MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Dysmorphophobie : suis-je la seule?

37 ans 3935
Bonjour à tous,

Enfin je me décide à en parler.
Je souffre en effet de ce qu'on appelle la dysmorphophobie.

Qu'est-ce que c'est?
La dysmorphophobie est un complexe, mais un complexe  
qui prend une place importante dans la vie de la personne qui en souffre. Il porte sur une zone du corps bien précise : les yeux (pas de la même taille, trop petits...), les cheveux (trop fins, trop clairsemés...), le nez, les jambes, la peau... dans mon cas, c'est le ventre.

Il y a trois critères pour définir cette maladie :

- le complexe porte sur un défaut imaginaire. Si ce défaut existe, le complexe est exagéré par rapport à ce défaut. Pour ma part je suis consciente que j'exagère, mais c'est plus fort que moi.
- le complexe génère une forte angoisse, une préoccupation constante, des pensées obsessionnelles irrépréssibles, et bien souvent des ennuis de concentration et une phobie sociale.
- elle est souvent accompagnée de troubles alimentaires et/ou de troubles obsessionnels compulsifs (TOCs). Pour ma part j'ai la manie des listes, mais seulement quand je suis anxieuse.

La dysmorphophobie n'est bien souvent qu'un symptôme: le symptôme d'une angoisse dont il convient de rechercher les causes. Il y a en général un élément déclenchant. Dans mon cas je n'ai pas trouvé lequel : une remarque que l'on m'aurait faite? Quelque chose que j'aurais entendu? J'ai très envie d'un bébé, peut-être cela vient de là. Toujours est-il que dans mon cas il est apparu à la suite d'une perte de poids. Je suis ravie d'avoir retrouvé mon corps d'avant, mais ma joie a été de courte durée car j'ai depuis développé ce complexe qui me pourrit la vie. En effet j'y pense toute la journée : le matin en me levant, je vais directement devant le miroir, et je regarde mon ventre (de profil, sinon c'est pas drôle). Je fais cela des dizaines de fois par jour, au travail surtout (le miroir des toilettes est bien plus grand que celui que j'ai chez moi). Je subis régulièrement des "attaques" : la nuit dernière notamment, je n'ai pas pu dormir avant 6h00 du matin, l'angoisse était trop forte. J'ai débuté une thérapie avant hier, je suppose que ça a fait remonter des choses, mais je ne sais pas encore bien quoi.
Socialement c'est difficile : je crois toujours que tout le monde ne voit que ça. J'ai peur que mes collègues, amis, se moquent de mon ventre, qu'ils en parlent dans mon dos.
Je passe souvent de l'euphorie à une tristesse profonde, ce qui est commun chez les gens atteint de dysmorphophobie. On note en général des problèmes d'estime de soi, et une volonté de perfection chez les gens atteints. Le sujet va souvent demander à son entourage de le rassurer. Mon copain en fait les frais : il a régulièrement droit à mon profil et à la sempiternelle question : "ça va, j'ai pas trop de bide? T'es sûr hein?".
Il semblerait que 2% de la population soit atteinte.
Les traitements sont en général : anti-dépresseurs et thérapie comportementale.

Si d'autres personnes en sont atteintes je serais ravie d'en discuter avec elles.
54 ans 399
Bravo et merci pour ton témoignage - qui servira sûrement aussi à d'autres personnes car ce trouble est peu connu.
C'est une bonne nouvelle que la dysmorphophobie se soigne, alors bon courage pour ta thérapie ! :kiss:
S
32 ans Expat 1409
En parler est déja un premier pas. Si 2% de la population est atteinte, tu as de fortes chances de tomber sur quelqu'un dans le même cas que toi sur VLR.

Comme l'a dit Anne-Etoile, ta maladie se soigne et donc moi aussi je te souhaite un bon rétablissement et bon courage pour la suite.

:kiss:
37 ans 3935
Merci pour vos messages :)
Hier ça allait pas trop mal, forcément j'étais à la maison, aujourd'hui aussi, je ne suis encore allée vérifier depuis que je suis au travail. Sans doute parce que nous ne sommes pas nombreux à travailler aujourd'ui, c'est une source de stress en moins. Espérons que ça dure, bien qu'en général je ne passe jamais plus de deux jours continus sans me mettre à psychoter là-dessus!
45 ans 95 1388
La solution est de s'en foutre. Et de te dire que ta valeur personnelle ne dépend pas de ton ventre. Les gens viennent vers toi pour tes qualités. Rejeter quelqu'un pour un défaut aussi mineur est impensable. D'ailleurs tu es acceptée, tu as d'ailleurs un petit ami. Et ne pas se focaliser que sur le négatif, si tu n'acceptes pas ce défaut ca ne veut pas dire que les autres font de même. Excuses moi, mais je crois que la plupart n'en ont rien à faire. Bon il y aura toujours 2/3 abrutis qui remarqueront et feront des remarques, ceux là tu les oublies, ils n'ont aucun intérêt.
54 ans 399
Doodeedub a écrit:
La solution est de s'en foutre. [...] Bon il y aura toujours 2/3 abrutis qui remarqueront et feront des remarques, ceux là tu les oublies, ils n'ont aucun intérêt.

Bonsoir Doodeedub.
En réalité Miss_Tofu n'a pas de ventre et personne ne lui fait de remarque, ce qu'elle a décrit est un complexe psychologique qui se soigne à l'aide d'anti-dépresseurs et d'une psychothérapie - donc il n'y a pas lieu de lui proposer une solution miracle comme "s'en foutre" ou "oublier". :roll:
Respectons le courage qu'elle a eu en venant témoigner de ça - probablement motivée par le désir de faire connaître ce complexe et d'aider d'autres personnes atteintes qui pourront ainsi se reconnaître (même si pour l'instant personne n'a posté pour en parler) et cheminer vers la guérison.
Merci. ;)
33 ans marseille 9
salut miss-toffu

Je comprend ton témoignage parce que je suis un peu dans le même cas que toi mais peut etre en moins exagéré.
Je complexe aussi sur mon bid que je trouve beaucoup trop gros et j'ai toujours complexé dessus même lorsque j'étais annorexique et que j'avais 10kilos de moins. Pour moi il était toujours aussi gros.
Il m'arrive aussi de pas réussir à m'endormir certains soirs, justement parce que je suis obsédée à l'idée que je veux perdre ce ventre.

Je fais pourtant pas mal de sport (abdos,...) mais il est toujours la.
Comme toi, j'ai aussi l'impression que les gens ne voient que ca et je redoute beaucoup l'été et les maillots de bain à cause de ca alors que j'adore la chaleur, la plage,...mais ce ventre me gache tout et me rends mal à l'aise.

Depuis pas tres longtemps ca va mieux grâce à un copain qui trouve ca craquant (j'ai mis beaucoup beaucoup de temps à le croire!!!) donc ca me permet demieux l'accepter même si je suis encore très loin de m'accepter telle que je suis.

Est-ce que comme toi tu pense que je souffre de dysmorphophobie??
E
39 ans Lille 419
Merci d'aborder ce sujet Miss_Tofu, la dysmorphophobie fait partie des nombreuses phobies dont on parle peu. J'espere que ce fil sera alimente ou que tu n'hesiteras pas a aborder le sujet autrement, en rappelant le lien de ce post pour ta definition. Celle-ci est en effet importante car de nombreuses personnes ne savent pas qu'elles sont concernees.

Pour ce qui est du traitement "anti-dépresseurs et thérapie comportementale", c'est typique de certains psychiatres qui accompagnent trop souvent les therapies par des "solutions chimiques" (il faut dire que c'est parfois pour rendre plus receptive la therapie comportementales ou cognitice). Je crois, sous reserve que ce n'est pas a generaliser, qu'il est mieux de tenter des therapies sans anti-depresseurs.
37 ans 3935
paupilov a écrit:
salut miss-toffu

Je comprend ton témoignage parce que je suis un peu dans le même cas que toi mais peut etre en moins exagéré.
Je complexe aussi sur mon bid que je trouve beaucoup trop gros et j'ai toujours complexé dessus même lorsque j'étais annorexique et que j'avais 10kilos de moins. Pour moi il était toujours aussi gros.
Il m'arrive aussi de pas réussir à m'endormir certains soirs, justement parce que je suis obsédée à l'idée que je veux perdre ce ventre.

Je fais pourtant pas mal de sport (abdos,...) mais il est toujours la.
Comme toi, j'ai aussi l'impression que les gens ne voient que ca et je redoute beaucoup l'été et les maillots de bain à cause de ca alors que j'adore la chaleur, la plage,...mais ce ventre me gache tout et me rends mal à l'aise.

Depuis pas tres longtemps ca va mieux grâce à un copain qui trouve ca craquant (j'ai mis beaucoup beaucoup de temps à le croire!!!) donc ca me permet demieux l'accepter même si je suis encore très loin de m'accepter telle que je suis.

Est-ce que comme toi tu pense que je souffre de dysmorphophobie??


Salut.
Tout dépend. Est-ce que cela génère une forte angoisse chez toi? Il semblerait que oui, mais est-ce que tu as des pensées obsessionnelles à ce sujet durant la journée, est-ce que tu te sens contrainte de vérifier?
S'agit-il des défaut imaginaire ou que tu exagères? On peut focaliser dessus en étant consciente qu'il s'agit d'un défaut mineur mais ne pas pouvoir s'en empêcher.
Je pense que le point le plus important c'est de savoir si le complexe est lié à une angoisse autre. La dysmorphophobie est une manifestation, une manière pour l'esprit de supporter une anxiété qu'il ne supporterait pas autrement.
37 ans 3935
Ele a écrit:
Merci d'aborder ce sujet Miss_Tofu, la dysmorphophobie fait partie des nombreuses phobies dont on parle peu. J'espere que ce fil sera alimente ou que tu n'hesiteras pas a aborder le sujet autrement, en rappelant le lien de ce post pour ta definition. Celle-ci est en effet importante car de nombreuses personnes ne savent pas qu'elles sont concernees.

Pour ce qui est du traitement "anti-dépresseurs et thérapie comportementale", c'est typique de certains psychiatres qui accompagnent trop souvent les therapies par des "solutions chimiques" (il faut dire que c'est parfois pour rendre plus receptive la therapie comportementales ou cognitice). Je crois, sous reserve que ce n'est pas a generaliser, qu'il est mieux de tenter des therapies sans anti-depresseurs.


Je ne sais pas trop quoi penser des anti-dépresseurs. J'en ai pris pendant plus d'un an, il me semble que ça m'avait aidée, mais j'ai arrêté d'un coup parce que j'avais l'impression que tout me passait au-dessus de la tête. Du coup, je ne sais pas si j'aurais vraiment envie d'en reprendre. Les vraies grosses crises, celles où seul faire le ménage à fond et vérifier 14 fois mon ventre me soulagent et qui m'empêchent de dormir sont assez rares, je ne sais pas si ça vaut le coup de prendre des médocs pour si peu... j'espère simplement que ça ne va pas empirer.
E
39 ans Lille 419
Miss_Tofu a écrit:
(...) je ne sais pas si ça vaut le coup de prendre des médocs pour si peu... j'espère simplement que ça ne va pas empirer.
Quand c'est possible d'eviter, mieux est d'eviter... voire de ne pas commencer.
37 ans 3935
J'ai évité de peu une "attaque" de dysmorpho ce matin.
Là je prends mon courage à deux mains, et je vais aller nager... en bikini. Bien entendu j'ai pris soin de vérifier mon ventre, et je crois que ça devrait aller aujourd'hui...
S
34 ans france 4
bonjour a tous,
je me permet de vous ecrire car je fais des etudes pour etre infirmiere, et je sais depuis le debut que je souhaite travailler dans le mileu psy, je voudrais savoir alors si je pourrai discuter un peu avec vous de temps en temps,afin de savoir ce qui vous aide,de quoi vous avez besoin dans votre parcours, comment vous vous sentez au cours de vos therapies/traitments.
je suis consciente que ce que je demande est peutetre beacoup mais je pense que parler directement avec vous peut m'aider a aider les autres dans mon futur metier.
j'espere discuter bientot,

seren
37 ans 3935
Salut,
Oui si tu veux, si ça peut t'aider...
Là ça faisait quelques jours que ça allait mieux, je suis allée voir mon chéri ce week-end, et ce matin, rebelote... quand ça me vient le soir ça passe avec la nuit de sommeil mais quand ça vient le matin, aïe... Je me suis changée déjà deux fois ce matin, j'ai trouvé un truc qui devrait aller, enfin j'espère!
ça passera peut-être dans la journée, le miroir des toilettes du travail est plus flatteur que le mien dans ma salle de bain mal éclairée... la "crise" de ce matin a été déclenchée par deux choses, enfin je crois : mes collègues hier midi qui parlaient en rigolant de bidule qui mange trop, et le chocolat que j'ai mangé sans avoir faim après le repas. Il me semble que ça vient de là, mais je n'en suis pas sûre, j'ai peut-être rêvé de quelque chose cette nuit qui aurait tout déclenché, j'en sais rien!
S
34 ans france 4
merci beaucoup!
tu parle de ta souffrance avec enormemnt de lucidité mais en meme temps je voit que tu souffre malgré que tu a conscience de "l'absurdité" (je mets absurdité entre "" car il est evident que c'est quelque chose qui affecte enormement votre vie, je n'essaie pas de minimiser), ce n'est pas contradictoire, enfin je veut dire ca me parait etrange de souffrir de quelque chose alors que l'on sait que ce n'est pas justifié, comment est ce que ton entourage t'aide? ca doit etre difficile pour eux aussi d'accepter que tu soit malade.
j'espere que je suis claire dans ce que je dit, je suis anglaise enfait et j'ai encore un peu du mal avec le francais.si je dit des chose d'une maniere blessante je suis desole, ce n'est pas mon intetion!
B I U


Discussions liées