MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Les rondes complexées

41 ans Lille 4855
Bonjour à tou(te)s !

Voilà, je ne me considère pas comme quelqu'un d'hyper sûre de moi et sans complexe, mais j'ai une collègue qui doit battre tous les records dans ce  
domaine (sans méchanceté que je dis ça).

J'ai une collègue ronde, mais dans la moyenne quand même car il y a toujours plus "gros", qui n'a aucune confiance en elle et ne se définit que par son poids.

Ca a le don de me "saouler" car elle ne parle que de ses complexes, de ses besoins de restriction alimentaire pour perdre du poids, de ce poids qui lui gâche la vie et plaisante sur son poids avec les autres pour cacher son malaise.

J'ai beau lui répéter sans cesse que les restrictions sont stupides car elle finira par reprendre le double de ce qu'elle aura perdu, lui expliquer les principes de la RA, et lui dire qu'elle n'a pas à se définir uniquement par ses complexes et son poids, c'est plus fort qu'elle et elle finit par me filer des complexes que je n'avais pas forcément avant.

Je me suis habituée à mon surpoids (il faut dire que je le traîne depuis l'âge de 2 ans, j'ai eu le temps de m'y faire :lol: ), et je n'ai jamais pensé que les personnes que je côtoie dans la vie de tous les jours ne voient que mon poids chez moi, le simple fait de sa vision d'elle-même me file le bourdon au quotidien.

Avez-vous déjà été confronté à ce type de personne ? Et pour celles qui se sentent proches de cette collègue, quelle attitude adopter face à elle ?

Merci :D
N
33 ans 357
A ton message me fait penser à une copine à moi bon la mienne est pas vraiment en surpoids mais elle est naine (c'est pas un véritable nain mais elle est pas loin avec 1M48).
Elle passe son temps a essayer de se grandir et enchaine les regimes.
Cerise sur le gateau elle me balance des phrases genre "oh toi aussi t'as des gros bras et du ventre ca me rassure!" :lol:
Et elle balance ca sans pitier devant plein de monde, du coup elle m'affiche et essaye de se rassurer tout le temps en pointant mes défauts :D
A part te dire d'essayer de prendre tes distances avec ta collegue, tu pourrais essayer de parler avec elle serieusement seule à seule lui dire gentiment 'ecoute je sais que tu ne pense qu'au poids moi ce n'est pas mon cas alors stp pourrais tu parler un peu moins de cela?"
Moi c'est ce que je fais avec ma copine des qu'elle balance des piques a la con genre "t'as des gros bras toi aussi!!" je repond "oui des bras un peu dodu je sais mais bon c'est mignon non? j'aime bien mes bras et mes bonnes joues!" (la en général elle est génée et me répond "eu ouai " mais après elle ferme son clapet pendant longtemps ! :lol:
45 ans 1896
Jusqu'à maintenant, tu as surtout essayé de lui expliquer, si j'ai bien compris?

Tu peux aussi écouter et discuter avec elle de tout ce qu'elle voudra, mais pas de ça. Tu peux la complimenter sur tout le reste, histoire de lui faire voir ses qualités. Bref, parler de tout ce qui fait la vie. Mais plus de réponse quand elle vient avec son poids.

Si son attitude n'évolue pas, il me semble inutile de continuer à parler avec elle. Personnellement, je ne suis pas très courageuse dans ce genre de situation, je fuis, je n'écoute plus, et si je peux éviter de fréquenter la personne, je le fais. J'ai été complexée, j'ai perdu du temps à faire des régimes. Alors, si quelqu'un ne veut rien que me rappeler (même involontairement) cette mauvaise période de ma vie, je n'ai plus envie de faire d'effort.

Au pire, dis-lui carrément que ça t'ennuie de parler de poids, le sujet ne t'intéresse pas, c'est tout.
39 ans très au sud 7913
Hum à te lire je pense que la partie "problème de poids" n'est que la partie visible de l'iceberg! Il y a fort à parier que son manque de confiance en elle est bien plus profond que cela. Tu le dis toi même, ses complexes sont disproportionnés elle se rabaisse toute seule en parlant de son poids.
Je pense que la focalisation sur son apparence physique est surtout une vaine tentative de maîtriser une chose dans sa vie, et que forcément elle n'y parvient pas. Elle essaie d'agir sur ce où elle croit avoir une prise et qui se voit à l'extérieur. Mais son manque de confiance et ses angoisses sont bien bien plus profondes.
Elle se définit par l'extérieur et non son univers intérieur, en fait. C'est triste, son univers intérieur doit être très triste aussi pour qu'elle tente à ce point de l'occulter!
Donc en gros son surpoids est un effet, pas une cause. Et tant qu'elle garde le nez là dessus elle s'évite de regarder la cause en face, ce qui au final doit l'arranger.

Pour ce qui est de la côtoyer et bien à part relativiser et se dire qu'elle ne changera que quand elle sera prête à affronter certaines choses vraiment dures pour elle... Je ne sais pas si ça marcherai mais pourquoi pas lui tenir une bonne fois pour toutes un discours du type: Ok t'es mal mais arrête ça auprès de moi (te dévaloriser, te plaindre etc...), le jour où vraiment tu voudras t'en sortir et comprendre que ton vrai problème c'est pas ton poids là je veux bien t'écouter et t'aider mais d'ici là stop.
En gros protège toi aussi, elle doit prendre conscience de son attitude et qu'elle arrive à nuire aux autres en les mettant mal à l'aise. C'est un peu comme un vampirisme mental, elle cherche à être confortée dans son attitude ou mieux la partager avec une autre personne "comme elle". J'ai eu une collègue comme ça qui parce qu'on était grosses croyait qu'on était pareilles, surtout qu'elle a fait des études arts plastiques, donc pour elle nous sommes pareilles alors que pas du tout! Elle est molle, elle passe son temps à essayer de jouer les originales (tendance artiste fofolle, ce que je déteste!). Et quand elle a su que je faisais de la danse africaine ça a été pire car elle en avait fait et comptait en refaire, d'ailleurs c'était où mes cours? J'ai pris mes distances en étant un peu ferme et en lui faisant comprendre que non nous n'étions pas pareilles et que nos similitudes n'en étaient pas vraiment car dans ce que nous avions de "pareil" il y avait des approches opposées. Depuis ça va mieux, faut dire aussi que par chance je la croise moins ^^
41 ans Petite fleur bleue 690
Ketai a écrit:
Bonjour à tou(te)s !

Voilà, je ne me considère pas comme quelqu'un d'hyper sûre de moi et sans complexe, mais j'ai une collègue qui doit battre tous les records dans ce domaine (sans méchanceté que je dis ça).

J'ai une collègue ronde, mais dans la moyenne quand même car il y a toujours plus "gros", qui n'a aucune confiance en elle et ne se définit que par son poids.

Ca a le don de me "saouler" car elle ne parle que de ses complexes, de ses besoins de restriction alimentaire pour perdre du poids, de ce poids qui lui gâche la vie et plaisante sur son poids avec les autres pour cacher son malaise.

J'ai beau lui répéter sans cesse que les restrictions sont stupides car elle finira par reprendre le double de ce qu'elle aura perdu, lui expliquer les principes de la RA, et lui dire qu'elle n'a pas à se définir uniquement par ses complexes et son poids, c'est plus fort qu'elle et elle finit par me filer des complexes que je n'avais pas forcément avant.

Je me suis habituée à mon surpoids (il faut dire que je le traîne depuis l'âge de 2 ans, j'ai eu le temps de m'y faire :lol: ), et je n'ai jamais pensé que les personnes que je côtoie dans la vie de tous les jours ne voient que mon poids chez moi, le simple fait de sa vision d'elle-même me file le bourdon au quotidien.

Avez-vous déjà été confronté à ce type de personne ? Et pour celles qui se sentent proches de cette collègue, quelle attitude adopter face à elle ?

Merci :D


Coucou Ketai,

Je crois que tu vis exactement le même genre de situation que si ta collègue n'étais pas ronde, mais focalisait sur son poifs quand-même, ou d'autres complexes ^^ . Sans le faire exprès elle se sert de tes fragilités pour se rassurer sur elle-même...

C'est difficile de ne pas la laisser faire ! Ne pourrais-tu lui dire : écoute, tu me fous le cafard quotidiennement, ne pourrais -tu me parler d'autre chose ?

Bises
41 ans Petite fleur bleue 690
reinette81 a écrit:
Hum à te lire je pense que la partie "problème de poids" n'est que la partie visible de l'iceberg! Il y a fort à parier que son manque de confiance en elle est bien plus profond que cela. Tu le dis toi même, ses complexes sont disproportionnés elle se rabaisse toute seule en parlant de son poids.
Je pense que la focalisation sur son apparence physique est surtout une vaine tentative de maîtriser une chose dans sa vie, et que forcément elle n'y parvient pas. Elle essaie d'agir sur ce où elle croit avoir une prise et qui se voit à l'extérieur. Mais son manque de confiance et ses angoisses sont bien bien plus profondes.
Elle se définit par l'extérieur et non son univers intérieur, en fait. C'est triste, son univers intérieur doit être très triste aussi pour qu'elle tente à ce point de l'occulter!
Donc en gros son surpoids est un effet, pas une cause. Et tant qu'elle garde le nez là dessus elle s'évite de regarder la cause en face, ce qui au final doit l'arranger.

Pour ce qui est de la côtoyer et bien à part relativiser et se dire qu'elle ne changera que quand elle sera prête à affronter certaines choses vraiment dures pour elle... Je ne sais pas si ça marcherai mais pourquoi pas lui tenir une bonne fois pour toutes un discours du type: Ok t'es mal mais arrête ça auprès de moi (te dévaloriser, te plaindre etc...), le jour où vraiment tu voudras t'en sortir et comprendre que ton vrai problème c'est pas ton poids là je veux bien t'écouter et t'aider mais d'ici là stop.
En gros protège toi aussi, elle doit prendre conscience de son attitude et qu'elle arrive à nuire aux autres en les mettant mal à l'aise. C'est un peu comme un vampirisme mental, elle cherche à être confortée dans son attitude ou mieux la partager avec une autre personne "comme elle". J'ai eu une collègue comme ça qui parce qu'on était grosses croyait qu'on était pareilles, surtout qu'elle a fait des études arts plastiques, donc pour elle nous sommes pareilles alors que pas du tout! Elle est molle, elle passe son temps à essayer de jouer les originales (tendance artiste fofolle, ce que je déteste!). Et quand elle a su que je faisais de la danse africaine ça a été pire car elle en avait fait et comptait en refaire, d'ailleurs c'était où mes cours? J'ai pris mes distances en étant un peu ferme et en lui faisant comprendre que non nous n'étions pas pareilles et que nos similitudes n'en étaient pas vraiment car dans ce que nous avions de "pareil" il y avait des approches opposées. Depuis ça va mieux, faut dire aussi que par chance je la croise moins ^^


Oui ! Je crois que parfois parler de son poids, c'est ne pas parler d'autre chose ^^
Perso, je pense que j'éviterais de "jouer les psys" avec une collègue en lui disant qu'elle se cache derrière son poids pour pas voir autre chose. Peut-etre que c'est ca, peut-etre que non, peut-etre qu'elle est vraiment complexée par son poids et que c'est vraiment ca son pb. On n'en sait rien. Et j'ai envie de dire que ce n'est pas ton pb de le savoir.
Mais par contre, protège-toi et n'hésite pas à lui dire que, toi, tu ne veux pas parler de poids, que c'est un sujet qui ne t'intéresse pas, etc. Après tout, on n'est pas au travail pour parler de poids et d'apparence physique! Enfin, à moins que tu bosses dans la mode ou dans les produits de régimes, bien sûr!
41 ans Lille 4855
reinette81 a écrit:
Hum à te lire je pense que la partie "problème de poids" n'est que la partie visible de l'iceberg! Il y a fort à parier que son manque de confiance en elle est bien plus profond que cela. Tu le dis toi même, ses complexes sont disproportionnés elle se rabaisse toute seule en parlant de son poids.
Je pense que la focalisation sur son apparence physique est surtout une vaine tentative de maîtriser une chose dans sa vie, et que forcément elle n'y parvient pas. Elle essaie d'agir sur ce où elle croit avoir une prise et qui se voit à l'extérieur. Mais son manque de confiance et ses angoisses sont bien bien plus profondes.

Oui, c'est exactement ça. Son poids est juste ce qui cache le gros manque de confiance en elle et sur lequel elle pense avoir un pouvoir un jour.


reinette81 a écrit:
C'est un peu comme un vampirisme mental, elle cherche à être confortée dans son attitude ou mieux la partager avec une autre personne "comme elle".

Encore une fois c'est exactement ça. Parce qu'on est grosse toutes les deux, elle pense qu'on rencontre les mêmes problèmes.
Contrairement à elle, non, je ne fais pas une fixette sur mon poids.
Non, il ne me gâche pas autant la vie.
Non, je n'ai pas autant de problème pour m'habiller (surtout qu'elle doit faire à peu près la même taille que moi).

Parler de restriction alimentaire quand on déjeuner me gave à un point que j'ai parfois envie de lui balancer mon plat en pleine figure :lol:
Ou me faire remarquer que je mange des "cochonneries" d'après elle, quand l'après-midi j'ai faim et que je mange des biscuits au chocolat, mais qu'est-ce que ça peut lui faire, c'est moi qui les mange !

Je lui ai déjà expliqué que je n'ai pas envie de parler de restriction alimentaire, que ce n'est que de la connerie, mais elle a continuellement besoin de se justifier, qu'elle mange trop de ça, qu'elle essaye de cuisiner moins gras, et blablabla...
Sauf que je m'en fous ! Je n'ai pas de problème à manger gras et pas équilibré quand j'en ai envie !

C'est extrêmement difficile de "raisonner" quelqu'un qui se sert de ses complexes pour masquer son manque de confiance en elle.

J'ai beau parler d'autre chose, elle en revient toujours à me trouver une anecdote pour en revenir à ses complexes. :roll:
Bon, par contre, je ne suis pas assez méchante pour l'envoyer promener parce qu'elle me saoule à ne parler que de ça. :oops:
Ketai a écrit:
Bon, par contre, je ne suis pas assez méchante pour l'envoyer promener parce qu'elle me saoule à ne parler que de ça. :oops:

Il ne s'agit pas d'etre méchante, juste de lui dire que tu n'as pas envie de parler de poids, d'alimentation et d'apparence physique avec elle, point. Tu n'es pas au boulot pour ca, et elle non plus. Et ce que tu manges ou pas ne la regarde pas. Ce n'est pas etre méchant que de mettre les choses au point et de protéger.
31 ans La Ville Rose 2323
J'essaie d'aider un peu la personne et puis si je constate qu'elle se complaît dans ses complexes alors je lui demande gentiment de ne plus aborder ces sujets-là avec moi.
41 ans Lille 4855
aurelie3367 a écrit:
Ketai a écrit:
Bon, par contre, je ne suis pas assez méchante pour l'envoyer promener parce qu'elle me saoule à ne parler que de ça. :oops:

Il ne s'agit pas d'etre méchante, juste de lui dire que tu n'as pas envie de parler de poids, d'alimentation et d'apparence physique avec elle, point. Tu n'es pas au boulot pour ca, et elle non plus. Et ce que tu manges ou pas ne la regarde pas. Ce n'est pas etre méchant que de mettre les choses au point et de protéger.


Je lui ai déjà dit mais, comme dit ZouZou, je pense qu'elle se complaît dans ses complexes et n'entend pas que je ne souhaite pas aborder ces sujets.
Ketai a écrit:
aurelie3367 a écrit:
Ketai a écrit:
Bon, par contre, je ne suis pas assez méchante pour l'envoyer promener parce qu'elle me saoule à ne parler que de ça. :oops:

Il ne s'agit pas d'etre méchante, juste de lui dire que tu n'as pas envie de parler de poids, d'alimentation et d'apparence physique avec elle, point. Tu n'es pas au boulot pour ca, et elle non plus. Et ce que tu manges ou pas ne la regarde pas. Ce n'est pas etre méchant que de mettre les choses au point et de protéger.


Je lui ai déjà dit mais, comme dit ZouZou, je pense qu'elle se complaît dans ses complexes et n'entend pas que je ne souhaite pas aborder ces sujets.

Ses complexes, ce n'est pas ton problème. Et ton assiette, ce n'est pas son problème. Dis-lui clairement (mais calmement, autant que possible): "je ne veux pas parler de poids et d'alimentation, donc ne m'en parle plus STP". Et si elle récidive, tu lui dis stop tout de suite.
101 ans 591
aurelie3367 a écrit:

Ses complexes, ce n'est pas ton problème. Et ton assiette, ce n'est pas son problème. Dis-lui clairement (mais calmement, autant que possible): "je ne veux pas parler de poids et d'alimentation, donc ne m'en parle plus STP". Et si elle récidive, tu lui dis stop tout de suite.


Répondre ce que tu conseille de répondre donne l'impression qu'on a soi même un problème avec la nourriture.
J'ai une amie avec qui ont parle souvent de poids et de complexes, en discuter ça fait du bien, ça défoule.
Après si il y avait une vraie solution pour éradiquer les problèmes de complexes, ça se saurait.
Moi dès que je peux je déculpabilise la personne en lui disant que c'est bien de se faire plaisir, qu'elle est très bien comme ça, que manger c'est la viiiiiie ect.. je pense qu'a force ça peut jouer et influer la personne dans le bon sens.
Crakhead a écrit:
aurelie3367 a écrit:

Ses complexes, ce n'est pas ton problème. Et ton assiette, ce n'est pas son problème. Dis-lui clairement (mais calmement, autant que possible): "je ne veux pas parler de poids et d'alimentation, donc ne m'en parle plus STP". Et si elle récidive, tu lui dis stop tout de suite.


Répondre ce que tu conseille de répondre donne l'impression qu'on a soi même un problème avec la nourriture.
J'ai une amie avec qui ont parle souvent de poids et de complexes, en discuter ça fait du bien, ça défoule.
Après si il y avait une vraie solution pour éradiquer les problèmes de complexes, ça se saurait.
Moi dès que je peux je déculpabilise la personne en lui disant que c'est bien de se faire plaisir, qu'elle est très bien comme ça, que manger c'est la viiiiiie ect.. je pense qu'a force ça peut jouer et influer la personne dans le bon sens.

Sauf que là:
1) il s'agit d'une collègue et non d'une amie: on ne va pas travailler pour parler complexes
2) la posteuse indique clairement que sa collègue se complait dans ses complexes et les utilise comme étendoir
3) la collègue utilise la posteuse comme faire-valoir, commentant son assiette, etc.
4) la posteuse ne souhaite pas en parler avec elle
5) peu importe que la personne croit qu'on a soi-meme un pb avec la nourriture, ce qui compte c'est qu'elle arrete d'en parler si on ne le souhaite pas
P
53 ans 3726
Ketai a écrit:
quelle attitude adopter face à elle ?

Simple, tu la laisses se démerder avec ses états d'âme. Aider une collègue, oui, mais pas aux dépends de ton propre bien-être. Alors vu qu'elle commence à te filer des complexes.......... :roll:
B I U