MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Le rire est-il forcément social?

34 ans Orgrimmar 6511
Bon, ok, ça fait un peu devoir de philo.
Mais en me levant (ça fait 10 minutes que j'ai émergé, parfois la nuit a sur moi des conséquences bizarres ;) )  
je me suis posé cette question.
En effet, il m'arrive bien évidemment de rire, comme tout le monde je l'espère.
Mais j'ai remarqué que mon "vrai" rire apparaissait peu.
Je ris pas mal au boulot, mais j'ai l'impression qu'il n'est pas complétement naturel, je ris pour accompagner quelqu'un qui rit, je ris pour encourager à raconter cette histoire "drôle", etc...
Mon "vrai" rire est très sélect ;) Je ris franchement avec ma meilleure amie, avec mon chéri, avec certaines personnes de ma famille. Mais pour le reste, il est souvent contrôlé.
Là est la première partie de mon "problème".

Deuxième partie, je ne ris quasiment jamais quand je suis seule, pas observée. Il m'en faut beaucoup. Une épisode de Kaamelot qui me ferait éclater de rire si j'étais accompagnée par une personne que j'aime et partage cet humour se transforme quand je suis seule à un petit sourire esquissé avec peine, ou carrément un rire intérieur.
C'est d'autant plus "troublant", que par contre les larmes viennent quasi uniquement quand je suis seule, et rapidement! (cela peut être des larmes de tristesse, mais aussi de "joie")

Et je suis souvent seule (ce n'est pas à déplorer, j'aime la solitude, quoique, en ce moment elle soit ressentie comme un peu forcée).

Bref, la question est brouillon, en même temps, comme je l'ai dit je viens d'émerger x) mais j'aimerais savoir si vous êtes dans ce cas vous aussi, ou comment vous fonctionnez si ce n'est pas le cas.

J'ai envie de parler et de discuter autour du rire.
30 ans 2571
Je trouve ta question très intéressante ;)

Je suis dans le même cas que toi, il est rare que je rie vraiment sauf avec mes amis, ou quelquefois un vrai fou rire naît d'une situation absurde.

Je ne ris pas souvent seule non plus. Je me souviens une fois, je faisais ms devoirs (j'étais lycéenne), et tout en réfléchissant à mon exo de maths, j'entortillais un truc comme ça : http://leszitounes.com...ge/paille-articule-palmier.jpg
et soudain, le truc s'est déroulé d'un coup en me sautant littéralement à la figure, et en me faisant sursauter de 3m : j'ai éclaté de rire, un rire sincère et spontané, seule. Je me souviens que je m'étais posé la question : pourquoi rit-on presque toujours accompagnés ?
34 ans Orgrimmar 6511
Oui, et je dirais même: pourquoi ne rit-on jamais quand il n'y a pas de témoins?
Parce qu'il m'arrive de rire d'un truc quand mon chéri est dans la même pièce et fait autre chose par exemple, comme si j'avais besoin de partager ce rire, ou d'attirer son attention...
S
85 ans 4901
je ris de la meme manière seule ou accompagnée.

Par contre, je ne ris pas souvent à des blagues que je trouve lourde, je ne me force meme pas à sourire, socialement, je suis attentive et à l'écoute, mais si cela ne me fait pas rire,je ne me sens pas obligée de le faire pour faire plaisir, peut etre que je l'ai fait quand j'étais plus jeune par contre.

Je ris avec mes proches, mais j'ai pas un rire très tonitruant, ou bruyant. Parfois je peux me prendre un fou-rire par contre, mais c'est pas très souvent.
45 ans région parisienne 5831
C'est une question intéressante. Du coup, j'ai fait une petite recherche, et voila ce que j'ai trouvé dans le premier article (wikipedia) que j'ai lu:

wikipedia a écrit:
L’être humain serait en quelque sorte « précâblé » pour le rire, et plus particulièrement en situation sociale ou communautaire2.

(...)

L'humain rit 12 fois moins seul qu'en présence d'autres personnes, ce qui tend à prouver que le rire a un rôle social.


C'est marrant, car, tout comme Saralou, je n'avais pas la sensation de rire moins quand je suis seule que quand je suis avec quelqu'un, mais en y réfléchissant bien, c'est peut-être le cas, finalement.
C
45 ans là 2187
Pour moi c'est le contraire, je ris de façon sonore quand je suis seule et même si je souris quand je suis accompagnée, mes rires quand il y'en a restent silencieux.
S
31 ans 3465
Je ris réellement que quand j'ai un fou rire, ce qui ne m'arrive pas tous les jours malheureusement. Mais je m'en tape pas mal, surtout en cours. Sinon, quand je suis seule... Oui ça m'arrive de rire en repensant à quelque chose de drôle. Ca m'est arrivé récemment dans le bus, j'ai piqué un fou rire, du coup je triturais mon portable, alors que je n'avais pas de message pour ne pas paraître complètement allumée.
34 ans Orgrimmar 6511
N'y a-t-il pas également une dimension éducative?
Je m'avance sûrement, mais Cool40, on ne t'a jamais dit quand tu étais petite que ça ne se faisait pas de rire fort pour une fille?
Ca me fait penser aux japonaises qui mettent tout le temps leur main devant la bouche, parce que c'est indécent de montrer les dents lorsqu'on est une fille!
C
45 ans là 2187
Yuutsu a écrit:
N'y a-t-il pas également une dimension éducative?
Je m'avance sûrement, mais Cool40, on ne t'a jamais dit quand tu étais petite que ça ne se faisait pas de rire fort pour une fille?
Ca me fait penser aux japonaises qui mettent tout le temps leur main devant la bouche, parce que c'est indécent de montrer les dents lorsqu'on est une fille!



Non on ne m'a jamais dit cela. Mais c'est vrai que dans ma famille, un rire bruyant peut être associé à la superficialité, à la moquerie, au paraitre pour faire bien. Un fou rire n'est pas mal vu par contre, et je n'ai aucune gêne à rire devant mes parents s'il y a qq chose de très très drôle.

L'image va peut-être surprendre, mais j'expliquerais notre façon de gérer le rire dans ma famille a un reste de pudeur paysanne, d’atavisme breton, qui voient dans le rire de "société" comme une expression de superficialité sociale comme on a pu voir dans le film "Ridicules" de Patrice Leconte.

En riant trop fort, on peut déranger les personnes autour qui ne sont pas forcément dans le même esprit, ne pas rire fort donc, c'est respecter l'autre. Je le ressens ainsi, après je sais que ce n'est pas forcément le ressenti de tout le monde et je le respecte, c'est juste mon explication intime de mon ressenti par rapport à ce que je suis.
C
45 ans là 2187
Un rire peut faire mal, un rire peut blesser, un rire peut tuer, je crois qu'il ne faut pas l'oublier.

C'est une réaction naturelle mais c'est aussi une arme sociale d'auto-défense, d'attaque seul ou en groupe contre quelqu'un ou une situation, une réaction pour masquer sa gêne devant autrui ou ce que dit une personne.
34 ans Orgrimmar 6511
Je comprends.
Moi, au contraire, j'ai souvent peur que de ne pas rire à une blagounette d'un client (par exemple) paraisse déplacé... C'est pas simple.
34 ans Orgrimmar 6511
Et je n'ai jamais su rire du malheur des autres. Je me moque difficilement des gens.
30 ans 2571
Je vois pas ce qu'il y a de mal à rire de façon superficielle... Pour un rien, pour une raison futile, même pas très drôle, ça met de bonne humeur... Si on a toujours peur de se sentir ridicule, c'est bien triste quand même.
Pour moi, le rire est le plus beau son qui soit, c'est la vie, c'est la joie, c'est aussi l'envie de partager du plaisir. Même quand je suis triste, le rire des autres ne me dérange pas, il me rassure, il montre que la vie continue.

Quant au rire moqueur, je ne suis pas totalement "contre" la moquerie, du moment qu'elle est dosée, et aussi tournée vers soi-même. Quand on a de l'auto-dérision, se moquer de soi ou des autres, avec bienveillance, je trouve que ça peut être aussi une forme d'affection, ou bien une manière d'éviter que tout le monde se prenne trop au sérieux : ça dédramatise, ça rapproche, en quelque sorte, de souligner qu'on a tous des faiblesses, des ridicules, et que c'est pas grave.

Quand on a de l'amour, sincèrement, pour les gens en général, on peut bien rire et charrier Pierre, Paul, Jacques, sans blesser ou heurter.
C
45 ans là 2187
Yuutsu a écrit:
Je comprends.
Moi, au contraire, j'ai souvent peur que de ne pas rire à une blagounette d'un client (par exemple) paraisse déplacé... C'est pas simple.


Dans pareille situation, moi je souris et j'ajoute parfois un petit commentaire mais pas plus et je n'ai même jamais pensé qu'il eut fallu que j'émette un son avec mon sourire. Personne n'a jamais mal pris que je fasse ainsi si ça peut t'aider à te sentir mieux à l'avenir en pareille situation.
34 ans Orgrimmar 6511
J'essaierai.

Quand je parlais des moqueries, Salammbo, je parlais bien évidemment des méchantes.
B I U


Discussions liées