MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

A ceux ou celle qui ont le temps.Une vie lamentable.

27 ans 2
Bonsoir.Bonjour.
Je me présente je suis nouvelle et aujourd'hui j'ai vingt et un ans.
Depuis quelques temps je ne suis que spectatrice de mon triste sort.
Mon corps est devenu..Une zone figé..Un  
materiau non conducteur.
Une douleur indécise.
Depuis quelques année je ne me souvient pas de la date mais du moment.
Du moment ou ma vie a foutue le camps.
Des rencontres que je maudirait a jamais..
Il y'a certains étre qui sont comme des sables mouvants je suis entrée dans leurs intimité et j'y ai etait engloutis.
J'ai fumé mon premier joint.
Depuis cet acte j'ai perdue petit a petit amis scolarité humour amour sourire joie gaité envie désirs foi en la vie la liste est longue ..
Et je ne trouve aujourd'hui que dégout solitude tristesse mélancolie remords regret.
Une sorte de tristesse silancieuse .
Je me terre la journée telle un monstre pour ne vivre que la nuit.
La nuit car la farce humaine a disparu plus d'aboiement qui me rapelle ma solitude est mon ennuie..
La nuit le monde a disparu plus de rencontre douloureuse. les reliques d'une amitié perdue.Plus de regards.
Juste les beaux yeux d'un ciel etoilés et le regard bienveillant de la lune.La nuit ma compagne solitaire..
Théatre de mes délire.
Triste sort a l'aube de mes vingt et un ans.
Je n'ai que trois amies la codéine l'alcool et le cannabis.Amies toxiques.
Je ne sort tard que deux ou trois fois dans le mois pour aller acheter cette hideux cortége qui pourtant réconforte mon vide intérieure.
J'évite le monde réel et j'évite de croiser mon regard.
J'esquive mes pensée j'esquive mes réves perdues.
Je m'oublie dans les monté de codéine dans les vapeurs toxique et alcoolisé.
Je suis absente de ma vie.
Je n'affronte que la nostalgie d'un monde oubliés par la plupart.
L'impression d'etre restée coincée dans une époque lointaine.
J'ai changé beaucoup changé je ne sais plus parler aux personnes.
J'ai l'impression que ma parole elle aussi ne tient plus qu'elle s'effrite qu'elle s'en va qu'elle se fige.
Je suis devenue un etre froids braquer prostrée aigrie comme si j'avais déja vécu accablés par les misére de la vie.
A mon age .. Je devrait respirer la vie.La croquer.L'embrasser.la serrer contre moi la prendre dans mes bras.La hurler de tout mon etre!
Mais j'en suis incapable..
Quand on est seule qu'on a qu'un mur devant soit reflet vide froid et statique On a envie de rien juste d'une chose pleurer.
Pleurer de douleur pas besoin de clignée des yeux pour que les larmes coulent c'est un torrent un torrent de douleur meme le corps le coeur s'emballent les bras le cou se torde devant un tel flot de tristesse.
De n'etre personne.
Je n'existe que dans les ruelle que j'enprunte que j'arpente a pas accélérer.
Plus personnes n'est la pour moi ni la vie que je séche volontairement ni ma famille et plus aucun amis.
Personnes sur qui me retournée plus aucun sourire plus aucun fous rire.
Personnes avec qui je peux me changer les idée.
Personnes avec qui parler simplement.
Ma peine m'a endormie le cortége a scéllé cette peine.
Dans un vide sans fin ou tout est sombre condamné a errer dans un passé a réver sans cesse des moment heureux de sourire perdue de voix oublié de baiser envolée..
L'impression d'avoir été quelqun et de ne plus l'etre aujourd'hui d'avoir eu des sentiment tout betement d'avoir été humaine.
Seule face a mes etats d'ame a cause d'un seul maudit geste..
J'ai fumer mon premier joint.
47 ans Sarthe 369
Coucou NyuSan!

Ton récit est poignant!

Je suis infirmière en addictologie, là tu à pleine conscience des dégâts causés par tes addictions, alors essayes d'entamer des soins, c'est le moment!

Je sais que ce n'est pas rien, en particulier quand on a 20 ans mais tu peux t'en sortir, ça ne sera pas simple mais entamer les soins te donnera l'espoir que tu as perdu.

Je travailles en post-cure (séjour de 5 à 8 semaines après un sevrage) et ce que pointent en 1er les patients c'est qu'ils retrouvent la notion d'amitié, les fous-rires.

Les groupes de parole, même si ça peut te paraître difficile (mais aucune obligation de parler) te permettront de voir que tu n'es pas seule confrontée à l'addiction, chacun avec des histoires différentes mais maintenant dans la même galère.

Tu y retrouveras un rythme régulier et plus "normal".

Je te souhaite beaucoup de courage! Ta vie n'est pas finie, elle ne fait que commencer, il y a plein d'espoir si tu arrives à prendre les mains que les professionnels de santé te tendront!
Je me tiens à ta disposition pour t'indiquer où te rendre si tu veux entamer ces démarches!
:kiss:
639
Effectivement ton discours est poignant... as tu penser a consulter un professionnel ? Je sais que ce que je dis est plus facile à dire qu'a faire...

J'aimerai t'aider si je le pouvais... je te souhaite plein de courage et j'espere de tout coeur tu vas remonter la pente ! Si tu as envie de discuter ou de faire plus ample conaissance n'hésite pas a m'envoyer un message privé, je suis a ton écoute !

A bientôt peut etre
B I U