MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Envie de démissionner

37 ans Toulouse 817
Bonjour à tous,

Cela fait 5 ans que je suis dans ma boîte et aujourd'hui je suis au bord des larmes. Une SSII classique implantée sur toulouse. Lorsque je suis entrée  
dans la société, j'étais identifiée comme technicienne et j'ai bénéficié il y a 1 an et demi d'une procédure de passage cadre. Je suis donc désormais identifiée comme ingénieur d'études sans avoir le diplôme d'ingénieur. Ce passage cadre était très important pour moi mais il y a un mais... je suis reconnue dans ma boîte mais si je pars, je ne me ferais jamais embauchée comme ingénieur, je repasserais tech.


Il y a un an j'ai changé de projet, mon projet précédant n'ayant pas été reconduit par le client (coût trop élevé). Sur cet ancien projet, on m'avait presque promis un passage en tant que chef de projet, mais voila avec le changement de projet, j'ai changés de chefs et forcément le passage en chef de projet est devenu impossible à ce moment là.

Je ne me suis pas inquiétée, j'ai appris a maitriser les nouvelles compétences requises pour ce nouveau projet et j'ai attendu. Sur ce nouveau projet, l'ambiance n'était pas au beau fixe et on a eu plusieurs départs. On a même notre manager qui se fait "gentiment" dégager de son poste pour que notre chef de projet prenne sa place. Mais ce départ ouvre également un poste... celui de chef de projet... Enfin ce poste a été ouvert en "théorie" car on a appris le départ du manager et la promotion en même temps qu'on apprenait qu'une personne allait venir sur notre projet pour prendre ce poste. Bref, il n'a même pas traversée l'esprit de notre management que le poste pourrait intéresser en interne sur le projet... où plutôt ils n'ont aucune confiance en nos capacités.


De mon côté j'étais assez déstabilisée, sur mon ancien projet, j'avais toujours quelque chose à faire, je savais toujours quelles seraient mes tâches sur les 15 prochains jours minimum et ma chef de projet nous tenait bien informés, on avait le travail qui arrivait toujours avant que le précédant soit terminé. Ça maintient un peu de pression mais c'était gérable.
Sur ce nouveau projet rien est pareil... je connais mon boulot pour les 4 prochaines heures et encore... je dois sans cesse aller voir mon chef de projet pour lui demander ce qu eje dois faire après... Au début je me disais qu'ils n'osaient pas me donner trop de tâches d'un coup et que cela allait venir quand ils comprendraient que j'apprenais vite. Mais je me trompais... 8 mois passent et c'est toujours pareil... sans cesses je dois aller voir mon chef de projet pour lui demander "j'ai fini je fais quoi maintenant ?". Je suis frustrée, moi qui était super autonome sur mon précédant projet, je me sens bridée à mort.

Viens la fin octobre, je dois partir en congé maladie pour ma sleeve. Je reviens après 3 semaines d'arrêt mais la forme n'est pas là, je me retrouve arrêtée encore une semaine de plus et prescrit un mi-temps thérapeutique pour un mois. A la fin du mi-temps je ne suis toujours pas assez en forme et on prolonge d'encore un mois. A la fin de ce second mois je décide, malgré la fatigue toujours présente de reprendre à temps complet, car je sais qu'ils ne m'ont pas remplacé au boulot et je ne veux pas porter préjudice au projet. Je fais des horaires un peu plus light mais je fais tout le boulot qu'on veut bien me donner.

Je m'use encore un peu à demander du boulot mais au bout d'un moment je craque... je ne demande plus rien... j'attends que mon chef fasse enfin son boulot et me donne un truc à faire. Je me dis que ça le fera peut être réagir d'autant que je suis à proprement parlé dégoutée d'avoir appris que le poste de chef de projet était attribué à une personne extérieur au projet (personne n'ayant jamais été chef de projet avant je précise, il occupait le même poste que moi mais sur un autre projet)...

Je m’ennuie sur ce projet qui techniquement n'est pas difficile et ne m'apprend plus rien. D'autant que les perspectives d'évolutions viennent de se refermer sous mon nez sans même que j'ai eu ma chance.
On me donne un formidable document de 15 pages à traduire de français à anglais... certes ça parle technique dedans mais tout est déjà écrit, ce n'est qu'une traduction...

Et finalement, on me donne enfin un boulot a faire qui tient sur 1 semaine. Quelque chose d'intéressant techniquement. Je me donne à fond, je m'éclate. Mais fatalement au bout d'1 semaine c'est fini... et me revoilà dans mon train train quotidien à me faire chier sur le net à attendre que mon chef de projet se rende compte qu'il ne m'a toujours pas redonné quelque chose à faire... Je fais de petites journée car d'une part le ne suis pas totalement remise de l'opération (je mange toujours très peu en quantité) et d'autre part parce que je n'ai rien à faire.

Et voilà les entretiens annuels qui arrivent. Tout d'abord, c'est au collaborateur (donc moi) de remplir l'entretien.
Je demande 2 choses :
- la première : une revalorisation de salaire car maintenant que je suis cadre j'aimerais bien que les nouveaux embauchés qui sortent tout juste d'écoles ne gagnent pas 5k€ de plus que moi, ca serait plus correcte de ne pas me sous-payer étant donné qu'on a reconnu mon status au niveau de la société.
- la seconde : je demande à passer chef de projet, car si sur mon ancien projet on a senti que j'avais les capacités pour le faire, il n'y a pas de raison que je les ai perdues... je n'apprends plus rien techniquement, j'ai toujours voulu monter dans la branche management, bref c'est ce que je veux faire.

Je passe l'entretien avec le chef de projet et le manager. Ca se passe plutôt bien, je leur explique que je veux passer chef de projet, que mon salaire est trop bas. De leur côté ils me parlent vaguement d'un problème de motivation mais ils se rappellent d'eux même que c'était ma période post-sleeve et et me disent en gros que je devais être encore fatiguée, ce que je confirme.
Ils me disent que par contre le poste de chef de projet sera difficilement possible sur notre projet actuel car les postes ne sont pas ouverts mais qu'ils vont pousser pour que le manager n+2 voient que je suis dispo et que j'en ai les capacités.


Et ensuite, à froid, ils écrivent leur conclusion qui a donné ca :
Citation:
E. a globalement réalisé un bonne année sur le projet. Toutefois, nous avons constaté une baisse de motivation sur le premier semestre de l'année 2013.

Nous avons bien pris en compte ses souhaits d'évolution professionnelle. Cependant, nous (le projet) ne sommes pas en mesure de répondre à ses attentes dans les délais souhaités par E. (2013).

Depuis quelques semaines, nous avons constaté une amélioration dans la motivation de E. Ces dernières réalisations en attestent.
Nous sommes pleinement convaincus qu'E. possède toutes les qualités pour atteindre ses objectifs sur le projet et nous espérons qu’elle nous donnera raison.


explication de texte :
ma "baisse de motivation" c'est ma période de maladie en gros... en gros vaut mieux se foutre totalement en arrêt que de venir a mi-temps ou de reprendre à temps plein quand on est crevé parce que votre "sacrifice" pour votre boulot ne sera pas récompensé au contraire.... Et ils le savaient bien, ils en ont parlé d'eux même pendant l'entretien...
Les dernières semaines d'améliorations c'est la fameuse semaine où j'ai enfin eu un boulot intéressant à faire et avec le temps je reprends de plus en plus de force donc mes horaires sont aussi plus conséquentes, mais ça ils le savent...
En tous les cas leur "aide" pour que je passe chef de projet est vraiment époustouflante..... en fait ils veulent me faire virer ?


Je suis écœurée. J'ai presque envie d'envoyer un mail à mon manager n+2 mais je sais à quel point lui aussi est nul alors je doute d'obtenir quoi que se soit...

Que faire ? Changer de boulot ? Même si je n'ai pas aujourd'hui le salaire d'un ingénieur j'ai le status (et donc la cotisation retraite etc) et je touche quand même plus qu'un technicien. Dans ma branche, j'aurai beaucoup de mal à trouver un autre boulot en tant que tech et je n'aurai surement pas le même salaire.

Me plaindre à mon manager n+2 ? Je les connais les gens comme lui... il ne fera que défendre mon chef de projet et mon manager et je n'obtiendrais rien du tout, pas même un semblant de reconnaissance. J'aimerais au moins lui parler pour me justifier face à ce qu'ils ont pu écrire sur mon entretien annuel mais je me dis un peu à quoi bon...

Je suis perdue... et très énervée.
Post by-pass, j'ai repris à temps partiel...6 mois, tellement je ne tenais pas debout.
et j'ai eu aussi des reproches.
ça, c'est comme ça, les gens s'imaginent que, quand tu es au taf, tu es à 100% et malade juste chez toi.

pour le reste, je te déconseille fortement de démissionner et de réagir à chaud.
surtout pas..

Prends le temps. pèse le pour et le contre, mais, PAS DE DEM'.
35 ans 886
coucou,

je comprends ce que tu ressens, pas facile le travail en entreprise. En plus comme tu le dis toi-même, quand il y a problème de santé même si les chefs le savent ils ne peuvent pas s'empêcher de voir ça comme une baisse d'implication, ce qui est injuste.

Mais cependant il y a des bons cotés dans ton boulot, le fait qu'auparavant tu as eu un projet interessant, qu'ils t'aient passée cadre. Même si pour le moment tu n'es pas bien je te conseille aussi de ne surtout pas démissionner car la roue tourne et les projets et les chefs aussi.
D'ailleurs, jusqu'à quand doit durer le projet actuel? D'autre part, est-ce que tu sais si finalement, ton chef de projet n'a pas beaucoup de travail à te donner et c'est pour ça que tu en manque ou il est débordé et choisit sciemment de ne pas te déléguer des taches?
37 ans Toulouse 817
Merci les filles, je tente de ne pas réagir à chaud, je suis partie du boulot mais j'avais vraiment envie de passer devant le bureau du manager n+2 pour parler... enfin heureusement il n'est jamais là donc même si je l'avais fait il n'aurait pas été dispo. Ca me laisse le temps de réfléchir à si je lui écris un mail ou pas.

Le problème c'est que j'ai changé de département et je n'ai plus du tout les mêmes chefs. Le projet actuel est encore là pour au moins 2 ans si ce n'est plus. Bref dans mon département actuel ce n'est pas un avenir brillant qui s'annonce.

Sinon concernant la charge de travail je dirais que c'est juste hyper mal réparti... il y en a qui ont beaucoup de boulot et d'autres qui n'ont rien à faire. Dans ceux qui n'ont rien à faire il y a moi qui travaille vite et me fait chier et un autre qui fait n'importe quoi donc qui recommence tout 3 fois. Dans ceux qui ont beaucoup de boulot il y a "les chefs" principalement et ils ne délèguent rien... bref c'est mal pensé, mal réparti, et ça risque pas de changer.

En tous les cas, je trouve ça révoltant de considérer un mi-temps thérapeutique comme de la démotivation. Le pire c'est qu'ils le savent et ils marquent quand même "démotivation". Avec une aide comme ça on a pas besoin d'avoir d'ennemis.
à l'époque, j'ai refusé de signer mon entretien annuel (fonction publique) et j'ai alerté l'AS du taf.

qui a fait en sorte que cela ne se reproduise plus.

en clair, ça a chié pour ma supérieure.
69 ans 3528
En dehors de ça, tu dis que ton statut d'ingénieur n'est pas reconnu hors de cette entreprise... Pourquoi est-ce que tu ne tenterais pas une formation (VAE ? ) pour officialiser ce niveau là ? Si en ce moment c'est pas hyper motivant ni chargé au boulot, tu as peut être un peu de marge pour te lancer dans ce projet perso... Et ils seront peut être + prêts à négocier s'ils savent que tu peux partir prétendre à mieux ailleurs.
37 ans Toulouse 817
blueberrycat a écrit:
à l'époque, j'ai refusé de signer mon entretien annuel (fonction publique) et j'ai alerté l'AS du taf.

qui a fait en sorte que cela ne se reproduise plus.

en clair, ça a chié pour ma supérieure.


Je n'ai pas osé, j'ai signé l'entretien, c'est pour ca que j'envisage de parler à mon manager n+2 mais je ne suis pas sure que cela servira à grand chose. Ceci dit qu'est ce que j'ai à y perdre ? Ils m'ont déjà tellement descendu ca peut pas être pire.



mamisha a écrit:
En dehors de ça, tu dis que ton statut d'ingénieur n'est pas reconnu hors de cette entreprise... Pourquoi est-ce que tu ne tenterais pas une formation (VAE ? ) pour officialiser ce niveau là ? Si en ce moment c'est pas hyper motivant ni chargé au boulot, tu as peut être un peu de marge pour te lancer dans ce projet perso... Et ils seront peut être + prêts à négocier s'ils savent que tu peux partir prétendre à mieux ailleurs.


J'ai commencé à prendre les premiers contacts pour faire une VAE oui. J'attends le rendez-vous avec la conseillère en charge de mon dossier. Mais le process est long et je ne pourrais pas valider un diplôme entier, il faudra le compléter par des cours du soir donc fatalement ça prendra au moins 1 an mais je vise plutôt 2 ans.
35 ans 886
Shika a écrit:
Sinon concernant la charge de travail je dirais que c'est juste hyper mal réparti... il y en a qui ont beaucoup de boulot et d'autres qui n'ont rien à faire. Dans ceux qui n'ont rien à faire il y a moi qui travaille vite et me fait chier et un autre qui fait n'importe quoi donc qui recommence tout 3 fois. Dans ceux qui ont beaucoup de boulot il y a "les chefs" principalement et ils ne délèguent rien... bref c'est mal pensé, mal réparti, et ça risque pas de changer.


Je comprends j'ai vécu ça aussi, là ça va un peu mieux. Rien de pire qu'un chef qui ne veut pas déléguer mais je pense que ça peut aller mieux quand même, par exemple en réunion en sautant sur le truc quand ça parle d'une tâche qui n'est pas attribuée, en montrant que tu es polyvalente en te proposant pour faire le back-up d'un collègue ou de ton chef partis en vacances, ce genre de trucs.

Shika a écrit:
En tous les cas, je trouve ça révoltant de considérer un mi-temps thérapeutique comme de la démotivation. Le pire c'est qu'ils le savent et ils marquent quand même "démotivation". Avec une aide comme ça on a pas besoin d'avoir d'ennemis.

Ah ça on est bien d'accord c'est hyper abusé et je comprends que tu sois en colère.

Mais surtout ce qu'il faudrait te dire c'est que ce n'est QUE le boulot, le truc qui sert à payer tes factures et partir en vacances. Et ça te donne des perspectives quand même avec la VAE même si ça va prendre du temps, pendant ce temps tu gagne ta vie même si ça ne se passe pas comme tu voudrais.
37 ans Toulouse 817
Ali-a a écrit:
Je comprends j'ai vécu ça aussi, là ça va un peu mieux. Rien de pire qu'un chef qui ne veut pas déléguer mais je pense que ça peut aller mieux quand même, par exemple en réunion en sautant sur le truc quand ça parle d'une tâche qui n'est pas attribuée, en montrant que tu es polyvalente en te proposant pour faire le back-up d'un collègue ou de ton chef partis en vacances, ce genre de trucs.


Ça serait possible s'il y avait des réunions pour attribuer les tâches ou au minimum tenir informé les gens sur le projet mais... non y'en a pas... c'est le premier projet où j'ai 0 réunion. Et après ils s'étonnent qu'on se sente moyennement impliqué... Quand je dis qu'ils sont nuls, ils le sont vraiment.
37 ans Toulouse 817
Bon après une bonne nuit de sommeil, la colère a reprit le pas sur la tristesse et l'écœurement.
J'ai fait une demande au support du logiciel utilisé pour les entretiens annuels. J'ai demandé à revenir en arrière, pour revenir avant l'étape de la signature. Je ne sais pas si cela sera possible mais je croise les doigts.
Si je le peux, je vais refuser l'entretien et étoffer ma conclusion pour expliquer que non je ne suis pas démotivée et que je ne suis pas d'accord avec la conclusion de mes chefs.
D
32 ans 117
Est ce que tu es sure que le manque de motivation qu'ils semblent percevoir vient de ta fatigue et non pas de ça :

Citation:
Je m'use encore un peu à demander du boulot mais au bout d'un moment je craque... je ne demande plus rien... j'attends que mon chef fasse enfin son boulot et me donne un truc à faire. Je me dis que ça le fera peut être réagir


Si tu es passée d'une attitude où tu étais très demandeuse de nouvelles tâches à une attitude où tu attends qu'on te sollicite quitte à ne pas faire grand chose de ta journée si on ne vient pas vers toi, cela a pu peut être être mal interprété ?
37 ans Toulouse 817
Dakota31 a écrit:
Est ce que tu es sure que le manque de motivation qu'ils semblent percevoir vient de ta fatigue et non pas de ça :

Citation:
Je m'use encore un peu à demander du boulot mais au bout d'un moment je craque... je ne demande plus rien... j'attends que mon chef fasse enfin son boulot et me donne un truc à faire. Je me dis que ça le fera peut être réagir


Si tu es passée d'une attitude où tu étais très demandeuse de nouvelles tâches à une attitude où tu attends qu'on te sollicite quitte à ne pas faire grand chose de ta journée si on ne vient pas vers toi, cela a pu peut être être mal interprété ?



C'est en effet partiellement le cas mais ils savaient que si je ne venais pas vers eux c'est parce que j'étais crevée à cause des suites de mon opération. Ils le savent puisqu'ils m'en ont parlé d'eux même pendant l'entretien mais nulle trace dans la conclusion...
37 ans Toulouse 817
Bon je reviens juste d'une discussion avec mes chefs. Le fait de dire que j'avais demandé à revenir en arrière pour réécrire ma conclusion et peut être refuser l'entretien a eu son petit effet comme je m'y attendais.

Résultat, ils ont joué les étonnés... genre ils n'ont pas compris parce que pour eux leur conclusion était tout à fait positive :shock:

Je me suis pas démontée, j'ai repris point par point ce qui me gênait et ils vont reformuler certaines phrases, enlever certaines parties d'autres et ajouter des précisions.
Il devrait être fait mention de mon arrêt maladie et la dernière phrase devrait passer de :
Citation:
Nous sommes pleinement convaincus qu'E. possède toutes les qualités pour atteindre ses objectifs sur le projet et nous espérons qu’elle nous donnera raison.


à à peu prêt ça :
Citation:
Nous sommes pleinement convaincus qu'E. possède toutes les qualités pour atteindre ses objectifs (sur le projet mais aussi sur son évolution de carrière).

Ce qui sonnera tout de même vachement mieux comme dernière phrase... quoi qu'ils en disent, les mots ont une importance.

Exit aussi le "globalement", j'aurai donc :
Citation:
E. a réalisé un bonne année sur le projet

La phrase sera suivi par la baisse de motivation expliqué par l'arrêt maladie. Mais bon c'est déjà ça !

De mon côté, dans ma conclusion, je compte expliquer le problème du manque d'autonomie, d'être obligée d'aller demander sans cesse "et après ?" etc. Ils ne se gênent pas pour dire que d'après eux j'ai été moins motivé pendant que j'étais à mi-temps ? Et bien je me gênerais pas pour parler de leur méthodes. Et je n'oublierais pas de parler des chaises musicales sur les postes qui ont eu un effet désastreux sur le moral de l'équipe.


Bref j'ai encore un peu la haine, mais ca va mieux, et je vais me battre !
34 ans Orgrimmar 6511
Bien joué!
Tu as raison de te battre, parfois les mots ont bien plus de poids que prévu et autant que ce soit positif sur toute la ligne (je ne vois pas comme négatif le fait que tu aies eu un petit coup de mou avec l'opération).
Bisous
37 ans Toulouse 817
Merci !

Ça m'a fait du bien de parler ici, et finalement je ne regrette pas de pas avoir lâché même si maintenant j'ai une réputation de pinailleuse.
B I U