendre pourquoi la relation avec ta sœur est si conflictuelle.
Il posera des mots sur tes souffrances et essaiera de comprendre si quelque chose d'enfouie en toi peut expliquer ce comportement.
Tu peux toujours essayer en tout cas.

Essaie de te poser des questions et fait une espèce d'introspection qui pourrait éventuellement t'aider.

Je sais qu’il y a quelque chose d’enfoui au fond de moi, je sais ce que c’est.
C’est de ça que j’ai peur de parler au psy, pour que quand ça ressorte, en quelque sorte, je revive tout ça, et j’en ai franchement pas envie !
Je sais pourquoi je suis attachée comme ça à elle alors que je devrais la détester pour ce qu’elle m’a fait subir physiquement et psychologiquement, elle a mis en place depuis que je suis toute petite, un espèce de chantage à l’affectif, elle m’a rendu faible envers ses paroles et ses actes, et du coup je suis dépendante d’elle, et c’est ça qui me fait si mal quand ça clash.
C’est cette opposition entre le mal qu’elle me fait, et l’emprise qu’elle a qui me rend complétement guimauve, me consume.Mamykro a écrit:

déjà, un psy pourra t'aider à prendre une décision: tu sais, tu peux très bien alors voir un psy avec un objectif de quelques séances, histoire de mettre tout au clair dans la tête et c'est tout. Tu n'es pas obligée de t'embarquer dans 10 ans de psychothérapie.

Ensuite, les psy ont différents façons de travailler. Dans ton cas, je te conseille un psychologue plutôt qu'un psychanaliste, par exemple. Mais il y a différents types de psychologue: tu peux déjà te renseingner là-dessus et voir ce qui te conviendrait le mieux.

Je commence à regarder un peu des choses sur le net, mais je pense aussi aller voir mon médecin traitant pour qu’elle puisse au mieux m’aiguiller vers un de ses confrères. Merci des conseils.

Maiadi a écrit:

Je dirais qu'aller voir un psy peut être une bonne idée en ce sens qu'il est plus facile d'agir sur toi-même que sur ta soeur. Il est peu probable que tu arrives à la changer si elle ne veut pas. Donc, il te faut un moyen de mieux supporter cette situation.


Pour ça c’est sûr, merci de me faire réaliser cela, ma sœur on la changera jamais.
C’est ce que mes parents me répètent depuis toujours avec la fameuse phrase que je ne peux plus entendre « tu connais ta sœur, elle est comme ça », et moi ça m’agace, parce que sous prétexte qu’elle est comme ça, on doit tout accepter. Mais ta phrase me fait du bien, car je dois m’en convaincre qu’effectivement, elle est comme ça, et on ne peut pas changer les gens.

Maiadi a écrit:

En l'occurrence, la technique dont je parle consiste à laisser l'émotion se développer (pas à exploser, hein? juste à prendre sa place peu à peu sans en être empêchée). Il y a des chances pour qu'elle retombe d'elle-même comme un soufflé, simplement parce qu'elle a fini d'être. Il se peut aussi que ça fasse émerger autre chose, un souvenir, une autre émotion, liés à notre vécu et qui demandent à être résolus (je parle d'expérience; pour moi, le plus dur dans cette technique est de saisir l'émotion au vol et de ne pas la refouler tout de suite). Pour pouvoir faire cela, il est utile de pratiquer une discipline (méditation, yoga...) qui permet d'augmenter la concentration.

C’est un peu ce que je pratique en ce moment avec la RA.
Avec des émotions comme l’ennui, la fatigue, j’arrive plutôt bien à gérer.
Par contre dès que ça touche le conflit avec ma sœur, c’est là que les émotions, évènements, souvenirs refoulés remontent à la surface, et ça fait effet boule de neige. Chaque « crise » se rajoute à une autre, et ça amplifie mon mal être. Il n’y a que depuis peu que j’arrive à lui faire face (2ans) mais c’est rien comparé au 26 ans qui reste quoi…
Ma diet du GROS m’a donné un site (Symbiofis) pour des techniques de respirations, méditations, tout ça, je vais vraiment me pencher dessus.


Maiadi a écrit:

Cette façon de faire est aujourd'hui utilisée aussi pour aider des familles de malades psychotiques: on apprend à la famille la meilleure façon de se comporter, on ne demande pas au malade de participer ni de se soigner. La maladie est toujours là, mais l'ambiance s'améliore, parfois l'état du malade aussi (j'espère que ce n'est pas déplacé de te parler de maladies aussi lourdes, mais c'est ce que j'ai eu l'occasion de voir, non seulement en lectures, mais aussi en réalité autour de moi).

Rien n’est déplacé car cet exemple me parle vraiment !
Mes parents arrivent à agir comme tu le décris là, mais moi c’est encore difficile.
J’ai lui en veux sur trop de chose pour pouvoir moi faire des efforts, et la laisser dans son état, et moi devoir faire un travail sur moi.
Mais je sais au fond de moi, qu’elle a quand même besoin de nous (mes parents et moi), il ne faut pas que je coupe les ponts.
Mais j’aimerai tellement qu’elle reconnaisse et qu’elle me demande pardon pour tout ce qu’elle m’a fait physiquement et mentalement (vous devez trouver ça super égocentrique, mais ce n’est pas des choses normales qu’elle m’a fait, je n’arrive pas à tourner la page sur ça, mais au fond, je ne suis même pas sure que ça suffise, c’est pour ça que je me dit que j’ai besoin d’une personne qui pourrait m’aider psychologiquement à faire le deuil du passé.)


Saralou a écrit:
Bien sur que la relation n'est pas idéale et heureusement que j'ai avec mes amies des relations plus simples, mais la relation est ce qu'elle est. J ai essayé sans relation du tout, cela m'a bien aidé aussi à une période, mais au final je préfère garder un lien.


Je pense que je vais devoir passer par ce stade pour me « guérir », plus de relation du tout, pour après pouvoir avoir une relation seine, qui sera ce qu’elle est, mais que j’appréhenderais avec beaucoup moins de prise de tête et de rancœur envers elle.



En tout cas, milles mercis à vous toutes, vous m’êtes d’une grande aide avec tous vos points de vue, vos témoignages, vos encouragements, vos pistes de reflexions.

Merci encore une fois de m’avoir lu, car là, j’ai vraiment abusé sur le pavé !!!!
:kiss:
si je peux me permettre: c'est ta soeur qui devrait rapidement consulter.. :(
C
36 ans Isère 2330
blueberrycat a écrit:
si je peux me permettre: c'est ta soeur qui devrait rapidement consulter.. :(

Permets-toi Blueb' :D , je sais que c'est la solution qui résoudrait tout, mais comme l'a dit Maiadi, c'est uniquement sur moi que je peux agir malheureusement.
48 ans Lorraine 4326
Je ne te trouve absolument pas egocentrique . Au contraire , tu es drolement patiente avec elle .
Ca me titille que tu dises que tu "sais qu'elle a besoin de nous" . Si effectivement c'est le cas , elle doit vous "meriter" un peu quand meme . Et visiblement là, elle ne le merite pas .
Arrete de penser à son bien-etre à elle et pense à toi d'abord .
Tes parents voyaient ce qu'elle te faisait endurer quand vous etiez momes ? Ils cautionnaient ?

Moi je pense que d'aller parler de ca avec un psy ne pourra que te faire du bien .
Je ne sais pas si tu as dejà osé raconter ce qu'elle t'a fait à quelqu'un . Si non, verbaliser puis dialectiser tout ca fait un bien fou, "poser" ca quelque part ca soulage , ca allege .

Bonne idée de demander à ton medecin des adresses :-)

Bon courage , ca ira tu verras
N'aie pas peur de remuer tout ca, de toute facon tu es consciente de ce qui te fait dejà souffrir , tu ne l'enterreras pas seule , on ne peut pas se forcer à oublier un truc douloureux .
C
36 ans Isère 2330
ladybugette a écrit:
Je ne te trouve absolument pas egocentrique . Au contraire , tu es drolement patiente avec elle .
Ca me titille que tu dises que tu "sais qu'elle a besoin de nous" . Si effectivement c'est le cas , elle doit vous "meriter" un peu quand meme . Et visiblement là, elle ne le merite pas .
Arrete de penser à son bien-etre à elle et pense à toi d'abord .
Tes parents voyaient ce qu'elle te faisait endurer quand vous etiez momes ? Ils cautionnaient ?

Moi je pense que d'aller parler de ca avec un psy ne pourra que te faire du bien .
Je ne sais pas si tu as dejà osé raconter ce qu'elle t'a fait à quelqu'un . Si non, verbaliser puis dialectiser tout ca fait un bien fou, "poser" ca quelque part ca soulage , ca allege .

Bonne idée de demander à ton medecin des adresses :-)

Bon courage , ca ira tu verras
N'aie pas peur de remuer tout ca, de toute facon tu es consciente de ce qui te fait dejà souffrir , tu ne l'enterreras pas seule , on ne peut pas se forcer à oublier un truc douloureux .


Mes parents n'ont vu que la partie visible de l'iceberg, des choses pas très "sympa" mais pas grave en soit pour eux car il ne savait pas l'ampleur que ça avait pris pour moi: m'enfermer dans un cagibi sans lumière, j'avais 3 ans (et objectivement j'étais hors de danger mais ça m'a traumatisé, et j'ai eu peur du noir jusqu'à mes 12 ans), me réveiller vers 22h30 quand j'étais petite (3/4 ans) pour me demander d'aller chercher des bonbons à ma mère qui était devant la télé et entendre me faire engueuler, revenir en pleurs dans la chambre qu'on partageait. Me demander d'aller dans le salon, nous enfermer et dire "aller on se bat je suis énervée", sauf que moi je n'étais pas énervée, elle si, et elle se défoulait (j'avais 8/10 ans).

Je ne veux en aucun cas être plains ou quoi que ce soit (je voulais même créer un pseudo factice pour en parler plus librement), mais c'est juste pour vous montrer que ma sœur a toujours été comme ça, et je me suis toujours laissée faire, je suis faible avec elle, et j'en ai marre.
Je n'aurais jamais du me taire, j'aurais du en parler avant à mes parents, à quelqu'un quoi, lui dire stop à elle.


Il y a des choses dont mes parents ne sont pas au courant.
Cette chose qui me bouffe le plus, j'ai essayé d'en parler à mon mari il y a 6 ans (ça fait 9 ans que nous sommes ensemble), il sait les grandes lignes, mais je n'arrive pas à mettre des mots sur ça, les bons mots (je ne veux pas ternir l'image qu'il a de ma sœur).

Bref, tout ça est vraiment compliqué, et d'écrire tout ça, je me sens limite écœurée, je suis désolée, je culpabilise limite de vous en parler.
48 ans Lorraine 4326
Tu sais pourquoi tu as supporté tout ça ?
pourquoi tu n'as rien dit à tes parents ?
Ce serait peut etre utile pour toi de comprendre ca , de comprendre aussi pourquoi tes parents n'ont rien vu, ont laissé faire alors qu'ils sont censés te proteger .

Ne t'en veux pas de n'avoir rien dit plus tot, si tu ne l'as pas fait c'est que tu ne pouvais pas , ca sert à rien de se flageler maintenant ;)

Avant ce message, j'avais vachement le sentiment que tu as besoin que ta soeur t'aime .
Peut-etre que maintenant , il faut tjrs que tu sois là pour elle, que tu repondes à ses moindres désirs quand quand vous etiez gamines. Mais pourquoi ce besoin ?
Je ne sais pas "comment ca marche" en fait , on parle souvent de parents maltraitants, ca doit etre plus tabou que ca vienne de la fratrie .

Un psy ne te jugera pas , ne te prendra pas en pitié . Ils sont en general tres neutres .
n'aie pas honte de ce que tu as subi, tu n'es en aucun cas coupable .

Tu n'es pas obligée de repondre à mes questions hein ! J'essaie juste de te donner des pistes de reflexion .
J'espere ne pas etre maladroite
B I U


Discussions liées