MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Et si je n'ai envie QUE de pizzas?

90 ans 9582
c'est quoi manger trop ? avoir mal au bide, le ventre tendu, la nausée ? je le vois souvent sur mon chéri qui dérape par gourmandise, mais je n'ai jamais  
ressenti ça. Et pourtant je grossis.

pour la culpabilité j'y travaille toujours, mais c'est un puits sans fond :roll:
45 ans Paris 9866
a-nonyme a écrit:
c'est qu'est ce que je pensais : je suis incapable de ce lâcher-prise :oops:


Je ne crois pas que ce soit vrai (même si des années de restriction cognitive finissent par quasi nous convaincre qu'on est incapble de redevenir un mangeur régulé).
En revanche, on peut tout à fait dire: je ne VEUX pas lâcher prise, ma vie me convient comme ça, j'aime avoir des "garde fous", etc.
Il n'y a aucune obligation à changer, la majorité des femmes et de plus en plus d'hommes vivent en restriction cognitive.
Il faut lutter contre si on est en souffrance, si on ne sait plus comment fonctionner en atteignant un certain degré de confort et de bonheur.
Je ne suis pas pour sortir tout le monde de la restriction, il y a des gens à qui ça peut ne pas convenir du tout (au sens de provoquer des symptômes pires que ce qu'on veut combattre).
Dans mon cas particulier, je n'avais juste plus aucune porte de sortie, plus de plaisir pris à la nourriture (pizza ou barre protéinée, tout avait le même goût c'est-à-dire aucun) et plus de capacité à empêcher mon poids de monter. Je n'avais pas le choix, je DEVAIS sortir de la restriction sous peine de péter vraiment les plombs. Mais tout le monde n'a pas le même parcours et chez certains les régimes et la pensée "aliments sains" peuvent avoir fait moins de dégâts que chez moi. Attention cependant à l'effet bombe à retardement...
90 ans 9582
je pense sincèrement que j'aimerais en sortir... mais je suis aussi arrivée à un poids que je n'assume pas. C'est le serpent de mer...

bon sujet pour ma séance de ce soir, tiens ;)
45 ans Paris 9866
a-nonyme a écrit:
c'est quoi manger trop ? avoir mal au bide, le ventre tendu, la nausée ? je le vois souvent sur mon chéri qui dérape par gourmandise, mais je n'ai jamais ressenti ça. Et pourtant je grossis.

pour la culpabilité j'y travaille toujours, mais c'est un puits sans fond :roll:


Manger "trop", ça commence dès que la bouchée suivante est moins appétissante, bien avant donc le mal de ventre.

Quant à la culpabilité, le travail à long terme n'est jamais vain! continue! ;)
45 ans Paris 9866
a-nonyme a écrit:
je pense sincèrement que j'aimerais en sortir... mais je suis aussi arrivée à un poids que je n'assume pas. C'est le serpent de mer...

bon sujet pour ma séance de ce soir, tiens ;)


J'ai commencé comme ça!
Bonjour mr, je ne vais pas bien, je panique quand il faut faire les courses au supermarché, je mange de moins en moins, j'ai de moins en moins de plaisir, je grossis de plus en plus, au secours.
Eh ben voyons déjà comment vous vous représentez la nourriture madame, et quel travail on peut faire sur ces représentations!

;)
90 ans 9582
mais si même la première n'est pas bonne ? tu manges pas du tout ?

à midi je suis rentrée pour réceptionner le travail d'un artisan. J'ai mis exactement15 minutes, préparation incluse, pour le repas (vu ce qu'il y avait dans le frigo c'était pas de la grande cuisine). J'ai ingurgité, parce que c'était l'heure, parce que j'avais déjà plus de jambes et qu'il faut tenir jusqu'à ce soir, mais franchement à part ma chienne qui est capable de bouffer même du carton, je ne vois pas qui aurait pu manger ça... :(
90 ans 9582
poupoule a écrit:
a-nonyme a écrit:
je pense sincèrement que j'aimerais en sortir... mais je suis aussi arrivée à un poids que je n'assume pas. C'est le serpent de mer...

bon sujet pour ma séance de ce soir, tiens ;)


J'ai commencé comme ça!
Bonjour mr, je ne vais pas bien, je panique quand il faut faire les courses au supermarché, je mange de moins en moins, j'ai de moins en moins de plaisir, je grossis de plus en plus, au secours.
Eh ben voyons déjà comment vous vous représentez la nourriture madame, et quel travail on peut faire sur ces représentations!

;)


je me reconnais bien dans ton parcours... et je vais continuer à creuser. Je vais payer une deuxième voiture à ma psy :lol:
45 ans Paris 9866
a-nonyme a écrit:
mais si même la première n'est pas bonne ? tu manges pas du tout ?

à midi je suis rentrée pour réceptionner le travail d'un artisan. J'ai mis exactement15 minutes, préparation incluse, pour le repas (vu ce qu'il y avait dans le frigo c'était pas de la grande cuisine). J'ai ingurgité, parce que c'était l'heure, parce que j'avais déjà plus de jambes et qu'il faut tenir jusqu'à ce soir, mais franchement à part ma chienne qui est capable de bouffer même du carton, je ne vois pas qui aurait pu manger ça... :(


J'étais un peu dans cet état au début.
J'ai fait des exercices pendant plusieurs mois et, je ne me souviens plus au bout de combien (pas beaucoup, peut-être deux ou trois), je me suis surprise à sentir les larmes monter en mangeant un banal flan aux courgettes. Le goût était revenu, d'un coup, à force de travailler dessus au quotidien. Comme un orgasme après une période de frigidité :lol:
Mais pourquoi et comment à ce moment-là, je ne saurais le dire... je suis juste CERTAINE que c'était le résultat du boulot qui avait précédé.
Ensuite l'acuité croissante du goût va de pair avec celle de la faim (phénomène que je revis en ce moment sous l'effet de la sleeve, faudrait que j'en cause sur mon post scalpel).
90 ans 9582
les courses, mon calvaire... et c'est de pire en pire.
sans enfants, j'en fais pas.

quand ils sont là, vive leclerc drive et ses listes mémorisées... les petits complètent en fonction des envies. Faut pas que ça me prenne plus de 15 minutes (et pourtant il en rentre des sacs de bouffe chaque semaine avec trois ados garçons). Quand on doit faire les courses en vrai magasin, j'emmène toujours un garçon avec moi sinon je tourne en rond avec un chariot quasi vide !

le meilleur moment de mon rapport avec la bouffe ? pendant ma grossesse j'ai été hospitalisée deux mois. Je ne mangeais plus du tout ou presque : allongée sans bouger, pas de risque de tomber dans les pommes donc pas besoin de manger sans faim et je n'avais jamais faim. J'étais sous perf' pour le médoc anti contractions, ils m'ont nourrie comme ça, le bébé n'a manqué de rien. Rien que de l'écrire, je me fais peur toute seule :roll:
90 ans 9582
marrant ta métaphore... je vois très bien la similitude... et je me demande toujours (et chéri aussi) comment on peut être gourmande au lit, et pas du tout à table...

:cry: je n'ai jamais eu d'orgasme à table (when Harry met Sally ;) )
45 ans Paris 9866
a-nonyme a écrit:
marrant ta métaphore... je vois très bien la similitude... et je me demande toujours (et chéri aussi) comment on peut être gourmande au lit, et pas du tout à table...

:cry: je n'ai jamais eu d'orgasme à table (when Harry met Sally ;) )


Cette façon de tenir comme à distance le plaisir de la nourriture signifie qch... je ne sais pas quoi mais certainement qch ;)
90 ans 9582
je cherche aussi ;)
90 ans 9582
je prends dans d'autres pièces de la maison le plaisir que je n'ai pas à table :oops: :lol:

j'ai parfois l'impression de ne pas avoir de goût (comme une agueusie) mais je sais bien que ce n'est pas physiologique et en + j'ai un odorat hors norme (j'ai peut-être raté une vocation de nez)
J
39 ans Paris 1842
Poupoule, 10.000 fois d'accord avec toi.

Et c'est une fille qui repart sur l'exercice du monoaliment, après deux ans de RA, qui le dit: ben oui, j'ai l'impression de ne plus trouver mes sensations, je mange au delà de ma faim, donc je me suis dit que j'allais me refaire un exercice de débutante ^^
90 ans 9582
comme quoi rien n'est jamais acquis :(
B I U