MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

L'article qui m'a choquée hier soir

29 ans 182
Naffie a écrit:
Ici, le féminisme défavorise les hommes, mais parfois il défavorise les femmes aussi.


Histoire qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, je précise qu'ici désigne mon exemple  
et non pas le Québec en général.
34 ans 3267
mamykro a écrit:
J'ai été voir ton lien, Lovelylexy, mais j'avoue que je n'ai pas bien compris ce que cela venait faire là (bon, j'avoue aussi que je suis loin d'être bilingue... :lol: ).

Si j'ai bien tout compris, c'est l'histoire d'une gamine de 13 ans qui s'est faite violée par un homme de 30, et dont les parents ont refusé qu'elle avorte. Du coup, elle a voulu le faire elle même avec un pinceau et elle en est morte.

C'est une histoire atroce, mais je n'ai pas bien compris le rapport avec le sujet, en fait. On est plutôt dans un débat anti-avortement, non? Bien entendu, la lutte pour le droit à l'avortement fait partie du combat féméiniste, je suis d'accord.


En fait, Mamykro, je voulais illustrer l'idée que les féministes radicales font tout un foin pour des histoires comme celle de l'article linké par Naffie et ne s'occupent pas de choses bien plus urgentes et graves, comme ce qui est évoqué dans l'article. En fait, comme en Pennsylvanie une mineure ne peut avoir recourt à l'IVG qu'avec la permission de ses parents, la pauvre gamine a eu un acte désespéré; ça m'a énervée de voir que certaines féministes consacraient leur énergie à des sottises (article sur pénétration=invasion colonialiste) alors que les vrais combats ( accession à l'IVG/contraception, égalité de revenu à compétences égales, etc) sont loins d'être gagnés.
42 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
Du coup tu comprendras un peu mieux mon agacement à l'époque de la suppression du mademoiselle, cette case dont on se foutait et qu'on n'était absolumnet déjà pas à l'époque obligées de cocher si on n'en n'avait pas envie puisque la loi disait déjà que cette civilité n'avait rien d'obligatoire.
Beaucoup d'énergie, et d'argent probablement, dépensés pour de toute façon continuer à utiliser mademoiselle quand même.
Oui, je crois encore cette case parfois et ma mère vient de recevoir aujourd'hui son nouveau carnet de chéque, toujours au nom de Mle X, elle ne va sûrement pas aller porter plainte pour ça parce que c'est illégal ;)

Et pendant ce temps, ailleurs dans le monde, et même en France ...
42 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
je crois = je croise
42 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
Quoi que ... je n'ai pas suivi cette histoire jusqu'au bout.
Ce n'est illégal que sur les documents de l'administration c'est bien ça ? Partout ailleurs, le mademoiselle, on peut l'utiliser si ça nous chante, non ?
45 ans région parisienne 5831
LovelyLexy a écrit:
En fait, Mamykro, je voulais illustrer l'idée que les féministes radicales font tout un foin pour des histoires comme celle de l'article linké par Naffie et ne s'occupent pas de choses bien plus urgentes et graves, comme ce qui est évoqué dans l'article.


OK, je comprends mieux et je suis complétement d'accord avec toi. Malheureusmeent, il y a encore plein de combats "de base" à mener pour les droits des femmes, avant de pouvoir se chamailler sur des broutilles sans intéret.
45 ans région parisienne 5831
Naffie a écrit:
Par exemple, je trouve illogique qu'on demande aux entreprises de faire 50% hommes et 50% femmes dans les employés. Ça se fait de plus en plus, ici (Québec). S'il y a déjà 50% du nombre voulu d'employés qui sont des hommes, les patrons n'engagent que des femmes, et ce même si elles sont moins compétentes que certains candidats masculins qui se sont présentés en entrevue.


Je comprends ton point de vue, mais je crois aussi qu'imposer 50% de femmes, c'est la seule façon pour faire avancer les choses rapidement. Même si la mesure a un côté injuste, c'est aussi la seule façon de faire accepter dans les moeurs que des femmes soient à des postes à responsabilité, par exemple.

Si on attend l'évolution naturelle des mentalités, on en sera peut-être pas beaucoup plus avancé dans 50 ans! :roll:

Ceci dit, normalement, ce genre de mesure n'est pas fait pour durer: au bout de quelques années, on peut revenir à la normale, une fois qu'il est admis par tous que les femmes sont clairement aussi compétentes que les hommes.
649
mamykro a écrit:
Je comprends ton point de vue, mais je crois aussi qu'imposer 50% de femmes, c'est la seule façon pour faire avancer les choses rapidement. Même si la mesure a un côté injuste, c'est aussi la seule façon de faire accepter dans les moeurs que des femmes soient à des postes à responsabilité, par exemple.


Non c''est complètement arbitraire et ça ne peut se faire qu'au détriment des individus. L'égalitarisme demeure très dangereux.
J
38 ans Paris 1842
Thestral a écrit:
mamykro a écrit:
Je comprends ton point de vue, mais je crois aussi qu'imposer 50% de femmes, c'est la seule façon pour faire avancer les choses rapidement. Même si la mesure a un côté injuste, c'est aussi la seule façon de faire accepter dans les moeurs que des femmes soient à des postes à responsabilité, par exemple.


Non c''est complètement arbitraire et ça ne peut se faire qu'au détriment des individus. L'égalitarisme demeure très dangereux.


Oui, alors d'un autre côté, que l'on me donne une autre solution...

Je ne suis pas super pour les quotas, notamment en politique.

Sauf que dans les deux milieux pros que j'ai fréquenté, le barreau et l'université, les femmes étaient majoritaires à la base, et disparaissent quand on monte les échelons.

Je participe régulièrement à des réunions remplies de vieux types bedonnants de 50 ans, qui s'écoutent parler, et spontanément se tournent vers la seule femme jeune de l'assistance quand ils veulent un café.

Sauf que la seule femme de l'assistance, elle a deux masters, un doctorat et son diplôme d'avocat, et ne leur fera pas leur café :D

Il n'en demeure pas moins que, malgré mon caractère, ma volonté, mes diplômes et mon célibat, je trouve que le sexisme est toujours très présent, qu'il se manifeste par un certain paternalisme d'une part, mais aussi par des habitudes de travail de vieux mâles assistés par une épouse: ces types sont prêts à perdre des heures en réunion, se côtoient dans les mêmes cercles sociaux et sportifs,ne perdent pas une minute à gérer leur vie familiale et pro, et tentent d'imposer cette vision du travail.

Mon boss, quand il quitte le cab deux fois dans la semaine à minuit, son frigo est plein, sa femme a géré les enfants et l'éventuelle panne de chaudière.

Donc je ne sais pas. Je crois que ces types vont s'accrocher à leur pouvoir comme des moules à des rochers, favoriser l'ascension de ceux qui leur ressemblent, et je ne suis pas certaine d'avoir vraiment l'énergie de travailler deux fois plus qu'eux pour arriver au même niveau.

Si des quotas permettent de faire en sorte que ma carrière avance sans travailler plus qu'un homme, je prends.
45 ans région parisienne 5831
Exactement comme Justdontknow: certes, les quotas sont une mesure qui présente plein de défauts... mais quel autre choix a-t-on pour tenter de réparer cette injustice profonde entre les hommes et les femmes? :?: :?: :?:
46 ans à la maison ! 10072
Thestral a écrit:
mamykro a écrit:
Je comprends ton point de vue, mais je crois aussi qu'imposer 50% de femmes, c'est la seule façon pour faire avancer les choses rapidement. Même si la mesure a un côté injuste, c'est aussi la seule façon de faire accepter dans les moeurs que des femmes soient à des postes à responsabilité, par exemple.


Non c''est complètement arbitraire et ça ne peut se faire qu'au détriment des individus. L'égalitarisme demeure très dangereux.


Je suis plutôt d'accord avec ça. Je crains même que ça ne fasse qu'empirer le côté machiste de certains. Le problème est qu'il n'y a pas de solution rapide. Nous sommes dans une société qui a l'habitude de tout voir évoluer très très vite.
45 ans région parisienne 5831
Il me semble qu'il existe des sociétés où cette mesure a été appliquée depuis un bout de temps, et que les études ont prouvé qu'il y avait une réelle évolution des mentalités vers plus d'agalité, justement. ;)
46 ans à la maison ! 10072
Ce n'est sans doute pas la seule mesure qui a été prise dans ces pays. Et en plus, on ne peut pas comparer les pays parce que les mentalités, les habitudes y sont différentes. Le machisme est plus ancré chez les latins que dans les pays du nord, par exemple.
J
38 ans Paris 1842
Sur le fait de faire empirer le machisme de certains, j'ai du mal à être convaincue. Si cela veut dire que certains mecs râleront, en disant que la femme qui est leur égale ou leur supérieure hiérarchique n'est là que parce que c'est une femme, soit. Qu'ils le disent.Ce sont les mêmes qui font déjà des remarques sexistes, sauf que là, on aura dans les faits réparé une petite injustice.

Ce qui me fait peur, en fait, c'est que je trouve que même si dans ma génération les choses changent un peu (mes confrères hommes par ex cherchent d'avantage à équilibrer vie pro- perso, notamment parce que contrairement à leurs aînés, leurs femmes bossent et ne les assistent pas H24), je vois encore beaucoup de femmes se limiter elles mêmes, s'infliger une vision genrée de leur place dans la société.

Et puis ces vieux paternalistes m'horripilent hein!^^
46 ans à la maison ! 10072
Justdontknow a écrit:
Sur le fait de faire empirer le machisme de certains, j'ai du mal à être convaincue. Si cela veut dire que certains mecs râleront, en disant que la femme qui est leur égale ou leur supérieure hiérarchique n'est là que parce que c'est une femme, soit. Qu'ils le disent.Ce sont les mêmes qui font déjà des remarques sexistes, sauf que là, on aura dans les faits réparé une petite injustice.


Non, je parle des cas où les entreprises sont "obligées" d'engager une femme pour respecter les quotas, alors qu'il pouvait y avoir des hommes plus qualifiés.
J'aimerai savoir si ces quotas sont valables dans l'autre sens ? Est-ce qu'un hôpital est obligé d'engager 50% d'infirmiers par exemple ?
B I U


Discussions liées