MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

avooir un chouchou parmi ses enfants

44 ans région parisienne 5831
Il parait que les études prouvent qu'il y a toujours un chouchou dans une fratrie. Et que ça a des conséquences parfois dramatiques, pour ceux qui ne sont  
aps chouchous, comme pour ceux qui le sont!

Lire tout cela m'a fait flipper, d'autant que j'ai une relation très fusionnelle avec ma fille aînée, et que je me demande si la petite qui vient de naître pourra trouver sa place là dedans. :?

et vous? Lequel de vos enfants est votre chouchou (puisqu'il parait que tout le monde en a un)? Comment gérez vous cela pour ne pas que les autres en souffrent?
M
44 ans 317
mon fils a presque 7 ans, sa sœur 15 mois ... j'ai eu "du mal" à tomber à nouveau enceinte d'où cette différence, Mathieu avait hâte d'être grand frére ... j'aime mes enfants de la même façon, je n'ai pas de chouchou, pas de différence ... on était fusionnel avec mon fils , quand Lilie est arrivée , elle a fait sa place, son frére aussi lui à fait sa place, il en est fou & elle lui rend bien !:) maintenant on est un "noyau" à 3 ... par exemple quand Mat part 3-4 jours chez ses grand-parents ben on est pas au top ! ;) .. p'être que la relation frére/sœur influence sur la relation avec la maman ?
en tout cas, je répéte qu'il est faux de dire "il y a toujours un chouchou" parmis ses p'tits ;)
46 ans à la maison ! 10072
ça dépend Si ce qu'on appelle un chouchou est un enfant avec lequel on s'entend mieux ou un enfant qu'on privilégie (matériellement ou sentimentalement).
Si c'est la première définition, ça me parait normal : chaque enfant a son caractère avec lequel chaque parent vont avoir plus ou moins d'affinité. Si c'est la deuxième, ce n'est pas normal.
30 ans Liège 383
Ma soeur a toujours été la "chouchoute", dans le sens ou mes parents préféraient une fille mince (mon père parce que il avait peur pour ma santé, ma mère parce que étant assez bien portante, ne voulait pas un enfant qui vive le même calvaire qu'elle). Je vous situe plus ou moins quand on étaient ados ma soeur avait 17 ans et faisait de la taille 36 et moi 14 ans je faisais de la taille 40. Vous allez me dire sa n'est pas beaucoup, c'est vrai c'est ce que je pensais, mais mes parents n'ont pas arrêté toute mon adolescence : " Regarde ta soeur elle est mince, regarde elle sait tout se permettre " et quand j'avais le malheur de demander "pourquoi moi sa me va pas ?" on me répondais du tac au tac "ben ta soeur à un joli physique et elle est mince elle peu tout mettre" et même ma grand-mère disait "même avec un sac de pomme de terre elle paraîtrait bien habillée !" pour dire mon dieu tout lui va ! Alors vous comprenez qu'entendre sa en pleine adolescence c'est dure et qu'ai-je fais d'après vous ? Ben j'ai essayé toute mon adolescence de ressembler à ma soeur ... peine perdue ! On est pas pareilles point ! Je l'ai compris y a quelque années. Mais à cause de ce que mes parents ont fait, ont a pas été proches du tout ma soeur et moi parce que j'avais une haine pas possible contre elle que tout lui aille et qu'elle soit aussi mince et j'ai aussi commencé à manger manger manger et j'ai encore plus grossi ... alors que sa partait d'une bonne intention de mes parents, alors voilà ...
O
99 ans 10517
trashrap a écrit:
ça dépend Si ce qu'on appelle un chouchou est un enfant avec lequel on s'entend mieux ou un enfant qu'on privilégie (matériellement ou sentimentalement).
Si c'est la première définition, ça me parait normal : chaque enfant a son caractère avec lequel chaque parent vont avoir plus ou moins d'affinité. Si c'est la deuxième, ce n'est pas normal.


+ 1000000000000000
33 ans 4878
Je n'ai pas d'enfants, je suis fille unique et pourtant c'est une de mes terreurs d'avoir un jour plus d'affinités ou de plus aimer un de mes enfants... ça me stresse énormément, et je pense que je risque de faire partie de ces parents qui font tout à stricte égalité entre enfants. Si l'un fait une activité l'autre aussi, si on achète un t shirt à l'un, à l'autre aussi etc...
En fait je fais déjà comme ça avec mes chats X) et c'est déjà épuisant, alors avec des gamins j'imagine pas.

Je pense que ça vient du fait qu'enfant mes parents me comparaient tout le temps avec mes copines en disant qu'elles étaient plus minces, plus concentrées, qu'elles faisaient mieux leurs devoirs (il y avait souvent des copines chez moi petite comme j'étais fille unique) et j'en ai beaucoup souffert...
61 ans ile de france 7912
c est plus fréquent qu'on ne le pense , perso , je l'ai vécu de près (j'étais la préférée) , je me demande si finalement ça n'a pas influencé mon choix d'en avoir qu'un , par peur , de ne pas être mieux que les autres et de faire la même chose , d'avoir une préférence

beaucoup d'enfants en souffrent
44 ans région parisienne 5831
schnauzer a écrit:
c est plus fréquent qu'on ne le pense , perso


C'est clair: beaucoup de personnes racontent que, quand elles étaient petites, leurs parents avaient une préférence, mais en tant que parent, tout le monde dit ne pas avoir de préférence! :lol:

Je crois qu'une partie des personne se leurre: certains parents préfèrent l'un de leurs enfants, mais ils n'osent pas le dire et pas non plus se l'avouer à soi même! Du coup, souvent, comme l'explique Nenufar, ils font tout de façon strictement égalitaire, pour que leur préférence ne se voit pas.

Je crois aussi que les enfants pensent souvent que leur frère ou leur soeur est un chouchou (et le frère ou la soeur pensera le contraire), et que ce n'est pas obligatoirement vrai. Mais en tant qu'enfant, on est tellement à l'affut de l'amour de ses parents que l'on croit être défavorisé même si ce n'est pas le cas en vrai. :roll:

Perso, je pense qu'il est courant qu'on ait une préférence pour l'un de ses enfants, c'est naturel: quand on connait 2 personnes, il y a très souvent l'une que l'on préfère! Mais cela ne signifie pas qu'il faut faire des différences, et cela ne signifie pas non plus que l'on n'aime pas ses autres enfants.

Perso, j'espère que ma deuxième fille saura se faire une petite place, parce que je sais que la grande en prend beaucoup (de la place). Bien sûr je l'aiderai! Mais je pense que cela ne va pas être simple, tout cela...
O
58 ans 4229
trashrap a écrit:
ça dépend Si ce qu'on appelle un chouchou est un enfant avec lequel on s'entend mieux ou un enfant qu'on privilégie (matériellement ou sentimentalement).
Si c'est la première définition, ça me parait normal : chaque enfant a son caractère avec lequel chaque parent vont avoir plus ou moins d'affinité. Si c'est la deuxième, ce n'est pas normal.


je suis tout à fait d'accord
Nenufar aussi, ce que tu dis me parait plein de bon sens

je crois aussi qu'une des choses primordiales en tant que parents et de ne surtout pas comparer ses enfants.
"ton frère, lui, il a jamais redoublé ou il est meilleur en musique. ta soeur est bien plus gracieuse ou meilleur en maths" ou je ne sais quoi...

privilégier ou comparer, je crois que ce sont les 2 choses à éviter à tout prix!
S
85 ans 4896
Je ne crois pas dans les etudes qui disent qu ily a toujours un chouchou, c est tres difficilement prouvable de maniere scientifique.

Pour ma part, j etais la preferée de ma mere, avec mon frere, cest a dire que mes soeurs etaient rebelles et l affrontaient, tandis que mon frere et moi on essayait plutot de la calmer et on ne faisait aucune betise.

Par contre etude ou pas je suis absolument convaincue de ne pas avoir de chouchoudans le sens ou je ne compare pas les relations que j ai avec mes fils en disant avec L aine c est mieux ou avec le second c est mieux.

ils recoivent materiellement les memes sommes, oas obkigatoirement les memes choses puisqu ils n ont pas les memes gouts cela serait ridicule, mais la valeur financiere est la meme.

Ils sont proches de nous, mais ils n ont pas les memes besoins au meme moment. Ce n est pas parce que je viens de oasser une heure a parler avec l un que je vais aller parler avec l autre pendant le meme temps alors qu il n en a pas envie en ce moment.

Par contre, je rejoins celles qui ont dit que c est les comparaisons qui accentuent le sentiment de certains d etre moins aime. Il faut essayer de valoriser les individualites et essayer d accepter les enfants comme ils sont, bien dans leurs differences.

Cela a assez bien fonctionner en tout cas, maintenant avec plus d enfants cela aurait ete different, je ne sais pas.

Mais pour le moment nos enfants ne ressentent pas qu il y un chouchou, c est un sujet qu on a aborde plusieurs fois.
44 ans région parisienne 5831
saralou a écrit:
Je ne crois pas dans les etudes qui disent qu'il y a toujours un chouchou, c'est tres difficilement prouvable de manière scientifique.


Pour une fois (!! :lol: ) je ne suis pas d'accord avec toi: on a trouvé des façons scientifiques de prouver ce genre de choses. Sinon, aucune étude ne pourrait être faite en sciences sociales! Bien sûr, c'est plus dur de trouver la bonne façon de procèder que lorsqu'on fait une expérience de physique, mais on y arrive.

Par contre, malheureusement, je n'ai pas d'info sur les études elle-même: la journaliste que j'ai écouté à la radio ne les a évoquée que briévement. Je ne connais pas le protocole employé, le sérieux de l'étude, le nombre de personnes sur lesquelles l'étude portait...etc... Du coup, il est possible que ces études-là ne soient pas valables, je ne peux pas le jurer. ;)

Saralou, je suis persuadée que tu ne fais pas de préférence entre tes deux fils, et je suis sûre qu'ils se sentent autant aimé l'un que l'autre. Mais est-ce qu'au fond de ton coeur, il n'y en a pas un dont tu te sens plus proche (parce que tu t'identifies à lui, parce qu'il a un caractère qui s'accorde bien avec le tien, parce qu'il est plus fragile...etc...)?
44 ans région parisienne 5831
soit dont tu te sens plus proche, soit qui te touche plus...
S
85 ans 4896
Tres franchement mamykro, non.

Ils ont tous les deux des choses que je comprend pour les avoir vecu, ou dans lesquelles je me retrouve, mais ils ont aussi tous les deux des choses qui les differencie enormement de moi.

ils sont tres differents, pour autant ils ont tous les deux des valeurs humaines qui me parlent.

Et je me sens proche des deux, vraiment!!

Mon fils aine a eu une periode douloureuse, pendant 3 ans, il avait mis une distance de paroles, pour autant cela n arien change au lien.

Comme je l ai dit peut etre que si j avais eu plus d enfant cela aurait ete different, mais je dois dire que mes deux fils sont un eblouissement pour moi (je suis une fan inconditionnelle de mes deux fils.)

c est reellement ce que je pense.

Pour autant j ai fait des erreurs avec les deux, pour cela ils sont egaux.

D ailleurs ils s entendent tres tres bien, ils ont souvent une vision des choses differentes, mais ils ne cherchent pas a obtenir notre approbation dans leurs echanges.

Donc pour l etude qui dit que tous les parents ont leur chouchou, je ne vois comment c est possible de savoir que c est toujours le cas, souvent peut etre, mais toujours cela n est pas possible pour moi.
S
85 ans 4896
Peut etre aussi que pour moi il n y a pas d effet miroir avec eux.

mon mari se retrouve par contre plus dans notre deuxieme fils, il a plus de points communs avec lui, mais de la a parler de chouchou, cela serait plus comme a defini trashrap, des passions communes.

Pour autant c est un sujet qui a ete deja a aborde en famille et notre aine lui avait dit que c etait pas un souci en tout cas car il se sentait pas rejette ou moins aime de ce fait c etait une question d affinites simplement.
44 ans région parisienne 5831
saralou a écrit:
Et je me sens proche des deux, vraiment!


Je te crois sans problème! :lol: Si une étude dit qu'il y a toujours un chouchou, cela ne veut pas non plus dire qu'il n'y a pas d'exception: quand on étudie les humains, on n'a jamais rien de sûr à 100%, bien entendu. ;)

(en fait, si j'étais tellement affirmative au début, c'est un peu par provocation, parce que je m'attendais à ce que tout le monde jure "non, non, moi, je n'ai pas de chouchou"... :roll: Et perso, en observant les familles autour de moi, je vois bien qu'il y a souvent des chouchous... mais cela ne veut pas dire que c'est ton cas à toi! ;) )

Mais tu as raison, j'aimerai bien lire cette fameuse étude dont parlais la journaliste dans le reportage que j'ai entendu à la radio, pour savoir ce qu'elle dit réellement.

Déjà, on peut avoir un enfant dont on se sent plus proche à un moment, puis ensuite s'éloigner un peu et se sentir plus proche d'un autre enfant. Ensuite, on peut se sentir plus proche d'un de ses enfants, mais être plus touché par un autre, et vouloir protéger un troisième... Bref, la notion de "chouchou" peut prendre des tonnes d'aspects et évoluer dans le temps.

En tous cas, moi, je me pose pas mal de questions sur mon propre cas. Je suis sûre que je ferais de mon mieux pour ne pas favoriser l'une de mes filles, mais j'ai peur que mon inconscient me joue des tours, comme il en joue à pas mal de monde... :?
B I U