MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Ma meilleure amie se trouve grosse. Elle arrête de manger..

H
25 ans 4
Bonjour.
J'ai un problème de taille.. Ma meilleure amie est obsédée par son poids et refuse de manger le soir. Elle "n'y arrive pas". Cela dur depuis quelque mois. J'ai beau  
essayer de la convaincre de manger, elle prétends ne pas avoir faim, même si je sais qu'elle se retiens. Elle mangeait beaucoup de gâteaux, buvait beaucoup de boissons sucrées puis, aujourd'hui, plus rien. Et le problème est que je ne suis pas près d'elle. Elle habite près de Paris et moi à 4h de route de chez elle. Je ne peux pas y aller, j'habite encore chez mes parents et ils ne connaissent pas ceux de ma meilleure amie. Je ne sais pas quoi faire.. J'ai l'impression qu'elle commence à déraper, même si elle m'assure qu'elle ne ferait jamais une telle bêtise..

S'il vous plais j'ai besoin d'aide..
R
35 ans Paris 1624
Qu'elle ait supprimé sa consommation de gâteaux et de boissons sucrées n'est pas forcément une mauvaise chose, surtout si elle en consommait beaucoup comme tu dis. Sans parler de problème de poids, on sait tous la quantité de sucre qu'il peut y avoir dans une bouteille de soda, et ce n'est bon pour personne d'en boire beaucoup.
Mais si tu dis qu'elle ne mange plus rien du tout le soir, effectivement c'est préoccupant.

Elle habite loin de toi, mais est-ce que tu connais au moins un(e) ami(e) qu'elle aurait près de chez elle, et que tu pourrais contacter ? Savoir si cette personne a remarqué quelque chose, une inquiétante perte de poids, fatigue anormale, ce genre de choses.
H
25 ans 4
Rewind a écrit:
Qu'elle ait supprimé sa consommation de gâteaux et de boissons sucrées n'est pas forcément une mauvaise chose, surtout si elle en consommait beaucoup comme tu dis. Sans parler de problème de poids, on sait tous la quantité de sucre qu'il peut y avoir dans une bouteille de soda, et ce n'est bon pour personne d'en boire beaucoup.
Mais si tu dis qu'elle ne mange plus rien du tout le soir, effectivement c'est préoccupant.

Elle habite loin de toi, mais est-ce que tu connais au moins un(e) ami(e) qu'elle aurait près de chez elle, et que tu pourrais contacter ? Savoir si cette personne a remarqué quelque chose, une inquiétante perte de poids, fatigue anormale, ce genre de choses.


Effectivement, je n'y avais pas pensé.. Mais autre chose qui m'inquiète, elle se renferme sur elle même..
R
35 ans Paris 1624
Ps : Tu peux aussi lui envoyer des liens expliquant que ce n'est pas bon de sauter des repas régulièrement.
Ca arrive de ne pas avoir faim, d'avoir pris un gros goûter, etc., mais faut pas que ça devienne une habitude.
Surtout que si le corps se croit en période de famine ou de privation, il va stocker ce que tu lui donnes...
R
35 ans Paris 1624
Hystasie a écrit:
Effectivement, je n'y avais pas pensé.. Mais autre chose qui m'inquiète, elle se renferme sur elle même..

Est-ce qu'il s'est passé quelque chose dans sa vie, un coup dur, une rupture... ?

Ca lui est arrivé du jour au lendemain ou est-ce que ça s'est fait progressivement ?
H
25 ans 4
Rewind a écrit:
Hystasie a écrit:
Effectivement, je n'y avais pas pensé.. Mais autre chose qui m'inquiète, elle se renferme sur elle même..

Est-ce qu'il s'est passé quelque chose dans sa vie, un coup dur, une rupture... ?

Ca lui est arrivé du jour au lendemain ou est-ce que ça s'est fait progressivement ?


Ca c'est fais progressivement, mais je l'ai appris du jour au lendemain.. Disons qu'elle avait et a toujours eu quelques problème.. Il y a 4 ans, elle se mutilait. J'ai reussi à l'aider à se niveau là. Elle a perdu son meilleur ami/petit ami également il y a 3 ans.. Elle a toujours été solitaire, elle n'a que très peu de vrais amis. Elle a commencer à être obsédée par son poids il y a à peu près 1 ans..
R
35 ans Paris 1624
Pas évident :-k

Quelque part, c'est surtout à ses parents de réagir, c'est leur rôle. Est-ce qu'elle est proche d'eux ?

Et est-ce qu'elle a été suivie par un psy à un moment donné ?
H
25 ans 4
Rewind a écrit:
Pas évident :-k

Quelque part, c'est surtout à ses parents de réagir, c'est leur rôle. Est-ce qu'elle est proche d'eux ?

Et est-ce qu'elle a été suivie par un psy à un moment donné ?


Disons que sa famille est un peu spéciale.. Ces parents sont adorables, mais ils ne se préoccupent pas trop d'elle. Elle vit sa vie de son côté. Ils ne remarqueraient pas se problème là. Elle m'a dit la dernière fois "Tant que je tiens debout, ils ne s'inquiètent pas"...

Non. Rien que le mot Psy lui faire peur je pense.. Elle ne veux pas s'avouer qu'elle en à besoin je crois.. Elle est aussi lunatique.. Parfois, elle ne se supporte pas elle même.. Mais aller voir un Psy l’effraie.
32 ans 251
De mon point de vue, supprimer totalement une consommation de gâteau soda ou sucre quelconque n'est pas positif, au contraire. Même si elle en consommait beaucoup. La privation a des effets franchement néfastes et sur le corps, et sur l'esprit.
Je ne suis pas une référence hein. Mais moi quand je l'ai fait (ah ma foi, ça a très bien marché hein !), j'ai enchainé ensuite sur 6 mois de boulimie vomitive.

Pour l'avoir vécu également, même si les parents sont adorables, ils ne savent généralement pas comment réagir. Leur rôle... peut-être, mais globalement, ce n'est pas dans leurs cordes. Parce qu'elle ne leur confie sans doute pas tous ses doutes, parce qu'ils ne sont ni psychologues, psychiatres ou nutritionnistes avertis. De mon point de vue, mes parents ne m"ont été d'aucune aide, même si les signaux étaient quand même clairs.

A mon humble avis, la solution c'est le psy. Mais c'est sûr que lorsqu'on est dans le déni, ce n'est pas évident... la prise de conscience peut être rapide ou lente, mais vient souvient de soi.
Du coup je ne saurais pas quoi te conseiller, surtout si tu es si loin. Mais une chose est sûre, le cas me semble effectivement inquiétant.
R
35 ans Paris 1624
MiniChubby a écrit:
De mon point de vue, supprimer totalement une consommation de gâteau soda ou sucre quelconque n'est pas positif, au contraire. Même si elle en consommait beaucoup. La privation a des effets franchement néfastes et sur le corps, et sur l'esprit.
Je ne suis pas une référence hein. Mais moi quand je l'ai fait (ah ma foi, ça a très bien marché hein !), j'ai enchainé ensuite sur 6 mois de boulimie vomitive.

Non tu fais bien de donner un autre avis, surtout que je n'ai pas vécu la chose, donc je n'ai qu'un point de vue théorique et pas de vécu contrairement à toi. ;)

Citation:
Pour l'avoir vécu également, même si les parents sont adorables, ils ne savent généralement pas comment réagir. Leur rôle... peut-être, mais globalement, ce n'est pas dans leurs cordes. Parce qu'elle ne leur confie sans doute pas tous ses doutes, parce qu'ils ne sont ni psychologues, psychiatres ou nutritionnistes avertis. De mon point de vue, mes parents ne m"ont été d'aucune aide, même si les signaux étaient quand même clairs.

Peut-être que quelque part elle souhaite attirer leur attention aussi, s'ils n'ont pas conscience du problème et de sa gravité, ils partent du principe "qu'elle va bien". C'est un cercle vicieux, s'ils ne savent pas ils ne peuvent rien faire :?

Citation:
A mon humble avis, la solution c'est le psy. Mais c'est sûr que lorsqu'on est dans le déni, ce n'est pas évident... la prise de conscience peut être rapide ou lente, mais vient souvient de soi.
Du coup je ne saurais pas quoi te conseiller, surtout si tu es si loin. Mais une chose est sûre, le cas me semble effectivement inquiétant.

C'est certain, mais comme tu dis, la prise de conscience peut être dure...
Dans tous les cas, il faut que quelqu'un fasse quelque chose.
Peut-être même l'orienter vers une RA. Pas nécessairement dans le but de perdre du poids, mais de réapprendre à manger et à écouter ses besoins. :-k
B I U