MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

râlâge santé /soins en France

57 ans calvados 16079
France, ton pays fout le camps !
Exemple médecine en perte de vitesse. Entrée aux urgences du CHU hier (après demande d'orientation au 15) pour vertiges,nausées et mal de tête  
depuis 24h, je ressors sans résultat ni traitement.

J'ai commencé par attendre dans un box sur une chaise roulante (même pas dépliée, les pieds dans le vide ... pas de brancard (4h) Le pauvre interne certainement débutant avait l'air perdu et n'avait sûrement jamais vu de tympan enflammé de sa vie.
J'ai eu la chance d'avoir finalement une prise de sang et une perfusion pour calmer les nausées et les vertiges, tardivement mais positif.

On a mis 4 heures à me faire passer un scanner, il n'y a eu aucun suivi dans le dossier médical (incohérence entre les intervenants, pertes des informations...)
L' ORL de garde a commencé par se tromper d'oreille et était très suffisante et hautaine . Non je n'ai pas d'otite séreuse (donc 3 généralistes et une interne du CHU se trompent...) Plus sa brutalité en me cognant dans les portes d'entrée et me malmenant la tête ...
Verdict : aucune pathologie ORL . La spécialiste ORL oriente vers une radio dentaire et des examens neurologiques.

A la demande du médeçin de garde d'hier soir, je suis restée dormir (pas de chambre de dispo, dans un box aux urgences) dans le but de voir un neurologue ce matin .
Aucune alimentation ni boisson de 17h30 à 10h ce matin , juste un yaourt à minuit avec un verre d'eau après insistance de ma part . (un peu incompréhensible puisque je n'aurais apparemment aucun souci vital)
Aucune surveillance cette nuit, même pas de visite de vérification.
Malgré ma demande, on ne m'a pas fourni mon traitement antibiotique pour l'otite ...j'en ai parlé 3 fois !

Ce matin, je demande ce que l'on a prévu pour moi (neurologue? ) Eh non !
Car les transmissions de postes ont été faites et visiblement l'interne de ce jour ne voit pas les choses de la même façon.
Je leur dis que ça n'était pas la peine de me garder dans ces conditions; on ne m'écoute pas.

A ma demande (je rappelle qu'hier j'ai informé que je pouvais avoir un souci de racine dentaire infectée) on me prescrit une radio dentaire.
Cette information avait disparu, une de plus ...
On me laisse y aller seule, sympa quand on doit chercher dans les couloirs du CHU en ayant le ventre vide et les restes des vertiges !

De retour, le verdict est nébuleux : rien de voyant, peut-être que , il faut aller en médecine de ville .

Donc, bien décidée à sortir, au vu que tout cela ne sert à rien qu'à encombrer des urgences, je demande un bon de transport pour le retour (2 fois) . Et non pas moyen d'en avoir un, débrouillez-vous pour rentrer !
Donc merci à mon fils de se dévouer car sans lui c'était le tram la tête en vrac .

Là je viens de prendre un RV chez un ORL ...au mois de septembre (après insistance) , yes !!!

Elle est jolie notre médecine en France !

Mon idée est que si l'on n'est pas en urgence vitale, il ne faut pas aller aux urgences. Enfin pas en août !!!
Mais comment on peut le deviner ???
Si même en expliquant les symptômes au 15 on nous dit d' y aller ?

Faisons confiance à la médecine de ville, je vais prendre RV chez un neurologue pour dans 8 mois ... les délais en vigueur actuellement !

En attendant j'ai toujours mes acouphènes et cette gêne dans mon oreille.
je croise les doigts pour que les soucis de vertiges ne recommencent pas !

Alors je comprends très bien, le manque de personnel, les soucis administratifs et autres mais il y a un problème et je me dis que c'est sacrément dangereux!
Si je suis allée au CHU, c'est que l'an passé j'ai fais une grosse crise hypertensive et j'y avais été très bien prise en charge.

Cette mésaventure m'a fait me souvenir qu'il y a un peu plus de 29 ans j'ai accouché au CHR de la même ville (donc en août) et que c'était un satané désordre (je vous passe les détails de la péridurale ratée avec trop d'injections rapprochées d'où séquelles lombaires encore à ce jour + de m'être faite enguirlander car j'osais me plaindre de l'aiguille qui me faisait mal + de la panique ambiante car ils ne suivaient pas...)

Je ne peux m'empêcher de faire le lien : ne pas aller aux urgences universitaires de ma ville en août. :cry:
J
40 ans Paris 1842
Ben j'avoue que j'ai du mal à partager la totalité de ta révolte.

Bien évidemment, notre système de santé pourrait être plus efficace. Mais enfin... je rentre de Hong Kong là, et je discutais hier avec des amis qui vivent aux Pays Bas: râler, c'est bien français, alors que l'on a vraiment un système de santé dont on peut être globalement fiers.

Pour ma part, il me semble évident que si l'on n'est pas en urgence vitale, il ne faut pas encombrer les urgences. Je ne sais pas, je vis peut être dans un autre monde. Quand je me suis blessée à la cheville il y a qq temps, à 3h du mat le médecin d'SOS médecin proposait de m'envoyer faire une radio aux urgences. Sérieusement, quel est l’intérêt? Une fois qu'il s'est assuré qu'il n'y avait rien d'urgent, et qu'il a calmé la douleur, cela me semble plus cohérent d'aller tranquillement passer sa radio en médecine de ville.

Idem pour les malaises à répétition: je tombe souvent dans les vapes depuis qq temps. Bon. Ben on a bossé avec la généraliste, qui m'a envoyée chez le cardiologue et l'endoc, et on progresse. Je ne vois pas l'intérêt d'aller au urgences, sauf effectivement si désorientation, assomage au milieu d'une rame de métro en tombant dans les pommes...

Pour ce qui est du bon de transport, je ne vois pas tellement pourquoi la sécu paierait pour le retour des patients chez eux dans un cas comme le tien- et c'est dit sans aucune malveillance hein.

Après, si la pbtique est de savoir si notre système de santé est parfait, la réponse est bien sûr non. A un moment, on ne peut pas rogner sur tous les services publics et espérer que tout se passe bien. Mais j'avoue que j'étais plus choquée par les infs qui resserraient à la pince les cathéters de mon père pendant sa chimio, pcq elles n'avaient plus de tuyaux à la bonne taille, que par des aléas dans un recours aux urgences qui est finalement plus de confort que vital.
57 ans calvados 16079
Pour info, j'ai téléphoné avec toutes les infos (symptômes, traitements en cours) avant pour savoir si je devais y aller ou me diriger vers un médeçin généraliste ...

Je ne parle pas de ce que je ne connais pas, à savoir la médecine à l'étranger. Je vois juste qu'en France, ça devient compliqué.
J
40 ans Paris 1842
Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi, si c'est en pleine journée, et que ce n'est pas urgent (dans le sens où manifestement tu ne fais pas un avc à l'instant, ou tu ne te vides pas de ton sang), appeler le 15 pour avoir un avis au lieu de passer un coup de fil à son généraliste?
57 ans calvados 16079
Le dimanche le généraliste n'est pas là, et j'ai vu 3 fois le médeçin dans la semaine.
Sous antibiotiques et cortisone, avec un état qui s'empire au point de ne plus pouvoir rien avaler depuis 24h ni ne plus tenir debout droit, il fallait bien que je consulte.

Mais enfin, ça reste mon avis.

C'était la deuxième fois de ma vie que j'allais aux urgences.
J
40 ans Paris 1842
Enfin, je suis sûrement blasée, mais je ne vois rien de nouveau ou d'étonnant dans ce que tu as raconté.

Oui, le manque de suivi, c'est nimp, je suis d'accord.

Mais je n'ai pas l'impression que cela se détériore: y a quinze ans, les urgences avt paumé mon père entre deux exams ("oh ben il doit être au scan. Ah ben non"), la dermato a mis 5 jours à descendre en oncologie pour traiter un urticaire, etc

Les dysfonctionnements sont foison, mais on peut consulter un médecin, et notamment un spécialiste, rapidement (oui, je trouve que septembre, c'est rapide), et les malades sont globalement très bien pris en charge, efficacement.

Et tu n'as pas le mail ou le portable de ton généraliste?!?

En tous cas, j'espère que cela ira bien pour toi.
57 ans calvados 16079
Non je n'ai pas moyen de consulter mon généraliste en dehors des horaires de consultations.
D'ailleurs j'avais été invitée à consulter un orl si ça ne se passait pas. Oui septembre c'est rapide mais pas quand un traitement ne fait pas effet.

J'ai eu bon nombre de galères médicales dans ma vie ,des séjours hospi aussi. Je suis loin d'être une douillette et si j'ai pris la décision de ne pas attendre lundi c'est parce que ça n'allait pas du tout. Quand on a déjà le traitement estimé le plus fort, que faire de plus si l'état s'empire ?

Sinon, attendre 4 mois pour voir un rhumatologue quand on fait une bursite ou 8 mois pour un neurologue ça ne te semble pas devenu compliqué ?
Je comprends le manque de spécialistes et la difficulté du service de santé. Mais ça devient parfois compliqué de se soigner dans des délais efficaces, on ne peut pas toujours rester dans la douleur durant des mois à prendre des molécules qui détruisent l'estomac.
48 ans Out of nowhere 3825
Justdontknow a écrit:
Enfin, je suis sûrement blasée, mais je ne vois rien de nouveau ou d'étonnant dans ce que tu as raconté.

Oui, le manque de suivi, c'est nimp, je suis d'accord.

Mais je n'ai pas l'impression que cela se détériore: y a quinze ans, les urgences avt paumé mon père entre deux exams ("oh ben il doit être au scan. Ah ben non"), la dermato a mis 5 jours à descendre en oncologie pour traiter un urticaire, etc

Les dysfonctionnements sont foison, mais on peut consulter un médecin, et notamment un spécialiste, rapidement (oui, je trouve que septembre, c'est rapide), et les malades sont globalement très bien pris en charge, efficacement.

Et tu n'as pas le mail ou le portable de ton généraliste?!?

En tous cas, j'espère que cela ira bien pour toi.

+ 1.

Un exemple contraire me concernant : Devant l'indisponibilité de tous les médecins de ville que je tentais de contacter, j'ai testé les urgences il y a quelques années pour des calculs rénaux (quand on ne sait pas ce que c'est, il y a des raison d'être inquiet vu la haute intensité de douleur que cela provoque...).

He bien j'ai été très bien et vite reçu par une médecin super sympa qui a rapidement diagnostiqué le mal!
Tout ça pour pas un euro de payé en consultation, j'ai presque eu honte de payer seulement dans les 2 euros 50 à la pharmacie pour des médicaments à prendre en cas de douleur intense (qui finalement n'ont même pas servi).

De ma petite expérience, je trouve le système assez bluffant quand même (bon d'accord je ne suis presque jamais malade).
48 ans Sur un gros arbre perché 7658
Il faudrait que l'on arrête de limiter le nombre des toubib' dans le but de protéger les bénéfices financiers de ceux en place.

On se retrouve dans un système absurde où soit on doit attendre plusieurs mois un rendez-vous, soit on va encombrer les urgences.
J
40 ans Paris 1842
ClauBreizhPolska a écrit:
Non je n'ai pas moyen de consulter mon généraliste en dehors des horaires de consultations.
D'ailleurs j'avais été invitée à consulter un orl si ça ne se passait pas. Oui septembre c'est rapide mais pas quand un traitement ne fait pas effet.

J'ai eu bon nombre de galères médicales dans ma vie ,des séjours hospi aussi. Je suis loin d'être une douillette et si j'ai pris la décision de ne pas attendre lundi c'est parce que ça n'allait pas du tout. Quand on a déjà le traitement estimé le plus fort, que faire de plus si l'état s'empire ?

Sinon, attendre 4 mois pour voir un rhumatologue quand on fait une bursite ou 8 mois pour un neurologue ça ne te semble pas devenu compliqué ?
Je comprends le manque de spécialistes et la difficulté du service de santé. Mais ça devient parfois compliqué de se soigner dans des délais efficaces, on ne peut pas toujours rester dans la douleur durant des mois à prendre des molécules qui détruisent l'estomac.


"Devenu", je ne sais pas. Je n'ai pas l'impression qu'au cours de mes, allez, disons 20 ans de vie "adulte", cela ait changé. Mais je n'ai connu que l'urgence vitale, pour mon père, ou des non-urgences: pour l'endoc et le cardio que je dois consulter, j'ai eu des rdv, en ville, à Paris, à un mois ou deux mois, après interrogations au tèl, et alors que c'est l'été. Cela me semble raisonnable, et je n'avais de toutes façons pas vraiment de dispos plus tôt qui collent avec leurs propositions. Alors certes, cela aurait été plus confortable de tout traiter dans la foulée, et que je ne défaille pas à intervalles réguliers, m'enfin bon... rien n'est parfait.

Pour des données factuelles sur les délais: http://www.60millions-...talieres_des_delais_trop_longs

Oui, je comprends que cela soit long de passer plusieurs mois à attendre, mais je trouve étonnant qu'il n'y ait pas moyen de négocier plus rapide, en raison de la douleur, notamment avec l'appui du généraliste qui t'adresse. Mais je suis une grande naïve, je le sais ^^

Et en fait, les délais pour la médecine de spécialité "quotidienne" genre ophtalmo ou gynéco, et surtout les dépassements d'honos, me choquent presque plus.

Je pense aussi qu'il y a d'énormes disparités géographiques. A Paris, je n'ai pas l'impression de ressentir un manque d'offre médicale, les rdv sont franchement faciles à avoir. Les dépassements d'honos systématiques, notamment chez des généralistes, pour des consultations qui ne le justifient pas, me semblent plus problématiques. Mais je pense que dans certaines zones du pays, les délais sont sacrément rallongés. Je ne suis pas certaine que si l'on formait plus de médecins, il y en aurait plus au fin fond du Limousin ou du Massif central, et je les comprends. Sauf circonstances familiales ou persos particulières, je pense que tu as tendance à t'installer près de là où tu as été formé et où tu as fait ta vie: près des grands centres urbains et des gros CHU.

Par analogie, par ex, je n'aurais aucune envie d'être juge plutôt qu'avocate: si c'est pour se retrouver au TGI de Trifouillis les oies, à 30 ans passés, c'est no way. C'est dommage pour les gens de Trifouillis les oies, mais sauf incitations efficaces de l'Etat à l'installation des jeunes médecins, ils auront tjs plus de mal à trouver un spécialiste rapidement que les parisiens, les lyonnais ou les bordelais.
39 ans très au sud 7913
J'ai été aux urgences quand j'ai eu mon hernie, j'avais le péritoine qui me sortait du vide et j'étais pliée en 2 de douleur, ils n'ont pas fait un pli pour me prendre en charge même si je ne suis pas arrivée en ambulance. En moins de 15mn j'avais une perf de spasfon au bras alors que j'avais vomi sur l'interne!
Après oui une fois soulagée (et mon péritoine revenu à sa place) je voulais juste rentrer chez moi et avoir mon lit, mais j'ai accepté sans soucis les lenteurs, je n'étais pas seule et plus en danger immédiat. Normal quoi d'attendre.
La seconde fois pour ma seconde phlébite ça a été plus lent et j'ai passé la nuit sur un brancard, c'était chiant, un peu plus de réactivité m'aurait semblé pouvoir m'éviter ça mais encore une fois, les urgences vitales d'abord. Moi je pouvais attendre et ai eu un traitement de prévention donc bon...
Je ne vais pas me plaindre et tirer à boulet rouge sur les urgences! Il ya quelques année j'ai eu aussi très rapidement un scan quand ils ont cru que je faisais une hémorragie cérébrale sous anti coagulant, j'avais alors des vertiges et étais incapable de touhcer mon nez et de compter à l'envers... bien affolant quoi! en 30 mn j'étais au scan!
41 ans Lille 4855
Je ne vais pas critiquer les urgences, je me doute qu'ils ont leur lot de problèmes avec les réductions budgétaires et d'effectif.

Par contre, je comprends que ce soit rageant d'arriver aux urgences en pensant en sortir avec une vrai explication sur les douleurs qu'on ressent et du coup un traitement.

J'ai un ami qui, il y a quelques années, est allé aux urgences car très malade.
Ils l'ont "en gros" viré au bout de quelques heures en lui disant qu'il avait une bonne gastro et d'aller voir son médecin traitant, sauf que c'était une tumeur au cerveau...
Ils ne l'ont pas écouté quand il expliquait ses symptômes, pour eux, diarrhée et vomissements = gastro (sauf qu'il n'y avait pas que ça).

J'y suis allée il y a quelques mois pour des calculs biliaires. Je ne vais pas critiquer, j'ai été bien reçu.
Par contre, ce qui est rageant, c'est qu'à l'écho, le médecin n'a rien vu du tout, alors qu'un mois après, chez le gastro entérologue dans le privé, il a mis moins d'une minute à les voir. Du coup j'ai "perdu" un mois.
31 ans 78 1411
ça depend des hopitaux, ça depend de leur moyens, ça depend de la journée qu'ils ont eu, ça depend de tellement de facteurs...
Mais dans l'ensemble... on est quand même chanceux.

j'ai été prise en charge super rapidement lors de mon Emboli.
Mon père on a attendu (suite à un calcul il pissait du sang) et bien grace à eux on a découvert un cancer du rein.
Et quand c'est vraiment vitale ils sont quand même là...
Je trouve que là où il y a des soucis c'est sur les spécialistes, pour les urgences, ils ont leur lots de soucis.
31 ans La Ville Rose 2323
Honnêtement, je me permets peu de critiquer le système de soins médicaux en France, encore moins les urgences ( c'est dur de travailler là-bas ) il paraît que c'est l'un des meilleurs au Monde. Tu n'es pas la seule à penser que la situation au niveau médical se dégrade, j'entends ou lis des gens qui font le même constat.

En revanche, il y a quelques temps, j'ai accompagné un ami à l'hôpital pour des points de suture et une radio. J'ai été extrêmement choquée de l'attitude du personnel soignant, très hautain et glacial, le chef de service désagréable, qui parlait mal aux patients et même au personnel ( je n'ai pas péter de scandale, c'était un dimanche matin et je ne voulais pas que mon ami ait des soucis à cause de moi ), les gens traités comme du bétail, je cite : " Elle a quoi la dame ? C'est tout ? Bah mets-là sur fauteuil dans la salle d'attente, faut faire de la place là d'ailleurs faut tous les sortir, leurs temps est fini faut que ça tourne ! " et surtout un personnel qui n'écoute pas !
J'avais déjà peur d'avoir un souci de santé à cause de mon obésité qui ferait que même en cas de conjonctivite ou me répondrait " c'est à cause de votre poids ! ", mais là, l'ambiance m'a clairement dégoûtée. Donc quand tu dis qu'on ne t'a pas écouté, je comprends parfaitement et j'en suis désolée parce que c'est un moment où on a besoin de l'être.

Concernant le transport pour rentrer chez toi, je ne sais pas comment ça fonctionne, je trouve étrange qu'on laisse une personne souffrante se débrouiller dans la nature. Si tu n'avais eu personne pour venir te chercher, tu serais restée là-bas combien de temps ?!

Après,pour eux, sur une échelle d'urgence justement, des acouphènes sont moins " importants " que quelqu'un qui se vide de son sang, fait une appendicite ou autre chose dite grave, c'est pénible mais ils sont obligés de procéder comme ça, c'est ce qui mets le plus en péril la vie qui requiert l'attention du service en priorité. Ils ont du s'occuper de toi entre deux priorités c'est dur à vivre mais c'est tout l'intérêt du service des urgences donc ...

Concernant ton RDV en septembre chez l'ORL, c'est long par rapport à ta douleur mais assez rapide quand même. Pour les médecins " spécialisés " les délais sont gigantesques, tu es chanceuse.

Dans tout ça, à part le point que j'ai soulevé, comme je l'ai dit, je ne permettrais pas de critiquer cet univers. Ils sont humains, pas parfaits et ils doivent s'en prendre plein la tronche aussi mais bon ...

En tous cas, bon courage j'espère que tes problèmes vont s'arranger.
57 ans calvados 16079
Ah mais je ne nie pas que les urgences soient vitales et compétentes . Juste que cette fois çi c' était pas ça du tout et que l' accès à la médecine de ville devenant compliqué ( délais et tarifs) je me suis posée des questions .

Attendre sur un fauteuil 2h pour avoir un premier examen me semble beaucoup et 4 pour un scan encore plus ....peut-être suis-je exigeante. Mais j'avais fait l' expérience du chu en urgence une autre fois et avais été prise en charge correctement . Evidemment une fois le danger mortel écarté on ,attend un peu et c' est normal ... mais déjà il faut avoir un exam pour le savoir .

Je pense oui que le manque de personnel, de moyens n'aide pas .

Bref c' est compliqué et je ne sais pas ce que j' ai . Je me bourre e cachets anti vertiges et anti nauséux plus de doliprane à cause des maux de tête . ( obligée d' aller chez mon généraliste hier pour une ordonnance) non on ne m' a rien prescrit au chu .
Et non mon généraliste ne m' aide pas à avoir des rv plus rapidement . Il y a de grosses difficultés à trouver un bon médecin en ville . J' en suis à je ne sais combien et ai abandonné la recherche . Soit ils sont laxistes soit ils sont réputés mais ne prennent plus de patients. Il y a 4 ans je vivais en campagne avec un toubib extra !

Désolée pour les fautes , j'écris de mon lit sur téléphone .
B I U


Discussions liées