MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Timidité et réserve: obstacles à la sociabilité?

26 ans Nantes, Loire-Atlantique 88
J'ai pas trouvé de sujet récent là-dessus alors je me permets d'en créer un et d'aborder la question de la timidité, que ce soit envers des personnes de  
sexe opposé ou non.

Êtes-vous timide? Peut-être l'avez vous été? Comment avez-vous été vers les autres dans ce cas? Ou d'une façon générale avez-vous du mal à "sociabiliser"?
Cette difficulté à sociabiliser viendrait-elle d'une mauvaise image que l'on se renvoie de nous et donc aux autres? Ou c'est simplement "naturel" et "passager" ?

Si j'aborde ce sujet c'est que ça me concerne un peu: j'ai toujours été timide, depuis la primaire, le collège mais plus ça va et plus je me suis renfermée sur moi (sans doute pour des tas de raisons que je suis même capable d'identifier).
Bref avec le temps, force est de constater que le cercle d'amis se..."resserre" de plus en plus disons. Fût une période où j'avais beaucoup d'amis, et le temps a fait que je peux les compter sur les doigts d'une main aujourd'hui! Plus je vais mal, moins je vais vers les gens, moins j'ai d'amis et moins je fais de rencontres. Mais une fois qu'on se sent mieux, et qu'on veut voir de nouvelles têtes, malgré son naturel réservé?
Me concernant je suis davantage timide avec les hommes que les femmes, mais aussi davantage au sein d'un groupe nombreux que parmi 2-3 personnes (ce qui paraît évident).
En général on a tendance à toujours faire de nouvelles rencontres, mais que se passe-t-il quand on est timide ou réservé, voire carrément "handicapé" (le terme est abrupt, je le conçois) sur le plan relationnel?
Comment s'ouvrir aux gens et voire relancer sa vie sociale?

Je lirai avec plaisir vos idées et opinions là-dessus, mais également vos expériences et "solutions". :)
27 ans Au paradis 42
Êtes-vous timide ? Oui énormément.
Peut-être l'avez vous été? Oui et depuis toujours.
Comment avez-vous été vers les autres dans ce cas? J'évite d'aller vers les gens par peur de me faire rejeter :( .
Avez-vous du mal à "sociabiliser"? Oui énormément et ça me "tue".
Cette difficulté à sociabiliser viendrait-elle d'une mauvaise image que l'on se renvoie de nous et donc aux autres? Je penses que c'est à cause du fait que ma mère depuis mon enfance me rabaisse, sur tout.
26 ans Nantes, Loire-Atlantique 88
Joesux a écrit:
Êtes-vous timide ? Oui énormément.
Peut-être l'avez vous été? Oui et depuis toujours.
Comment avez-vous été vers les autres dans ce cas? J'évite d'aller vers les gens par peur de me faire rejeter :( .
Avez-vous du mal à "sociabiliser"? Oui énormément et ça me "tue".
Cette difficulté à sociabiliser viendrait-elle d'une mauvaise image que l'on se renvoie de nous et donc aux autres? Je penses que c'est à cause du fait que ma mère depuis mon enfance me rabaisse, sur tout.


J'ai exactement le même genre de relation avec la mienne, et plus ça empire, plus je me renferme! Mais je pense qu'il faudrait que je m'éloigne d'elle et ne vive plus avec pour me sentir mieux psychologiquement. Peut-être que ce serait le cas pour toi aussi?
S
31 ans 3465
Alors tout d'abord, je réponds à tes questions.

Êtes-vous timide?Non, je ne suis pas timide, mais je suis réservée. Je n'ai pas peur de parler à un-e inconnu-e ou à quelqu'un que je viens de connaître, mais je n'aime pas me dévoiler trop vite et me comporter avec une personne que je connais à peine, comme si on était amis depuis 10 ans.

Peut-être l'avez-vous été?Oui, comme beaucoup, à l'adolescence. Ce qui était paradoxal parce que j'étais simultanément très exubérante.

Comment avez-vous été dans les autres dans ce cas?Je dirais que je n'en ai jamais vraiment eu besoin. Il y a des contacts qui se nouent naturellement sans que l'un ait besoin d'aller - spécifiquement - vers l'autre. Surtout dans un cadre scolaire où à force de côtoyer tes camarades en général, il y en a bien un avec qui tu découvres des affinités.

Avez-vous du mal à "sociabiliser"? Non. Comme je l'ai dit, même si je ne vais pas spécialement parler aux gens, si on vient me parler, je suis ouverte, pas de problème, je tape la tchatche aussi.

Cette difficulté à sociabiliser viendrait-elle d'une mauvaise image que l'on se renvoie de nous et donc aux autres? C'est une possibilité. On peut trouver des raisons à la timidités autant que d'être humains sur terre, mais je pense que ça vient surtout d'une peur du rejet et donc par extension de ne pas se sentir à la hauteur des relations humaines. Dès le moment où on franchit le cape de cette peur du rejet, je pense que la timidité s'en va automatiquement.

Il faut garder en tête que dans ce cas de figure la pire chose qu'on puisse te dire, c'est: "Je n'ai pas envie de te parler". Ce n'est en soit déjà pas bien grave, parce qu'il faut savoir relativiser et se dire qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. Et puis ensuite, les gens sont rarement aussi cash. Ils te le feront plutôt comprendre gentiment qu'ils n'ont pas envie de tisser de liens avec toi.

Mais bon, je pars du principe qu'il n'y a pas besoin d'aborder les gens. Il faut juste rester ouverte - c'est très important - et laisser les choses se faire naturellement.
26 ans Nantes, Loire-Atlantique 88
Citation:
Mais bon, je pars du principe qu'il n'y a pas besoin d'aborder les gens. Il faut juste rester ouverte - c'est très important - et laisser les choses se faire naturellement.


Et si les gens ne viennent pas vers nous?

:roll:
S
31 ans 3465
C'est bien pour ça que je dis qu'il faut être ouverte. Tu le dis toi-même, tu es renfermée. Personne n'a envie d'approcher quelqu'un qui ne semble pas disposé à se laisser approcher. :roll: C'est pareil pour les gens déprimés, c'est triste à dire, mais c'est totalement humain. Si tu veux que les gens viennent vers toi, faut leur en donner l'envie.

Et puis bon, si tu ne fais aucun effort de ton côté et que t'attends sans essayer de travailler sur toi que les gens viennent, tu vas attendre longtemps. Tu n'es pas obligé d'aller vers les gens, mais tu peux commencer juste par dire un "salut" avec un grand sourire. Ca donne déjà plus envie d'approcher que quelqu'un qui n'ose pas te regarder (je ne dis pas que c'est ton cas). La timidité c'est un cercle vicieux. Tu n'oses pas aller vers les gens parce que tu es timide, mais du coup les gens ne viendront pas vers toi, parce que tu ne dégageras pas quelque chose qui les incitera à venir. Un simple salut avec un sourire, personne ne verra quelque chose de négatif la dedans. Ca fait plaisir à tout le monde quand on nous salue avec la bonne humeur.
26 ans Nantes, Loire-Atlantique 88
Oui le "cercle vicieux", c'est l'expression juste pour décrire ça je pense!

J'ai le sentiment d'être coincée dans mon shmilblick moi #-o
S
31 ans 3465
Sincèrement, je pense qu'il faut vaincre la crainte du rejet. Si tu arrives à te dire qu'au final la pire des choses qui puisse t'arriver c'est un "non" et que de toute manière tu n'as rien à perdre... Le tour est joué. Mais je sais que ce n'est pas facile.

Je veux dire au final, des gens qui te trouveront antipathique, il y en aura toujours. On ne peut pas plaire à tout le monde. Si tu veux qu'on te trouve sympathique (et ça aussi il y en aura toujours), il faut donner aux gens l'occasion de le voir, effectivement au risque de paraître grotesque.
26 ans Nantes, Loire-Atlantique 88
C'est pas tant la crainte d'être rejetée, juste que je suis pas habituée à aller vers les gens, d'habitude c'était plus l'inverse
S
31 ans 3465
Eh bien tu sais ce qu'on dit: Si Rome ne vient pas à toi, c'est toi qui va à Rome (ou un truc du genre :lol: ). C'est clair que c'est chouette quand on n'a qu'à attendre pour avoir ce qu'on veut. Mais quand ça vient pas en restant passive, ma fois il faut s'activer et faire en sorte que ça vienne.
26 ans Nantes, Loire-Atlantique 88
C'est pas faux, faut que je tente de passer au-dessus de la timidité un jour ou l'autre tfaçon
34 ans 4879
Pour ma part je souffre d'un "trouble de la personnalité évitante" ( http://fr.wikipedia.or...ersonnalit%C3%A9_%C3%A9vitante )donc c'est différent de la simple timidité...ça peut aller jusqu'aux attaques de panique/crises d'angoisses.
En fait je me sens inadaptée dans les rapports sociaux,j'ai l'impression que les gens que je vais rencontrer vont forcément me rejeter, que je donne une mauvaise image de moi...et je suis assez parano.
Maintenant je travaille sur ce problème en thérapie et globalement j'arrive à donner le change si il le faut, sur une courte durée (quelques heures, jours, parfois semaines, vraiment en me forçant), mais je me "fatigue" vite de jouer le rôle de la fille sympa, sociable...du coup je redeviens assez vite moi même et là forcément les gens prennent du recul.
Pour ma part c'est lié au fait que je n'aime pas vraiment les gens, je m'en suis trop pris plein la tronche en étant gamine de la part ds autres enfants, j'ai un père pervers narcissique, une mère assez névrosée...bref l'humain ne m'inspire pas confiance.
27 ans Au paradis 42
Citation:
j'ai exactement le même genre de relation avec la mienne, et plus ça empire, plus je me renferme! Mais je pense qu'il faudrait que je m'éloigne d'elle et ne vive plus avec pour me sentir mieux psychologiquement. Peut-être que ce serait le cas pour toi aussi?


Ah oui clairement c'est ce qu'il me faudrait ici, on ce comprend :)
47 ans Sur un gros arbre perché 7658
L'avantage d'être une fille, c'est qu'il y aura toujours un bonhomme motivé pour rechercher le contact.

Il est certain que s'ils s'y cassent les dents les uns après les autres...
O
99 ans 10517
le_chat_du_cheshire a écrit:
L'avantage d'être une fille, c'est qu'il y aura toujours un bonhomme motivé pour rechercher le contact.

Il est certain que s'ils s'y cassent les dents les uns après les autres...


pas d'accord, je connais plusieurs très belles filles (comprendre taille mannequin standard et tête tout à fait honnête voire honnête ++) qui ne se font JAMAIS aborder, et qui n'ont jamais eu de mec ou presque, à quasi trente ans. C'est l'effet "porte de prison" quand tu fais la tronche en permanence, et que tu sembles fusiller du regard tout ce qui croise tes yeux, et que tu as l'air de vouloir péter plus haut que ton cul, ... spa gagné, même le plus mort de fami des morts de faim ne s'y risquerait pas.
B I U