MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

sleeve : y a des trucs que je ne comprends pas

56 ans calvados 16079
Oui, réapparition ;)

Je lis que beaucoup tentent la sleeve, phénomène de mode, facilité?
Mais également je vois de plus en plus de personnes ayant eu recours à plusieurs  
sleeve ou en devenir de le faire.

Alors, si cette technique n' est pas positivement concluante, pourquoi la retenter ? Si on a regrossit une fois après une intervention j' imagine que l 'on regrossira une deuxième :?

J' en viens à me poser la question sur le côté "trop facile de perdre du poids" pour certains ou solution miracle.

Svp veuillez éclairer ma lanterne, j' ai peut-être zappé un chapitre ;)
38 ans très au sud 7830
Salut Clau'!

Je dirais pour avoir tenté l'anneau puis l'avoir fait retirer il y a quelques années que c'est peut être la question "d'aller jusqu'au bout". Franchir le pas de la chir' n'est ni anodin ni évident. Aussi quand on l'a franchi et que dans sa tête on n'envisage pas de perdre du poids autrement que par cela, que l'on a fait le deuil des régimes, il semble logique de continuer dans cette voie. D'autant que si l'on peut être prêt pour la chir', on peut ne pas être prêt à entendre "vous serez obèse toute votre vie" avec les conséquences que cela engendre.
Se dire que l'on est allé jusque là pour rien, pas facile alors autant être sur d'avoir tenté les choses jusqu'au bout.

Tu me diras "et toi tu as STOP" oui, mais parce que j'ai eu des soucis de santé qui ont tout remis à plat. Je n'aurai pas aussi vite fait enlever mon anneau si je ne m'étais pas sue porteuse de mon anomalie sanguine. Cette info là, pour moi a fermé la porte direct à toute autre tentative, bien trop risquée. Aussi j'ai regardé très méchamment et tenu bon facilement face à un chir qui me proposait la fameuse sleeve pour remplacer mon anneau et a tout juste noté mon hypercoagulation! Si je n'avais pas eu cela, sans doute mon parcours aurait il été différent.

Mais tout de même il y a de la part de beaucoup de gens et surtout du corps médical une idéalisation de la chir' bariatrique que je suis la prems à condamner. Des émissions sur les opé miracles où tout est rose, jamais je n'ai vu encore une émission où l'on montrait des suites post op' hard ou mieux, des complications! C'est tabou, comme cela l'a été par le passé avec la chirurgie esthétique. Même si les 2 ne sont pas comparables hein, ce n'est pas du tout mon propos. Mais longtemps et encore aujourd'hui on tait énormément de choses sur les opé esthétiques. Ben pour la chirurgie bariatrique c'est pareil, et c'est même peut être d'une façon plus générale l'un des soucis de la chirurgie "non vitale immédiate" (appendicite, intervention en urgence par ex)...
On ne montre pas les complications de la chirurgie à la télé mais on en parle quand meme, on dit qu'elles existent, et surtout j'ai vu récemment plusieurs reportages qui mettaient en garde contre le manque de suivi et contre des médecins peu scrupuleux qui opéraient en clinique sans suivre les patients ni avant ni après, avec des conséquences désastreuses. Si j'envisageais sérieusement de me faire opérer (et si je pouvais me faire opérer), je le ferais avec une équipe hyper entrainée et hyper sérieuse, qui suit les recommandations de la Haute autorité de santé (sélection rigoureuse des patients, suivi multidisciplinaire pré- et post-opératoire, etc.). Que certains chirurgiens y voient juste un moyen de se faire du fric et que certains patients y voient juste un moyen de perdre du poids rapidement sans en mesurer les conséquences est assez affolant. J'ai lu sur divers sites des témoignages de personnes qui pour se faire opérer plus vite allaient jusqu'à mentir au chirurgin sur l'existence d'une approche médicale préalable ou même jusqu'à prendre volontairement du poids pour franchir le seuil de l'obésité morbide de facon à trouver ensuite un chirurgien acceptant de les opérer. Si elles trouvent, ce ne sera évidemment pas une équipe sérieuse...
Et le problème de tous ceux qui se retrouvent ensuite lachés dans la nature, sans préparation ni suivi, c'est que l'échec et/ou les complications sont quasi-garantis. Et après, on fait quoi? Soit on reste comme ca, soit on se refait opérer... et avec un peu de chances, entre temps on a compris la nécessité d'un suivi et on se tourne vers une équipe spécialisée qui assure un vrai suivi pré- et post-opératoire. Mais est-ce que ce type d'équipe accepte de réopérer des patients déjà opérés ailleurs et non suivis avant et après???
En tout cas, se faire opérer sans préparation ni suivi, etre en échec et se refaire opérer de nouveau sans préparation ni suivi n'a pas beaucoup de sens... Aux mêmes causes les mêmes effets!
G
50 ans 1626
sàlut clàudià çà me fàit plàisir de te retrouver

pour moi rien ni ànneàu ni rien nàturel

j ài des gens de mon entouràge qui ont fàit ces opéràtions je n ài entendu que du négàtif

bises
43 ans Paradise island 524
Mais ça vaut pour tous les régimes,on sait pertinemment que ça ne marche pas et combien de gens continuent d'en faire?
Il est facile de comprendre que quand on est mal on cherche une solution à tout prix,l'erreur c'est de se précipiter mais sinon la solution est valable dans le cas de la sleeve.

Concernant la sleeve (ou by-pass) les taux de réussite ne sont pas mauvais,le net n'est pas forcément très représentatif puisque ce sont surtout ceux en difficulté qui viennent demander conseil (ceux qui sont stabilisés étant considérés comme rabat joie,ils se lassent...).
La prise en charge est en général très mauvaise car on s'attarde beaucoup sur l'estomac,la réduction des quantités mais on ne prépare pas assez la tête.Or quelqu'un qui mange trop avant une sleeve sans avoir compris le pourquoi du comment,mangera trop après une sleeve...on le dit et on le répète il n'y a pas de miracle,miser uniquement sur la réduction des quantités ne marche pas,il faut s'investir plus et respecter un protocole.
Ceux qui sont en "échec" pour la plupart ne l'ont pas respecté,soit immédiatement car ils se pensent plus fort que toutes ces considérations,soit au fil du temps pour x raisons.Je lis souvent des gens qui se disent déçus de la sleeve mais quand tu approfondi tu constate qu'ils n'ont pas respecté leur part du pacte et que face à face ils ont bien entendu les meilleures excuses du monde,donc chacun prend ses responsabilités mais si on se fait couper l'estomac sans faire sa part derrière,ça ne marche pas,il me semble qu'on nous informe assez là dessus.
Il y a également une partie de gens déçus de n'avoir pas perdu autant qu'ils le souhaiteraient,car on a une fausse image du sleevé qui perd limite trop,en fait c'est rare,donc ces personnes restent en surpoids,ce qui d'un point de vue médical est satisfaisant mais pour eux ça ne suffit pas,mais le poids de forme est le poids de forme on ne peut pas lutter...
Il y a donc surtout un problème au niveau de l'inégalité de la prise en charge,quand tu as des cliniques qui opèrent très rapidement sans informer suffisamment le patient,ou des patients qui ne se font pas suivre se pensant au dessus de tout ça.Mais chacun restant libre je vois mal comment améliorer tout ça.
M
90 ans 1565
Perso,ce que je ne comprends pas,c'est qu'on puisse imaginer que se faire opérer est la solution de facilité pour perdre du poids. Passer sur le billard n'est pas anodin et a des conséquences à vie qui ne sont pas négligeables,notamment dans le cas du by pass.
L'idée d'une chirurgie solution-miracle ne vient pas que des patients.
D'un coté, il y a des patients (obèses morbides ou non) qui voient dans la chirurgie une solution facile à leurs problèmes de poids.
De l'autre, il y a les média qui tendent à donner l'idée que ce serait LA solution à l'obésité. Ce qui pousse à la culpabilisation de certaines personnes obèses. On entend de plus en plus de gens qui n'y connaissent rien et qui se permettent de dire que telle ou telle personne "devrait se faire opérer", ce qui me semble une totale aberration.
Et n'oublions pas les médecins et même certaines institutions publiques qui éditent des recommandations écrites disant "si IMC supérieur à 40, discuter option chirurgicale".
Ainsi, on se retrouve avec une banalisation à tous les étages:
-des personnes qui sont ou non obèses morbides et qui pensent (à tort) que c'est un moyen facile pour perdre enfin du poids et ne pas le reprendre
-des médecins qui poussent des patients non motivés à se faire opérer
-des institutions publiques soucieuses de réduire le déficit de la sécu à tout prix, qui poussent les médecins à faire opérer les obèses morbides (tandis que d'autres institutions mettent en garde contre le manque de suivi pré- et post-opératoire)
-des média qui véhiculent une image idéalisée de la chirurgie
-des gens qui entendent tout ca, qui n'y connaissent rien, qui jugent négativement les obèses et qui ne comprennent pas pourquoi une personne obèse préfère rester comme ca que de se faire opérer...
-donc au final, des gens non motivés qui vont se faire opérer du fait de la pression sociale et/ou médicale...
Ajoutons à ca des chirurgiens peu scrupuleux qui opèrent à tour de bras mais informent peu avant et suivent peu ou pas après...
Et c'est comme ca qu'on arrive à des échecs, des réopérations, etc. Se contenter de réduire l'estomac d'un obèse sans chercher à comprendre pourquoi il est devenu obèse, sans le préparer ni le suivre et surtout sans qu'il soit motivé pour changer radicalement ses habitudes, ca n'a aucun sens.
61 ans ile de france 7912
on oublie de préciser également qu'à partir d'un certain âge , le résultat sur le vieillissement est flagrant

mon mari a rencontré récemment une ancienne collègue de 50 ans opérée depuis 1an 1/2 qui a perdu beaucoup de poids , une quarantaine , elle est "crevée" pas au départ de l'intervention , tout allait bien mon mari lui a dit , tu sembles fatiquée , elle a répondu , tu as raison , je suis très fatiguée et au niveau visage , c est une catastrophe , tout s'est terriblement affaissé , elle a pris 10 ans mini

je me demande si on accepte cette dégradation ultra rapide
schnauzer a écrit:
on oublie de préciser également qu'à partir d'un certain âge , le résultat sur le vieillissement est flagrant

mon mari a rencontré récemment une ancienne collègue de 50 ans opérée depuis 1an 1/2 qui a perdu beaucoup de poids , une quarantaine , elle est "crevée" pas au départ de l'intervention , tout allait bien mon mari lui a dit , tu sembles fatiquée , elle a répondu , tu as raison , je suis très fatiguée et au niveau visage , c est une catastrophe , tout s'est terriblement affaissé , elle a pris 10 ans mini

je me demande si on accepte cette dégradation ultra rapide


Le problème, c'est que ca fait partie des choses dont on ne parle jamais... Si ca se savait, je pense que déjà toutes celles qui veulent se faire opérer avant tout pour des motivations esthétiques feraient demi-tour...
47 ans à la maison ! 10072
C'est valable pour l'amaigrissement en général : être ronde présente l'avantage d'avoir moins de ride et un visage rond fait plus jeune.
Mais ça doit être vraiment choquant quand on maigrit rapidement avec la chir.
trashrap a écrit:
C'est valable pour l'amaigrissement en général : être ronde présente l'avantage d'avoir moins de ride et un visage rond fait plus jeune.

Il faut bien qu'il y ait UN avantage à etre ronde!!!
43 ans Paradise island 524
les conséquences esthétiques sont très variables d'une personne à l'autre.Je connais des personnes de + de 50 ans opérées,toutes n'ont pas le visage plus marqué,tout simplement parce que toutes les rondes n'ont pas le visage rond...
Pareil pour les cuisses,les bras,la poitrine,le ventre...chaque corps se transforme différemment.
D'autre part même les patients plus âgés qui auraient pris "10 ans" sur le visage y trouvent souvent une seconde jeunesse étant donné qu'ils retrouvent une meilleure capacité à bouger.Bref le critère principal,c'est vraiment l'amélioration de son état de santé.
happinesstherapy a écrit:
Bref le critère principal,c'est vraiment l'amélioration de son état de santé.

Mouais... Je suis assez réservée par rapport au "tout santé". Certes, la santé est très importante mais l'OMS considère que la santé, ce n'est pas seulement l'absence de maladie mais aussi "un état de bien-être physique et psychique". Une femme de 50 ans qui en 18 mois prend 10 ans au niveau du visage risque de ne pas ressentir ce bien-etre psychique... Et si en plus elle est épuisée (cas décrit plus haut), elle ne ressentira pas non plus le bien-etre physique escompté.
Chaque cas est individuel, c'est sûr. Mais promouvoir la chirurgie pour tous les obèses morbide "au nom de la santé" comme le font certains médecins, certains média, certaines institutions publiques, voire parfois certains membres de ce forum, me semble dangereux. Chacun doit prendre sa décision en fonction de ce qu'il est et de ce qui lui semble le plus important. Que pour certain(e)s, ca puisse etre l'apparence du visage plutot que la santé physique doit etre respecté, tout comme l'inverse. Mais personne ne pourra prendre sa décision en connaissance de cause avec des informations tronquées. Je vois trop de médecins qui forcent la main à des patients obèses avec l'argument fatal "votre santé en dépend".
Ca me semble aberrant de pousser qqn à se faire opérer "au nom de sa santé" s'il n'est pas motivé ou si sa motivation est autre (esthétique notamment). S'il n'est pas motivé, ca ne marchera pas et si sa motivation est esthétique et qu'il n'a pas été suffisamment informé des possibles conséquences esthétiques (visage, ventre, cuisses, dents, cheveux, etc.), il risque de tomber de haut et éventuellement de se démotiver...
D'où, comme je le dis toujours, la nécessité d'une information complète et loyale et d'un véritable suivi, avant et après.
Certains médecins taisent volontairement certaines informations qui leur semblent secondaires. Cela revient à décider à la place du patient ce qui doit être sa priorité. Cela me semble inadmissible.
105 ans 774
c'est réellement comme ça qu'il faudrait aborder la chirurgie: pour la santé, et non pour l'esthétique. Jusqu'à récemment, avant que je ne commence à ressentir certains effets du combo "âge qui avance + obésité morbide" (je suis obèse depuis mes 15 ans et grosse depuis mes 10 ans, je n'ai jamais vraiment su comment on vivait dans un corps moins gros, l'essoufflement, les mouvements compliqués ont toujours fait partie de ma vie), l'opération en simple prévention d'hypothétiques soucis de santé me paraissait tout aussi aberrante.

mais théoriquement, un médecin (ou chirurgien ou psy, j'admets ne pas savoir comment fonctionne le système en france à ce niveau-là) qui reçoit un candidat à l'opération, que ce candidat expose uniquement des motivations esthétiques (même si le moral n'est pas bon à cause de cette esthétique, je suis partisane du "s'aimer d'abord, ensuite seulement, et éventuellement, modeler ce qu'on aime"), n'est-il pas censé refuser ?

je sais qu'il est facile de mentir à un spécialiste, mais en admettant qu'il n'y ait aucun menteur dans le monde ^ ^



pour les conséquences esthétiques d'une opération, c'est clairement une loterie, et ceux qui se feraient opérer pour 90% de causes esthétiques doivent avoir une vision d'eux-même après l'intervention un peu trop positive et illusoire, parfois il faudrait les faire redescendre sur terre (ça me fait songer justement à un truc qui a un peu buzzé hier concernant une dame qui avait perdu énormément de poids et qui s'est vue refuser de poser en bikini dans un magazine à cause de cette esthétique liée à une grosse perte). Mais bon, on ne montre que les plus belles réussites esthétiques, et là où j'entame certaines démarches (si j'ai le courage un soir je vous en parle), à la question "et l'esthétique ?", ils répondent "après, il y a la chirurgie réparatrice machinbidule si besoin blablabla, vous tracassez pas!"
45 ans Paris 9866
Je crois qu'il faut être sûr de vouloir le faire pour sa santé et son confort, car côté esthétique (en particulier sans fringues + visage)... en effet c'est un peu la loterie :?
B I U