MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

plainte suite agression de ma fille a l internat

L
41 ans 196
Bonjour a tous et toutes,

Voila j aimerais savoir ressenti suite une agression qu a subi ma fille a l internat mercredi soir.

Je vous explique,

mercredi soir a 21h appel d urgence  
de l internat pour ma fille de 15 ans qui vient de se faire agresser par une jeune de 18 ans.

En tant que parent panique a bord, donc direction l internat a 1h30 de voiture.

Les surveillants nous expose les faits, ma fille s est fait agressé car elle est trop "gentille".

Je vous explique l histoire

Ma fille arrive dans sa chambre apres le repas et rencontre une camarade de chambre agée de 18 ans et lui demande gentillement "qu est ce que tu fait ?" cette camarade lavait du linge dans le lavabo.
Cette jeune fille a repondu agressivement en l injuriant etc...( si vous voulez je pourriez vous donner les details )

Ma fille vexé sans va et lui dit une injure( ma fille trop attristé par les propos a voulu se defendre oralement)mais attention je precise juste une injure !

ma fille se retourne et s en va, d un coup ma fille entend des pas derriere elle et des injures, et n a pas eu le temps de se retourner que la jeune de 18 ans l a attrapé par les cheveux , ma fille est tombe au sol, a tenter de se degager y est arrivé !
Ma fille est parti sur son lit , la jeune est revenue sur elle, la trainé par les cheveux sur un autre lit, et monter a califourchon sur ma fille la frappé, tapper etc...

une autre jeune fille est arrivé a ce moment pour retirer la personne sur ma fille, ma fille en a profité pour partir dans le couloir en criant etc apres bon les surveillant sont arrivé etc..

cette version est officiel car cette jeune de 18 ans a ete convoqué le lendemain est a avoué avoir ete enerve ce jour la et de s en etre pris a ma fille pour rien.

Donc nous evacuation d urgence de l internat, ma fille traumatisé,nous rentrons a la maison, je dit a ma fille tu n iras pas au lycee avant lundi repose toi a la maison.

Entre temps rdv jeudi avec le proviseur, la jeune fille aussi ( je precise que nous avons pas vu la jeune fille)
cette jeune est exclu pour 3 nuits de l internat.

Malheureusement l histoire ne se termine pas la,

Jeudi soir ma fille recoit des message sur son portable d une autre jeune fille, en lui disant qu elle avait eu ce qu elle meritait, car ma fille se croit trop dans "le monde des bisounours" qu elle est trop gentille, que si c etait pas cette jeune fille qui l aurrait frappe ce serait elle (la jeune qui lui a envoyé le message)et que ca aurrait ete pire !!!

imaginé ma fille jeudi soir dans l etat qu elle etait !!!

vendredi matin direction medecin , elle a eu une itt.

Entre temps j appelle le lycee pour leur raconter la suite de l histoire et que cette agression etait en quelque sorte premedité a cause de la gentillesse de ma fille.

Nous desinscrivons notre fille d urgence de l internat entre temps nous avons porté plainte a la gendarmerie car nous pouvons pas laisser passer cela.

Entre temps cette jeune fille continue d aller au lycee et ma fille est a la maison car elle est trop angoissé pour y retourner.

J espere n avoir pas ete trop longue...

voila je voulais savoir que penser vous de ma plainte ? est ce j ai bien fait ?

MERCI POUR VOS REPONSE
46 ans à la maison ! 10072
bien sûr que tu as bien fait ! Il ne faut pas laisser passer ce genre de chose. Et ta fille a besoin que sa souffrance soit reconnue.
L
41 ans 196
ouf !!! merci trashrap, notre entourage est au courant mais bon leur avis n est pas neutre vu que ca touche un membre de la famille !!!

lors de la plainte ma fille n a pas menti , elle a avoue sur la plainte qu elle avait dit une insulte... :cry: chose qu elle sait que je n aime pas meme si c est pour se defendre

donc le gendarme nous a dit que la personne de 18 ans pouvait porter plainte a son tour pour injure !!! chose que j ai peur, car en plus d etre victime , j ai peur pour elle qu il y est une plainte pour injure
30 ans 2571
Tu as bien fait de porter plainte, pour que ta fille se sente défendue par ses parents.

La pauvre... Le lycée ne prévoit rien pour améliorer l'ambiance de l'internat ?
Tu as la possibilité de la changer de lycée ?
L
41 ans 196
Merci salammbo,

juste une precision ma fille est mineur, elle a 15 ans la jeune fille elle en a 18 !

c est ce qui m a mis aussi terriblement en colere !!!

et non malheureusement changer de lycee un peu difficile, car ma fille souhaite etre infirmière ou bien aide aide soignante si elle rate le concour d ecole d infirmiere apres la bac

nous avons choisi ce lycee public dans notre academie, le seul a former pendant 3 ans jusqu au bac la preparation au concour.

Je pourrais la changer mais pour du privé mais faute de moyen on c est rabattu sur le public :(

pour ce qui est de l internat , bien sur le proviseur m a repondu "nous avons 200 eleves pour 6 surveillants et 1 cpe l education national ne nous donne pas trop les moyens"

a l heure actuelle, ma fille se sent coupable, a peur d etre rejeté etc....
33 ans 4878
La triste vie des gens trop gentils dans ce monde pourri. Je connais bien le problème...les connards/connasses adorent s'en prendre aux gens doux/gentils/qui vivent dans leur monde de bisounours. Je pense parce qu'ils sont jaloux et énervés par le fait qu'on aille bien contrairement à eux et qu'ils veulent qu'on partage leur frustration et leur violence.
Bref, moi ce que je trouve hallucinant c'est que cette fille n'ait pas été renvoyée...je veux dire 3 jours c'est rien, cette nana (et sa copine) sont dangereuses!
En tout cas même si l'autre porte plainte pour insultes, tu pourras toujours dire que c'est elle qui a commencé avec les insultes et que ta fille n'en a dit qu'une...
Cette histoire ne m'étonne malheureusement pas, j'ai longtemps été comme ça (bisounours) et j'ai plusieurs fois été confrontée à des personnes dans ce style. Malheureusement on vit dans un monde ou les gens comme nous se font écraser, il va falloir apprendre à ta fille à s'endurcir un peu...et avec l'age ça ira mieux, même si son côté bisounours provoquera toujours des jalousies...
Bon courage en tout cas, pour moi tu as fait exactement ce qu'il fallait faire, même si ça ne donnera sans doute pas grand chose, peut être que la nana aura un rappel à la loi et ta fille sentira mieux que c'est elle la victime et qu'elle n'a surtout pas à participer...
33 ans 4878
Nenufar a écrit:
La triste vie des gens trop gentils dans ce monde pourri. Je connais bien le problème...les connards/connasses adorent s'en prendre aux gens doux/gentils/qui vivent dans leur monde de bisounours. Je pense parce qu'ils sont jaloux et énervés par le fait qu'on aille bien contrairement à eux et qu'ils veulent qu'on partage leur frustration et leur violence.
Bref, moi ce que je trouve hallucinant c'est que cette fille n'ait pas été renvoyée...je veux dire 3 jours c'est rien, cette nana (et sa copine) sont dangereuses!
En tout cas même si l'autre porte plainte pour insultes, tu pourras toujours dire que c'est elle qui a commencé avec les insultes et que ta fille n'en a dit qu'une...
Cette histoire ne m'étonne malheureusement pas, j'ai longtemps été comme ça (bisounours) et j'ai plusieurs fois été confrontée à des personnes dans ce style. Malheureusement on vit dans un monde ou les gens comme nous se font écraser, il va falloir apprendre à ta fille à s'endurcir un peu...et avec l'age ça ira mieux, même si son côté bisounours provoquera toujours des jalousies...
Bon courage en tout cas, pour moi tu as fait exactement ce qu'il fallait faire, même si ça ne donnera sans doute pas grand chose, peut être que la nana aura un rappel à la loi et ta fille sentira mieux que c'est elle la victime et qu'elle n'a surtout pas à culpabiliser...
32 ans 251
Je trouve que tu as bien fait de porter plainte, ce n'est pas normal comme attitude, déjà que je trouve les insultes et les harcèlements de trop, alors si on plus ça devient de la violence physique... de toute façon, normalement, quelles que soit les insultes qu'on se prend dans la tronche, on n'a légalement pas le droit de répliquer avec des coups.
Je comprends que ta fille se sente mal maintenant, je me rappelle que quand ma mère était allée engueuler les pestes qui me pourrissaient la vie début collège, je me sentais très mal à l'idée de la réaction des autres élèves (qui finalement n'avait pas été bien grave, ils avaient tous la frousse du coup). Mais bon, il faut bien que la vie continue... il faut bien qu'elle garde à l'esprit que c'est elle, la victime.
L
41 ans 196
merci les filles,


moi aussi que la sanction du lycee est faible... :cry:

car du coup c est toujours les victimes qui sont lésées , on a d inscrit notre fille de l internat, cette semaine j irais l emmener et la chercher au lycee puis apres les vacances elle prendra le train pour s y rendre.

Pour la jeune fille des message elle a ete convoque vendredi matin par la cpe , un rappel a l ordre car pour des vrai menace il faut que se soit sur 7 jours consecutif

en tout ca me rassure vos commentaires

bisous a toute
32 ans 251
D'un autre côté, ces filles ont sans doute aussi des problèmes de leur côté, est-ce que les virer plus longtemps ou être plus sévère avec elles (et quel pourrait-être le ton de leur punition ?) changera quoi que ce soit ? :(
Je ne prends pas spécialement leur défense, mais comme d'habitude, je ne pense pas que "punir pour punir" (ce qui est le cas de l'exclusion) soit un bien. D'ailleurs à "exclure", on ne fait pas rentrer les gens dans le rang... c'est bien connu.
L
41 ans 196
Oui je suis d accord avec toi silverpearl ! Punir pour punir n est pas la solution,nous ce qu on demande c est des excuses chose qu elle n a pas faite jeudi quand elle a été convoqué,le proviseur l a averti qu on risque de porter plainte, chose que l on avait pas encore décider jeudi avec mon homme ,car pour moi c était de mettre ma fille hors de danger de cette fille.
c est jeudi après les menaces et le pourquoi elle avait été agressé que l on a décidé de la plainte.
ccar malgré l insulte que ma fille a faite après avoir été provoqué par la jeune fille cela n aurrait rien changer meme si elle n aurrait pas dit d insulte c était pratiquement prémédité juste par ce qu elle est gentil et vit dans le monde des bisounours.
aujourd hui ma fille réagi comme si rien n est arrive , elle veut plus en parler, j ai l impression dans un autre monde je ne sais pas comment expliquer...
44 ans 701
je trouve aussi que la sanction est faible pour la jeune fille agresseur. (chez nous, un gamin a été viré de l'internat pour avoir découché un soir sans autorisation : l'internat est un service que rend l'établissement et non une obligation).
Pour ce qui est de l'encadrement, il est vrai que les postes de surveillants sont de moins en moins nombreux, donc pas toujours facile pour les établissements d'avoir le nombre de personnels qui serait nécessaire (on se contente souvent du suffisant).
A ta place je ne lacherai pas l'affaire concernant les menaces car on peut vite tomber dans une situation de harcèlement (en plus, en ce moment, la question du harcèlement en milieu scolaire semble être prise au sérieux).
Mais c'est à voir aussi avec ta fille : il faut qu'elle se sente bien pour retourner poursuivre son parcours.
32 ans 251
Je dois dire que taper sur quelqu'un juste parce qu'il a l'air naïf et trop gentil, c'est quand même un comble... ça me choque vraiment. Mais d'un autre côté ça ne m'étonne pas, ce sont les plus "faibles" (dans le sens gentil) qui excitent chez certaines personnes le désir de violence et d'agression, parce qu'ils portent trop de rage en eux pour voir des gens qui sont à ce point leur opposé.

Je comprends assez l'attitude de repli de ta fille, elle peut s'expliquer par plusieurs raisons.
Elle peut avoir honte, honte d'être trop gentille, se demander ce qui cloche chez elle. D’où son désir de ne pas parler de tout ça, ne pas remuer le couteau dans la plaie.
Elle peut avoir honte vis à vis de toi, moi j'avais été secouée d'apprendre que ma mère savait que les autres me harcelaient, je pensais (inconsciemment) qu'elle allait m'aimer moins, comme si ces gens avaient révélé aux yeux de tous et surtout de ma mère ma vraie nature de faible et de nulle. Du coup je ne voulais plus lui en parler.
Elle peut vouloir passer par dessus ça, ne plus en parler. C'est bien si c'est parce qu'elle s'en fiche vraiment, mais je pense que c'est davantage parce qu'elle est secouée. Peut-être que c'est une forme de déni, "on en parle pas, ça n'est jamais arrivé, je ne veux plus y penser".
Je pense qu'il vaut mieux pour le moment ne pas la forcer à en parler, il suffit de lui faire savoir que tu es là pour elle, que tout va bien se passer et que si elle veut en parler, tu es là.
Le souci est maintenant pour la suite, ta fille est-elle à même de retourner au lycée, maintenant ? (enfin la semaine prochaine)
58 ans Franche Comté 995
La où je suis assez perplexe, c'est dans l'attitude que je trouve assez légère du proviseur. Sans doute ne veut il pas que les problèmes se sachent à l'extérieur et du coup minimise le truc. Ou alors cette jeune fille à d'autres problèmes et il ne veut pas enfoncer le truc. Mais, ce n'est jamais bon de minimiser un acte de violence gratuit.

Pour le proviseur et le rectorat :
À ta place, j' écrirais une lettre avec copie au rectorat pour rappeler les faits et lui demander plusieurs choses ( la copie au rectorat est importante, elle permet de donner ta version des faits, vu qu'il y a dépôt de plainte et non pas que celui du proviseur)

Que compte t'il faire pour protéger ta fille de ses agresseurs dans l'enceinte de l'établissement, car il est de sa responsabilité que ta fille soit en sécurité au lycée ? Son excuse du manque de moyens n'est absolument pas recevable. Ce n'est en aucun cas ton problème et c'est trop facile de se dédouaner comme cela.

Comment compte il agir au niveau pédagogique pour prévenir d'éventuelles autres agressions, au niveau de la classe ou pour faire comprendre au groupe à quel point cela est grave ( intervention de professionnels, de gestion de la violence, de rappel à la loi) ?

Bien noter que c'est étrange ce renversement de victime à coupable. C'est un système pervers et délétère.

Enfin, réaffirmer que ton but n'est pas de plomber l'agresseuse, mais bien que ta fille puisse continuer ses études, dans des conditions de sécurité physique, mais aussi psychologiques. Que cela risque d' impacter la suite de ses études ( voire sa façon de fonctionner dans la vie ) d'avoir la peur de rencontrer son agresseusse et qu'il est injuste que ce soit la victime qui soit punie en ne pouvant plus être à l'internat alors que l'agresseur ne subit pas de changement dans son fonctionnement et le déroulement de ses études. Que cela est une drôle de justice celle qui punit la victime. ( très important que le rectorat sache que c'est ta fille qui part parce que l'autre jeune fille reste)

Demande de rencontre avec la jeune fille majeure. C'est toujours plus difficile de se rendre compte que l'on a fait du mal quand on a la personne en face de soi, plutôt que le proviseur. Cela remet ta fille en tant que personne/ sujet et non plus en tant qu'objet/punching-ball. Cela montre aussi un rôle parental structurant qui protège. Et cela sera aussi bon pour ta fille que pour l'agresseur.

Enfin dire que ton souci, c'est ta fille et que tu es prête à coopérer avec l'éducation nationale, une institution que tu respectes, ainsi qu'avec tous les acteurs pour la réussite éducative de ta fille.


Pour ne pas être seule face à l'institution :

Rencontrer la fédération de parents d'élèves et demander leur soutien. Ces fédérations font souvent du bon travail. De plus, tu n'en fait plus un problème personnel. Tu déplace le sujet en le mettant comme une problématique globale de gestion de la violence. C'est plus porteur et pour toi, cela permettrait peut être à ta fille de ne pas se sentir perçue comme victime d'un acte solitaire due à son comportement à elle, mais bien se rendre compte que c'est un problème plus large dont elle n'est pas responsable.


Pour ta fille en dehors du lycée.

Une agression physique peut générer des troubles, voire un stress post traumatique. Je demanderait à ce qu'elle soit vues par un psy. On s'est aperçu que 2, 3, séances à chaud évitaient souvent les cauchemars et les problèmes plus enkystés ensuite. Ensemble pourquoi pas, cela permet de prendre du recul vis à vis du choc que vous avez subi.

Et embrasser votre titite, la gentillesse n'est pas un défaut. Il va falloir toutefois qu'elle réapprenne à avoir confiance, en elle et dans les autres, et pour ça, il faudra peut être trouver des solutions ( un sport de défense, un art martial est parait il très bon pour la confiance en soi. On le conseille de plus en plus au femmes victimes d'agression. Cela évite cette impression d'impuissance, de l'annihilation de sa volonté propre qui a existé pendant l'agression).

Enfin, tout ceci ne sont que des conseils qui pourraient peut être permettre que votre fille ne se voit plus comme subissant la situation, mais comme étant actrice de cette situation. Vous seuls en fait, savez ce qui est bon pour votre fille. Bravo pour avoir porter plainte. Nous sommes dans un état de droit où il est interdit de frapper. Et si votre fille à dit une injure, la réponse aurait dû être proportionnée.et de plus, on ne se fait pas justice soit même.

Courage à tous
44 ans région parisienne 5831
C'est clair que j'ai rarement vu une histoire d'agression physique se terminer autrement que par un renvoi définitif, au moins de l'internat. C'est grave d'aller tabasser quelqu'un quand même.

C'est vraiment étrange, je trouve...
B I U