MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

laisser une autre personne vous aider?

39 ans très au sud 7914
et si c'était un mec il pouvait chopper une pneumonie...?
91 ans 9582
trashrap a écrit:
tu sais que ça serai avec plaisir, ma belle ! Tu n'as pas un ou deux collègues costaud prêts à aider une jolie femme ? ;)


une jolie femme, si, sûrement... c'est pour ça que j'ai déchargé toute seule :lol: :lol: :lol: :lol:

non personne ne pouvait ce matin, je me suis bien débrouillée, maintenant on va voir comment le Tetris qui me sert de colonne va réagir :(
46 ans derrière toi!! 3399
trashrap a écrit:
Misscolibriii a écrit:
Non Orfees, tu ne te trompes pas c'est ça.

Saralou, oui il y a beaucoup de ça; j'ai peur qu'ensuite on me réclame un dû; en fait ça vient de moi plutôt, je me sens super super redevable (il faut que je "rembourse") ensuite et mal à l'aise. Je me crois forcée du coup d'être la copine irréprochable, toujours là...ma conscience me fait payer cher d'avoir accepté d'être aidée.

Là je dois me faire opérer, et je ne me résous pas à demander à mes amies, si elles peuvent me filer un coup de main pour garder mon fils. Pourtant j'ai de bonnes amies, ici.


et bien tu vois, à la place de tes amis, je me sentirai hyper vexée de savoir que tu ne peux pas me demander ce genre de chose. l'amitié, c'est quoi, pour toi ? faire du shopping ensemble ?


Tu ne me connais pas alors tu ne peux pas savoir, ce que répresente pour moi l'amitié. Crois moi que c'est quelque chose de très fort chez moi. Après on ne se refait pas, j'ai appris à ne pas demander d'aide, à ne pas déranger et à surtout être hyper redevable s'il m'arrivait de le faire. C'est comme ça que j'ai été éduquée.
Ca ne m'empêche pas d'être une très bonne amie. Ce n'est pas moi qui le dit.

Et croyez moi qu'aussi beaucoup de personnes ne proposent pas leur aide spontanément, et on toujours une entorse de la cheville quand l'autre a besoin. Pour vous (et pour moi) ça semble évident, mais dans cette société individualiste, beaucoup ne pensent qu'à leur poire.
Au fil de mes rencontres, ça a beaucoup joué aussi sur le fait de ne pas vouloir demander.

Je sais pertinemment à qui je pourrais aisément demander de l'aide, malheureusement les deux vivent loin de chez moi.

Enfin je n'ai pas à me justifier et une vie ne se résume pas en un post; donc pas de jugement please.

Et je ne fais pas de shopping avec mes amis, je déteste ça. Que de raccourcis. :roll:
46 ans derrière toi!! 3399
reinette81 a écrit:
et si c'était un mec il pouvait chopper une pneumonie...?


Les services se rendent indépendamment du sexe, j'espère en tout cas.
46 ans région parisienne 5831
Misscolibrii, je me reconnais bien dans ton témoignage: j'ai aussi énormément de mal à demander de l'aide à mes amis, même pour des trucs pas très graves, bon sang, j'ai même parfois du mal à demander de l'aide à mon propre mari! :roll: Moi aussi, j'ai été éduquée à ne pas demander d'aide et à être hyper redevable lorsque j'en reçois.

Bref, je me reconnais bien dans ce que tu dis. Par contre, j'ai lu un bouquin qui m'a bien aidé à ce sujet: "les relations durables" d'Apfeldorfer. Ca n'a rien à voir avec l'alimentation, hein, c'est bien un livre sur les relations entre humains.

Il explique très bien les mécanismes de l'amitié, de l'amour et des relations durables, et il montre bien que c'est en partie fondé sur l'entraide, l'échange, la demande d'aide..Etc... ce livre m'a vraiment aidée à progresser là-dessus: maintenant, j'arrive à parfois demander de l'aide en repensant à ce que dit le bouquin. Je te conseille cette lecture. ;)
46 ans derrière toi!! 3399
Je jetterais un oeil Mamykro. Mais j'insiste sur le fait que je suis plutôt une très bonne amie (d'ailleurs beaucoup de gens recherchent mon amitié); je suis là pour les autres, je suis à l'écoute.

Effectivement du coup c'est à sens unique, et si je reconnais que ça me fatigue parfois, j'avoue ne rien faire pour changer ça.

D'ailleurs exemple : une amie à moi c'est bloqué le dos au boulot, elle m'a demandé de lui faire des courses, de l'essence, etc, ce que j'ai fait...elle a juste oublié que..moi aussi j'ai de gros problèmes de dos. Et je ne lui ai pas rappelé, c'est vrai.

Moi je n'aurais jamais osé demandé, c'est ce que je voulais expliquer.
32 ans 940
Merci Mamykro pour la référence, j'y jetterai peut-être aussi un coup d'oeil...
46 ans région parisienne 5831
Misscolibriii a écrit:
Mais j'insiste sur le fait que je suis plutôt une très bonne amie (d'ailleurs beaucoup de gens recherchent mon amitié); je suis là pour les autres, je suis à l'écoute.


je n'en doute pas! ;) Moi aussi, tu sais... ;) Mais en lisant "les relations durables", j'ai compris que l'amitié, ce n'était pas seulement donner: prendre fait aussi partie de l'amitié.

Et tu sais, depuis que j'essaye de ne pas toujours donner, mais de prendre aussi, je trouve que l'amitié a meilleur gout. Bon, après, je suis bien loin de savoir équilibrer mes relations, hein, mais déjà oser demander de temps en temps, pour moi, c'est un progrès considérable, et franchement, on finit aussi par y prendre gout. ;)
48 ans à la maison ! 10072
Misscolibriii a écrit:
Je jetterais un oeil Mamykro. Mais j'insiste sur le fait que je suis plutôt une très bonne amie (d'ailleurs beaucoup de gens recherchent mon amitié); je suis là pour les autres, je suis à l'écoute.

Effectivement du coup c'est à sens unique, et si je reconnais que ça me fatigue parfois, j'avoue ne rien faire pour changer ça.

D'ailleurs exemple : une amie à moi c'est bloqué le dos au boulot, elle m'a demandé de lui faire des courses, de l'essence, etc, ce que j'ai fait...elle a juste oublié que..moi aussi j'ai de gros problèmes de dos. Et je ne lui ai pas rappelé, c'est vrai.

Moi je n'aurais jamais osé demandé, c'est ce que je voulais expliquer.


Je n'appelle pas ça une bonne amie, j'appelle ça une bonne poire. ;)

J'exagère le trait évidemment. Mais l'amitié, c'est un échange. Pas forcément du donnant-donnant, mais ça ne peut pas marcher à sens unique.

Je ne te juge pas, je réagit forcément par rapport à mes propres "principes" (et le shopping était un exemple). Mais vraiment, si un ami n'ose pas me demander un service je me vexe (et je ne me vexe pas facilement) et considère ça comme une insulte.

Tu te considères comme une bonne amie parce que tu es quelqu'un sur qui aide les autres, sur qui on peut compter . Et, dans un même temps, tu refuses cette possibilité aux autres. ça ne te parait pas contradictoire ? ;)
46 ans derrière toi!! 3399
Ce n'est pas moi qui me considère comme une bonne amie, mais mes amies; je ne suis pas si prétentieuse.

Et non, je ne trouve pas ça contradictoire. je ne refuse pas de l'aide si on m'en propose; je n'en demande pas c'est totalement différent. Et crois moi qu'au final peu de gens proposent de l'aide spontanément.

Et effectivement tu agrandis le trait.

Je suis très loin d'être une bonne poire, encore une fois tu juges sans connaître. :roll:

Tu ne peux pas savoir, ni me connaître en fonction du peu que j'ai écrit sur le post. J'ai bien évidemment résumé, pour ne parler que du sujet, mais évidemment que l'amitié, ne se situe pas que sur ça. Et crois moi qu'avec mes amies, on est très loin du manque d'échanges. Quiconque me connaît sait d'ailleurs que c'est limite insultant pour moi de me dire, tellement c'est loin de la réalité. Je crois que c'est bien plus complexe que ça, en fait, l'amitié. (pas seulement sur une histoire de services rendus).

Enfin bref, je ne suis pas un sujet d'études; n'ai rien à te prouver vu que nous ne sommes pas amies et pas dans le même coin, j'aimerais que le sujet reprenne sa route.
46 ans derrière toi!! 3399
mamykro a écrit:
Misscolibriii a écrit:
Mais j'insiste sur le fait que je suis plutôt une très bonne amie (d'ailleurs beaucoup de gens recherchent mon amitié); je suis là pour les autres, je suis à l'écoute.


je n'en doute pas! ;) Moi aussi, tu sais... ;) Mais en lisant "les relations durables", j'ai compris que l'amitié, ce n'était pas seulement donner: prendre fait aussi partie de l'amitié.

Et tu sais, depuis que j'essaye de ne pas toujours donner, mais de prendre aussi, je trouve que l'amitié a meilleur gout. Bon, après, je suis bien loin de savoir équilibrer mes relations, hein, mais déjà oser demander de temps en temps, pour moi, c'est un progrès considérable, et franchement, on finit aussi par y prendre gout. ;)


Je le lirais Mamykro, merci.

Mais je connais ma meilleure amie de puis l'âge de 8 ans; et j'ai été témoin au mariage de mon autre que je connais depuis presque 7 ans. (et on est loin du rendu de service unilatéral).

Ce serait plutôt avec les gens que je connais depuis peu que j'aurais du mal à demander.
30 ans 1489
J'ai tout lu et je me reconnais beaucoup dans les témoignages de Reinette ou de Misscolibriii. Depuis mon enfance, je cherche à faire les choses moi-même, j'ai toujours eu envie de faire un milliard d'expériences, bonnes ou à priori mauvaises. Et j'ai également dû me débrouiller toute seule, je me souviens par exemple qu'enfant je pensais que lorsque mes parents ont divorcé c'était à moi de m'occuper de mes frères.

Et je pars souvent dans l'idée qu'il faut que je sois l'unique responsable de ce que j'entreprends, je n'aime pas être mécontente "à cause" de l'influence d'un(e) tiers, et inversement.
Avec du recul je pense que c'est une question… d'égo :roll:

Et je suis totalement d'accord avec Saralou. Cette peine à demander un coup de main extérieur, je la vois plus comme une faiblesse (même si je n'aime pas trop le terme, je n'en trouve pas de plus approprié). Certes, je suis fière de mon indépendance et de certains de mes choix. Mais le nombre de fois où je me suis laissée submerger par le stress, ou je me suis cassée les neurones sur un problème, ou j'ai pris des mauvaises décisions car trop rapides…
Les quelques fois où j'ai dû reconnaître que , j'aurais besoin des conseils, de l'écoute, ou des compétences professionnelles de Machin(e), où on m'a forcée à m'exprimer sur quelque chose qui n'allait pas, où j'ai réussi à déléguer.. ça a été au pire un soulagement et au mieux une expérience enrichissante.

J'ai compris que ce n'est pas forcément parce qu'on m'a aidée que j'avais besoin de cette aide, et surtout que dans le cas où j'aurais réellement besoin de cette aide, ce n'est ni une faiblesse ni quelque chose dont il faut avoir honte. De plus, parmis le nombre de fois où j'ai apporté mon aide à quelqu'un, je ne me suis jamais dit "hannn quelle râleur/lopette…". J'ai toujours trouvé cela légitime et naturel.
P
54 ans 3726
(pour Reinette)
Se faire raccompagner un jour de pluie, déjà on ne peut pas qualifier ça d'une aide au sens où on aurait un réel problème. C'est plutôt un service ponctuel qu'une personne de bonne volonté rend à une autre. Ensuite, rien ne te dit que cet homme t'aurait fait cette proposition si tu n'avais pas été une jolie femme ou si tu avais été un homme. Avec les gens on ne sait jamais.

* * *

Perso c'est surtout par rapport au sens où l'exprime Saralou que je refuserais toute aide si j'en avais besoin. Une aide reçue crée une dépendance, une créance et on ne compte plus les amis charitables qui savent très bien rappeler à leurs débiteurs qu'heureusement qu'ils étaient là.......... :roll:
48 ans à la maison ! 10072
Prax a écrit:
(pour Reinette)
Se faire raccompagner un jour de pluie, déjà on ne peut pas qualifier ça d'une aide au sens où on aurait un réel problème. C'est plutôt un service ponctuel qu'une personne de bonne volonté rend à une autre. Ensuite, rien ne te dit que cet homme t'aurait fait cette proposition si tu n'avais pas été une jolie femme ou si tu avais été un homme. Avec les gens on ne sait jamais.


Sauf que ce n'est pas lui qui a proposé, mais quelqu'un qui lui a demandé de le faire. ;)
P
54 ans 3726
trashrap a écrit:
Sauf que ce n'est pas lui qui a proposé, mais quelqu'un qui lui a demandé de le faire. ;)

Merci pour la correction mais ça ne change pas vraiment l'équation : cette autre personne lui aurait-elle demandé, si oui, l'aurait-il fait de bon coeur ou par obligation.......... Désolé, c'est dans ma nature de chercher à savoir à tout prix ce que les gens ont dans la tête. ;)
B I U