MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Comment rebondir?

M
44 ans Ici et là... 2051
Menace ou pas menace tu as été violée, quelqu'un t'a forcée à avoir des relations sexuelles avec lui alors que tu ne voulais pas avoir ce type de relation à  
ce moment là. Et tu ne t'en es pas plainte avant car tu étais manipulée par un homme plus âgée et que, certainement en raison de ton jeune âge tu n'as pas réalisé immédiatement que c'était un viol.

Je t'envoie plein de courage et j'espère que tes parents se rendront compte de la gravité de ce qui t'es arrivé et qu'ils te soutiendront.
24 ans 21
LaPo a écrit:
BRAVO !
Tu as été d'une force incroyable d'oser passer ce coup de fil, et encore plus d'en parler avec tes parents. Vraiment, je te tire mon chapeau très très bas. Bravo.


Merci!
Je pense que même si ce n'est pas simple pour certains, il ne faut pas garder le silence. De parler de tout ça (que ce soit sur le forum ou auprès de l'association que j'ai appelé tout à l'heure) m'a beaucoup aidé et m'aide actuellement encore!

Je vais devoir avoir encore plus de courage lorsque viendront les paroles de mon ex face à mes propos (si, bien sûr, des mesures sont prises pour que je le dénonce)...
24 ans 21
Merci Mathilde76!

Mon ex n'avait pas non plus 10 ans d'écart avec moi! Nous avions environ 2 ans d'écart.
Effectivement, je l'aimais, donc j'acceptais.
Je lui disais souvent d'arrêter lorsque j'avais mal, par exemple. Il me disait qu'il allait vite se lasser avec une fille comme moi et que je suis "pas bonne au lit". Et puis il parlait souvent de rupture!

Merci Mathilde pour ton message encourageant et j'espère également que mes parents me soutiendront.
M
44 ans Ici et là... 2051
Effectivement 2 ans ce n'est pas énorme mais dans ces 2 ans il y a la majorité au milieu, cela fait de lui un homme responsable légalement de ses actes qui a peut être profiter du fait que tu étais mineure et que tu ne pouvais pas porter plainte par toi même ;)
57 ans calvados 16079
Ce genre de situation est bien difficile à gérer pour une jeune fille comme toi.
Maman de grands enfants et ma fille ayant vécu le même genre de relation (je ne l'ai su que beaucoup plus tard), je vais te donner mon ressenti.

Je conçois que ça ne soit pas évident de parler de ta vie intime avec tes parents, mais il est important que tu essaies de trouver leur appui et leur réconfort.

Par ailleurs, c'est bien que tu aies contacté une association, cela va te permettre de te faire accompagner dans ce moment difficile que tu traverses.
Ca serait bien que tu voies un psy, travailler avec lui te permettra de mettre en mots ce qui te pèse aujourd'hui.

Par contre, je suis plus mesurée pour le fait de déposer plainte pour viol. Non pas que la façon dont le garçon ait procédé ne me dérange pas; mais plus pour la complexité de la procédure.
Vu que tout va reposer sur ta parole, ça va être compliqué et difficile pour toi. Une sacré épreuve à traverser que celle-là.
Dans les deux cas de figures, tu vas devoir affronter tes souvenirs et je sais que c'est désagréable.
Le but est de trouver la façon dont toi tu vas vivre au mieux.

Te sens-tu capable de construire ta vie "avec ça" ou est-ce que ça te pèse au point de demander réparation ?

Je te conseillerais de parler de ton problème avec des personnes qualifiées, de mettre en mots ce que tu en dégages et ce qui te pèse.
De tenter de discerner si cela t'empêche de vivre normalement ou pas.

Tu as déjà fait un sacré pas en venant ici, c'est le début !
P
54 ans 3726
(pour MousselineDu21)
Sais-tu comment fonctionne la justice en France ? Tout individu est présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité ait été établie. Ce qui veut dire que le manque de preuves profite toujours à l'accusé. Et ça ne va pas être facile pour toi de prouver qu'il t'a violentée dans le cadre d'une relation amoureuse entre 2 adolescents.

Point important. Tu n'as pas été agressée dans la rue par un inconnu qui sait pertinemment qu'il t'a violée. Tu dis avoir subi des contraintes conjugales (encore une difficulté puisque à votre âge, je suppose que vous ne viviez pas ensemble et que vos rapports se passaient chez vos parents) et automatiquement, en toute bonne foi, il les niera puisque pour lui ça fait partie de la sexualité normale (dans sa tête, tu étais et restais avec lui, tu étais consentante, il n'y a donc pas eu abus).

La réaction de tes parents corrobore un peu ce point de vue puisqu'ils refusent de croire que tu as été abusée. Une mère peut très bien dire à sa fille que ça fait partie de la vie maritale "d'y passer" parfois même quand on n'en a pas envie. On peut s'en outrer mais ça ne serait pas la première fois qu'on entendrait ça.

Après il y a les 4 tromperies. Un enquêteur n'a aucune raison particulière de croire l'accusateur plus que l'accusé. Et l'accusé va se défendre, ce qui est normal. L'enquêteur et/ou l'accusé pourra penser que tu cherches à te venger en ressortant de vielles histoires. Il faut t'y préparer.

Ensuite, le profil psychologique de ton ex. Tu dis qu'adolescent il était déjà (ce que tu appelles) un pervers. Si tu apportes beaucoup d'éléments, ceux dont tu as fait état dans tes sujets, il devrait y avoir une expertise psychiatrique, ce qui pourrait lui apporter des espèces de circonstances atténuantes.

J'en ai sûrement oublié, mais dernier point. Personnellement, dans ton for intérieur, quelle peine voudrais-tu que la Justice lui inflige ? Si il est reconnu coupable, ne t'attends pas à grand-chose parce que quand on voit avec quelle légèreté sont traitées les affaires d'abus sexuels en France, sans commentaires..........

Je ne veux surtout pas te décourager mais il est bon que tu saches à quoi tu dois d'attendre. C'est parole contre parole et rien n'est gagné d'avance. Bonne chance. ;)
38 ans Niort 1336
Prax on va pas s'entendre.

Tu as raison sur de nombreux points, nottament qu'un des fondamentaux de la justice française est que le doute DOIT bénéficier à l'accusé. Mais il s'agit du doute, pas de la culpabilité. Chacun sait ce qu'il a fait. Si un juge exprime que même dans le cadre conjugal la contrainte est interdite, mais que dans ce cas on ne peut prouver la contrainte, ben le gars se sera quand même pris dans la tronche que ce que lui considère comme normal ne l'est pas, et que si cette fois il y échappe, ça ne durera pas.

Ensuite tu parles de "pervers" qui pourrait atténuer sa peine. Non mais pas du tout : un schizophrène, quelqu'un pas conscient de ses actes, ok. Mais la perversion fait partie bien souvent de la névrose, donc il est coupable d'avoir débordé hors du cadre de la loi ! Mince, si chaque violeur devait s'en sortir en disant "mais c'est ma perversion, m'sieur, chuis malade, faut me soigner !" (ce qui par ailleurs n'est pas faux, loin de là), on ne les punirait plus. Or ils méritent bien une punition, une peine qui les assurent que la loi, c'est la loi.

"tu n'as pas été agressée dans la rue par un inconnu", c'est dépassé ça !!! Prax, tiens toi au jus ! la PLUPART des viols en France sont produits par l'entourage (je n'ai pas les chiffres en tête, mais ça se trouve). Le mythe du violeur sous un pont a bien été remis à sa place de minoritaire, et les juges, procureurs etc en sont bien conscients !

"dans sa tête tu restais consentante" : ben non, si elle a dit non, c'est non. Si dans sa tête ça veut dire oui, pour la loi ça veut dire non.

Moi les tromperies je les vois possiblement comme des + : peut être que ces femmes là ont aussi subi un comportement malsain de la part du gars. Cette histoire peut faire boule de neige et permettre à beaucoup de jeunes filles de parler, surtout s'il les choisi plutôt mineuires et vulnérables. Rappelons qu'il y a d'autres éléments (rapport à la cousine, aux amies) qui vont corroborer les propos de Mousseline.

Tu dis fort justement, Prax, "qu'attends-tu ?". Je crois (ce n'est que mon avis) que la première chose qu'on attend en temps que victime, c'est simplement l'acceptation personnelle de se dire "je ne suis pas en faute". Puis l'acceptation des autres (certains, ça c'est sûr qu'elle ne risque pas de remporter l'adhésion des parents du monsieur, mais je ne pense pas qu'elle attende grand chose de leur part). Et la première acceptation, Prax, elle vient peut être de toi : on ne parle pas d'abus sexuels, mais de viol, crénomvindiou ! Si tu reste sur les éléments apportés ici (qui sont subjectifs, je te l'accorde, mais ce n'est pas à nous de déméler le vrai du faux, à nous de prendre simplement les éléments apportés, et ces éléments là ne parlent pas "d'abus" mais de viol. Ne commençons pas à dévaluer les faits présentés.

Alors ok 10% des victimes de viol portent plainte, et seulement 3% vont jusqu'aux assises.
24 ans 21
Merci Prax et ClauBreizh pour vos réponses.

Mon père n'est pas d'accord pour que j'aille porter plainte, il dit que cela m'entraînera dans des procédures judiciaires longues, ce qui n'est pas faux. Il me donne le choix entre deux possibilités: soit il m'emmène à la gendarmerie cet après midi pour en discuter soit j'essaye d'oublier cette histoire.
J'ai la forte impression (c'est même vrai peut-être) que mon père a d'autres chats à fouetter et ne veut pas entendre cette histoire, ne me croit pas surtout!...
Ma mère, quand à elle, pense qu'il faut que je me défende et que je ne reste pas muette. Et elle est bien malheureusement influençable par mon père!

Je vais aller à la gendarmerie tout à l'heure pour en parler, même si ils ont l'air très mal renseignés sur le sujet, c'est désormais la seule chose que mon père m'autorise à faire (à part en parler à une association pour faire un signalement contre mon ex mais mon père n'est encore une fois pas d'accord!). De plus il regarde mes messages sur le forum et trouve vos réponses inappropriées... Je lui avais pourtant dit de ne pas regarder mes écrits! Je comprends qu'il veut bien me surveiller mais il devrait plutôt se pencher sur ce qui m'est arrivé.

Ce que je souhaite pour que mon ex en "paye" les conséquences? Juste un avertissement d'un gendarme pour lui faire prendre conscience que ses actes sont malsains et qu'il s'est très, très mal comporté avec moi.
J'avais envie de dire: plus si la justice le permet!
Mais mon père, pris de pitié pour mon ex, est encore et toujours en désaccord avec une éventuelle sanction...

Voilà, maintenant je sais que je suis également lue par mon père qui est inscrit sur le site... Cela me fait un lecteur de plus :P mais des reproches inutiles en retour! :(
P
54 ans 3726
(pour LaPo)
Je répète. Un violeur de rue, un criminel, a parfaitement conscience qu'il a violé (sauf ceux qui sont lourdement atteints mentalement et là c'est un autre problème). Mais dans la tête d'un grand nombre de maris, de concubins, le viol conjugal n'existe pas. Et c'est pourquoi j'ajoute "en toute bonne foi", ils n'ont pas conscience qu'obliger leur compagne est passible de poursuites. Pour eux c'est normal, ils sont mari et femme, point. Même si leur ignorance est délictuelle, elle est bien réelle. Et donc, si convocation il y a, l'ex va tomber de haut et se demander ce qu'il fait ici.
On n'a aucun chiffre réel sur les abus sexuels conjugaux (on sait juste qu'ils sont répandus) et si j'utilise ce terme particulier, c'est parce qu'il y a de grandes nuances dans les faits, déjà chaudement débattu dans un autre sujet, et que je ne lance pas des mots aussi graves à la légère (la femme qui écarte les cuisses un soir pour faire plaisir à son mari faite-elle de lui un violeur ?)

Névrose (Wikipédia) : Le terme névrose, en psychiatrie et en psychopathologie psychanalytique, désigne des troubles psychiques sans lésion organique démontrable.

Son "obsession" est-elle une névrose ? Je n'en sais rien. Tout ce que je sais c'est que des "soins psychiatriques" sont proposés obsédés du culs, aux masturbateurs compulsifs, etc. Sans parler de circonstances atténuantes (terme mal choisi, j'en conviens), tout ce qu'il a dans la tête sera pris en compte. De toute façon un spécialiste devrait déceler quelques trucs rien qu'en l'écoutant et si un gros problème qui remonte loin est décelé, ça jouera automatiquement.

Rien ne prouve que les filles avec qui il a trompé Mousseline aient été plus ou moins contraintes. Rien n'est délictuel non plus dans les demandes de photos à sa cousine mais un jury pourrait plutôt le juger pour tout ça. Le puritanisme actuel en matière de moeurs pourrait jouer en la défaveur de l'accusé.

* * *

Mousseline, tu n'es pas coupable des agissements de ton ex. Si comme punition, le fait qu'il avoue et qu'il prenne conscience t'aiderait à te sentir mieux, eh bien je vais aller dans ce sens, évidemment. Mais une remontrance des gendarmes, ce n'est pas très réaliste. C'est pas chez le proviseur, là, mais devant les représentants de l'ordre. Ou il y aura accusation si tu parviens à prouver sa culpabilité (pour ce qui est des peines, impossible à dire), ou l'affaire sera classée. Ou peut-être d'autres options..........
38 ans Niort 1336
Prax, nous ne sommes fondamentalement pas d'accord, et maintenant que nous savons que Monsieur Père nous lit, je préfèrerais que nous n'ayons pas ce débat sur ce topic, s'il te plait.

Monsieur Père, ce message est pour vous.
Votre fille est MINEURE.
Il est de VOTRE responsabilité de la protéger jusqu'à sa majorité.
Il est de VOTRE responsabilité, maintenant que vous avez échoué à la protéger (je ne vous jette pas la pierre, le coupable ce n'est pas vous mais lui), de PRENDRE VOS RESPONSABILITES DE PERE et de 1. croire votre fille sans réserve. C'est le minimum, qui le fera sinon vous ?
2. Aller à la gendarmerie et PORTER PLAINTE. On se fout de se qui se passera après. Ce qui est important là c'est que vous souteniez votre fille, VOTRE FILLE.

Je comprends que la démarche est bouleversante et difficile. Aussi je vous invite à joindre l'association sos femmes info viol qui pourra vous éclairer et vous accompagner dans la démarche. Mais c'est à VOUS d'agir, ou à votre épouse. Ne laissez pas votre fille dans le doute qu'elle n'a pas votre entier soutien. S'il vous plait.

Cordialement
P
54 ans 3726
Je n'ai rien de plus à débattre. J'ai dit à Mousseline ce qui l'attendait, que ça ne serait pas facile et ma façon de voir certaines choses ne concerne que moi.
38 ans Niort 1336
Prax a écrit:
Je n'ai rien de plus à débattre. J'ai dit à Mousseline ce qui l'attendait, que ça ne serait pas facile et ma façon de voir certaines choses ne concerne que moi.


En l'occurrence non, pour une fois nous pourrions avoir l'exemple que tes propos totalement désinformés et déplacés portent préjudice. Nous sommes ici sur un forum public.
24 ans 21
Bonjour à tous!

Hier, mercredi donc, je suis allée à la gendarmerie pour faire une déposition, donc je n'ai pas porté plainte. Ils ont pris en note sur informatique mon histoire. Ils n'y ont pas écrit ce que j'avais sur le coeur, mais ce qui s'était passé...
Il n'a voulu écrire des notes que du jour où c'était "le pire" avec mon ex, donc du jeudi 14 août 2014. Je lui ai demandé de préciser quand même que ce n'était pas le seul jour où ce n'était pas consentent!

Cette déposition sera envoyée "au parquet". J'espère qu'elle sera lue (le gendarme m'a dit qu'au "parquet" ils ne les lisait pas toutes, ce qui m'étonne beaucoup!) et que mon ex ait un rappel à la loi ou, éventuellement, une sanction.

En tout cas je tenais à tous vous remercier pour vos réponses et votre soutien.
P
54 ans 3726
J'espère que cette démarche qui ne devait pas être facile à faire va t'aider à te sentir mieux mais pourquoi n'as-tu pas porté plainte ?
24 ans 21
Prax, j'y avais pensé, mais cela va m'entraîner dans une procédure judiciaire longue...
Crois tu que ça en vaut la peine?
B I U


Discussions liées