MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Les difficultés de la méthode Zermatti

C
61 ans 3
Bonjour,
j'ai lu les livres de Zermatti et après des années de régimes, efficaces bien sûr sur le court terme, et des reprises de poids systématiques, j'ai été emballée par la  
méthode...
Il y a environ 5 ans, j'ai commencé à voir une diététicienne du GROS, j'ai arrêté après quelques séances, car je n'étais pas prête du tout à laisser tomber mes croyances sur l'alimentation, (on laisse tomber les produits light, on mange des frites, on mange quand on veut, etc).
J'ai repris en septembre 2013 convaincue cette fois et bien décidée à laisser tomber les idées reçues, avec une autre diététicienne , toujours méthode Zermatti.
J'ai appliqué avec enthousiasme les principes... en septembre 2013 je pesais 78 kgs, en mars 2014 84 kgs... toujours des compulsions, j'ai beaucoup de mal à gérer mes émotions, tristesse, solitude,bonheur, stress, tout est prétexte pour me "consoler" avec mes aliments doudous, essentiellement le chocolat. Et s'il n'y en n'a pas chez moi, c'est fromage, pain, bref, tout ce qui se mange vite, debout et sans avoir à cuisiner.
Bref, j'ai arrêté à nouveau, car je me sentais psychologiquement perdue, effectivement je mangeais quand j'avais faim, j'avais retrouvé la sensation de faim, mais pas top au niveau de la satiété et du rassasiement, et la nourriture occupait encore plus mon esprit qu'avant. Et puis je n'avais plus de repères, je me sentais lâchée dans la nature. Pourtant, j'y ai mis de la bonne volonté...
L'évènement déclencheur pour que j'arrête a été que j'ai revu au bout de 4 ou 5 mois lors d'une soirée une copine à qui j'avais donné l'adresse de la nutritionniste, et qui avait repris 5 kilogs et qui venait d'arrêter.(un peu en colère contre le principe Zermatti, la copine).
Du coup, je me suis dit que çà ne marchait pas forcément sur tout le monde, ce n'est pas la panacée, il y a des cas rebelles j'imagine, bien que je le répète, je sois convaincue du bien fondé de cette méthode et que je sois contre les régimes.
Bref, on s'est retrouvées toutes les deux chez WW avec ma copine, on a perdu tranquillement 2 kgs en 2 mois... Je ne sais pas quoi penser. On reprendra peut être aussi nos kgs...
Bien sûr on me dira que j'aurais dû insister, mais avouez que quand déjà on pèse 78 kgs pour 1, 62m , on n' a pas envie de voir la balance pencher régulièrement du mauvais côté, si j'avais vu mon poids se stabiliser, je serais restée, mais bon...
La diététicienne a pourtant eu droit à tous mes découragements, mes alertes, mais cette méthode ne fonctionne peut être pas à 100%...
par contre j'en applique les principes, j'essaie de ne pas culpabiliser lorsque je compulse, j'essaie de ne pas manger sans faim, etc...
Merci si vous avez eu des échecs, et pourquoi pas des succès qui s'en sont suivis de me le faire savoir.
Et bravo aux veinardes pour qui la méthode marche !
47 ans à la maison ! 10072
"Tout ce qui se mange vite, debout" est à l'opposé de la méthode Zermati. Prendre le temps de manger confortablement installé fait partie des bases. Si tu ne respectes pas les bases, ça ne peut pas fonctionner. On ne prend pas la partie qui nous plait (j'ai le droit de manger ce que je veux, je peux avoir des aliments doudou, etc...) sans prendre ce qui nous plait pas (je ne mange que pas faim, en pleine conscience, en prenant le temps, etc...).
Ensuite, la méthode Zermati n'est pas une méthode d'amaigrissement, mais une méthode pour faire la paix avec soi-même et la nourriture.

Pour que la méthode fonctionne, il faut aussi être prêt à travailler psychologiquement (pourquoi je mange de telle façon ? je pourquoi je mange à tels moments ? pourquoi tels aliments ?...). Et c'est quelque chose que peu de monde est prêt à faire (je n'ai pas besoin d'un psy, moi !).
45 ans région parisienne 5831
C'est vrai ce que dit Trashrap: en fait, tu n'as pas réussi à régler des TCAs, ce qui fait que tu grossis en essaytn d'appliquer Zermati.

Pour moi, les TCAs peuvent provenir de 2 raisons: soit des raisons purement de l'ordre de la réponse à la privation. Genre, tu fais un régime, ton corps se sent frustré et du coup, il se venge en te faisant manger plein de trucs à n'importe quel moment. Si c'est le cas, la méthode Zermati permettra de résoudre ce problème, puisque l'arrêt des frustrations devrait petit à petit provoquer l'arrêt des crises.

Mais les TCAs peuvent aussi provenir de causes plus "psychologiques". Par exemple comme réponse au stress, ou par "défi" envers tes proches qui voudraient que tu te prives, ou encore parce que tu te "punis" comme cela. Si tes TCAs proviennent de raisons psy, alors une simple nutritioniste (même Zermatienne) ne pourra les résoudre seule, il faudra en plus faire appel à un psy.
45 ans 10
Bonjour Chamallow

Je viens t'apporter mon témoignage en ce qui concerne la méthode Zermati.

j'ai à peu prêt tes proportions 1,61 et 77 kg en Septembre j'étais monté à 82,200 kg d'un coup ! c'était la première fois de ma vie que la balance penchais de ce côté et alors impossible de maigrir.
En Novembre je suis allé voir une diététicienne qui applique cette méthode en 3 mois j'ai perdu mes 4 ou 5 kilos pris d'un coup mais après plus rien !
Là j'ai arrêté depuis Février et m'efforce de manger équilibré
donc en ce qui me concerne j'ai perdu un peu plus de 4 kilos, je pense que ce régime permet de perdre ses premiers kilos mais pas plus, enfin c'est mon avis.
Car malgré ce qu'on te dis cela reste quand même un régime assez restrictif, en gros tu peux manger de tout mais en quantité miniature c'est normal de maigrir c'est même mathématique mais pour quelqu'un qui est en surpoids sans pour autant manger comme 4 c'est hyper dur de faire encore moins...
Puis c'est encore plus frustrant de t'arrêter alors que tu a encore envie de manger je trouve que ce travail, psychologique, à savoir repérer ta faim et tes besoins c'est un travail de titans... il faut sacrément être fort dans sa tête car ça demande une concentration de tout les moments plus rien n'est vraiment naturel, en fait tu pense sans arrêt : j'ai faim ou pas ? et lutter contre l'envie c'est ça le plus dur car on mange souvent plus par envie que par faim si je m'écoutais vraiment je n'ai pas souvent très faim et je pense que c'est le cas de beaucoup d'entre nous ?...

Ceci étant si on est pas pressé et si on a la force
nécessaire pourquoi pas ? la méthode n'est pas mauvaise en soit mais si on prend du poids au lieu d'en perdre c'est même pas la peine...
Où en est tu au jour d’aujourd’hui ?
C
61 ans 3
Merci Pussy de ta réponse, effectivement, quand j'allais chez la diététicienne méthode Zermatti, pendant les 15 jours ou je ne la voyais pas, je ne pensais qu'à l'alimentation :
si j'avais faim, pas faim, quand je devais m'arrêter de manger, qu'est ce que je devais manger, prendre le temps de manger doucement et en dégustant, appliquer des méthodes de respiration lorsque j'avais envie de manger sans faim, bref, comme tu l'écris, un boulot de titan. Et vu mon grand âge :) mes habitudes sont elles tellement ancrées en moi qu'elles sont indéboulonnables ?
Là je vais chez W Watchers, assez curieusement, je ne fais plus de compulsions du tout... il est vrai que je ne prenais pas de petit déj le matin, et que j'en prends un assez conséquent, que mon plateau de cantine le midi est bien plus chargé qu'avant, que je ne prenais pas de collation dans l'après midi...donc en fait, je mange mieux (en qualité) car le programme est fait de telle façon que si on veut le respecter on mange très équilibré, je suppose que c'est parce que je mange plus que je ne compulse plus (en effet je faisais 2 repas par pour, j'en fais 4)et j'ai eu l'agréable surprise de constater que chez Wet Wet on applique les principes Zermatti : on prend son temps pour manger, on ne culpabilise pas car si on "faute" , pas grave, on reprend tranquillement le lendemain une alimentation équilibrée, on se permet des envies (chocolat ou autres)donc là, je perds doucement, presque moins 4 kilogs, sans vraiment faire d'effort puisque je cantine le midi et que vivant seule, je ne fais pas d'effort surhumain pour cuisiner...
Reste à voir ce que tout ceci donnera dans le temps, car c'est bien joli de maigrir (çà, j'ai su faire dans le passé) mais encore faut il ne pas reprendre ses kilogs...
Je me motive en me disant que vivant sur Grenoble, je serai une vraie gazelle lors de mes randos estivales, et que mes analyses sanguines, cholestérol etc seront nickel...
Donc pour résumer WW me cadre, mais je continue Zermatti dans me tête, j'essaie d'écouter mon corps, de voir quand j'ai envie de manger, quand j'ai réellement faim. Et effectivement, comme évoqué plus haut, Zermatti ne convient peut âtre pas aux personnes comme moi qui n'ont pas résolu leurs troubles alimentaires (dans mon cas ce sont les compulsions du soir qui font exploser le compteur de calories).
Mais bon, pour le moment, je pense que le fait de manger plus m'a sortie de la restriction et de ses effets secondaires...
Merci à toutes pour vos réponses, je suis friande de vous lire !
45 ans Paris 9866
chamallow38 a écrit:
Donc pour résumer WW me cadre, mais je continue Zermatti dans me tête


Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire! :roll:
33 ans 1547
Il y a une idée que je n'avais pas encore croisé et que j'ai découvert sur linecoaching, c'est que les aliments interdits ne sont pas à réintroduire tout de suite, ils conseillent de travailler d'abord sur la pleine conscience, les envies de manger émotionnelles, et la dégustation en pleine conscience pour pouvoir réintégrer ces aliments. Sinon, cela risque de terminer en compulsions.

J'ai ressenti un peu comme toi au tout début, le fait d'être "lâchée" dans ma restriction cognitive, de me défaire de mes contraintes vécues comme repères, ça a donné lieu à une recrudescence des TCA, j'étais mal et j'ai eu peur. Il y a aussi eu le fait de vivre l'attente de la faim comme une restriction qui a généré ou amplifié les compulsions.
Mais après ça c'est apaisé.
Je pense aussi que la RA aide dans les TCA mais ne suffit pas.

Pour la méthode de la RA, ça n'est pas une méthode qui marche à 100% parce qu'il ne suffit pas d'avoir un outil plein de bon sens et de simplicité (mais pas de facilité pour autant pour un mangeur dérégulé) pour qu'il agisse sur nous. Et qu'il s'agit d'une démarche coûteuse à pas mal de niveau. A chacun de voir si ça en vaut les coûts.
Tu t'es investie, tu as investi ce travail, tu as sûrement intégré certaines choses.
Retourner vers un régime, c'est un peu affirmer que le corps doit se plier aux exigences de la tête, et ce que l'on fait en prétextant son bien passe par une négation de ce qu'il exprime, voire une dégradation (quand on va jusqu'à être en sous-nutrition par exemple). On essaie de plaquer une alimentation de mangeur régulé statistique sur des mangeurs dérégulés A, B, et C, tous différents.
A chacun de dire si ce principe là parle plus, paraît avoir plus de logique et d'efficacité que la démarche de la RA (qui n'est une RA que tant qu'elle n'est pas devenue une simple régulation sensorielle spontanée) du point de vue de la façon de s'alimenter.
Après je pense que là où on va le plus avoir des limites de la RA, c'est quand on confond façon de s'alimenter et poids. La régulation du poids est encore un autre mécanisme.

Sinon, je veux bien discuter limites RA parce qu'au final ça permet surtout de mieux la définir que de dire si ça marcherait ou non.

Par contre, non, on ne cite pas de chiffres de perte de poids, on ne parle pas régime, et s'il vous plaît, on arrête de dire (tu as le droit de le croire si tu veux) qu'un régime est une sorte de RA.

Le fait de ne pas culpabiliser, d'être attentif, de manger ce qu'on aime, c'est pas la RA, c'est juste ce qu'elle permet, puisque la régulation sensorielle marche toute seule, inutile donc de mettre du contrôle. La BASE, c'est de manger en fonction de ses sensations.
Le régime, sa BASE, c'est de contrôler avec ses pensées son alimentation, et si pour le rendre plus vivable - et praticable- on y introduit une souplesse et des outils du type "pas de jugement", "plaisir" et "prendre le temps", "sentir ce que ça fait" ça ne change en rien que c'est l'opposé de la RA.

Libre à chacun d'aller régimer, mais pas ici, merci.
34 ans 3196
trashrap a écrit:
On ne prend pas la partie qui nous plait (j'ai le droit de manger ce que je veux, je peux avoir des aliments doudou, etc...) sans prendre ce qui nous plait pas (je ne mange que pas faim, en pleine conscience, en prenant le temps, etc...).


C'est très vrai. Ca me rappelle ma mère, à qui j'avais parlé de la RA. "Mais ça marche pas du tout ton truc de manger ce que l'on veut quand on veut, je grossis !" Ben tu m'étonnes, c'est plus compliqué que ça ! :shock: Ca rejoint ce que je lis souvent sur les blogs WW. Zermati encourage à manger de manière "anarchique", c'est pas assez souple, etc. etc. Et c'est une "méthode" et un "régime". Or selon moi, si l'on considère la RA comme un régime ou une méthode, c'est déjà un peu foutu à la base. M'enfin.

chamallow >>> comme l'écrit papille, merci de ne pas faire la pub de Wet wet ici. Tu n'imagines pas le nombre de gens en obésité morbide qui connaissent WW sur le bout des doigts ici. Moi-même par exemple, je connaissais même, malgré mon jeune âge, les toutes premières méthodes avec "feux verts" et "feux rouges". Si je calcule sur l'ensemble de ma vie, tout mes WW mis bout à bout m'ont fait perdre 30 kilos environ, repris 60. Oh, tu vas me dire que je n'ai pas du bien suivre le programme, ou que ma volonté a failli, bla bla bla. Non non, je ne connais personne qui ait perdu durablement (au-delà de trois années disons) avec WW, sauf quelques control freaks qui hantent les forums. Jette un oeil, à long terme, aux blogs WW. Tu verras des gens disparaitre après une perte euphorique et une stabilisation de quelques mois. Puis craquer peu à peu, insidieusement, venir moins, puis ne jamais revenir, par honte. Ou revenir, mais avec des kilos repris, le désespoir en plus. Tu vas les voir se débattre comme des poissons hors de l'eau, se flageller, s'auto-motiver, se demander pourquoi elles n'y arrivent plus. Puis repartir, puis revenir. Observe, il y en a déjà beaucoup, notamment des jeunes femmes qui avaient été propulsées ambassadrices de la marque il y a quelques années.

Ce n'est pas une vie. Alors certes, je ne ferais jamais plus le poids que je faisais avant que WW dézingue mon organisme. La seule question qui se pose est : est-ce que je suis prête à lâcher ma balance, quitte à prendre quelques kilos ? Ou est-ce que je préfère me restreindre et lutter avec moi-même à vie ?
Beaucoup choisissent la seconde solution. Quant à moi, je trouve que la vie est bien trop courte pour s'emmerder la vie à se "cadrer" au quotidien.
45 ans Paris 9866
_Aphasie_ a écrit:
Ca rejoint ce que je lis souvent sur les blogs WW. Zermati encourage à manger de manière "anarchique", c'est pas assez souple, etc. etc.


Pas peur des critiques contradictoires hein! :lol:
34 ans 3196
poupoule a écrit:
_Aphasie_ a écrit:
Ca rejoint ce que je lis souvent sur les blogs WW. Zermati encourage à manger de manière "anarchique", c'est pas assez souple, etc. etc.


Pas peur des critiques contradictoires hein! :lol:


Oui ! Reviennent aussi souvent les croyances alimentaires, et la connaissance tronquée des principes de la RA : "On me fera pas croire que se goinfrer de chocolat ne fait pas grossir !"
A part ça, la RA est un truc de "baba-cool" bien souvent aussi.

Quelque part, je comprends toutes ces critiques. Je ne dirais jamais "ça ne marche pas car tu ne fais pas bien la RA", car j'ai beaucoup aimé que Zermati souligne dans son livre le discours culpabilisant des régimes : "La méthode marche, la preuve, tout le monde perd. Si ça ne marche pas, c'est de votre faute". On remet en cause le régimeur, pas le régime. Du coup, je pense qu'il ne faut pas tomber dans ce travers pour la RA, et ne pas forcément partir du principe que la personne a "mal compris". C'est pourquoi, chamallow, je suis toute disposée à discuter avec toi de ton expérience RA. Mais si c'est pour l'aborder comme un "régime", ça ne m'intéresse pas ;)

En outre, je constate ces derniers temps que Zermati est de plus en plus connu. L'audience s'élargit, les contre-informations aussi. Et les espoirs déçus de celles et ceux qui s'imaginent que ce sera enfin le "régime" ou la "méthode pour maigrir" (strictement synonyme) qu'il leur faut. Je ne sais pas si on peut faire une version prémâchée de la RA pour un public nombreux, impatient de maigrir. Pour moi, c'est contradictoire, puisque la RA est l'anti-méthode par excellence, chacun doit trouver sa voie.
Linecoaching est donc très attaqué, et à raison à mon sens, car il subsiste une ambiguïté qui, là, commence à devenir gênante. Zermati a joué sur l'effet "vous pourrez maigrir" pour amener des gens vers la RA, le but étant que la plupart se rendent compte, en avançant, que la perte de poids espérée est bien moins importante que le bénéfice d'une alimentation apaisée. Ca se retourne aujourd'hui contre lui, car les gens exigent désormais cela, et s'ils ne l'ont pas rapidement, ils ne vont pas vers le reste. Avec une audience élargie, le paradoxe grandit à mon sens.

Dernier point : audience + large, + de conneries dites au nom de Zermati ou de la RA, notamment sur des blogs. Du genre "il ne faut pas manger de féculents pendant une RA", des conseils restrictifs malgré un discours moralisateur "anti-régime" (ce qui agace beaucoup – et à raison – les régimeuses), ou autres absurdités venues d'on ne sait où.
45 ans Paris 9866
_Aphasie_ a écrit:
poupoule a écrit:
_Aphasie_ a écrit:
Ca rejoint ce que je lis souvent sur les blogs WW. Zermati encourage à manger de manière "anarchique", c'est pas assez souple, etc. etc.


Pas peur des critiques contradictoires hein! :lol:


Oui ! Reviennent aussi souvent les croyances alimentaires, et la connaissance tronquée des principes de la RA : "On me fera pas croire que se goinfrer de chocolat ne fait pas grossir !"
A part ça, la RA est un truc de "baba-cool" bien souvent aussi.

Quelque part, je comprends toutes ces critiques. Je ne dirais jamais "ça ne marche pas car tu ne fais pas bien la RA", car j'ai beaucoup aimé que Zermati souligne dans son livre le discours culpabilisant des régimes : "La méthode marche, la preuve, tout le monde perd. Si ça ne marche pas, c'est de votre faute". On remet en cause le régimeur, pas le régime. Du coup, je pense qu'il ne faut pas tomber dans ce travers pour la RA, et ne pas forcément partir du principe que la personne a "mal compris". C'est pourquoi, chamallow, je suis toute disposée à discuter avec toi de ton expérience RA. Mais si c'est pour l'aborder comme un "régime", ça ne m'intéresse pas ;)

En outre, je constate ces derniers temps que Zermati est de plus en plus connu. L'audience s'élargit, les contre-informations aussi. Et les espoirs déçus de celles et ceux qui s'imaginent que ce sera enfin le "régime" ou la "méthode pour maigrir" (strictement synonyme) qu'il leur faut. Je ne sais pas si on peut faire une version prémâchée de la RA pour un public nombreux, impatient de maigrir. Pour moi, c'est contradictoire, puisque la RA est l'anti-méthode par excellence, chacun doit trouver sa voie.
Linecoaching est donc très attaqué, et à raison à mon sens, car il subsiste une ambiguïté qui, là, commence à devenir gênante. Zermati a joué sur l'effet "vous pourrez maigrir" pour amener des gens vers la RA, le but étant que la plupart se rendent compte, en avançant, que la perte de poids espérée est bien moins importante que le bénéfice d'une alimentation apaisée. Ca se retourne aujourd'hui contre lui, car les gens exigent désormais cela, et s'ils ne l'ont pas rapidement, ils ne vont pas vers le reste. Avec une audience élargie, le paradoxe grandit à mon sens.

Dernier point : audience + large, + de conneries dites au nom de Zermati ou de la RA, notamment sur des blogs. Du genre "il ne faut pas manger de féculents pendant une RA", des conseils restrictifs malgré un discours moralisateur "anti-régime" (ce qui agace beaucoup – et à raison – les régimeuses), ou autres absurdités venues d'on ne sait où.


Merci d'avoir eu le courage de lire tout ça et d'en rendre compte car c'est très intéressant! voir ce que les gens s'imaginent en fait... et aussi comment et pourquoi leurs espoirs peuvent être déçus.
J'espère qu'un jour le discours d'accroche de linecoaching ne sera plus "venez maigrir" mais "venez arrêter les régimes, on va vous expliquer comment faire"... mais pour cela, il faut que la critique des régimes soit encore un peu plus avancée et intégrée.
34 ans 3196
poupoule a écrit:

J'espère qu'un jour le discours d'accroche de linecoaching ne sera plus "venez maigrir" mais "venez arrêter les régimes, on va vous expliquer comment faire"... mais pour cela, il faut que la critique des régimes soit encore un peu plus avancée et intégrée.


Oui, je crois que ce serait une bonne chose. Le point positif, c'est que de plus en plus de WW (je parle de ce que je connais) prennent en compte leurs sensations alimentaires. Mais c'est incompatible avec un régime à long terme. Je suis notamment le blog d'une jeune femme qui, au départ, écoutait beaucoup sa faim et sa satiété. Mais après des mois de régime, à se peser chaque semaine, ben la restriction de base reprend fatalement le dessus. Les craquages commencent, la "reprise en main" aussi. Il faut faire ployer ce satané corps, qui ne veut pas maigrir jusqu'au sacro-saint "objectif" programmé il y a des mois, non sur des critères réalistes, mais sur le fantasme d'un poids rêvé. Alors les sensations hein, elles repasseront.

Point négatif : WW, pas con, reprend l'idée des sensations alimentaires dans ses programmes. Si y'a moyen de se faire de la thune, ils sont toujours là :roll: Ce ne sont pas des philanthropes, ils ne souhaitent pas que les gens soient plus heureux. Ce qui les intéresse, c'est leur business. Si de plus en plus de gens pensent que les sensations alimentaires sont importantes, si ça peut leur permettre de conserver ou de recruter des adhérentes, ben bingo, on intègre ça dans le nouveau programme. Ca contribue à décrédibiliser et à méconnaître la RA, car beaucoup sont sincèrement persuadées que WW propose la même chose.

Or, je persiste à croire que régime et alimentation régulée sont incompatibles. Les WW l'ont bien compris : "Quand tu fais WW, c'est à vie." Le régime prendra toujours le pas sur l'écoute de soi.
K
42 ans 728
pussy309 a écrit:
Bonjour Chamallow

Je viens t'apporter mon témoignage en ce qui concerne la méthode Zermati.

j'ai à peu prêt tes proportions 1,61 et 77 kg en Septembre j'étais monté à 82,200 kg d'un coup ! c'était la première fois de ma vie que la balance penchais de ce côté et alors impossible de maigrir.
En Novembre je suis allé voir une diététicienne qui applique cette méthode en 3 mois j'ai perdu mes 4 ou 5 kilos pris d'un coup mais après plus rien !
Là j'ai arrêté depuis Février et m'efforce de manger équilibré
donc en ce qui me concerne j'ai perdu un peu plus de 4 kilos, je pense que ce régime permet de perdre ses premiers kilos mais pas plus, enfin c'est mon avis.
Car malgré ce qu'on te dis cela reste quand même un régime assez restrictif, en gros tu peux manger de tout mais en quantité miniature c'est normal de maigrir c'est même mathématique mais pour quelqu'un qui est en surpoids sans pour autant manger comme 4 c'est hyper dur de faire encore moins...
Puis c'est encore plus frustrant de t'arrêter alors que tu a encore envie de manger je trouve que ce travail, psychologique, à savoir repérer ta faim et tes besoins c'est un travail de titans... il faut sacrément être fort dans sa tête car ça demande une concentration de tout les moments plus rien n'est vraiment naturel, en fait tu pense sans arrêt : j'ai faim ou pas ? et lutter contre l'envie c'est ça le plus dur car on mange souvent plus par envie que par faim si je m'écoutais vraiment je n'ai pas souvent très faim et je pense que c'est le cas de beaucoup d'entre nous ?...

Ceci étant si on est pas pressé et si on a la force
nécessaire pourquoi pas ? la méthode n'est pas mauvaise en soit mais si on prend du poids au lieu d'en perdre c'est même pas la peine...
Où en est tu au jour d’aujourd’hui ?


La méthode Zermati n'est pas un régime ! Ce n'est pas un programme de type Duk** qui dure tant de semaines ou de mois. C'est une méthode pour tenter de se réconcilier avec la nourriture. Rien à voir avec un régime. Un régime te fâche avec la nourriture.

Je suis la méthode Zermati depuis presqu'un an et demi. J'ai lu le livre "maigrir sans régime" et tenter les exercices... Résultat : je n'ai rien perdu niveau poids mais j'ai beaucoup, vraiment beaucoup gagné, niveau relation avec la nourriture. Et ça, c'est un énorme progrès après des années de TCA.
47 ans à la maison ! 10072
C'est que les régimes travaillent sur l'alimentation uniquement, sans tenir compte de la personnalité, du mode de vie, de l'éducation, et des sensations. Tout le contraire d'une RA, finalement.
C'est comme mettre un plâtre sur toute personne ayant un bras un peu enflé, sans chercher à savoir si c'est un os fracturé, une brûlure, une tendinite, un coup, un bouton, un cancer ou si c'est psychosomatique.
Le plâtre va contenir le gonflement quelques temps, sans rien soigner (à part les 3% qui avaient vraiment un bras cassé), et quand il faudra l'enlever (parce que, comme un régime, on ne garde pas un plâtre à vie), le problème sera amplifié.

Alors vu de l'extérieur, le temps passé à faire le diagnostique est vu comme une perte de temps, voire comme dangereuse. Mais sur le long terme, ce diagnostique permettra soit de trouver le traitement, soit de dire qu'aucun traitement ne sera utile ou efficace.
45 ans 10
Klarisa a écrit:
pussy309 a écrit:
Bonjour Chamallow

Je viens t'apporter mon témoignage en ce qui concerne la méthode Zermati.

j'ai à peu prêt tes proportions 1,61 et 77 kg en Septembre j'étais monté à 82,200 kg d'un coup ! c'était la première fois de ma vie que la balance penchais de ce côté et alors impossible de maigrir.
En Novembre je suis allé voir une diététicienne qui applique cette méthode en 3 mois j'ai perdu mes 4 ou 5 kilos pris d'un coup mais après plus rien !
Là j'ai arrêté depuis Février et m'efforce de manger équilibré
donc en ce qui me concerne j'ai perdu un peu plus de 4 kilos, je pense que ce régime permet de perdre ses premiers kilos mais pas plus, enfin c'est mon avis.
Car malgré ce qu'on te dis cela reste quand même un régime assez restrictif, en gros tu peux manger de tout mais en quantité miniature c'est normal de maigrir c'est même mathématique mais pour quelqu'un qui est en surpoids sans pour autant manger comme 4 c'est hyper dur de faire encore moins...
Puis c'est encore plus frustrant de t'arrêter alors que tu a encore envie de manger je trouve que ce travail, psychologique, à savoir repérer ta faim et tes besoins c'est un travail de titans... il faut sacrément être fort dans sa tête car ça demande une concentration de tout les moments plus rien n'est vraiment naturel, en fait tu pense sans arrêt : j'ai faim ou pas ? et lutter contre l'envie c'est ça le plus dur car on mange souvent plus par envie que par faim si je m'écoutais vraiment je n'ai pas souvent très faim et je pense que c'est le cas de beaucoup d'entre nous ?...

Ceci étant si on est pas pressé et si on a la force
nécessaire pourquoi pas ? la méthode n'est pas mauvaise en soit mais si on prend du poids au lieu d'en perdre c'est même pas la peine...
Où en est tu au jour d’aujourd’hui ?


La méthode Zermati n'est pas un régime ! Ce n'est pas un programme de type Duk** qui dure tant de semaines ou de mois. C'est une méthode pour tenter de se réconcilier avec la nourriture. Rien à voir avec un régime. Un régime te fâche avec la nourriture.

Je suis la méthode Zermati depuis presqu'un an et demi. J'ai lu le livre "maigrir sans régime" et tenter les exercices... Résultat : je n'ai rien perdu niveau poids mais j'ai beaucoup, vraiment beaucoup gagné, niveau relation avec la nourriture. Et ça, c'est un énorme progrès après des années de TCA.

Je suis désolée mais outre le fait de ne pas grossir plus, ce qui est déjà très bien on est ok ! on attend aussi de cette méthode un amincissement ! et alors si l'on prend encore plus de poids autant tout arrêter de suite.
Après, savoir si l'on peut l’assimiler ou non à une régime évidemment ça se discute.
B I U