MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Préparation premier RDV Zermati

41 ans 821
Bonjour,

Je vais aller voir Zermati pour la première fois courant octobre je pense (quand la secrétaire me rappellera ...). Pour faire un bref portrait : IMC supérieur à 50 peut-être  
60, je ne peux plus me peser car ma balance ne suit plus .... diabète en vue si ce n'est déjà installé, fatigue physique immense dûe - en partie - au poids, obligation de développer un très fort caractère pour faire face à l'hostilité de notre charmante société etc. etc.

Je suis de loin en loin ce que Zermati fait depuis un bon moment déjà mais sans m'investir. J'ai compris qu'il prône le non régime, en cela, il a ma parfaite adhésion et de manger quand on a faim, ce dont on a envie (ce dont le corps a besoin) et jusqu'à ce qu'on ait plus faim. Si on mange plus que sa faim car on est pas encore très sûre de ses sensations ou qu'on a laissé une émotion faire, pas grave puisque il suffit d'attendre qu'on ait de nouveau faim pour manger de nouveau et réguler tout ça. etc. + la différenciation de l'envie de manger émotionnelle et la faim physique. Bref de la positive attitude à tous les étages.

J'ai donc compris les grandes lignes mais pour arriver à reconnaître la faim, la satiété, gérer les émotions (bonnes ou mauvaises), j'ai besoin d'aide voire d'encadrement.

Auriez-vous des conseils pour un peu structurer ma préparation au premier RDV avec Zermati sans que cela me prenne trop de temps ?
- livres : pour Zermati : je l'ai tout un post hier dont j'ai ressorti que "maigrir sans régime" était le livre le plus complet. A votre avis : est-ce le meilleur pour débuter ou il fait le compléter/remplacer par d'autres ?
pour Apfeldorfer : "Mangez en paix" ?
- carnet alimentaire pendant 15 jours ou est-ce précipité ?
- attendre la faim ? la satiété ? (je n'y arrive pas, résultat je jeûne depuis avant hier soir : j'ai très envie de manger mais pas faim).
- autres ?

Merci à celles qui pourront m'apporter quelques éclairages ;)
34 ans 1547
Bonjour,

Citation:
Je suis de loin en loin ce que Zermati fait depuis un bon moment déjà mais sans m'investir. J'ai compris qu'il prône le non régime, en cela, il a ma parfaite adhésion et de manger quand on a faim, ce dont on a envie (ce dont le corps a besoin) et jusqu'à ce qu'on ait plus faim. Si on mange plus que sa faim car on est pas encore très sûre de ses sensations ou qu'on a laissé une émotion faire, pas grave puisque il suffit d'attendre qu'on ait de nouveau faim pour manger de nouveau et réguler tout ça. etc. + la différenciation de l'envie de manger émotionnelle et la faim physique. Bref de la positive attitude à tous les étages.


Tu as bien résumé dans l'ensemble les principes de la rééducation alimentaire !
Pour ma part je nuancerai, mais il s'agit de ma représentation, en disant qu'il s'agit moins de "positive attitude" que d'un travail soutenu d'attention, qui peut être difficile au début quand on a des troubles du comportement alimentaire. Ce qui aide, c'est comment les représentations autour de l'alimentation (ces "il faut" ou "il faut pas" "c'est bien" "c'est mal", etc) sont mises en question et cela aide à réduire la culpabilité que ces idées génèrent, donc à être plus disponible pour être attentif aux sensations.

Sur le fait de dépasser sa satiété et de manger sans fin, ce n'est effectivement pas "grave" ! Cela dit, c'est important. De savourer, de ne pas négliger le plaisir et, au début de la démarche, de prendre le temps de comprendre qu'est-ce qui dans l'environnement ou dans nos émotions a favorisé que l'on ne perçoive ou n'écoute pas nos sensations.

Citation:
J'ai donc compris les grandes lignes mais pour arriver à reconnaître la faim, la satiété, gérer les émotions (bonnes ou mauvaises), j'ai besoin d'aide voire d'encadrement.


C'est normal et ça demande du temps. Le suivi avec ton nutritionniste va bientôt débuter, et les échanges sur VLR pourront t'aider. Pour "gérer les émotions", ça demande parfois un travail plus poussé; C'est sûr que ça nous questionne sur d'autres plans (le rapport à la nourriture, aux autres, à son corps, à ses émotions...).


Citation:
Auriez-vous des conseils pour un peu structurer ma préparation au premier RDV avec Zermati sans que cela me prenne trop de temps ?
- livres : pour Zermati : je l'ai tout un post hier dont j'ai ressorti que "maigrir sans régime" était le livre le plus complet. A votre avis : est-ce le meilleur pour débuter ou il fait le compléter/remplacer par d'autres ?
pour Apfeldorfer : "Mangez en paix" ?
- carnet alimentaire pendant 15 jours ou est-ce précipité ?
- attendre la faim ? la satiété ? (je n'y arrive pas, résultat je jeûne depuis avant hier soir : j'ai très envie de manger mais pas faim).
- autres ?


Une question m'est venue : pourquoi éprouves-tu le besoin de te préparer à ce premier RDV ? Qu'est-ce que tu attends de cette préparation ?

Dans ce que tu dis au début de ton message, tu n'es pas sûre de ton état de santé. Je pense que ça peut déjà être une chose importante, afin que ça te rende disponible pour la rééducation alimentaire, de savoir où tu en es concernant le diabète dont tu n'es pas certaine d'en avoir ou non.
J'ai été à un IMC proche de 60 sans en développer, donc ce n'est pas systématique. Mais de le savoir (j'en avais peur et imaginait qu'avec un tel poids mon corps devait être tout déglingué), ça m'a aidé à m'engager dans la RA (par rapport au fait qu'avec la RA il n'y a pas forcément de perte de poids).

Après, je pense que pour le rdv en lui-même c'est avec ton nutritionniste que vous allez échanger sur comment cheminer, je ne pense pas qu'il faille lire, écrire ou faire des choses avant, sauf si la secrétaire te le précise.
C'est surtout une préparation "psychologique" qui fait que tu commences à t'imaginer le rendez-vous (qui sera forcément différent), à le redouter et à l'attendre à la fois, à y penser, à en parler comme sur le forum, etc. Fais toi confiance, rien que ton message est une façon de t'y préparer :-)
Est-ce que cela t'inquiète?

Si tu sens que tu as besoin de t'engager dans quelque chose, ça peut être intéressant que tu commences à t'observer, à essayer d'écouter si tu as faim, de quoi tu as faim, si tu aimes, pourquoi, si tu n'as plus faim, dans quel environnement tu manges, si tu manges sans faim, pourquoi, etc.
Mais c'est important d'être la plus bienveillante à ton égard et ce n'est pas toujours évident de l'être seule.

Qu'est-ce qui t'a donné l'élan de prendre rendez-vous et de commencer une rééducation alimentaire ?
34 ans 1547
(Arf, je n'avais pas vu que le sujet avait été posté en double et qu'Angia avait déjà répondu.)
41 ans 821
Merci pour ta réponse.

Pour le diabète : je suis en intolérance au glucose. Ma prochaine prise de sang arrive mais statistiquement je suis en plein dedans (découverte il y a 3 ans et pas de mesures diététiques appliquées depuis lors).

Pas de déclic pour me lancer dans la démarche, si ce n'est l"envie de ne plus avoir de TCA ... et c'est vrai essayer de faire la paix avec la nourriture avant le diabète ou à son tout début. Je ne ferai jamais de diète pour diabétique, je ne pourrais pas la tenir(quelque soit ma volonté et ma peur et l'urgence et les conséquences :cry: ) aussi équilibré soit-elle. Donc, pour ma santé et me donner la chance de vivre un peu plus longtemps, je souhaite juste rééquilibrer, ne pas avoir de crises alimentaires ; et après ce sera anti diabétique oraux, insuline puis ..... :cry: on verra ...

Si j'écoute les médecins je me mets à la diète tout de suite, je vais tenir 6 mois suivi de 6 mois de pulsions incontrôlables suivi de 3 mois de diète suivi de 1 an de crise ... je parie juste que ce système me tuera plus rapidement (ou du moins me coûtera) plus rapidement une amputation ou la cécité que manger à ma faim ce dont j'ai envie sans excès ;)

C'est pô gai ...
41 ans 821
Merci pour ta réponse.

Pour le diabète : je suis en intolérance au glucose. Ma prochaine prise de sang arrive mais statistiquement je suis en plein dedans (découverte il y a 3 ans et pas de mesures diététiques appliquées depuis lors).

Pas de déclic pour me lancer dans la démarche, si ce n'est l"envie de ne plus avoir de TCA ... et c'est vrai essayer de faire la paix avec la nourriture avant le diabète ou à son tout début. Je ne ferai jamais de diète pour diabétique, je ne pourrais pas la tenir(quelque soit ma volonté et ma peur et l'urgence et les conséquences :cry: ) aussi équilibré soit-elle. Donc, pour ma santé et me donner la chance de vivre un peu plus longtemps, je souhaite juste rééquilibrer, ne pas avoir de crises alimentaires ; et après ce sera anti diabétique oraux, insuline puis ..... :cry: on verra ...

Si j'écoute les médecins je me mets à la diète tout de suite, je vais tenir 6 mois suivi de 6 mois de pulsions incontrôlables suivi de 3 mois de diète suivi de 1 an de crise ... je parie juste que ce système me tuera plus rapidement (ou du moins me coûtera) plus rapidement une amputation ou la cécité que manger à ma faim ce dont j'ai envie sans excès ;)

C'est pô gai ...
41 ans 821
test messager (pour voir pourquoi les messages s'affichent 2 fois)
44 ans Paradise island 524
Bonjour

en fait pour ta 1ere consultation tu n'as pas besoin de préparation spéciale,ni d'avoir lu le bouquin....à la limite tu peux retracer sur papier l'historique de ton poids depuis ton enfance.Prépare toi à tenir un carnet alimentaire mais pas forcément avant le 1er rdv.Il te donnera les 1er exercices à faire sur la faim.
34 ans 1547
vivi75 a écrit:
Pour le diabète : je suis en intolérance au glucose. Ma prochaine prise de sang arrive mais statistiquement je suis en plein dedans (découverte il y a 3 ans et pas de mesures diététiques appliquées depuis lors).


D'accord.
C'est ce qui me semblait important, qu'il y ait une prise de sang et une connaissance plus claire de ton état de santé.
La seule contrainte que ça engage pour moi est de s'informer pour choisir de façon éclairée ce que l'on souhaite faire de cette connaissance de notre état de santé.

Citation:
Pas de déclic pour me lancer dans la démarche, si ce n'est l"envie de ne plus avoir de TCA ... et c'est vrai essayer de faire la paix avec la nourriture avant le diabète ou à son tout début.


C'est pour moi le coeur de la RA, le rapport à l'alimentation.
Tu n'es pas la seule il me semble à t'engager dans une RA en ayant un début de diabète (je pense au sujet de Pimpf dans cette section) ou une autre spécificité somatique (je ne sais pas comment appeler cela) qui fasse que l'alimentation soit ponctuée de réactions physiques qui peuvent apparaître comme des contraintes (je pense aux personnes allergiques ou opérées par exemple).

Tiens nous au courant de comment ton suivi se passe si tu as envie de partager cela avec nous ;)
B I U


Discussions liées