MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

les mécanismes de reprise de poids post op

H
32 ans 120
j'ai trouvé ceci sur le net : c'est une traduction qui vaut ce qu'elle vaut : (libre de droit)
Impact à long terme de la chirurgie bariatrique sur  
le poids corporel, comorbidités, et l'état nutritionnel. Shah M , Simha V , Garg A .
Source : Division de la nutrition et maladies métaboliques, de l'Université du Texas Southwestern Medical Center, Dallas, Texas 75235-9052, USA.
Résumé

Le nombre de patients qui subissent Roux-en-Y bypass gastrique (RYGB) et le cerclage gastrique (GB) chirurgies a augmenté de façon spectaculaire au cours de la dernière décennie, mais l'impact à long terme de ces interventions sur le poids corporel, comorbidités, et l'état nutritionnel reste incertain, tout comme les mécanismes de reprise de poids.
ACQUISITION DES DONNÉES:
Les articles ont été trouvés via PubMed. Pour examiner l'impact de la chirurgie bariatrique sur le maintien du poids et des comorbidités, seuls les articles avec un suivi postopératoire de 3 ans ou plus ont été inclus. Les articles sur l'état nutritionnel avaient un suivi de 12 mois ou plus.
CONCLUSIONS:
RYGB et GB chirurgies conduisent à la perte de poids importante chez les personnes souffrant d'obésité morbide. Cependant, le poids significatif retrouver survient sur le long terme, et selon la seule étude bien conçue prospective contrôlée, l'amélioration des comorbidités associées à la perte de poids réduit à long terme sur la reprise de poids. Il existe certaines preuves d'une étude rétrospective que la chirurgie RYGB est associée à une diminution modeste de la mortalité à long terme. Ces résultats doivent encore être étayée par bien conçues, des études contrôlées randomisées et prospectives à long terme. Les mécanismes qui conduisent à la reprise de poids doivent être examinées plus loin et peuvent inclure augmentation de la consommation d'énergie due à l'élargissement de l'évolution des stomies et d'adaptation dans les niveaux de l'intestin et des hormones adipocytaires comme la ghréline et la leptine, qui régulent l'apport énergétique, diminution de l'activité physique , les changements dans les dépenses d'énergie et d'autres facteurs. En plus de la reprise de poids, la chirurgie RYGB est associée à une incidence fréquente de fer, vitamine B12, acide folique, de calcium, et la carence en vitamine D, ce qui nécessite une supplémentation et un suivi régulier.

Donc sur la reprise de poids plusieurs hypothèses sont avancées :
-réelargissement de l'estomac
-changement hormonal lié
-changements propres au patient : diminution de l'activité physique, augmentation des apports énergétiques

Après avoir lu ceci, j aimerais savoir si l'une d'entre vous à au cours de ces recherches lu un autre article/étude basées sur les raisons d'une reprise de poids sur le long terme post op?
44 ans Paris 9866
Tu pourrais mettre le lien d'origine stp?
H
32 ans 120
Désolée, je l'avais zappé : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16954156 :D
H
32 ans 120
J'ai également trouvé un autre article sur le sujet :
http://www.realites-ca...s/2011/11/05.Poitou_Bernet.pdf
44 ans Paris 9866
Merci, intéressant! un son de cloche qu'on n'entend pas suffisamment :?
H
32 ans 120
De rien, en ce moment j'hésite de plus en plus sur la chir,qui pourtant je croyais allait me permettre de revivre..... D'après le dernier lien que je t ai poster les opérations mixtes st les plus efficaces pour la pertes de poids à longs termes avec les plus gros risques de carences et de complication :?
plus je me renseigne plus mon humeur est noire : les régimes c est pas la solution, la RA peut te faire reprendre des kilos, les opérations ça peut te tuer, te mutiler et dans le meilleur des cas sur le long terme tu risque de reprendre.

Alors que faire?
33 ans 1547
Que faire ? Peut-être rien, dans un premier temps.
Je ne sais pas si c'est ton cas, mais quand on a passé un certain temps à lutter et à tenter mille régimes/stratégies pour contrôler son corps ou son alimentation, c'est peut-être ce qu'on n'a jamais vraiment pu découvrir. (La notion de restriction cognitive est très intéressante à ce sujet. Même quand on perd le contrôle, il est toujours là.)

Et si on est incapable de s'arrêter sur ce premier temps, se demander pourquoi. Quelles sont ces angoisses qui nous assaillent, de quoi parlent-elles au fond ?

C'est naturel je pense que ça te fasse du mal de lire qu'il n'existe aucune solution "absolue".
Je ne sais pas vraiment c'est sûr, mais j'imagine qu'on est nombreuses à avoir cherché et avoir souffert de cela.

J'imagine que tu ne veux pas perdre du poids pour "perdre du poids". Que ce n'est pas une fin mais un moyen. Que tu recherches autre chose à travers cette perte de poids.
J'imagine que ce n'est pas juste le chiffre sur la balance qui dérange, parce qu'à moins de vivre sur une balance, on n'a pas affaire à lui si souvent.

Donc peut-être que ça peut t'aider de penser à/parler de ce que tu cherches et pour lequel tu imagines que "la perte de poids" serait le moyen.
Le moyen vers quoi ?

Tu l'as peut-être déjà évoqué, j'ai lu plusieurs messages de toi mais j'ai peut-être oublié depuis.

Et là, peut-être que tu percevras différemment les choses, ou tu peux faire le point ici si tu veux en parler. Ou peut-être, te risquer à être entendue différemment, par un psy.

Après, sur le forum il y a pas mal de messages qui expriment ce que ces moyens que tu cites permettent et leurs limites.

Est-ce que tu as pu ressentir de l'intérêt, de l'espoir, par rapport à la RA, à une thérapie, à une activité physique ? Parce que même si tout ça a des limites naturelles, leurs apports ne sont pas à négliger et s'inscrivent de façon très cohérente vers une amélioration de la qualité de vie, avec ou sans chirurgie au final.
43 ans Paradise island 524
Dans ces études on ne prend pas en compte le fait qu'on opère sans avoir traité la cause de la prise de poids,donc forcément si cette cause n'est pas réglée avant opération elle causera les mêmes dégats à long terme.
C'est pourquoi il est important de bien faire un point avec le psy,de se faire suivre avant ET voir la chirurgie non pas comme la solution miracle à tous les problèmes mais comme une aide concernant un point précis du problème.En opérant on ne prend pas le problème à la racine,juste sur une des branches.
Si on opère les gens sur le seul fait de leur IMC sans prendre en compte leurs TCA et autres soucis émotionels en pensant que la chirurgie va tout résoudre,forcément on va à l'échec.Ce n'est pas la technique opératoire qui est à revoir mais le protocole et la prise en charge psy du patient pré-op.Mais rien à faire on parle toujours de diet,de manger 5 fruits et légumes sans comprendre JAMAIS que ce qui pêche c'est la tête.Un patient mange trop?On l'envoie chez la diet qui va lui dire "mangez moins" (sans blague) alors que le souci serait de savoir pourquoi il mange trop...
H
32 ans 120
happinesstherapy a écrit:
Dans ces études on ne prend pas en compte le fait qu'on opère sans avoir traité la cause de la prise de poids,donc forcément si cette cause n'est pas réglée avant opération elle causera les mêmes dégats à long terme.

C'est pourquoi il est important de bien faire un point avec le psy,de se faire suivre avant ET voir la chirurgie non pas comme la solution miracle à tous les problèmes mais comme une aide concernant un point précis du problème.

Bjr hapinesstherapy, je crois que dans ces études, il y a un panel, un peu hétéroclyte avec certainement des patients qui ont eu ce suivi psy et puis d'autres qui sont passés à coté. Effectivement, il serait intéressant qu'une études statistique se penche sur la corrélation entre la reprise ou non de poids à long terme post op et le suivi psy.

Je suis également de ton avis concernant la chir que je redoute et ne vois que comme une aide, une béquille et non la solution miracle. Pour moi, c est à envisager en dernier recours...Je suis également de ton avis en ce qui concerne le suivi psy, sachant qu 'en surpoids depuis mes 6 ans environs puis obèse, j ai été suivi par des nutris qui m'ont fait faire des régimes, mais pas une seule fois on ne m'a demandé si j avais été voir un psy..........Quand au fait de m'avoir fait faire des régimes dès l'enfance, je ne sais qu'en penser........... :shock:
43 ans Paradise island 524
Sur le suivi psy pré-op il ne faut pas se leurrer et en attendre beaucoup,il s'agit juste de voir le patient et de s'assurer (à peu près) qu'il n'est pas dépressif par exemple.Ce suivi ne permet pas à lui seul de régler la cause...C'est pourquoi il faut que le patient avant d'envisager une chirurgie fasse de lui-même une démarche psy,pas celle d'un suivi pré-op.
Perso,j'ai décidé de faire une RA/thérapie alimentaire puisque la nourriture me servait à ma calmer,m'occuper,ect.une fois la cause réglée (presque 2 ans!) j'ai décide de m'attaquer à l'un des symptômes:le poids et donc de me faire opérer.Faire la chirurgie sans la thérapie,pour moi c'est forcément l'échec.Et faire les 2 ne signifie pas non plus qu'il n'y a plus d'efforts à fournir.
Mais il est vrai qu'on trouve plus facilement un diet qui va te filer son petit régime polycopié qu'on bon psy/médecin qui va traiter la cause en profondeur..
Le suivi psy post-op est surtout cibler sur le changement d'image,comment en prendre conscience,comment le gérer,etc...
H
32 ans 120
happinesstherapy a écrit:
Sur le suivi psy pré-op il ne faut pas se leurrer et en attendre beaucoup,il s'agit juste de voir le patient et de s'assurer (à peu près) qu'il n'est pas dépressif par exemple.Ce suivi ne permet pas à lui seul de régler la cause...C'est pourquoi il faut que le patient avant d'envisager une chirurgie fasse de lui-même une démarche psy,pas celle d'un suivi pré-op.

Merci Happinesstherapy de nous l'avoir indiqué, pour ma part je ne le savais pas- je pensais que le suivi psy pré op était suffisant : dans ce cas là, comment fais t-on pour avoir un bon suivi psy concrètement, parce que, pour ma part, je ne saurais pas choisir un bon psy, je n en connais pas, et j imagine qu'il y en a de +/- spécialisés dans les troubles du comportement alimentaires... Alors que faire? Aller chez son médecin traitant et demander un courrier ? Ou c'est le chirurgien qui lors de la première visite t'indique qui voir?
Déjà choisir entre la psychanalyse et une téhrapie c'est pas simple....
51 ans Région nîmoise 1567
Citation:
Dans ces études on ne prend pas en compte le fait qu'on opère sans avoir traité la cause de la prise de poids,donc forcément si cette cause n'est pas réglée avant opération elle causera les mêmes dégats à long terme.



Bingo
43 ans Paradise island 524
harper a écrit:
happinesstherapy a écrit:
Sur le suivi psy pré-op il ne faut pas se leurrer et en attendre beaucoup,il s'agit juste de voir le patient et de s'assurer (à peu près) qu'il n'est pas dépressif par exemple.Ce suivi ne permet pas à lui seul de régler la cause...C'est pourquoi il faut que le patient avant d'envisager une chirurgie fasse de lui-même une démarche psy,pas celle d'un suivi pré-op.

Merci Happinesstherapy de nous l'avoir indiqué, pour ma part je ne le savais pas- je pensais que le suivi psy pré op était suffisant : dans ce cas là, comment fais t-on pour avoir un bon suivi psy concrètement, parce que, pour ma part, je ne saurais pas choisir un bon psy, je n en connais pas, et j imagine qu'il y en a de +/- spécialisés dans les troubles du comportement alimentaires... Alors que faire? Aller chez son médecin traitant et demander un courrier ? Ou c'est le chirurgien qui lors de la première visite t'indique qui voir?
Déjà choisir entre la psychanalyse et une téhrapie c'est pas simple....


Pour le suivi pré-op,c'est ton chirurgien qui devrait t'indiquer un psy à aller voir,normalement.Mais il s'agira d'un entretien d'une heure surtout pour déceler une éventuelle dépression ou autre grosse contre-indication et voilà tout.Sauf si tu en fais la demande auprès de lui,pour faire une thérapie plus longue si le feeling passe bien et qu'il en propose mais ça sort du cadre "pré-op"
POur trouver un médecin pour une thérapie,perso j'ai été sur le site du gros.org,habitant Paris je n'ai pas eu de mal et je suis allée voir Zermati,il m'a suivie et dans le même temps dirigée vers un psy pour un autre souci.Il doit y avoir sur le site de la sécu les spécialistes en troubles alimentaires.Il ne faut pas hésiter à changer si on n'a ps le feeling au 1er rdv,à poser des questions par tel en prenant rdv.
H
32 ans 120
Ok merci happînesstherapy pour tes précisions ;) , je pense attendre ma visite avec le chirurgien, et je lui demanderais à lui ou alors lors de l'entretien d'une heure avec le psy de me faire un courrier pour consulter, ensuite je regarderais sur le site du gros.org....Je ne sais pas si j'ai besoin de consulter mais je veux mettre toutes les chances de mon coté, de toute façon on n'en arrive pas là par hasard.
Mais je crois que dans mon département il n'y a ue des psychologue et pas de psychiatres...
Mais c est vrai que cela me parait étrange de demander cela à un chirurgien finalement qui me connait pas et que je n aurais vu qu'une fois....
43 ans Paradise island 524
harper a écrit:
Ok merci happînesstherapy pour tes précisions ;) , je pense attendre ma visite avec le chirurgien, et je lui demanderais à lui ou alors lors de l'entretien d'une heure avec le psy de me faire un courrier pour consulter, ensuite je regarderais sur le site du gros.org....Je ne sais pas si j'ai besoin de consulter mais je veux mettre toutes les chances de mon coté, de toute façon on n'en arrive pas là par hasard.
Mais je crois que dans mon département il n'y a ue des psychologue et pas de psychiatres...
Mais c est vrai que cela me parait étrange de demander cela à un chirurgien finalement qui me connait pas et que je n aurais vu qu'une fois....


tu ne pers rien à consulter le psy.Comme tu dis on n'en arrive pas là par hasard et il faut en être bien conscient avant l'opération.La "gourmandise" les problèmes de thyroides,etc toutes les excuses qu'on peut trouver il faut regarder les choses vraiment en face afin de ne plus reproduire le schéma après l'opération.
Tu te fais opérer dans une clinique,un hopital??
B I U


Discussions liées