MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin de parler

P
33 ans France 125
Salut,

J'ai déjà fait un post sur mon dégoût de moi-même.
Je ne m'en sors plus, je ne sais plus quoi faire.
Je suis boulimique depuis 12 ans. Et en dépression chronique, sous  
anti dépresseurs depuis 5 ans.
Depuis bientôt un an je fais une thérapie cognitive et comportementale. La psy est très bien, comparée aux deux autres que j'ai vus auparavant, mais je n'arrive pas à m'en sortir. J'avais mis beaucoup d'espoir dans cette thérapie. La psy travaille dans un centre de psychothérapie, elle a l'habitude de soigner des patients qui souffrent de TCA, de dépression, d'alcoolisme, ... Elle m'avait dit qu'en moyenne ses thérapies duraient entre 6 mois et 1 an. Ma thérapie est un échec. Ma dépression est toujours là et mes TCA aussi. La psy ne comprend pas pourquoi ça ne fonctionne pas, je vois qu'elle est un peu dépitée, elle m'en a fait part.
J'ai perdu tout espoir de guérison.
Je vois aussi une psychiatre au cmp depuis 9 mois.

Je passe mes week ends à dormir, ou au lit à surfer sur l'i phone de mon copain, en jogging du matin au soir.
Je n'ai plus d'activités, mis à part le travail, où je suis régulièrement absente.

Je ne suis plus en contact avec ma famille, qui n'a de toutes façons jamais compris mon mal être car d'après eux "j'ai tout pour être heureuse"...
Il reste ma mère, qui est malade, donc ne peut pas me soutenir (c'est moi qui l'aide) et mon ami.
Du côté de mon ami, ses parents non plus ne comprennent pas ce qu'est la dépression et préfèrent se voiler la face. Ils sont dans l'état d'esprit "je vais bien tout va bien". Pour eux je suis une fille à problèmes et ils préféreraient quelqu'un d'autre pour leur fils.

Je n'ai plus d'amis car je me suis éloignée de tout le monde. De plus personne n'a envie de fréquenter quelqu'un de déprimé (moi la première ...). J'ai mis beaucoup de lapins à des amis, car je n'étais pas bien pour sortir alors j'annulais au dernier moment. Et je n'ai pas/plus la force de faire semblant d'aller bien.

Je n'ai plus goût à rien, à part manger. J'ai pris 10 kg en un an, plus aucun vêtement ne me va et quand j'essaye d'en acheter de nouveau, c'est l'enfer. Mon dégoût de mon corps est omniprésent. Je n'arrive plus à essayer de m'arranger. Je suis hideuse quoi que j'essaye de faire.

Dans les rares moments de mieux être, je m'inscris à des activités ou je programme des sorties, auxquelles finalement je ne vais pas, car je n'en ai plus la force à ce moment là.
Quand on essaye de prévoir au jour le jour, par exemple aller au ciné,ou faire les courses au final je ne veux plus sortir par honte de moi, donc je laisse mon copain en plan.
J'ai peur qu'il se lasse à la longue et de le perdre lui aussi.

Je ne vois plus d'issue ...

Merci de m'avoir lue.
45 ans Alfortville (94) 622
Bonsoir
Et si tu t'inscrivais dans une association sportive ? Ça te forcerait à sortir le we, si possible en couple, te permettrait de t'aérer la tête et le corps ...
Je l'ai fait fin 2007, bilan je suis accro; et on va chercher les absents et les 'pas motivés' donc obligés de venir ...
47 ans Lorraine 4326
Je suis desolée de te savoir si mal .

La TCC n'a pas marché sur toi , soit . Mais je n'imagine pas trop comment ce genre de therapie peut fonctionner sur une depression en fait . Je voyais plus ca pour des phobies non ?

Tu fais quoi avec ton psychiatre? Tu le vois souvent ?
As-tu essayé plusieurs AD ? Peut-etre que celui que tu prends est inefficace ? Tu dis ton mal-etre à celui qui te les prescrits ?
P
33 ans France 125
francois94 a écrit:
Bonsoir
Et si tu t'inscrivais dans une association sportive ? Ça te forcerait à sortir le we, si possible en couple, te permettrait de t'aérer la tête et le corps ...
Je l'ai fait fin 2007, bilan je suis accro; et on va chercher les absents et les 'pas motivés' donc obligés de venir ...


C'est quoi ton association ?

En fait je suis déjà inscrite dans un club de fitness, il y a des cours tous les soirs, mais je n'y vais pas...
Je me suis aussi inscrite à un cours de danse, je n'y suis allée qu'une fois ...
P
33 ans France 125
ladybugette a écrit:
Je suis desolée de te savoir si mal .

La TCC n'a pas marché sur toi , soit . Mais je n'imagine pas trop comment ce genre de therapie peut fonctionner sur une depression en fait . Je voyais plus ca pour des phobies non ?

Tu fais quoi avec ton psychiatre? Tu le vois souvent ?
As-tu essayé plusieurs AD ? Peut-etre que celui que tu prends est inefficace ? Tu dis ton mal-etre à celui qui te les prescrits ?


Merci pour ta réponse.
La psychiatre je la vois une fois par mois. A part me prescrire le traitement, elle ne fait pas grand chose...
Je lui explique mon état bien sûr. Elle a augmenté mon AD jusqu'à la dose maximale. Elle m'a prescrit en plus de l'abilify (un neuroleptique) elle dit que ça peut fonctionner dans les dépressions sévères. J'ai essayé de le prendre, je ne le supporte pas.

Je pense effectivement qu'il faudrait que je change d'AD, je suis peut être devenue "résistante" au mien, ça fait 5 ans que je le prends. Au début il a très bien fonctionné, je pense que maintenant il est moins efficace.

Je revois la psychiatre la semaine prochaine, je vais lui demander si je peux tester une autre molécule.

La psycho, je la vois surtout pour les TCA et mes angoisses.
Je lui avais parlé de faire une psychanalyse en parallèle, elle pense que c'est une mauvaise idée. Elle a eu une formation et apparemment c'est prouvé que pour les personnes dans ma situation la psychanalyse est plus néfaste qu'autre chose (c'est ce que la psy me dit), parce qu'il faut agir sur le présent et repenser à mon passé etc me rendrait encore plus déprimée.

J'avais déjà vu un psychanalyste pendant un an environ et j'avais du mal, il répétait tout ce que je disais et analysait mes moindres paroles. J'avais vu aucun bénéfice.

Peut être qu'avec un nouvel AD ça m'aiderait. J'ai peur de devoir prendre des traitements à vie.

J'ai l'impression que cette fragilité psychique fait partie de moi et que je vais devoir vivre avec.
47 ans Lorraine 4326
Plume-d_ange a écrit:

Merci pour ta réponse.
La psychiatre je la vois une fois par mois. A part me prescrire le traitement, elle ne fait pas grand chose...
Je lui explique mon état bien sûr. Elle a augmenté mon AD jusqu'à la dose maximale. Elle m'a prescrit en plus de l'abilify (un neuroleptique) elle dit que ça peut fonctionner dans les dépressions sévères. J'ai essayé de le prendre, je ne le supporte pas.

Je pense effectivement qu'il faudrait que je change d'AD, je suis peut être devenue "résistante" au mien, ça fait 5 ans que je le prends. Au début il a très bien fonctionné, je pense que maintenant il est moins efficace.

Je revois la psychiatre la semaine prochaine, je vais lui demander si je peux tester une autre molécule.

La psycho, je la vois surtout pour les TCA et mes angoisses.
Je lui avais parlé de faire une psychanalyse en parallèle, elle pense que c'est une mauvaise idée. Elle a eu une formation et apparemment c'est prouvé que pour les personnes dans ma situation la psychanalyse est plus néfaste qu'autre chose (c'est ce que la psy me dit), parce qu'il faut agir sur le présent et repenser à mon passé etc me rendrait encore plus déprimée.

J'avais déjà vu un psychanalyste pendant un an environ et j'avais du mal, il répétait tout ce que je disais et analysait mes moindres paroles. J'avais vu aucun bénéfice.

Peut être qu'avec un nouvel AD ça m'aiderait. J'ai peur de devoir prendre des traitements à vie.

J'ai l'impression que cette fragilité psychique fait partie de moi et que je vais devoir vivre avec.



c'est normal que ta psycho te dise ca sur la psychanalyse . Les psy TCC supportent pas la psychanalyse (et vice-versa ... )
Perso pour mes angoisses j'ai choisi la psychanalyse car j'ai besoin de comprendre pourquoi je suis angoissée . Je detesterai m'en debarasser sans savoir pourquoi elles sont apparues .
Et pour ca il faut bien replonger dans son passé . Par peur qu'elles ne se deplacent sur un autre Objet d'une part , et pour pas qu'elles ne reviennent d'autre part .
Mais j'ai tjrs eu besoin de comprendre les choses , je ne peux accepter qu'on "m'impose" une chose, un savoir .... Je dois tout decouvrir moi-meme pour mieux integrer .
C'est long mais ca porte ses fruits pour moi .

Je ne sais pas si on peut s'habituer à un AD , je sais qu'en principe on n'a pas besoin d'augmenter les doses pour qu'il reste efficace (contrairement aux anxyo )
Revois tout ca avec ta psychiatre oui , si elle ne te satisfait pas , tu peux tjrs prendre un RV avec un autre en ville :)

C'est une bonne question que celle de prendre à vie un traitement, accepter sa "faiblesse" ou se fatiguer à la vaincre .
Y'a une discussion (Lenore je crois ) sur ce forum santé , qui dit je crois, qu'elle sait qu'elle prendra son traitement "à vie" car elle est bien avec et que c'est comme ca .
Apres tout, why not ?
Peut-etre qu'effectivement certains cerveaux ont un besoin biologique de chimie pour fonctionner normalement ....
943
Plume-d_ange a écrit:


J'ai l'impression que cette fragilité psychique fait partie de moi et que je vais devoir vivre avec.


Bonsoir Plume d'Ange

C'est pas impossible. Qu'elle fasse partie de toi et que tu doives vivre avec. Mais ça se fait bien, parole de dépressive chronique depuis 21 ans :lol:

Déjà félicitations pour tes démarches (psychiatre + psychologue, traitement pris régulièrement), ta détermination et ton courage. Lutter quotidiennement contre les symptômes dépressifs demande une énergie folle, normal de ne plus en avoir pour le reste, quand survivre est déjà fatiguant.

Même sans t'en rendre compte, tu évolues, ton organisme change, 5 ans de traitement, c'est long. Ce n'est peut-être pas une question de "résistance" mais simplement que le traitement n'est plus aussi adapté qu'il l'a été. Si tu le peux, insiste auprès de la psychiatre, tâtonner ensemble, jusqu'à ce que tu trouves ce qui te convient.

Après, si la TCC ne porte pas ses fruits et que la psy ressent elle aussi que tu es dans une impasse, tu peux changer de psy, de méthode, pas forcément la psychanalyse, ça peut être une thérapie d'inspiration analytique mais en face à face, avec un peu de TCC dedans, couplé avec de la sophrologie ou des massages ou du yoga ou ce qui te fait du bien, du moment que ça te fait du bien.

Ce que tu décris, je l'ai bien connu, à plusieurs reprises, cette angoisse viscérale qui devient physiquement étouffante, jusqu'à aspirer à la paix, pas la mort, la paix, enfin ça se confond un peu quand on est très mal... et comme beaucoup d'autres, j'ai trouvé mon équilibre, qui m'est unique, et qui fonctionne. Ne lâche pas l'affaire, plein de courage, plein d'ondes positives 8)
943
J'oubliais, je ne sais pas si tu connais le forum "santé psy" d'atoute, il y a des personnes très soutenantes.

http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=730
P
33 ans France 125
Merci beaucoup Ladybugette et Lenore pour vos réponses.

Je crois que je vais devoir apprendre à vivre avec cette dépression.
La psy TCC n'est pas d'accord, elle dit que je n'ai pas toujours été dépressive. Mais je pense que si (au moins depuis que j'ai 14 ans)

Lénore : 21 ans !!! O_0

Je n'ai pas suivi tous tes posts, mais tu as l'air de bien gérer ça.

Je vais aller voir sur le forum d'atoute et peut être m'inscrire.

Merci pour votre soutien :angel: Ça fait du bien de se sentir comprise.
943
Plume-d_ange a écrit:


Lénore : 21 ans !!! O_0




Eh ouais :p

Pas 21 années consécutives !! mais des épisodes dépressifs récurrents, très intenses, des rechutes réparties sur cette période... et même, je crois que ça remonte à l'enfance. Mon premier souvenir d'angoisse (réelle, celle qui te fait étouffer) remonte à mes 9 ans.

Pour une fois je trouve que doctissimo donne une bonne description de ce qu'est la dépression chronique

http://www.doctissimo...._6382_depression_chronique.htm


Ta situation est unique de toute façon, ce qui est bon pour moi ne l'est pas forcément pour toi mais promis juré, on vit bien et on peut être heureux après une dépression ou même en étant sujet à la dépression chronique.

Prends bien soin de toi :p
P
33 ans France 125
Coucou,

C'est re moi

Je reviens sur ma situation, qui s'est empirée ces derniers mois.
Je passe mes week end entiers dans mon lit à dormir, à surfer sur le net ou sur FB et surtout à manger.
J'ai eu des occasions de sortir, qui m'auraient permis de voir des amis et rencontrer du monde et éventuellement m'amuser un peu. Mais j'ai décliné ces sorties à cause de ma laideur. Je réfère rester enfermée chez moi comme un monstre.

Je voyais un psy TCC depuis 1 an 1/2 mais ça n'avançait pas. Elle me donnait des exercices "bidons" (enfin que j'appelle bidons car j'aurais pu trouver moi-même) genre "manger lentement, tenir un carnet alimentaire (alors que je lui lui ait dit dès le début que j'avais déjà essayé avec une diet mais je mange tellement qu'à la fin de la journée, impossible de tout marquer, j'en oublie forcément), je sais que je mange trop et mal, le carnet c'est en fait surtout pour elle pour "contrôler" que j'ai vraiment des tca (vue que je ne suis pas obèse, dans ses préjugés, je ne suis pas sensée manger comme 5 et conserver une silhouette dans la "norme" (malgré les + 10 kg en 1 an). Un autre exo qu'elle 'a donné : lui écrire une lettre de comment je serai dans 10 ans si tout allait bien, que j'étais guérie. Aucune idée, je n'arriverai pas à me projeter aussi loin et je n'ai pas de "plan de vie".
Bref, des exercices non personnalisés qu'elle doit donner à chacun
J'ai arrêtée de la voir il y a 15 jours (j'allais déjà très mal avant, ce n’est pas lié), lorsqu'elle m'a dit à 2 rdv successifs, qu'il fallait que je fasse quelque chose pour stopper absolument ma prise de poids, car ayant déjà du mal à vivre dans ce corps, ce n'était pas la peine que je devienne obèse. Je suis sortie avec des exercices genre "préparer le repas du soir avec mon ami ensemble, manger à la cantine le midi, ... des banalités quoi.
Déjà 1) j'ai reamqrué que j'avais grossi, mecri
2)Si j'étais capable d'arrêter de grossir, je l'aurais fait seule !!!
Depuis le début elle ne prenait pas au sérieux ma boulimie, il a fallu que je prenne 10 kg pour qu'elle réalise. Je suis très en colère contre cette psy, qui m'a culpabilisée de ma pris de poids, je n'avais pas besoin de ça, je le vois bien tout seule que je grossis.

Mon tratiement Ad de cheval + l'abilify ne fonctionnait plus que dout, je dormais déjà tout le we en le prenant. Du 'un coup je l'ai arrêté, il y a 3 semaines. Je ne'ai constaté aucune déggardation suite à l'arrêt.

La psychiatre que je voyais au cmp m'a gentiment appelée, après 2 mois sans rdv, pour me dire qu'elle partait en congé mater et m'orientait vers mon médecin traitant (qui n'y connait rien et n'a rien trouve de bien à me dire que j'avais grossis lui aussi); genre, vous n'êtes pas un cas assez grave pour que je passe le relais à un collègue psy).

Mon visage est marqué par la dépression, c'est moche. Mon visage est tombant et triste.
Mon corps est plein de cellulite, vergeture et ma peau "flasque malgré bcp de sport

Quant à mon copain, je ne le supporte plus, 4 ans de vie commune, je reste au lit, il reste à son pc en m'ignorant ou sort voir ses parents ou d'autres amis. il ne m'est d'aucune aide (je l'aime pourtant), mais on dirait qu'il ne s'inquiète pas du tout pour moi. Aucune réaction de sa part. Il fait "comme si de rien n'était" D’habitude c'est moi qui organisait tout (même avec un fond dépressif latent) et là il est tout perdu dans le gestion du quotidien et dans l'incapacité de m'aider.
Je remets tout en cause : notre couple, mon boulot (qui ne m' épanouis vraiment plus) mais surtout mon physique que je hais par dessus tout.
S j'avais un physique agréable, j'aurais confiance en moi, je quitterais ce job pourri, mon copain mon appart et je changerais tout.Mais il y a ce physique dégueu et cette dépression résistante.

J'ai conscience que ça doit être très flou mais j'avais besoin de m'exprimer

Merci à celles qui m'auront lui. :angel:
35 ans 886
Coucou,

J'ai lu ton message et je suis bien triste pour toi :cry:
Je pense que principalement, ta psy n'était pas celle qu'il te faut. Il faut absolument que tu cherches et que tu trouves un autre psy qui te convienne et te comprenne. Je serai toi je ne chercherais pas un psy spécial TCA, mais un psy "normal" avec qui tu pourras travailler sur ton mal-être, ton dégout de toi. Et qui pourra peut-être te redonner un anti-dépresseur léger qui te redonne un peu d'énergie au lieu de t'endormir, qui te permette de sortir petit à petit de ta dépression. Pour ton copain et ton boulot, à mon avis laisse ces problèmes de côté pour le moment, tu pourras t'y repencher quand tu iras mieux.

Mais je t'en prie, trouve-toi un bon psy, n'hésites pas à en essayer plusieurs jusqu'à ce que tu trouves le bon. Tu connais sans doute mais je te remets le site d'Ameli pour trouver les conventionnés de ta ville: http://ameli-direct.ameli.fr/

Je te souhaite beaucoup de courage.
B I U


Discussions liées