MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Comment expliquer la RA à ses proches ?

46 ans à la maison ! 10072
Je commence tout juste à essayer de comprendre les proncipes (et je n'ai pas encore eu le temps de lire le livre de Zermatti). Là j'étais seule en déplacement, donc  
aucune explication à donner... Mais je rentre demain. Comment expliquer la RA à mon copain et à mes proches sans les obliger à lire tout un bouquin ?
Avez-vous trouvé une forme de résumé ?
34 ans Entre la crème et le beurre 737
Très bonne question car je n'arrive pas non plus à l'expliquer à des personnes ne connaissant pas les TCA.

Merci pr ce topic !
44 ans région parisienne 5831
Vaste question! C'est vraiment pas simple à expliquer en quelques mots. Tu peux peut-être l'envoyer lire le site du G.R.O.S. J'y ai trouvé ceci dans la FAQ, qui pourrait être un bon début, je trouve. En particulier, cet extrait:

Citation:
Vous ne donnez pas de solution simple pour maigrir !

Contrairement à d’autres, nous ne donnons effectivement pas de solutions simples aux probèmes de surpoids et d'obésité car ces problèmes n'ont pas de solutions simples, ou du moins les solutions simples (régimes et diètes, méthodes magiques et autres) ne sont efficaces qu’à court terme, et aggravent les difficultés des personnes sur le long terme.

Voir à ce sujet : Ce qu'il faut savoir sur les régimes amaigrissants.

Il est effectivement bien difficile de se sortir (définitivement) de ses problèmes de poids. Cela demande beaucoup d'efforts, de révisions déchirantes et de travail sur soi-même. Nous donnons des pistes pour les personnes désireuses d'aller plus à fond dans leurs problèmes… Lisez bien, en particulier "Ne pas maigrir idiot".

Quel est le bon régime, quels sont les bons aliments, que dois-je manger (et ne pas manger) pour maigrir?

Il n’y a pas d’aliments qui feraient mincir et qu’il faudrait manger en quantité, et d’autres qui feraient grossir et qu’il faudrait ne pas manger. Cette façon de faire est celle des régimes et des diètes, non seulement peu efficace sur le long terme, mais dangereuse. Voir à ce sujet : Ce qu'il faut savoir sur les régimes amaigrissants.

Pour maigrir de façon plus durable, mieux vaut se réconcilier avec la nourriture, manger les aliments qu’on aime, sans interdit, et dans les quantités qui conviennent à nos besoins : de tout, mais pas trop en quantité.

Cela sous-entend de se réconcilier aussi avec soi-même ; dans certains cas, cela passe par un travail psychothérapique.

Voir : Les alternatives aux régimes ou Comment ne pas maigrir idiot.
46 ans à la maison ! 10072
C'est typiquement ce qui pose problème pour moi dans le site du gros : (il faut que je trouve mes mots, je ne sais pas comment m'expliquer) pour moi tout ça, c'est un peu expliquer à une maman de 4 enfants comment on fait les bébés...

Pour la plupart de mes amis, manger à satiété (en dehors de repas exceptionnels) est naturel, ils ne se posent pas la question. Comment leur expliquer que pour nous, manger uniquement à satiété, quand on a faim, ce dont on a envie, n'est pas naturel, sans devoir leur expliquer pourquoi ?

Comment faire comprendre à quelqu'un qui n'a pas de problème avec la nourriture que regrossir après un régime n'est pas (uniquement ?) un manque de volonté; que si on est gros, ce n'est pas parce qu'on est des goinfres qui baffrent sans réfléchir. Comment mleur faire comprendre qu''il nous est nécessaire d'apprendre (ou réapprendre) des fonctionnements qui leurs sont naturels ?

En fait, je crois que j'ai mal tourné ma question de départ. ça aurait du être "comment faire comprendre à mon entourage pourquoi je suis ronde, pourquoi j'ai des problèmes avec la nourriture, pourquoi la RA est plus logique qu'un régime et pourquoi maigrir n'est pas (ou plus) une priorité pour moi ?".

Je suis tentée de dire (pas taper !) que c'est plus facile pour celles et ceux qui ont des TCA par le côté "maladie" (on est pas responsable quand on est malade... on est pas malade par manque de volonté ou fainéantise). Comment faire comprendre que le problème n'est pas de savoir pourquoi on est en surpoids : ça, on sait que c'est parce qu'on mange trop et/ou pas quand on le devrait (dans la majorité des cas), mais pourquoi on ne sait pas se nourrir. Pourquoi on se sent obligé de se resservir à table, pourquoi on mange trop vite, pourquoi on prends de grosses assiettes de nourriture, pourquoi notre corps va stocker plus rapidement ou pas de la même façon que le leur, etc...

Et comment faire admettre qu'on ne va plus chercher à maigrir ?
44 ans Paris 9866
trashrap a écrit:
C'est typiquement ce qui pose problème pour moi dans le site du gros : (il faut que je trouve mes mots, je ne sais pas comment m'expliquer) pour moi tout ça, c'est un peu expliquer à une maman de 4 enfants comment on fait les bébés...

Pour la plupart de mes amis, manger à satiété (en dehors de repas exceptionnels) est naturel, ils ne se posent pas la question. Comment leur expliquer que pour nous, manger uniquement à satiété, quand on a faim, ce dont on a envie, n'est pas naturel, sans devoir leur expliquer pourquoi ?

Comment faire comprendre à quelqu'un qui n'a pas de problème avec la nourriture que regrossir après un régime n'est pas (uniquement ?) un manque de volonté; que si on est gros, ce n'est pas parce qu'on est des goinfres qui baffrent sans réfléchir. Comment mleur faire comprendre qu''il nous est nécessaire d'apprendre (ou réapprendre) des fonctionnements qui leurs sont naturels ?

En fait, je crois que j'ai mal tourné ma question de départ. ça aurait du être "comment faire comprendre à mon entourage pourquoi je suis ronde, pourquoi j'ai des problèmes avec la nourriture, pourquoi la RA est plus logique qu'un régime et pourquoi maigrir n'est pas (ou plus) une priorité pour moi ?".

Je suis tentée de dire (pas taper !) que c'est plus facile pour celles et ceux qui ont des TCA par le côté "maladie" (on est pas responsable quand on est malade... on est pas malade par manque de volonté ou fainéantise). Comment faire comprendre que le problème n'est pas de savoir pourquoi on est en surpoids : ça, on sait que c'est parce qu'on mange trop et/ou pas quand on le devrait (dans la majorité des cas), mais pourquoi on ne sait pas se nourrir. Pourquoi on se sent obligé de se resservir à table, pourquoi on mange trop vite, pourquoi on prends de grosses assiettes de nourriture, pourquoi notre corps va stocker plus rapidement ou pas de la même façon que le leur, etc...

Et comment faire admettre qu'on ne va plus chercher à maigrir ?


Franchement comme ça tu le dis très clairement!

Peut-être insister sur le fait que les régimes induisent un dysfonctionnement de sensations qui auparavant étaient dignes de confiance? Comme une mécanique qui n'est plus bien réglée... Je ne sais pas si comme ça, ça peut parler à qqn.
46 ans à la maison ! 10072
En fait, au fur et à mesure que j'y réfléchis, je me dis qu'il y a des aspects par lesquels la RA va être drôlement plus difficile qu'un régime.

Déjà ne pas forcément manger avec les autres et la même chose que les autres : chez moi (comme dans beaucoup de familles françaises), le repas est LE moment de la journée où on se retrouve, où on partage... Les gens sont compréhensifs quand on leur dit que c'est pour un régime. Ils le seront moins si on leur dit que c'est pour être mieux avec soi-même.
Manger quand on a faim, ça peut vouloir dire que quelqu'un vous regarde en se disant "pas étonnant qu'elle soit grosse si elle mange un sandwich à 3h de l'après-midi" !
Devoir expliquer à mon copain qu'il y a des chances pour que je ne perde jamais cette graisse qu'il n'aime vraiment pas. Que s'il veut m'emmener en rando ou en circuit à vélo, ça sera avec mas kilos ou rien (déjà que je n'arrive pas à lui faire admettre que si, avec mes dix kilos de plus, je suis quand même capable de faire la même rando qu'il y a deux ans)...
Devoir expliquer les principes de la RA à mes parents, et donc, je schématise, de leur dire qu'ils sont responsables à 80% de mon surpoids (en même temps, vu que j'étais déjà en surpoids à l'âge de 5 ans, ils auraient du mal à dire le contraire...). En même temps, j'aimerai bien embarquer ma mère dans l'aventure de la RA.
44 ans Paris 9866
trashrap a écrit:
En même temps, j'aimerai bien embarquer ma mère dans l'aventure de la RA.


Moi j'ai semé "Maigrir sans régime" de Zermati... ça en intéresse certains, d'autres pas du tout. Ça se tente!

Dis-toi bien en tout cas que la période d'étonnement de l'entourage devant tes nouveaux comportements (tu ne manges pas? tu manges à cette heure?) ne dure vraiment qu'un temps. A terme, tu leur apprends à te fiche la paix. Pendant 30 ans, tout le monde avait un avis sur ce que je devais manger ou non. Depuis la RA et un ou deux recadrages, ça ne viendrait plus à l'idée de personne dans mon entourage de m'expliquer ce que je dois faire. L'indépendance ça se gagne, mais c'est un peu douloureux à imposer. Ne lâche pas, et propose à ceux que ça intéresse de faire quelques lectures ;)
44 ans Paris 9866
trashrap a écrit:
En fait, au fur et à mesure que j'y réfléchis, je me dis qu'il y a des aspects par lesquels la RA va être drôlement plus difficile qu'un régime.


Beaucoup d'aspects!
44 ans région parisienne 5831
trashrap a écrit:
Je suis tentée de dire (pas taper !) que c'est plus facile pour celles et ceux qui ont des TCA par le côté "maladie" (on est pas responsable quand on est malade... on est pas malade par manque de volonté ou fainéantise). Comment faire comprendre que le problème n'est pas de savoir pourquoi on est en surpoids : ça, on sait que c'est parce qu'on mange trop et/ou pas quand on le devrait (dans la majorité des cas), mais pourquoi on ne sait pas se nourrir. Pourquoi on se sent obligé de se resservir à table, pourquoi on mange trop vite, pourquoi on prends de grosses assiettes de nourriture, pourquoi notre corps va stocker plus rapidement ou pas de la même façon que le leur, etc...


C'est une bonne idée, le parallèle avec d'autres maladies: la dépression, par exemple, est une maladie relativement courante. Or les gens qui ont subi une dépression savent bien que l'entourage ne les comprend pas. Autour d'eux, les gens leur disent "mais il suffit de se bouger"... Du coup, avec quelqu'un qui a connu une dépression, tu peux expliquer les TCA en faisant ce parallèle.

Je crois que c'est aussi le cas pour pas mal d'autres maladies (genre l'anorexie, les gens diront: "mais il suffit de manger" sans comprendre le problème d'une personne anorexique), du coup, en connaissant les problèmes que ton interlocuteur a pu avoir, tu peux l'amener à faire ce parallèle.

trashrap a écrit:
Et comment faire admettre qu'on ne va plus chercher à maigrir ?


Pour ma part, c'est simple, je leur demande comment maigrir? ils me répondent "régime" et là, j'explique que les régimes ne fonctionnent pas. Du coup, je leur demande une autre solution et vu qu'il n'y en a pas... La RA reste donc la seule issue possible.
S
85 ans 4896
je ne cherche plus tellement à expliquer, car pour beaucoup de personnes de faire mon imc est un problème et certains pensent que je me voile la face.

Mon mari, mes enfants comprennent ma démarche, car ils ont vu mon parcours et ils me voient tellement plus heureuse maintenant, mes bilans sanguins sont bons qu'ils sont heureux pour moi.

Si je sens quelqu'un intéressé par une remarque sur les régimes ou autre j'explique volontiers, je donne le nom du site du GROS.
38 ans très au sud 7738
Je ne suis pas encore vraiment entrée dans la RA (je suis dans les 10 jours d'analyse) mais je suis déjà à 2 doigts de péter un câble! j'ose pas imaginer ce que ça va être en reprenant le taf...

ce We je suis chez les parents. J'ai tenté d'expliquer la RA à ma mère (mon père c'est même pas la peine tout cela lui passe 1000 km au dessus!). Elle avait l'air d'avoir capté mais il me semblait bien avoir senti de la perplexité.
Parce que même si je ne suis qu'à la phase des 10 jours d'analyse je commence à essayer de m'écouter
1ère attaque à midi: il faut finir le plat de papates! ah bah non c'est sans moi! et non tu ne charges pas mon assiette comme les votre maman!
non parce que ce matin ça avait bien commencé avec 3 dinosaurus et un thé et pour la 1ère fois depuis un bail une matinée pleine d'énergie et pas ballonnée!
j'ai même pas eu envie du chocolat à midi et j'ai remis mon carré dans l'emballage.
oui mais vers 17h la faim me tenaille. Je suis avec ma mère et on va dans un magasin alimentaire. Je passe devant les bananes et j'en ai envie. donc je prends. Et quand je commence à la manger le commentaire qui tue "tu as bien fait de prendre ça c'est mieux que des cochonneries!" OK OK Zermati RA pas d'interdit gnagnagnagna... oué ben ça lui passe au dessus et même cette nouvelle lubie la gonfle!
moralité? j'ai envie de m'enfiler des gâteaux au chocolat rien que pour la faire chier (ouf je me suis limitée à 1 sablé en rentrant!).
et avec elle ce n'est que le début!
à la rentrée m'attendent des collègues Dukon addict, qui ne jurent que par la barbac et tournent de l’œil en voyant du son d'avoine... déjà qu'elles me regardaient limite de travers quand je débarquais avec des légumes alors qu'elles sont en phase "exclu" (comprendre non pas phase d'exclusion sociale mais exclusivement protéines)... oui elles sont toutes en pleine période euphorique de la perte de poids. là je sens poindre les commentaires si je me pointe avec une pizza dégoulinante, un nuggets frites ou pire un muffin chocolat! :roll:
reinette81 a écrit:
à la rentrée m'attendent des collègues Dukon addict, qui ne jurent que par la barbac et tournent de l’œil en voyant du son d'avoine... déjà qu'elles me regardaient limite de travers quand je débarquais avec des légumes alors qu'elles sont en phase "exclu" (comprendre non pas phase d'exclusion sociale mais exclusivement protéines)... oui elles sont toutes en pleine période euphorique de la perte de poids. là je sens poindre les commentaires si je me pointe avec une pizza dégoulinante, un nuggets frites ou pire un muffin chocolat! :roll:


c'est des tarés?
44 ans 1896
J'ai essayé d'expliquer. J'ai abandonné l'idée que mes arguments portent.

Je mange ce que je mange, je ferme les écoutilles quand ça parle régime autour de moi. Et si par malheur on ME parle régime, je dis que j'ai décidé de ne plus rien faire, et que mon poids a cessé d'augmenter depuis trois ans, et que c'est dommage que je n'ai pas fait ça il y a vingt ans quand je croyais que j'avais 5 kg à perdre.
comment les gens osent t'il conseiller à une autre personne un régime???
46 ans à la maison ! 10072
J'ai moins de mal que prévu pour l'instant car mon homme trouve ça plutôt logique, et ma soeur s'y est mise... Et j'ai acheté le bouquin pour pouvoir le donner à mes parents, ça me simplifiera la tâche.
B I U


Discussions liées