MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin d'être poussée pour modifier mon quotidien

34 ans 2879
Bonjour,

Je viens vous demander un peu d'aide en constatant que seule je fais absolument n'importe quoi et ne me rends pas épanouie pour un sou. Je suis sûre que de  
l'extérieur vous aurez des points de vue qui pourraient me remuer et me sortir de mon inertie...et je sais aussi les bienfaits qu'on a en communiquant simplement son problème.

Pour esquisser le tableau : j'ai 2 enfants en bas âge (2 ans 4 mois et 1 mois 1/2), le plus grand va à la garderie 3 jours par semaine. Et je ne prends plus du tout soin de moi ; mes seuls loisirs sont internet et manger, j'ai toujours au moins un enfant dans les jambes. Alors je vole du temps lorsqu'ils dorment, ou sont occupés, mais jamais l'esprit tranquille, et jamais hors de la maison. Et je me retrouve comme cela à me faire plaisir d'une manière qui me déprime au final.

Je n'ai plus de vie intime depuis un moment (un unique rapport depuis presque 1 an, depuis le début de la grossesse en fait), et il y a une distance avec mon compagnon. Je ne vais pas le chercher et n'aspire pas actuellement à des rapports sexuels avec lui, ni même à des moments partagés avec lui. Je sais, cela sent le roussi. Et contribue à ne pas m'épanouir...

J'ai discuté récemment avec lui, et il a été à l'écoute. Mais je me rends bien compte que je me sens toujours sous pression dans le fait que sur la fin de la conversation je me disais qu'on y avait passé trop de temps et que j'aurais dû discuter en faisant autre chose en parallèle.
Et puis ce n'est pas miraculeux, on s'est vraiment éloignés.

J'en suis à rêver la nuit du monsieur qui s'occupe des enfants à la garderie et qui a l'air si enjoué et attentionné. Il faut dire que mon compagnon me parle souvent de manière dure, n'a pas d'attention, la vie de couple est réduite à quasi néant, mais je dois avouer que ce n'était pas épanoui non plus auparavant.

Il était solide, stable, intelligent, j'étais paumée, en admiration de l'intelligence et ayant besoin de repères...
A côté de cela je le trouve très bien avec ses enfants, il ne jette jamais le bébé avec l'eau du bain et peut entendre les critiques (mais il ne les admet pas pour autant).

Voilà, je mets tout ce à quoi je pense en vrac, si jamais vous aviez un peu d'aide à m'apporter. Merci par avance !
Puis merci d'avoir pris le temps de me lire ;)
33 ans 1547
En te lisant, je me dis que ce qui pourrait te faire le plus de bien, dans l'immédiat, et qui est peut-être aussi le plus accessible (mais pas forcément évident pour autant), c'est de réinvestir du temps pour toi.

Pour ta relation de couple, c'est quelque chose qui non seulement ne t'appartient pas seulement, mais aussi qui prends sûrement plus de temps et que tu sois peut-être mieux pour que tu saches ce vers quoi tu souhaites aller.

Est-ce que ça te parle ?
Vers quoi pourrais-tu aller, des activités que tu aimes/aimais/aimerais et surtout qui te gratifient (d'une façon ou d'une autre) ?

Et qu'est-ce qui te serait possible en terme d'activités extérieures à ton domicile ?
35 ans 886
Indépendamment de ta relation avec ton conjoint je pense comme Papille qu'il faut d'abord que tu retrouves le plaisir de faire des choses pour toi, de vivre pour toi.
Que tu culpabilises à la fin d'une conversation parce que tu n'as rien fait d'utile pendant ce temps c'est assez révélateur quand même... C'est comme si dans ta tête tu étais persuadée que tu es une machine qui doit accomplir des tâches en permanence et que c'est pour ça que tu existes... Si tu y réfléchis est-ce que tu penses que c'est ça la vie?

Déjà est-ce qu'il y a quelque choses que tu aurais envie de faire en essayant de t'extraire de tes "responsabilités"? Est-ce que tu apprécierais par exemple de faire de la danse? Ou du yoga, du pilates? Tu pourrais par exemple prévoir de t'inscrire à un cours une fois par semaine à la rentrée de septembre, ce serait un début.
Et en un peu plus radical, est-ce que tu aurais envie de faire une formation pour une possible activité professionnelle? Ou de t'inscrire à une fac d'histoire juste pour le plaisir d'apprendre... Ou prendre des cours de langue?

Pour l'organisation comme ton conjoint a l'air assez ouvert, pour un cours le soir je pense que tu pourrais lui demander de garder les enfants un soir par semaine. Si tu veux suivre une formation par contre c'est vrai que c'est plus d'organisation, il faudrait regarder pour une garderie ou crêche pour les 2 (mais selon ce que tu fais ce n'est pas forcément beaucoup d'heures par semaine et parfois du temps de travail de chez toi)
34 ans 3170
Coucou Okapi,

D'abord Félicitation pour le deuxième petit bout si ce n'est déjà fait ! ;)

Ensuite pour le temps, je te comprends complètement, ça commence à aller un petit peu parce que je la mets un peu en garderie et bizarrement, c'est depuis que j'ai ce travail à temps partiel que j'ai du temps pour moi...
Ce que tu peux faire mais encore une fois, je ne sais pas si ton homme est ok mais lui laisser 2 petites heures et aller boire un verre , la piscine, sortir marcher ou juste t'allonger sans interruption et lire un bouquin :P

Tu es maman mais pas que, alors il y'a bien quelque chose que tu aimes ou aimais faire et même si ça ne t’intéresse plus trop sur l'instant car pas motivée, essaie de te forcer un peu, des fois ça fait un bien fou à la fin ...

C'est bête et tu le sais déjà mais plus ton petit bout va grandir et plus ça ira...puis elle a juste un mois et demi donc c'est complètement normal de sentir accaparée et fatiguée...

Pour ton chéri, rendu là je ne vois qu'une chose si tu as encore de l'amour pour lui ou du moins que tu souhaites sauver ton couple et lui aussi, c'est la thérapie ou l'éloignement (c'est paradoxal mais des fois s'éloigner pour créer un manque, ça peut aider à retrouver cette complicité éteinte).
Pour la thérapie, je trouve que c'est une belle idée quand les deux n'y arrivent plus, à se parler sans hausser le ton ou avec rancœur, que c'est froid, qu'il y'a la tristesse qui s'installe et être en couple en se sentant seule au monde. Evidemment, les deux doivent prendre conscience qu'il y'a un souci et avoir une volonté de s'en sortir en acceptant de faire cette démarche.
Un médiateur par des exercices etc va vous aider à vous retrouver et ça peut changer la done.

En attendant, souffler un coup et :kiss: :kiss: :kiss:
38 ans très au sud 7738
Okapi, à part ce qui a été déjà dit je ne vois pas trop quoi ajouter... prendre du temps pour toi, même 1H par semaine pour faire une activité que tu aimes et organiser le planning pour te libérer. Ça serait déjà un début. Tu le mérites, tu en as le droit et même je dirais le devoir pour montrer à tes enfants que maman a une vie, des envies et qu'elle est aussi une femme. Et j'imagine aussi qu'il ne doit pas t'être facile de te séparer du petit dernier, il est encore tout petit...

Pour ton couple par contre je ne peux pas trop te conseiller. Je n'ai encore jamais connu cette situation ou du moins une situation de ce profil là ;)
mais à te lire tu sembles avoir des soucis de ce côté là depuis longtemps, et les enfants n'ont rien arrangé avec tout le travail et l'investissement qu'ils représentent.
Quoiqu'il en soit l'un comme l'autre il vous faut sortir de la maison!
ah tu ne précises pas, tu es en congé maternité? tu élèves tes enfants en restant à la maison? un congé parental en vue? et monsieur, il a pris son congé paternité?
P
52 ans 3673
Ta vie conjugale ressemble à une maison qu'on aurait négligée durant des années et où une énorme couche de poussière se serait accumulée jusque dans les moindres recoins. Je ne sais pas comment l'appliquer à un couple mais un grand nettoyage de printemps s'impose avec ensuite un entretien régulier et un contrôle-qualité très très strict. ;)
49 ans au feu rouge à droite puis au prochain carrefour à gauche ....... 1367
bonjour okapi,
je me souviens que nous étions ensembles pour les bébé de janvier 2012...
déjà un bail !

toi tuas mis et eu le 2ième en route !
moi non la bête est trop vieille !! ;) :lol:
61 ans ile de france 7912
pour commencer , tu t'offres une séance , shopping , coiffeur , tu changes de tête , ça fait beaucoup de bien

ensuite, il faudrait que tu passes au minimum 1/2 journée par semaine à faire une activité sympa , tu prends quelqu'un pour garder ta puce et ton fils à la garderie

pour la relation avec ton compagnon , c est plus compliqué , il faut que tu réfléchisses à votre couple , si tu as encore envie de changer quelque chose pour lui et si à ton avis , ton compagnon t'aime

c est de l'usure ?
34 ans 2879
Merci beaucoup pour toutes vos réponses, toute cette matière à réflexion que vous m'apportez :)

papille, oui, je pense que je me suis négligée et mon inconscient se rebelle, prend du temps compulsivement comme on vole des bonbons pour se goinfrer de manière pathétique...Je prends du temps mais en me sentant coupable et du coup je le prends mal. Je n'ai pas ménagé de place pour moi, une place officielle, et c'est toujours sous pression et culpabilité que je me retrouve à traîner.
Je pense que j'apprécierais de recommencer un peu de sport. Ensuite il faut accepter d'être interrompue dans ce qu'on fait et que ce soit chez moi, parce que je me sentirais également coupable de laisser les enfants à mon compagnon après une journée de boulot pour lui.

Ali-a
, disons que j'ai toujours quelque chose à faire, que ce soit les enfants ou les tâches ménagères (il y a toujours du repassage à faire, de la cuisine, du nettoyage, des papiers, etc.) donc le temps que je prends c'est du temps que j'enlève au reste, à ce qui m'incombe.

Mais je comprends bien qu'il faut que je le fasse, d'autant plus que n'étant pas heureuse je suis moins patiente avec mes enfants, et qu'en voulant trop bien faire je fais des bêtises. Donc de toute manière il faut que je me déculpabilise et que je m'occupe de moi pour pouvoir m'occuper correctement du reste.

Chantillyfraise, pour mon compagnon je ressens un lien, de l'affection, mais aussi de la crainte et je me sens moins libre quand il est là. J'ai peur de son jugement, peur aussi qu'il me rajoute du travail...enfin, peur est un mot un peu fort pour cela, mais c'est de l'appréhension.
Parce que nos conversations se limitent au matériel et qu'il peut sortir de sa bouche uniquement des choses du type "Il faudra détapisser, peindre les murs et les portes pour ne pas perdre de temps lorsque le gars reviendra pour la salle de bain" ou "Il faudra déposer cet argent à la banque" (avec deux enfants, c'est un plaisir qu'on ne goûte jamais assez).

C'est triste à dire mais en effet j'ai surtout envie qu'il me laisse tranquille faire ce que j'ai à faire, boucler ma journée de travail sans être trop fatiguée et pas trop tard (qu'il me demande de rester avec lui voir un film me pèse de la même manière), histoire d'arriver à dormir assez pour attaquer à 6h ou 7h le lendemain avec les enfants.

reinette81, merci d'appuyer sur le fait que prendre du temps pour moi est important pour moi-même (évident) mais aussi pour ceux qui m'entourent. Il y a les enfants, mais je pense que je renvoie une drôle d'image à mon compagnon également.

Prax, tout à fait juste comme image, mais le ménage demande du temps et je baisse les bras par avance à vrai dire.

Un coucou au passage à pecsfamily :P

schnauzer
, tu vas rire (ou non) mais j'ai coupé moi-même mes cheveux ce matin :lol:
Je ne fais jamais de shopping sauf pour mes enfants, pas envie de séduire ; j'achète des vêtements parce qu'ils poussent et les cadeaux d'anniversaire/Noel...j'ai déjà le sentiment d'y perdre trop de temps.

Pour mon couple, oui, c'est compliqué mais non ce n'est pas de l'usure. Du coup il faut que j'y réfléchisse, ce n'est pas une question de se "retrouver" parce qu'on ne s'est jamais vraiment "trouvés" je crois.
34 ans 2879
J'ai oublié de répondre à ta question reinette !

Je n'ai jamais vraiment travaillé, juste des petits jobs (manutention, serveuse en boulangerie -pas mon point fort-, caissière, cours particuliers de mathématiques).
Je dépends financièrement et pour la couverture maladie de mon compagnon ; il a acheté la maison seul (je l'ai eue un peu mauvaise parce qu'il n'a pas voulu que je vienne à la signature et je suis restée comme une nouille avec mon apéro fait maison pour fêter cela, qui était trop froid d'ailleurs parce que le notaire avait 2h de retard, mais pas grave finalement personne n'est venu pour cette même raison parce qu'ils devaient rentrer chez eux).
Evidemment je ne suis pas en congé de quelque nature que ce soit.
44 ans région parisienne 5831
Attends, attends, attends... Ta petite, elle a 1 mois et demi!!! C'est crevant à cet âge là! C'est complétement normal d'être fatiguée, de rêver que l'on te laisse tranquille, de vouloir être juste seule, de te sentir stressée, de n'avoir aucune envie de voir ton compagnon... Ce sont des sentiments très habituels à ce stade là.

Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'il faut juste laisser faire et attendre, mais cela veut dire que ces sentiments pourront évoluer lorsque bébé sera plus grand et que tu seras moins fatiguée et moins à cran.

Moi, je pense comme les copines, que tu devrais déjà prendre un temps pour toi, sans les enfants, sans monsieur, juste histoire de te faire du bien en faisant une activité qui te plait: ça peut être farniente, ou hammam, ou piscine, ou course à pied, n'importe quoi, du moment que c'est quelque chose que tu aimes et qui te fait du bien.

Ensuite, peut-être que ce serait pas mal de prendre aussi du temps en amoureux: trouver un truc qui vous plait à tous les deux, et y aller sans les enfants, histoire de vous retrouver un peu, de "reprendre contact", si je puis dire (ou "prendre contact" puisque tu dis que vous ne vous êtes jamais trouvés... ce qui semble un peu étrange d'ailleurs, moi, je crois que vous vous êtes trouvés un jour, mais que là, épuisée, tu n'arrives plus à t'en souvenir).

Je crois qu'effectivement, il y a urgence pour ton couple: en effet, le couple est vraiment en danger quand on commence à "ré-écrire le passé" pour n'y trouver que du "mauvais". Or j'ai du mal à croire que tu aurais fait 2 enfants avec un gars si jamais rien de bon n'était arrivé avec lui. Tiens, et si vous re-faisiez un truc que vous avez fait ensemble au tout début de votre couple?

Pour finir, est-ce que tu ne serais pas en train de faire une petite dépression du post-partum? Un baby-blues?
49 ans au feu rouge à droite puis au prochain carrefour à gauche ....... 1367
toutes mes excuses j ai coupé court à mon post car arrivage de locataires dans les gites ...
okapi, mamykro a raison .
ton 1er a à peine plus de 2 ans et la 2ième 1mois et demi !!
c est normal que tu sois crevée et comme prisonnière de ton rôle de maman. à cet áge là c est épuisant.

cela ne fait que depuis peu que je peux souffler et faire d autres activités.
ça va s arranger....
pour ton couple j ai un gros doute .....
34 ans 3170
Okapi a écrit:
Merci beaucoup pour toutes vos réponses, toute cette matière à réflexion que vous m'apportez :)

papille, oui, je pense que je me suis négligée et mon inconscient se rebelle, prend du temps compulsivement comme on vole des bonbons pour se goinfrer de manière pathétique...Je prends du temps mais en me sentant coupable et du coup je le prends mal. Je n'ai pas ménagé de place pour moi, une place officielle, et c'est toujours sous pression et culpabilité que je me retrouve à traîner.
Je pense que j'apprécierais de recommencer un peu de sport. Ensuite il faut accepter d'être interrompue dans ce qu'on fait et que ce soit chez moi, parce que je me sentirais également coupable de laisser les enfants à mon compagnon après une journée de boulot pour lui.


[b]Ce qu'il faut se dire (que je me dis :lol: ), c'est que si on est épanouie et qu'on prend du temps pour soi, alors ça ira mieux dans les relations avec l'enfant et chéri. Il vaut mieux moins de temps mais de qualité que plus de temps et être toujours surmenée,stressée,etc ... Au placard, la culpabilité (rien que ça prouve que t'es une chouette mère). Ensuite, je pense que c'est peut être plus profond, toujours être une bonne deuxième- la femme-la maman-l'employée-l'élève-2ème pour les parents parfois etc- et si tu te disais qu'il est temps de prendre ta place, (ok ton chéri te plaisait pour sa culture, intelligence etc, mais bon avec le temps, tu te rends bien compte que tout ça n'est pas si extraordinaire :lol: -parole d'une femme qui a grandi avec des érudits bardés de diplôme comme proches :roll: )
celle d'Okapi, la première ! :D



Ali-a[/b], disons que j'ai toujours quelque chose à faire, que ce soit les enfants ou les tâches ménagères (il y a toujours du repassage à faire, de la cuisine, du nettoyage, des papiers, etc.) donc le temps que je prends c'est du temps que j'enlève au reste, à ce qui m'incombe.

Mais je comprends bien qu'il faut que je le fasse, d'autant plus que n'étant pas heureuse je suis moins patiente avec mes enfants, et qu'en voulant trop bien faire je fais des bêtises. Donc de toute manière il faut que je me déculpabilise et que je m'occupe de moi pour pouvoir m'occuper correctement du reste.

Tu n'as aucune aide? est-ce que ton chéri t'aide un peu ou alors tu gères l’intérieur et lui l’extérieur ?
Maintenant, ça va mieux mais à l'époque (pas si longtemps) avec bébé etc, j'ai demandé à avoir une aide-ménagère et ça a fait du bien... Je ne suis pas wonder woman et j'ai longtemps hésité par culpabilité (vu que je le faisais à fond et me sentait incapable) etc mais on s'y habitue vite, au moins le temps nécessaire.
3615 ma vie, tout ça pour dire que ça peut t'aider ;)

Chantillyfraise, pour mon compagnon je ressens un lien, de l'affection, mais aussi de la crainte et je me sens moins libre quand il est là. J'ai peur de son jugement, peur aussi qu'il me rajoute du travail...enfin, peur est un mot un peu fort pour cela, mais c'est de l'appréhension.
Parce que nos conversations se limitent au matériel et qu'il peut sortir de sa bouche uniquement des choses du type "Il faudra détapisser, peindre les murs et les portes pour ne pas perdre de temps lorsque le gars reviendra pour la salle de bain" ou "Il faudra déposer cet argent à la banque" (avec deux enfants, c'est un plaisir qu'on ne goûte jamais assez).

Est-ce que tu as essayé de verbaliser avec lui? lui dire franchement, euh c'est ça maintenant nos conversations? parce que si c'est ça, ça ne va pas marcher longtemps... J'ai besoin qu'on revienne comme avant, plus d'affection, d'écoute, d'amour ... est-ce que c'est parti de ton côté? pas du mien ... etc. sans culpabiliser l'autre mais dire clairement ce qu'on veut...
Pour le jugement, moi c'est la maladresse (c'est vrai que je fais plus facilement tomber des choses que la moyenne sans être pathologique) mais mon chéri semble tellement agacée en me voyant arrivée avec plusieurs objets dans la main; il attend juste que le fasse tomber pour râler :? .
Bah avant même de faire un truc, je le préviens que je vais tout faire tomber puisqu'il n'attend que ça et que du coup je suis toute stressée :x
Par contre le tu ne fais pas ça comme si ou comme ça ou c'est ta faute, je serais franche avec lui.
Me rabaisser ou mettre les éventuels lacunes des enfants sur moi, ça me blesse vraiment car je te trouve injuste.
Tu es au travail mais moi je suis 24hr avec eux et c'est vraiment fatiguant en plus du ménage, de la nourriture etc alors si tu n'es pas capable de le comprendre, pour mon bien-être psychique, je ne peux pas supporter ça des années.
Puis si c'est si simple que ça, je pars un week-end entier et dis-toi que ce que tu vas vivre, ce n'est rien comparée à du 24hr une année...
Bref tu arrêtes ça tout de suite. Je ne juge pas ton travail en disant que c'est rien et que tu peux faire pareil que moi à la maison alors ça suffit. (je ne sais pas Okapi mais en lisant, on a l'impression qu'il a une forme d'emprise sur toi, comme si tu te dis ce n'est pas normal, pas acceptable mais que tu n'arrives pas à réagir. Un peu comme un parent qui fait un truc injuste mais à qui on n'ose pas dire... Je me trompe peut-être)


Courage Okapi, parfois il suffit de quelques trucs pour que ça fonctionne ;)
J
48 ans 575
J'aime beaucoup te lire Okapi, intelligente, ouverte, esprit et humour. Tu réfléchis et tu te poses des questions.
Alors revenons à nos moutons, tes enfants sont très petits, et demandent beaucoup, j'ai connu cet écart avec mes 3 loulous, j'avais parfois l'impression d'être comme une serpillère en fin de journée, lessivée et essorée. Ce sont des âges super prenants, le bébé par rapport à son rythme et le grand il faut le surveiller. Moi, ma solution a été de me créer un réseau de copines maman, je les ai rencontrées à l'école, au city stade, de pouvoir échanger, papoter avec nos loulous, faire des activités ensemble, piscine, picnique et autres... Mon mari était souvent en déplacement.
On pouvait se dépanner, ça faisait vraiment du bien. Ensuite le weekend end j'allais courir et mon mari gardait les loulous. Je participais ponctuellement comme bénévole dans des assoc sur le we ou en semaine avec les loulous. C'est valorisant, ça crée des liens bref c'est tout bénéfice.

Par contre avec ton conjoint le malaise semble plus profond. Tu as du mal à trouver ta place dans ton couple, et chaque fois que tu es fatiguée, ce problème revient, il semble récurent.
Tu culpabilises et tu te dévalorises beaucoup par rapport à lui.
Je crois qu'il va vraiment falloir que vous discutiez ensemble de vos attentes respectives.
34 ans 2879
Je reviens donner quelques nouvelles après ce post...

Alors, je mange toujours beaucoup mais je ne reste plus des heures (celles où mon fils est en garderie) à manger devant internet...cela s'est raccourci et du coup j'ai meilleur moral.

Et je prends du temps pour faire 1/4h de sport le matin, c'est la première chose que je fais lorsque j'ai fait l'urgence (petit-déjeuner, habiller mon fils, m'habiller moi, préparer son sac et l'emmener). Cela me fait un bien fou de me sentir plus active, et j'arrête quand je n'y prends plus de plaisir. Mais avoir la respiration qui s'accélère, le corps qui chauffe et s'élance, c'est sentir la vie qui est là (sans sexe on remplace comme on peut !)

Et surtout je garde en tête tout le long de la journée que je ne passe pas après les autres. Si mon fils m'appelle et que je suis occupée je lui demande d'attendre. Si ma fille râle un peu je ne me précipite pas pour voir. Si l'heure du retour de mon compagnon est là je ne suis pas à me dépêcher pour que le repas soit prêt dès qu'il a passé la porte.

C'est moi qui me mettais au service des autres, de mon propre chef, et sans cette pression cela va déjà mieux.

Sinon, je vous remercie pour ces derniers posts Chantillyfraise et JulaleximanSandra.

Pour mon compagnon, je me mets à oser dire ce qui ne me convient pas, ce que je ne faisais pas auparavant.
Ce n'est pas dans un but de faire comprendre à l'autre, parce que ce sont des choses qu'il sait me déplaire, mais pour m'imposer un peu, prendre ma place.

Pour être concrète, hier soir ma fille hurlait. J'étais dépassée entre elle et mon fils à coucher donc mon compagnon s'en est occupé. De manière très bien avec lui, froide avec moi...Il ne m'a pas dit un mot quand il est revenu chercher sa peluche et que j'ai hasardé un "je crois qu'elle s'est calmée" pour lui montrer que j'étais à nouveau disponible, puis a refermé la porte que j'avais close pour que la maisonnée n'en ait pas plein les oreilles.
Je suis sortie avec ma fille somnolente dans les bras, j'ai entendu mon fils me réclamer et lui répondre que j'étais occupée et que je ne pouvais pas venir (pour lui dire bonne nuit). Il est redescendu, et quand j'ai amorcé le mouvement de monter (déjà le couffin de la puce était là-haut) il m'a dit que mon fils dormait déjà.

J'y suis allée quand même, et évidemment il ne dormait pas du tout ; j'ai pu lui faire un câlin, lui chanter une chanson, enfin dire bonne nuit, avant de redescendre.

Et là je suis allée le chercher pour lui demander ce qui le gênait dans le fait que je dise bonne nuit à mon fils, que lorsque c'était moi qui faisais le coucher jamais je ne faisais cela (même je lui dis si son fils l'attend pour un bisou). Il m'a ressorti le fait qu'il était endormi, ce qui était un bon gros mensonge, et je lui ai donc dit que ce n'était pas très honnête d'avancer cela.

Et il m'a avoué à demi-mot qu'il trouvait mauvais que notre fils me demande autant et que je sois toujours là pour y répondre. Je lui ai rétorqué que pour souhaiter bonne nuit oui je serai toujours là pour répondre, qu'il est important à mon sens d'avoir ce temps avec ses deux parents avant la séparation de la nuit. Ce qu'il a eu l'air d'entendre.

Je crois que je me fais un peu marcher sur les pieds parce que je laisse faire, que je ne dis rien. Je suis sous la coupe parce que je n'essaie pas de m'en extraire.

Et pour avoir été un peu dure avec un ami à moi qui était très effacé je sais que c'est malheureusement un appel d'air pour les plus bas instincts chez les autres.

J'ai beaucoup de choses à réfléchir, tout est encore emmêlé, mais je crois que l'idée de s'imposer, de se faire sa place autant par rapport à soi que par rapport aux autres est un fil directeur.

Merci à vous de m'avoir appuyée dans cette voie, et j'espère que l'évolution sera pérenne.

Merci aussi pour les compliments JulaleximanSandra ; tu m'associes une image très flatteuse (l'écran donne aussi meilleure apparence en même temps, comme la lumière des bougies flatte le physique irl !).
Je crois que je ne mets pas assez mes atouts en actions, en réalisations, du coup je n'en ai pas suffisamment conscience peut-être. Même si je sais en avoir, je ne les ai pas intégrés à mon image de moi...

Tout cela est à mûrir ;)
B I U