MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Enseigner l'IMC et la nutrition aux élèves ?

74 ans 2403
Bonjour à tous et particulièrement aux quelques enseignants qui fréquentent ces "lieux".

Etudiante en M1 métiers de l'enseignement du 1er degré (maternelle - élémentaire, donc future prof des écoles) et ayant  
récemment fait le point sur la nutrition, je me vois (à demi) surprise que nous parlions de l'IMC.
J'ai donc vérifié les programmes officiels et n'ai rien vu qui mentionnait directement l'IMC, mais j'ai peut-être mal lu.

Toutefois, la question pourrait est abordée en classe, qu'en diriez-vous alors aux élèves ?

C'est un problème de conscience pour moi.

Je pensais leur expliquer que cette mesure peut donner des indications aux médecins mais éprouve des limites (l'exemple du sportif musclé en surpoids est assez parlant je pense pour des enfants) et doit se réserver à l'interprétation du corps médical.

Qu'en pensez-vous ?


Autre question : enseignants, comment enseignez-vous la nutrition aux enfants ? La RA prônée ici est a priori en contradiction avec les programmes scolaires auxquels nous devons nous plier.

A tout le monde : comment souhaiteriez-vous que la nutrition soit enseignée aux enfants à l'école ?
L'education ne regarde que les parents.
L'instruction releve de l'Ecole.
Je serais ulcérée si un quidam donnait des conseils alimentaires à notre fils.
C'est mon boulot de mère ça
943
Salut Chapinette,

Que disent les programmes ? grosso modo, je veux dire, quelles sont les grandes orientations sur ce thème ? c'est axé classification des aliments et "5 fruits et légumes par jour" ? c'est rattaché à la découverte du fonctionnement du corps (genre la digestion) en sciences expérimentales ? c'est abordé en quel cycle ? je suis curieuse ;)

J'imagine bien le cas de conscience, en fonction du discours du programme. Surtout si on nous a pondu un programme "alors les profs vous allez faire de la prévention de l'obésité hein !!".

Mon opinion, l'IMC, ils ont bien le temps de s'y confronter, si c'est pas dans le programme, je préférerais que ça ne soit pas abordé. D'autant que l'outil est scientifiquement faiblard, et que peut-être dans dix ans on ne l'utilisera plus.

Ce que j'aimerais : que les enfants appréhendent la chouette diversité de l'alimentation, pour beaucoup ce n'est pas forcément le cas à la maison. Qu'ils découvrent que tous les aliments ont un intérêt pour le corps (là y a du sucre, là y a des vitamines, là y a du gras et du calcium)...

Qu'aucun aliment ne soit diabolisé ("le gras, c'est mal") pour éviter d'alimenter les réflexes de restriction cognitive qui hélas apparaissent très tôt surtout chez les petites filles.

Pourquoi pas des activités de type "visite d'une fromagerie" (oui, bon, j'arrête).
46 ans à la maison ! 10072
La RA ne me parait pas en contradiction avec l'enseignement de la diététique (au sens large du terme, pas au sens "régime", hein !). Par contre, il faut pour ça lire avec attention certains bouquins, je pense.
Mais pour l'instant, ce que j'ai pu lire dans le bouquin de Zermatti ne me parait pas être un gros problème.
Ce que les enfants doivent savoir, c'est que le corps humain a besoin de certains choses (protéines, glucides, sels minéraux, vitamines, etc...). ça se sont les fondements de la diététique. La différence avec les valeurs actuelles tient plutôt dans le fait que la RA dit que le corps et le cerveau SAIT ce dont il a besoin, et donc qu'il suffit de savoir écouter et interpréter les différents signes donnés par le corps et le cerveau pour absorber ce dont on a besoin (ni plus ni moins).

Pour l'IMC, je ne vois pas l'intérêt de leur parler de ça.
44 ans Paris 9866
blueberrycat a écrit:
Je serais ulcérée si un quidam donnait des conseils alimentaires à notre fils.


C'est pourtant ce qui m'est arrivé au lycée! et comme je venais de consulter mon premier nutritionniste à 15 ans... j'étais trop fière de répéter en classe toute la diététique idéale qu'on m'avait remise en polycopié :roll:
Ben ça va mal se passer alors... :shock:
44 ans Paris 9866
blueberrycat a écrit:
Ben ça va mal se passer alors... :shock:


et à mon avis c'est bien plus tôt que le lycée aujourd'hui! :evil:
30 ans Tours 2857
La nutrition représente un trimestre du cours d'SVT en première L. Mais la prof a fait ça de manière neutre. Elle nous a dit ce qu'on trouvait fdans les différents aliments mais sans dire "donc faut pas miam si ou ça".
C'était pas la même chose dans l'autre classe. Ils ont eu le droit à un film sur macdo avec les commentaires de la prof genre "voyez ce sont des GROS , ils mangent trop de LIPIDES faut pas en manger"...
Dans le cas 1/ ça passe, c'est de l'information.


Dans le cas 2/ je sollicite un entretien avec le prof dans un 1er temps.

je refuse qu'on éduque notre fils à notre place.

l'instruire, oui.
44 ans 701
Leur parler de l'imc c'est aussi les inciter à le calculer... ou comment stigmatiser ceux qui n'auraient pas un "bon" imc non ?
Sinon, il me semble qu'en primaire ils abordent les différents types d'aliments (genre pyramide alimentaire), mais sans certitude absolue.

Sinon, comme Blueberrycat, ça me fait bondir quand l'école se met à décider à ma place ce que mes enfants peuvent ou doivent manger.

Quand la grande a commencé la maternelle il y avait les gouters collectifs : chaque jour un enfant apportait pour la classe un certain aliment demandé par la maitresse (lundi : pain+quelque chose, mardi : produit laitier, jeudi : préparation maison, vendredi : fruit ou légume). je trouvais ce système assez sympa et ça permettait de faire découvrir des gouts et des saveurs.

Puis petit à petit, les enseignants nous ont tenu des discours selon lesquels l'inspection académique souhaitait limiter ces gouters. Donc on a eu le gouter collectif mais version fruits uniquement.

Passage en primaire, fini le collectif, place à l'individuel.

Et cette année : interdiction pure et simple du gouter ! Les inspecteurs ont décidé que pour limiter l'obésité infantile, les gouters quelsqu'ils soient devaient être interdits aux récréations. Et d'inscrire cette règle dans le règlement intérieur de l'école.

J'étais absolument contre, par principe (la mienne n'en a jamais apporté). J'estime que l'école n'a pas à me dire ce que dois donner à manger à mon enfant !
selon les enseignants, ces gouters peuvent créer des problèmes dans la cours : ceux qui en ont, ceux qui n'en ont pas, ceux qui du coup, en réclament aux parents,.... Ce qui m'a le plus surpris cependant c'est d'apprendre que certains gamins sortent carrément le club sandwich ou bien 7 mini paquets de chips. Bon, ok, il peut y avoir des excès (car, oui, je trouve ces exemples excessifs), et apparemment dans notre commune ça arrive assez souvent, d'où l'adhésion des parents délégués à la mesure.
29 ans 1489
Je suis pour une alimentation saine et équilibrée dans le milieu scolaire, (cantines et cafétérias), et pour la suppression des distributeurs de barres chocolatées dans les écoles où les élèves sont tout jeunes.
Par contre, je rejoins complètement blueberrycat et viva sur l'idée d'enseigner la nutrition aux jeunes. Ce n'est pas à un(e) prof, ou à un(e) infirmier(e) scolaire que l'élève ne connait pas personnellement de dire aux enfants ce qu'ils doivent manger ou non.

Je n'ai jamais eu de cours de ce type. Par contre, vers 13 ans, on avait eu un contrôle médical complet avec une doctoresse scolaire. Taille, poids, vue, audition, réflexes etc.
Cette pétasse était clairement grossophobe et elle a passé la journée à rabaisser les jeunes un peu rondelets, voire de corpulence normale mais trop gros à son gout. Moi même était plus lourde qu'à l'heure actuelle, genre 58kg pour 1m60. Elle m'avait tâté la cuisse comme si j'étais un bout de viande, fait la moue, et m'a dit "mouais ça va, c'est surtout du muscle."

J'en connais de mon ancienne classe qui en sont toujours traumatisés :? (mais j'ai appris 3 ans plus tard qu'elle avait été virée, trop de plaintes 8) )
44 ans région parisienne 5831
ladyInGreen a écrit:
Elle m'avait tâté la cuisse comme si j'étais un bout de viande, fait la moue, et m'a dit "mouais ça va, c'est surtout du muscle."


:shock: mais ça va pas la tête???

Elle aurait pu aussi demander à ce que tu ouvres la bouche pour savoir si tu avais une dentition saine... et ensuite, elle aurait fixé un prix pour ta vente aux enchères... :roll:

chapinette a écrit:
Autre question : enseignants, comment enseignez-vous la nutrition aux enfants ? La RA prônée ici est a priori en contradiction avec les programmes scolaires auxquels nous devons nous plier.


Ici, quand j'ai vu que l'instit de ma fille allait parler de nutrition, j'ai eu la trouille: surtout que j'ai lu quelques extraits de programmes scolaires, et effectivement, j'avais peur que l'instit enseigne à ma fille des choses contradictoire avec la RA (d'autant que l'instit est très fin et très sportif, donc les problèmes d'obésité, il ne doit absolument pas connaitre).

Mais en fait, cela s'est très bien passé: elle a juste appris les différentes catégories d'aliments et ce que chacun de ces aliments apportaient à l'organisme. Aucune culapibilisation des gros, aucune diabolisation de certains aliments (ou alors, je ne l'ai pas vue).

Je pense qu'on peut enseigner la diététique en respectant à la fois la RA et le programmes scolaires. ;)
38 ans Sous les pins!!! 7782
je bosse dans la restauration collective et dans le cadre de mon job j'ai du faire à la demande des mairies, nos clients quoi, des animations/formations sur l'équilibre alimentaire. C'est super délicat d'expliquer à des enfants les différents groupes alimentaire et ce qu'ils apportent. Enfin perso devant des gamins de CP j'étais un peu mal des fois car bien sur certaines notions sont encore trop flou pour eux et sans interets.
Ce n'est pas à l'école d'apprendre à nos enfants comment manger c'est notre rôle de parent!
Dans mon job je suis souvent confronté aux parents et j'avoue que quand on me dit qu'il n'y a pas assez de frites, de nuggets ect ect dans des menus pour des maternelles ça me choque! Il y en a de temps en temps dans les menus et je trouve ça largement suffisant.
29 ans 1489
mamykro a écrit:
Elle aurait pu aussi demander à ce que tu ouvres la bouche pour savoir si tu avais une dentition saine... et ensuite, elle aurait fixé un prix pour ta vente aux enchères... :roll:


bah le pire, c'est qu'en plus elle avait l'air assez raciste :P bref...

Faustine83 a écrit:
Dans mon job je suis souvent confronté aux parents et j'avoue que quand on me dit qu'il n'y a pas assez de frites, de nuggets ect ect dans des menus pour des maternelles ça me choque! Il y en a de temps en temps dans les menus et je trouve ça largement suffisant.


Je ne sais pas pourquoi, mais cette triste information ne me surprend même pas :? Je connais des parents quine peuvent pas envisager un repas sans viande, sans sauce, sans graisses un peu partout...
69 ans 3528
Les progressions 2012 en sciences pour [ur=http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Progressions_pedagogiques/77/1/Progression-pedagogique_Cycle3_Sciences_experimentales_et_technologie_203771.pdfl]le cycle 3[/url] (CE2, CM1, CM2) et le cycle 2 (CP/CE1) donnent un peu plus d'information que les programmes sur ce qui est attendu "officiellement" :

En Cp, dans la partie "hygiène corporelle" :
" Connaître et appliquer les principales règles d’hygiène de vie au quotidien :
temps de sommeil, équilibre du rythme de vie, alimentation équilibrée. "
Dans la partie "équilibre de l'alimentation" :
" Identifier les aliments gras, sucrés et salés."

En ce1 : dans la partie "équilibre de l'alimentation" :
" Être sensibilisé à la nécessité de consommer quotidiennement des
légumes et des fruits.
Être sensibilisé à la nécessité de consommer de l’eau."

En ce2 :
"Connaître les actions bénéfiques ou nocives de
nos comportements alimentaires.
Connaître les différentes catégories d’aliments,
leur origine et comprendre l’importance de la
variété alimentaire dans les repas.
Vocabulaire : familles d’aliments (eau, fruits et
légumes, produits laitiers, céréales et dérivés,
viande-poisson-œuf, matières grasses, produits
sucrés), besoins énergétiques. "

En cm1 on parle des fonctions de nutrition (appareil digestif etc.) et en cm2 celà n'apparaît plus au programme.

Ce que j'en pense ? C'est clairement axé "propagande 5 fruits et légumes par jour", mais il y a moyen de mener des séances de réflexion sans diaboliser quoi que ce soit, et d'une manière intelligente.

En exemple d'activités, en vrac : faire un potager, utiliser ses légumes pour faire une soupe, profiter de la semaine du goût pour mettre des aliments peu connus ou appréciés des enfants, amener des étiquettes de produits alimentaires et apprendre à les décrypter, parler à la fois de la notion d'équilibre (en ce1, les régimes alimentaires sont au programme aussi : carnivore, végétarien etc.), de groupes d'aliments, mais aussi du plaisir gustatif : les aliments gras, salés et sucrés sont par essence les plus "gouteux". Bref, le but à mon sens est de donner envie aux élèves de goûter à tout et de comprendre que cela convient bien à leur corps. Sans stigmatiser.

On peut aussi tordre le cou aux idées reçues (en général les cp/ce1 ne sont pas trop "atteints") des aliments qui "font grossir", en leur expliquant que la qualité nutritionnelle est une chose tandis que l'apport en énergie en est une autre, qui dépend de la quantité ingurgitée. On peut donc parfaitement maigrir en mangeant du nutella, mais c'est dommage car il y a plein d'autres aliments chouettes à découvrir, et à apprécier et en + le nutella n'apporte pas une assez grande variété en terme de qualité.

Par contre, l'imc, c'est clairement hors programme. De mon côté, je n'aborde pas non plus l'obésité comme un "effet nocif" de notre alimentation (d'autant que ça n'est pas précisé dans les programmes). Il y a dans quasi toutes les classes au moins 1 élève obèse, et ma priorité est d'enseigner la tolérance et la non stigmatisation. Les "effets nocifs" d'une "mauvaise" alimentation seront donc : des troubles digestifs, de croissance, des éventuelles caries, des carences, des "coups de pompe" etc.
B I U