MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Perte d'appétit et... de poids

S
32 ans Expat 1409
Bonjour à tou(te)s!

Je pense que ce forum est le plus approprié pour mon "problème", donc j'espère qu'il ne sera pas déplacé.

Depuis la pré-adolescence, j'ai toujours été en surpoids. En  
2006, j'ai atteint un pic avec un IMC supérieur à 30 (pas de chiffres exacts, on est pas là pour compter les kilos et en plus j'ai pas de balance, donc toc).

J'ai toujours été assez sportive et ai toujours fait des activités variées donc j'avais quand même une bonne masse musculaire, bien qu'en surpoids. J'ai eu des tendances boulimiques, je n'ai jamais réussi à tenir un régime et la nourriture était mon réconfort au quotidien. Après avoir commencé une RA seule et avoir commencé par prendre du poids, j'ai perdu avant de me stabiliser... pendant 3 ans, j'ai stagné autour d'un IMC de 28 avec, j'imagine, des écarts en fonction des saisons et de mes humeurs. Puis durant l'hiver dernier, j'ai eu quelques problèmes relationnels (premier chagrin d'amour à 25 ans), avec les études, le boulot et là, je viens de terminer une thérapie de 4 mois pour troubles de la personnalité/troubles affectifs. Depuis octobre à peu près, je pense avoir un perdu un peu, et puis à partir de mars, j'ai l'impression d'avoir énormément maigri. Il est vrai que j'ai changé un peu mon régime sportif (je cours plus et fais aussi plus de résistance musculaire) et j'ai supprimé presque complètement le gluten de mon alimentation (intolérance moyenne, si j'en mange, je me retrouve le plus souvent avec les douleurs aigües au niveau du gros intestin).

J'ai aussi très peu d'appétit, même si j'ai faim et que je me fais à manger, deux cuillères me suffisent et ensuite je n'arrive plus à manger. Il m'est arrivé de manger trois cuillères à soupe de riz, une banane et une pomme dans la journée, tout en ayant couru 10 km le matin et en ayant 2h de kick-boxing le soir. Je prends des boissons isotoniques et quelquefois des milk-shakes protéinés pour compenser un peu. Mes analyses sanguines sont bonnes, ma généraliste ne me trouve rien d'anormal et mon psy ne s'en inquiète pas trop. Il part du principe que c'est passager et qu'après tout ce que j'ai traversé ces derniers mois, je me cherche un peu et j'essaie de retrouver l'équilibre. Selon lui, il faudra s'en inquiéter si cela ne passe pas dans les prochains mois.

Quand je rencontre des personnes qui ne m'ont pas vue ces derniers mois, elles sont choquées (ma mère par exemple). J'ai dû refaire toute ma garde-robe car je flotte dans mes jeans et j'ai perdu un bon bonnet de soutien-gorge. (J'arrive à rentrer dans les jeans slims de chez H&.., et même pas la plus grande taille, c'est pour vous dire!). J'ai eu l'occasion de me peser récemment et il semblerait que mon IMC soit passé sous 25, donc "normal" comme les médecins aiment le répéter.

Alors oui, je suis contente de ne plus aller me fringuer dans le rayon grandes tailles, de me dire que mes efforts et mes entraînements paient, mais tout ça me perturbe vraiment. J'ai peur de m'effondrer sans prévenir, car avec toutes les activités que je fais, je ne peux pas me permettre de ne pas être en forme. Je dors aussi énormément (je peux faire une nuit de 7 heures et une sieste de 3h dans la même journée) et suis souvent très fatiguée au point de devoir spontanément faire une sieste.

Est-ce que quelqu'un a vécu quelque chose de similaire? Est-ce qu'il y avait une cause physiologique ou est-ce que c'était psycho-somatique? Je n'ai pas envie de tomber dans l'anorexie ou quelque chose de similaire... ça me fait vraiment peur. Le fait de voir mon corps changer aussi vite a de bons côtés, puisque je me sens plus attirante et je peux m'habiller comme je veux, mais quelquefois, quand je me mets de la crème par exemple et que je passe la main sur mes cuisses, je n'arrive pas, ne serait-ce qu'à imaginer que ce sont les miennes. Pareil quand je vois mes bras dans la glace. Donc quelqu'un a-t'il fait une expérience similaire?

Merci d'avoir eu la patience de lire ce pavé! :)
43 ans Paradise island 524
Etant donné que tes analyses sont bonnes,que tu n'as pas de problèmes particuliers et que tu manges selon ta faim même petite,pourquoi s'inquièter?Tu n'es pas un poil hypocondriaque? 8)
Il y a des périodes de notre vie où l'appétit varie,tu serais mince ça pourrait être inquiétant mais là tu as du surpoids et tu le perds en mangeant moins (sans te forcer) et en bougeant c'est donc normal en fait,ton corps se régule...
cette peur de tomber en ne mangeant pas assez est quelque chose de très ancré dans notre société actuelle,on te vend tellement de trucs pour les "en cas" qu'on en vient à penser qu'on doit manger toute la journée pour tenir:c'est faux!On a tendance à tous manger beaucoup trop.
Perso,je suis sleevée donc c'est normal je mange peu,mais je cours aussi 10 km par jour (+muscu) en mangeant des quantités petites par rapport à la "norme",je cours à jeun et mes repas ne dépassent pas une petite assiette à dessert.ça fait des années et je ne suis jamais tombée,comme toi j'ai parfois besoin de dormir,heu ben normal quand on fait du sport!
franchement,je ne vois rien d'inquiétant à ce stade
33 ans 4878
Oui j'ai eu le même problème il y a quelques années... Petit à petit je me suis mise à ne plus avoir envie de manger. J'avais un rythme de vie décalé, je travaillais dans l’hôtellerie, souvent la nuit ou de 15 à 23h...j'avalais un truc en me levant et quand je rentrais je me couchais presque directement, parfois je grignotais un autre truc, parfois pas.
Je dormais énormément aussi (parfois 13/14h par nuit et des moments de fatigue intense dans la journée)...et j'ai perdu grosso modo 30kg en 1 an et demi. Je ne comprenais pas ce que j'avais et je vivais très mal que les gens me fassent plein de compliments, d'une parce que j'avais l'impression qu'ils rejetaient la grosse que j'avais été avant, et de deux parce que j'avais l'impression que personne ne s'inquiétait pour moi alors que je perdais du poids de façon vraiment anormale.

J'ai compris par la suite que j'avais fait une grosse dépression (je m'en doutais mais vu que personne autour de moi n'avait prononcé le mot et que mes parents le niaient...) avec tendance anorexique. C'est ma psy qui m'a confirmé ça...d'ailleurs dès que j'ai été mise sous anti dépresseurs ça a été l'effet inverse...j'ai commencé à faire des crises de boulimie violentes et j'ai tout repris en l'espace d'un an.

Voilà, en tout cas le fait de manger très peu sans avoir aucune impression de se priver alors qu'avant ça n'était pas le cas me fait penser à un pb psychologique, le fait que ton psy ne réagisse pas m'étonne un peu... Combiné au sport intensif c'est assez typique d'une phase anorexique... maintenant on est jamais sur et je ne te souhaite pas que ce soit ça mais bon...pour ma part ça me fait penser à ça.
33 ans 4878
happinesstherapy a écrit:
Etant donné que tes analyses sont bonnes,que tu n'as pas de problèmes particuliers et que tu manges selon ta faim même petite,pourquoi s'inquièter?Tu n'es pas un poil hypocondriaque? 8)
Il y a des périodes de notre vie où l'appétit varie,tu serais mince ça pourrait être inquiétant mais là tu as du surpoids et tu le perds en mangeant moins (sans te forcer) et en bougeant c'est donc normal en fait,ton corps se régule...
cette peur de tomber en ne mangeant pas assez est quelque chose de très ancré dans notre société actuelle,on te vend tellement de trucs pour les "en cas" qu'on en vient à penser qu'on doit manger toute la journée pour tenir:c'est faux!On a tendance à tous manger beaucoup trop.
Perso,je suis sleevée donc c'est normal je mange peu,mais je cours aussi 10 km par jour (+muscu) en mangeant des quantités petites par rapport à la "norme",je cours à jeun et mes repas ne dépassent pas une petite assiette à dessert.ça fait des années et je ne suis jamais tombée,comme toi j'ai parfois besoin de dormir,heu ben normal quand on fait du sport!
franchement,je ne vois rien d'inquiétant à ce stade


Euh...pour ma part, 3 cuiller à soupe de riz, une pomme et une banane dans une journée, quand on est pas by passé ou sleevé ou je sais pas quoi au niveau de l'estomac je ne trouve pas du tout ça normal... Je ne connais personne qui mange à sa faim en mangeant si peu...
43 ans Paradise island 524
"il lui est arrivé de ne manger que 3 cuillères,etc..." je comprends que ce n'est pas forcément son quotidien.
ça m'est arrivé aussi sans être sleevée,je connais beaucoup de gens oui qui ont l'appétit variable sans que ça soit inquiètant.
Personne ne peut dire ici,sur son seul témoignage très court si elle souffre d'anorexie ou non,son psy n'étant pas inquiet je me vois mal l'être à sa place.
33 ans 4878
happinesstherapy a écrit:
son psy n'étant pas inquiet je me vois mal l'être à sa place.

Ben moi si, parce que ce qu'elle décrit n'est pas une attitude normale face à la nourriture. Et le fait que son psy ne réagisse pas est assez inquiétant, encore une fois.
S
32 ans Expat 1409
Ce qui me dérange vraiment (et ce qui m'inquiète), c'est que même lorsque j'ai faim, avec l'estomac qui grouille et la baisse de concentration qui va avec, je n'arrive pas à manger. Je mange vraiment très peu et je m'arrête bien avant d'arriver à satiété parce que j'ai l'impression d'avoir trop mangé alors que, visiblement, ce n'est pas le cas. C'est difficile à décrire... En plus, je me tourne plus vers des aliments légers, des fruits et des légumes par exemple... les trucs plus lourds, les gâteaux, les plats en sauce, etc... ne me font vraiment pas envie. Donc j'essaie de grignoter des biscuits ou de me faire des petites omelettes ou des pommes de terre et j'essaie de me forcer un peu, mais après des années de RA, c'est devenu pour moi totalement contre-nature de me forcer à manger ou de manger sans plaisir.
47 ans 35 10308
Quand tu dis que tu n'arrives pas à manger plus, tu peux arriver à expliquer pourquoi? Ce qui te coince?
Sinon tu parles beaucoup de peur qu'il t'arrive quelque chose, de peur de te sentir mal, mais en fait est-ce qu'il t'est vraiment arrivé de te sentir mal? Tu parles du fait que tu dors beaucoup (bon, c'est pas forcément grave, si tu arrives à dormir quand tu en as besoin), tu parles de fatigue aussi, est-ce que tu es vraiment beaucoup fatiguée, ou juste de temps en temps, quand tu te réveilles par exemple tu te sens reposée?
Tu dis "je ne peux pas me permettre de ne pas être en forme" mais ça t'est vraiment arrivée de ne pas être en forme? J'ai l'impression que tu as surtout peur, d'une chose qui n'arrive pas. Mais je peux me tromper.

Si en effet malgré cette alimentation tu n'as pas de problème de santé, peut-être en effet que ce n'est qu'un stade. Si tu as l'impression de vraiment être plus faible, alors c'est autre chose. Et de toute façon si ça te fait souci comme ça, je pense qu'il faut peut-être en remettre une couche auprès de ton psy. Si tu as cette détresse il faut la prendre en compte et la prendre en charge.
S
32 ans Expat 1409
Il y a des jours où je me sens complètement vidée et sans énergie... c'est vrai que je suis dans une phase ou je bosse facile 50-60h par semaine (je suis à mon compte comme traductrice-interprète) et j'ai tendance à m'endormir spontanément dès que je suis assise dans le bus ou que je dois attendre quelqu'un pendant un certain temps par exemple.

Comme tu le dis Nenufar, je prends assez mal les compliments sur ma perte de poids... d'un côté cela me fait plaisir (après tout, je suis aussi fière d'avoir perdu du poids) mais de l'autre, j'ai l'impression d'être définie par rapport à ça uniquement. Les hommes me tournent beaucoup plus autour depuis plusieurs semaines, à croire qu'une fille qui perd du poids gagne en valeur (cela vaut pour des amis que je connais depuis plus longtemps et qui soudainement, s'intéressent à moi). Je ne m'en plains pas, mais c'est quand même décevant de se rendre compte que, quelque part, avant j'étais rejetée à cause de mon poids, sans pour autant que ça soit conscient de la part des autres.
Et que va t-il se passer quand je vais reprendre un peu? J'aimerais bien le savoir! Si c'est pour avoir une phase d'euphorie parce que d'un coup je suis "intéressante" et dans quelques mois de nouveau la bonne copine ronde, non merci!

J'ai aussi très peur de reprendre beaucoup d'un coup, de ravoir plein de vergetures et de devoir m'adonner à l'épreuve humiliante de devoir refaire ma garde-robe avec 2 tailles au dessus... et de retomber dans le classique schéma de la boulimie que je connais si bien. La clé pour m'en sortir tant ben que mal a été de réussir à me libérer de la culpabilité des crise. C'est là que je suis sortie du cercle vicieux. Si je reprends du poids et que je me sens coupable, c'est fini, je replonge :(
B I U