MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Acception de soi difficile

32 ans 251
Bonsoir

Cela fait quelques semaines que je suis tarabustée par l'envie d'écrire mes doutes et mes inquiétudes ici... je vais me lancer, ça évitera que cela continue à tourner dans ma  
tête. De plus, votre avis m'intéresse grandement.

Mes doutes tournent autour de l'acception de moi. Et autour de cette fichue peur de grossir.

Je trace rapidement mon parcours, peu différent de dizaines de personnes ici. Huit dix ans, dans le haut de la courbe, « il faut la surveiller cette enfant », déclare le médecin. Pif paf, régime léger, mais tendance à me consoler avec la nourriture (ambiance détestable à la maison, divorce des parents, etc.). Arrivée au début de l'adolescence, bien que potelée je ne suis pas franchement grosse mais vais très vite le devenir – quoi comme meilleure réponse aux agressions des autres enfants (sale grosse ! Le tas ! La truie ! L'intello ! La moche!) que... manger ? Arrivée à 18 ans et en obésité modérée, je me dis qu'il serait temps de faire un régime et de perdre du gras. Aussitôt dit aussitôt fait, à coup de régime maison je perds 25 kg. Sur un an ou deux j'en reprends dix. Je tire la sonnette d'alarme et mon copain de l'époque me suggère de faire dukan, à deux. Aussitôt dit aussitôt fait... je reperds mes dix kilos, plus 5 pour faire bonne mesure, sur un peu moins d'un an.
Et là... c'est le drame. Une peur incontrôlée de regrossir me submerge, mais une frustration accumulée me fait dérailler complètement. Je vais faire des crises de boulimie, trois fois par jour pendant plusieurs mois, tout en continuant à appliquer des règles alimentaires drastiques hors crises, pour compenser. Je refuse de lâcher ces règles absurdes, je m'y accroche. Entre temps, je quitte mon copain et je pars m'installer dans une autre ville ; tous repères chamboulés.
Mais au bout de plusieurs mois, arrivée physiquement et mentalement au bout du rouleau, pas loin de tout envoyer balader, je finis par me traîner chez une nutritionniste du gros (assez nulle mais toujours mieux que les ânes habituels). J'entame une RA, je me munis des bouquins du docteur Z et du psychologue A. Je me suis à ce jour débarrassée des crises, et je mange au mieux, en ne me privant pas et en écoutant au maximum ma faim. Je suis également suivie par un psychiatre pour des troubles borderline – sous prozac pendant un an, je suis actuellement en fin de sevrage.
Seulement, mon juste poids, dans ce corps malmené, est un poil plus élevé que celui que j'avais au début de ma RA. J'ai repris, un peu – globalement peu. Mais j'ai peur de la dynamique que ça peut prendre. La semaine dernière, sans rien de notable à part quelques repas où j'ai dépassé ma faim, j'ai pris deux kilos. J'ai peur – peur de redevenir grosse, peur de refaire des crises. Je refuse catégoriquement l'idée de me priver à nouveau, je sais que ça me serait fatal et que je reprendrais le cycle infernal des crises et des privations. Mais je me sens dans une impasse. Je veux accepter mon corps, même avec quelques rondeurs ; un corps avec lequel je fais globalement la paix. Mais il y a toujours ce démon quelque part qui me dit « Attention. Pour peu que tu n'écoutes pas ta faim quelques jours, tu vas reprendre. Et tu ne vas pas reperdre, car ton métabolisme est plutôt paresseux. » Je recommence à focaliser sur mes rondeurs, sur les parties de moi qui sont le plus « hors normes », à me dire... je ne sais pas, que ce n'est pas beau aux yeux des autres, qu'on me juge, qu'on ne va pas avoir la même attitude envers moi que si j'étais mince. En gros, moi je m'aime, mais les autres ? Les concepts de séduction, d'assurance, d'estime de soi, sont totalement chamboulés chez moi. Pourtant, je trouve appétissantes les filles rondes. Mais chez moi, ça me pose un problème. Et je ne sais pas trop comment faire pour me remettre à flot, pour me déstresser, pour m'accepter enfin, comme ça, ou avec dix kilos en plus.

Je me doute que personne ne va avoir de réponse miracle, mais j'aimerais bien votre avis, votre ressenti, votre vécu sur la question.

Merci de m'avoir lue :)
45 ans Alfortville (94) 624
Bonsoir
J'ai aimé ton "moi je m'aime, mais les autres ?".
La seule personne à qui tu dois plaire, c'est toi ...
Et si tu peux trouver les filles pulpeuses appétissantes, dis toi bien que certaines personnes doivent elles aussi te trouver appétissante (pour utiliser tes mots).
34 ans Entre la crème et le beurre 737
Et si tu lâchais la balance pour voir ?
peut etre que ça te permettrait de moins te mettre la pression ?
32 ans 251
François : Ce n'est pas tant que une question d'être trouvée désirable... plus, sans doute, d'être "dans la norme". Passer inaperçue, peut-être. Je sais bien, on me l'a dit, je l'ai lu un milliard de fois, "celle à qui tu dois plaire c'est toi"... Seulement, je suppose qu'au sein d'une société, on se définit aussi par le regard de l'autre. Je sais qu'on ne peut pas "plaire à tout le monde", et qu'au fond c'est surtout l'image qu'on a de soi qui importe. Mais c'est comme si je n'arrivais pas à l'intégrer.

Nila : En fait, la balance, je n'y suis pas du tout accro (en temps normal, je dois me peser une à deux fois par mois). Mais les vêtements, eux... sont également parlants, et rappellent à mon bon souvenir que la courbe s'arrondit.
30 ans Dans le sud ;) 5608
Tout d'abord merci d'avoir partagé tout ça avec nous. Ensuite, je sais que ce que je vais te dire ne va pas te plaire, mais peut être que ton poids d'équilibre est plus haut que celui que tu as à l'heure actuelle ?
32 ans 251
LaDemoiselle a écrit:
Tout d'abord merci d'avoir partagé tout ça avec nous. Ensuite, je sais que ce que je vais te dire ne va pas te plaire, mais peut être que ton poids d'équilibre est plus haut que celui que tu as à l'heure actuelle ?


C'est une possibilité... si c'est le cas, il n'est pas "beaucoup" plus élevé que celui que j'ai maintenant. Je m'explique : je mange à ma faim et je ne m'interdis rien du tout. Je mange ce dont j'ai envie, comme je l'ai appris avec la RA, du coup, je me régale tout autant avec du poisson blanc, du chocolat, des pâtes, de la soupe de courgette, du pain maison, etc.
Seulement toute variation émotionnelle est une épreuve pour moi ; je tâche de ne pas y succomber en mangeant mais dernièrement, nouveau travail, j'ai mangé un peu différemment. Par expérience, si je me remets à manger en écoutant pile ma faim, je vais à nouveau stabiliser. Mais pas reperdre. Et c'est justement ça qui me fait peur, c'est ce "et si", "et quand". La vie est pleine d'épreuves, pleines d'occasions de faire de la nourriture un réconfort, même si je me débrouille bien, avec le métabolisme paresseux que j'ai, je pense que je ne serai jamais plus mince que ça, et que je vais au contraire reprendre du poids, insensiblement peut-être, mais. Et justement, c'est ça que j'aimerais accepter, parce qu'effectivement, c'est une réalité physiologique. J'ai fait le deuil de la minceur, mais je n'arrive pas à exorciser celle de reprendre du poids ; je ne sais pas comment faire, comment me détacher de cette peur.
C
45 ans là 2187
Pratiquant la RA depuis 7 ans, j'ai connu cette peur de voir ma courbe de poids repartir à la hausse. Et par expérience je te dirais que tant que tu ne perds pas de vue les principes de la RA ou bien si tu t'y remets vite après avoir perdu pied, y'a pas de raison que ça arrive.

Pour mon cas, j'utilisais la nourriture pour faire taire mes émotions (je le fais encore mais énormément moins). Je mange ce qui me réconforte même si c'est des trucs apéritifs ou des graines à mes repas, et ça va toujours bien. Le piège à éviter pour moi, ça a été et c'est de me remettre à "penser" (et non plus ressentir) ma façon de m'alimenter, à me laisser reprendre au piège des "il faut", car là c'est clair je grossis illico presto !
46 ans à la maison ! 10072
En effet, et si tu commençais par foutre en l'air ta balance ?

Une réflexion faite dans le reportage de l'autre soir et que j'ai trouvé très intéressante :
Pense à tes amis, à ta famille, aux gens que tu aimes. Est-ce qu'ils sont tous parfaits, est-ce qu'ils ont un corps sublime, un nez impeccable, aucun bouton, de beaux cheveux, des lèvres pulpeuses, etc... non ? est-ce que tu les aimes quand même ? est-ce que le physique compte dans ton affection pour eux ?
32 ans 251
Cool : C'est vrai que je tâche avant toute chose de ne pas perdre de vue les principes de la RA. Mais cela ne m'apporte pas la sérénité suffisante.

Trashrap : Je me pèse globalement assez peu. Je peux me peser encore moins, voire pas du tout mais comme je le disais aussi, il y a d'autres façons de constater qu'on reprend du poids : les vêtements qui serrent, un mini pli en plus quand on s'assied et qu'on ne sentait pas avant.
Je suis mitigée vis à vis de cette réflexion que tu me présentes... Moi, je n'accorde pas grande importance au physique, mais c'est parce que j'ai souffert des moqueries, j'ai appris, au fil du temps, que le physique n'est que de peu d'importance. Seulement, pour les autres, il n'en n'est globalement pas de même. Je n'aime pas les réflexions qu'on a pu me faire par le passé lorsque j'étais franchement obèse, et je ne veux pas que ça recommence, parce que je n'ai pas les épaules pour l'encaisser. Aux yeux de mes parents, c'est si bien d'être comme je suis maintenant (même si je ne suis pas mince, au moins ne suis-je plus très grosse), "Ne change pas" me dit mon père. Le physique compte très souvent dans la façon qu'ont les gens de nous voir, même s'ils nous aiment. Donc je ne peux même pas leur appliquer à eux ma façon de voir les choses, puisque de toute évidence, elle n'est pas la même...

Mais je voudrais vraiment exorciser cette peur de grossir. Elle n'est pas saine et entrave mon épanouissement.
T
31 ans Binche 2
Bonjour à toutes, je lis avec attention tout ce que vous dites et je te comprends à 100% car moi aussi je suis hyper mal dans ma peau malgré ce que les autres me disent... Tu es bien, tu as un beau visage mais je me sens énorme... Au risque de paraître stupide, qu'est-ce qu'une RA? Merci
44 ans région parisienne 5831
Tenes0508 a écrit:
qu'est-ce qu'une RA? Merci


Une RA, c'est ce qu'on appelle ici une ré-éducation alimentaire, c'est-à-dire retrouver la façon de manger des personnes qui n'ont aucun problème de poids: manger à sa faim, ni plus, ni moins.

En effet, les régimes successifs perturbent fortement les sensations alimentaires, on en arrive à ne plus savoir quoi manger, ne plus savoir si on a faim ou pas, manger sans faim, compulser...etc... et tous ces mécanismes font que l'on prend inexorablement du poids.

La RA permet de retrouver un rapport sain à la nourriture.

Si tu veux en savoir plus, je te conseille d'aller ici.
B I U


Discussions liées