MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Les psys et vous

37 ans Nantes 49
Bonjour,

J'aimerais connaître votre point de vue sur le corps médical : psychologues et psychiatres.
Je n'ai plus aucun suivi actuellement. Je sais que j'en ai besoin à cause de mes  
TCA entre autre. Malheureusement, j'en ai vu quelques uns qui ne m'ont pas donné entière satisfaction pour différentes raisons. Aujourd'hui, je me demande si ça vaut la peine de refaire la démarche et de contacter un nouveau psy. Je suis disons découragée car j'ai été trop déçue.

Merci pour vos réponses ;)
54 ans Région nîmoise 1567
Moi aussi je suis découragée, et il ne s'agit pas de TCA mais de dépressions récurrentes (trouble de l'humeur unipolaire) avec TAG/TOC et je ne trouve que des prescripteurs qui ne font pas de psychothérapies...
37 ans Nantes 49
sandydidou a écrit:
Moi aussi je suis découragée, et il ne s'agit pas de TCA mais de dépressions récurrentes (trouble de l'humeur unipolaire) avec TAG/TOC et je ne trouve que des prescripteurs qui ne font pas de psychothérapies...


Je sors tout juste d'une forte dépression où l'on m'avait prescrit des antidépresseurs. Je les ai arrêté et grâce à une amie de la famille, je me sens beaucoup mieux. Je ne la remercierais jamais assez pour ça.
Depuis combien de temps souffres-tu de trouble de l'humeur unipolaire avec troubles anxieux généralisés et troubles obsessionnels compulsifs? Tu as vu beaucoup de psys?
C'est vraiment démoralisant et on finit par se demander ce à quoi ils sont vraiment utiles! On a besoin d'écoute, de non jugement, de comprendre pourquoi on souffre de ces troubles et comment on peut y remédier. Essayer de se stabiliser.
36 ans 4879
Pour ma part j'ai de la chance à vous lire, je suis suivie par une psychiatre depuis 4 ans, qui a tout à fait respecté mon envie de ne pas prendre d'anti dépresseurs au début et ne m'en a prescris que quand j'ai dit de moi même que je ne voyais pas d'autre solution.
Je suis en thérapie avec elle depuis tout ce temps et je sens bien que j'ai encore bcp de chemin à parcourir...pour les TCA par exemple que je n'ai toujours pas résolus (mais j'ai résolu d'autres choses).
Bref, je pense qu'il ne faut pas perdre courage, les bons psychiatres existent...
36 ans 4879
Pour ma part les anti dépresseurs m'avaient bcp aidée,comme je disais souvent ça a été mon gilet de sauvetage pour ne pas couler, ça ne m'a pas ramenée à la rive (ça c'est le travail avec ma psy qui l'a fait) mais ça a eu le mérite de me maintenir la tête hors de l'eau alors que je me noyais... Mais visiblement là aussi j'ai eu de la chance que le séroplex me convienne bien. Et comme je compensais par de l'hypersomnie en dépression je n'ai pas trop souffert du côté "abrutissant" des anti dépresseurs, vu que j'étais déjà à 2 de tension avant XD.
50 ans Lorraine 4326
et juste par curiosité Nenufar, tu as remarqué un effet net des AD sur tes TCA ?
37 ans Nantes 49
@Nenufar
Comme toi, les antidépresseurs m'ont maintenu la tête hors de l'eau sans quoi j'aurai complètement sombré. Cela ne peut pas convenir à tout le monde, je le conçois parfaitement. D'autant plus que l'AD prescrit peut avoir des effets secondaires, des effets que notre corps ne peut supporter.
J'avoue commencer tout juste à perdre espoir de trouver un bon psy parce que j'en déjà vu pas mal. Après, peut-être que cela vient de moi ou je ne dois pas avoir la même conception que les psys qui m'ont suivi. J'attends peut-être trop d'eux. Je ne sais pas. Mais ton témoignage montre bien qu'il existe de bons médecins.
36 ans 4879
J'ai pris 30kg sous AD en 1 an, et mes TCA sont revenus en flèche... mais c'est parce que j'en avais perdu 30 en dépression, j'avais cessé de m'alimenter... Les AD m'ont redonné envie de vivre et donc par la même de manger... et d'autant plus que mon corps avait vraiment souffert de la privation forcément c'est reparti sur l'extrème inverse... Mais je ne suis peut être pas le bon exemple du fait de mon anorexie dépressive.

Lilly : je pense qu'il faut avant tout voir si ils font des thérapies, sélectionner comme ça avant tout...et après voir au feeling. Bon courage à toi !
37 ans Nantes 49
Merci Nenufar pour tes réponses et ton soutien =)
54 ans Région nîmoise 1567
Je prends beaucoup d'intérêt à vous lire parce que même s'il ne s'agit pas de TCA, j'ai vraiment la tête sous l'eau en ce moment.

Pour le première question, mes troubles unipolaires + tag&toc sont un problème "de fond" depuis que j'ai 18 ans (ça fait donc 28 ans maintenant). J'ai pu quand même avoir une vie grâce aux anti-dépresseurs, donc je ne leur jette en rien la pierre. Je suis simplement à un moment de ma vie où beaucoup de choses sont en train de changer et j'aurais véritablement besoin d'une aide psychothérapeutique de qualité, mais je n'arrive pas à trouver (et comme je suis "down" j'ai peu d'énergie pour cela, d'où cercle vicieux).

J'ai développé tocs+TAG à l'âge de 8 ans suite au suicide de mon grand-père mais je n'ai pas pu en parler avant l'âge de 17 ans car le sujet de la maladie mentale était tabou dans ma famille. J'ai donc du apprendre à "faire avec" pendant 9 ans alors que j'étais très très jeune. Ce sont des somatisations importantes à partir de l'âge de 16 ans qui m'ont peu à peu conduite chez un psy.
36 ans 1547
sandydidou a écrit:
Moi aussi je suis découragée, et il ne s'agit pas de TCA mais de dépressions récurrentes (trouble de l'humeur unipolaire) avec TAG/TOC et je ne trouve que des prescripteurs qui ne font pas de psychothérapies...


Mais le prescripteur n'est pas forcément le psychothérapeute.
Cela implique peut-être aussi de s'engager dans une psychothérapie sans qu'il n'y ait de prise en charge.
Ou du côté du CMP peut-être ?
54 ans Région nîmoise 1567
papille a écrit:
sandydidou a écrit:
Moi aussi je suis découragée, et il ne s'agit pas de TCA mais de dépressions récurrentes (trouble de l'humeur unipolaire) avec TAG/TOC et je ne trouve que des prescripteurs qui ne font pas de psychothérapies...


Mais le prescripteur n'est pas forcément le psychothérapeute.
Cela implique peut-être aussi de s'engager dans une psychothérapie sans qu'il n'y ait de prise en charge.
Ou du côté du CMP peut-être ?


J'ai besoin de cohésion et d'unité, donc je préférerais que le prescripteur soit aussi le psychothérapeute.
Ensuite je suis tombée dans ma vie sur une "pseudo-psy" non médecin qui m'a démolie, j'en conserve peur et méfiance vis à vis de personnes qui n'ont pas une formation longue classique.
Enfin par principe et parce que je ne peux pas, je refuse d'envisager de payer pour un problème de santé qui a influencé mon existence toute entière. On ne demande pas à un cancéreux ou à un diabétique de payer pour son traitement que je sache ? Je suis dans un système où j'ai toujours cotisé pour ma couverture sociale (et en libéral c'est du très lourd), j'ai une ALD donc non, les thérapies non remboursées ce n'est pas pour moi.
37 ans Nantes 49
Se soigner peut coûter cher si cela n'est pas pris en charge. Il faut déjà avoir les ressources nécessaires pour cela. Ce n'est pas évident.
@sandydidou
J'espère que tu réussiras à trouver la bonne personne pour une psychothérapie. Il ne faut pas baisser les bras même si c'en est décourageant à certains moments. Bon courage à toi ;)
36 ans 1547
sandydidou a écrit:
papille a écrit:
sandydidou a écrit:
Moi aussi je suis découragée, et il ne s'agit pas de TCA mais de dépressions récurrentes (trouble de l'humeur unipolaire) avec TAG/TOC et je ne trouve que des prescripteurs qui ne font pas de psychothérapies...


Mais le prescripteur n'est pas forcément le psychothérapeute.
Cela implique peut-être aussi de s'engager dans une psychothérapie sans qu'il n'y ait de prise en charge.
Ou du côté du CMP peut-être ?


J'ai besoin de cohésion et d'unité, donc je préférerais que le prescripteur soit aussi le psychothérapeute.
Ensuite je suis tombée dans ma vie sur une "pseudo-psy" non médecin qui m'a démolie, j'en conserve peur et méfiance vis à vis de personnes qui n'ont pas une formation longue classique.
Enfin par principe et parce que je ne peux pas, je refuse d'envisager de payer pour un problème de santé qui a influencé mon existence toute entière. On ne demande pas à un cancéreux ou à un diabétique de payer pour son traitement que je sache ? Je suis dans un système où j'ai toujours cotisé pour ma couverture sociale (et en libéral c'est du très lourd), j'ai une ALD donc non, les thérapies non remboursées ce n'est pas pour moi.


D'accord.

Du côté des CMP, j'ai cru comprendre que certains pouvaient avoir un prescripteur psychiatre et un suivi avec un psychologue. (J'ai cru voir que Clau' avait ce type de suivi). A défaut que ça soit la même personne, c'est un travail mené en équipe qui peut peut-être apporter une certaine unité.

En tout cas je te souhaite aussi de trouver le soin dont tu as besoin.
42 ans Bourg-en-Bresse 9
Salut tout le monde, je peux un petit peu parler du sujet "les psys et vous" car je suis à la fois en dernière année d'études de psychologie et je suis également suivie par une psychologue sur Lyon. La problématique des TCA est extrêmement complexe et ne cède pas facilement même quand l'on comprend pourquoi l'on mange, quelles émotions, affects la nourriture permet de calmer. Je souffre d'un TCA moi aussi, je suis hyperphagique. Au jour d'aujourd'hui, après plus de 5 ans de thérapie, je ne peux pas dire que je suis guérie et je pense que l'on ne guérit pas au sens strict d'un TCA. J'ai plutôt appris à mettre en conscience ce que je cherchais à éviter par le recours à l'alimentation. Aujourd'hui, quand je sens que je mange plus que de raisons, je sais qu'une émotion comme la peur le plus souvent est là et j'essaye d'écouter, de réfléchir à quoi j'ai peur (ceci n'est qu'un exemple à travers toutes la palette des émotions qui peuvent nous assaillir et aussi un simple exemple des motivations qui peuvent me pousser à manger de manière excessive).
Je comprends les appréhensions qui peuvent être les vôtres au sujet des psys, il n'y a pas de des bons psys (psychiatres et psychologues inclus).
D'abord, je vous parle des psychologues, ils sont titulaires d'un Master universitaire (5 ans) de psychologie, après au sein de notre formation, nous prenons différentes voies selon nos affinités avec les théories psychologiques, certains psys seront plus formés dans une approche cognitivo-comportementale du psychisme, d'autres dans une approche psychanalytique de la vie psychique et enfin en psychologie de la santé. Voilà, les 3 grands courants auxquels nous sommes familiarisés au début de nos études de psy et dans lesquels ensuite nous nous spécialisons en fonction de notre appréhension de la psychologie humaine. Moi, je termine un Master en psychologie clinique d'orientation psychanalytique (je ne suis pas psychanalyste mais d'orientation psychanalytique). Ce qu'il est important quand on consulte un psy c'est de lui demander ou de savoir s'il est davantage en accord avec telle ou telle approche car sa pratique sera du coup totalement différente. Ensuite, il faut se demander si on préfère travailler avec un homme ou avec une femme thérapeute. Ensuite, les psychiatres ne sont pas formés en psychothérapie, c'est à dire que ce sont des médecins qui ont appris en faculté les causes psychiques, physiologiques des troubles psychologiques mais ils ne sont pas formés à la prise en charge et la conduite d'un suivi thérapeutique aussi certains pratiquent des suivis dont pour lesquels ils n'ont pas été formés et les résultats sont souvent peu concluants. Prendre en charge une personne souffrant d'un trouble psychologique, cela s'apprend, les psychologues sont formés à cela mais nous ne pouvons pas en revanche prescrire de traitements. Ensuite, les psys travaillent avec leur sensibilité et leur capacité d'empathie, nous ne sommes pas tous égaux à ce niveau là. L'important pour moi, c'est de faire confiance à ce que je ressens, si je n'ai pas d'affinités avec un psy, je change. Il y a des psys qui parlent peu, d'autres trop; je pars vraiment d'un principe qu'ils offrent un service et que ce qu'ils offrent peut me convenir ou pas. Je pense cela en tant que patiente mais aussi en tant que futur praticienne, ma personnalité, ma manière d'appréhender les problèmes, de parler peut convenir à certains mais pas à d'autres et cela je le comprends tout à fait.

Voilà, un peu mon avis sur le sujet des psys
B I U