MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Doute et balance

J
38 ans Paris 1842
Bonjour,
Il y a un an, j'ai commencé à consulter le docteur******. En novembre, il m'a conseillé de me peser, ce que j'ai fait. Depuis, j'ai perdu *** kgs, d'après ma  
balance. J'ai acheté de nouveaux pantalons: les chinos du monop, que j'achetais en 48, désormais en 46. J'ai pris mes mesures, et j'ai l'impression d'avoir perdu 4 cm de tour de mollet (merci les mesures pour duoboots^^), de tour de hanche et de taille.

Sauf que ma balance est en panne. J'en ai racheté une, dans le bazar du coin: elle m'ajoute 10 kgs par rapport à la dernière pesée, y a une semaine, sur l'ancienne balance.

Donc je flippe. Je me dis que si ça se trouve, l'ancienne balance déconnait. Que je n'ai pas maigri. Que je me mens à moi même à propos des vêtements dans lesquels je flotte, que d'ailleurs les gens me disent peu que j'ai maigri, que pour les mesures, ce doit être du à mon imprécision en mesurant...

Bref, paumée, et un peu flippée de retomber dans ce genre d'angoisse. Et je me sens un peu idiote, de flipper pour ça, et de faire un post pour ça en plus ^^
33 ans 1547
En te lisant je me rappelle ce que la nutritionniste avait pu me dire à ce sujet. (ou du moins ce que j'en ai compris ;) ) C'est aussi une implication de la RA, de faire confiance à son corps dans ses signaux. Je ne sais pas si on peut percevoir le poids de notre corps (à moins d'un contraste très important comme lorsqu'on est dans l'eau), mais tu peux percevoir des différences de volume, des changements dans ta silhouette, des sensations liées aux mouvements qui deviennent différentes. C'est avec toutes ces sensations qu'on vit au quotidien et c'est avec ces repères qu'on se déplace, qu'on choisit une posture, etc. Sur tout cela, la balance ne donne finalement pas d'indication. C'est un chiffre qui vient de l'extérieur, qui est effectivement aléatoire d'une balance à l'autre (donc l'important n'est peut-être pas le poids affiché mais l'égalité ou la différence entre deux pesées sur la même balance), et aussi changeant selon le moment des pesées. Bref, c'est un peu comme si on se fiait aux calories d'un aliment plutôt que de s'intéresser à son aspect et à son goût.
D'autant que ce chiffre indique un poids total sans différencier autre chose. Certaines personnes perçoivent des changements corporels de volume, de silhouette, par exemple après avoir eu plus d'activité qu'habituellement ou au contraire en s'arrêtant, sans forcément que le poids total change.

Tu te pèses régulièrement ? A quel rythme ?
Pourquoi te pèses-tu ?
Pourquoi prends-tu tes mensurations? Pour te vêtir ou pour contrôler les changements de ton corps ? Ces derniers te préoccupent-ils ?
Comment ces chiffres changent la représentation que tu as de ta personne ? Est-ce qu'il s'agit uniquement de l'image de ton corps ou est-ce que ça touche aussi à ton image globale ?
Ce que tu écris évoque aussi toutes ces questions.
Je ne te les pose pas directement, c'est un cheminement qui se nourrit dans le temps, que tu as peut-être déjà entamé d'ailleurs, mais je pense que ça peut être bénéfique de préciser les choses sur ce que représente pour toi le chiffre indiquant le poids d'un corps à un instant donné.

Bonne continuation !
J
38 ans Paris 1842
Merci! Je pense que tu as totalement raison!

Je ne me pesais plus depuis des années. Le médecin m'a dit de me peser, juste avant les rdv avec lui. J'ai commencé à me peser le matin, et puis le soir, et puis après chaque repas...

J'avais pris mes mensurations pour une commande en ligne. Et je les ai reprises, ensuite, pour avoir une donnée "objective" sur moi.

Je n'ai plus aucune représentation de mon corps. Je sens que j'ai maigri, aux vêtements, parce que mon ami-amant me le dis, ou parce que je sens des os qui avait disparus: la pointe de la hanche, le genou qui est plus apparent. Mais quand je me vois, je me trouve encore tellement énorme- presque plus qu'avant de maigrir: je me dis que tous ces kgs sont partis, mais que je suis tjs un gros tas...
33 ans 1547
Justdontknow a écrit:
Merci! Je pense que tu as totalement raison!

Je ne me pesais plus depuis des années. Le médecin m'a dit de me peser, juste avant les rdv avec lui. J'ai commencé à me peser le matin, et puis le soir, et puis après chaque repas...

J'avais pris mes mensurations pour une commande en ligne. Et je les ai reprises, ensuite, pour avoir une donnée "objective" sur moi.

Je n'ai plus aucune représentation de mon corps. Je sens que j'ai maigri, aux vêtements, parce que mon ami-amant me le dis, ou parce que je sens des os qui avait disparus: la pointe de la hanche, le genou qui est plus apparent. Mais quand je me vois, je me trouve encore tellement énorme- presque plus qu'avant de maigrir: je me dis que tous ces kgs sont partis, mais que je suis tjs un gros tas...


Je trouve interpellant que tu nommes cela ainsi: "un gros tas".
Ton corps n'est pas un tas, celui des personnes rondes qui nous lisent non plus. Un corps gros reste un corps, ni sacré ni déchet.
Remplace le mot "tas" par "corps", et tu sentiras que ça n'a pas de sens de se réduire à cela "je suis un gros corps".
Pourquoi avoir éprouvé le besoin de se disqualifier ? C'est comme si ton corps engageait à lui seul ta valeur...

As-tu parlé avec ton médecin de cette dérive (obsession?) sur ton poids chiffré ?
Ça semble important que tu ne sois pas toute seule pour faire face à l'angoisse et aux émotions que tu ressens autour de cela.

Pour la représentation de son corps, c'est peut-être plus intérieur qu'on se l'imagine. Il s'agit moins de ton corps dans sa réalité (poids, tailles, forme, fragilité, etc) que de la façon dont tu l'investis et dont tu le ressens. La représentation qu'on s'en fait vient à la fois de la façon dont on éprouve notre corps dans la réalité et à la fois de la façon dont on l'éprouve de l'intérieur.
Ça peut peut-être t'aider si tu essaies de te dégager de ce besoin de contrôle extérieur (en travaillant sur les besoins de ce contrôle) et en privilégiant ce qui peut te mettre en relation avec ton corps depuis l'intérieur. Ça peut être avec la danse, la piscine, les (auto)massages, les soins du corps, avec un professionnel qui travaille à partir du corps, avec des activités utilisant la matière aussi pourquoi pas, ou le chant par exemple. L'important c'est que tu sois suffisamment attentive à toi dans ces moments là. Parfois c'est plus facile seule ou avec quelqu'un d'extérieur.
Personnellement, ce qui m'a profité a été ce qui mettait en jeu le mouvement et le toucher. J'en avais/ai profondément besoin.

Je t'invite à lire ce message de Pomdereinnette qui a écrit une phrase qui résonne beaucoup pour moi dans un message où elle parle de son rapport à son corps:
" En bref, l'habiter du dedans plutôt que le juger du dehors."
cf: http://www.vivelesrondes.com/forum/viewtopic_383535.htm

Bon courage à toi
B I U