MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Opération J-4 et gros stress.

27 ans 307
Bonjour,

Voilà, après plus d'un an de démarche, je me fais opérée d'une sleeve le 5 mars prochain, je suis évidemment impatiente de "renaître" mais je suis aussi angoissée à  
mort (je pensais pas le devenir d'ailleurs...)

J'ai constamment une boule au ventre depuis deux jours, du mal à manger, bref le gros stress.
J'ai pas de question particulière, je voulais juste partager ça, j'ai l'impression que mon stresse n'est pas tellement légitime, c'est étrange.
89 ans 9582
bien sûr que ton angoisse est légitime… essaie de l'accueillir au mieux, et de repenser aux bénéfices attendus, qui t'ont décidée à sauter le pas :kiss:
27 ans 307
Merci du soutien ! Oui, j'essaie de me concentrer sur les bienfaits. En fait c'est l'hôpital et ce milieu en général que je crains et qui m'angoisse le plus...
89 ans 9582
c'est ta première opération ?
89 ans 9582
en général avant une opération on reçoit des trucs pour planer, à chaque fois j'arrive toute joviale au bloc 8)
111 ans 2413
Ton stresse est légitime. Chaque personne réagit différemment.

Moi c'était l'inverse, je trouvais bizarre de ne pas être stressées quand j'ai eu ma 1re intervention chirurgicale.
J'ai vu l'anesthésiste 15 jours avant.
J'étais très zen, décontractée, sereine, j'avais hâte, j'étais sur mon nuage, limite les endorphines me faisaient planer. Les opé que j'allais faire, c'est moi qui les voulais. Elles ne m'étaient pas imposées pour ma survie, c'était ça la rengaine que me cerveau jouait en boucle.

Sauf que justement je me disais que à l'approche de la date je risquais de flipper, stresser...
Donc j'ai posé la question à l'anesthésiste à la fin de la consult.

Il m'a regardé, fait un petit sourire, m'a dit un truc style : "croyez-en mon expérience, comme je vous vois là, comme ça vous serez jusqu'au bout, mais comme je suis médecin avant tout, et à l'écoute de mes patients, voilà une prescription".
Il a ajouté que de toute façon j'en aurais avant de descendre au bloc.

J'ai acheté le médoc. Et jamais utilisé.
Il s'agissait de l'Atarax.

Je l'ai eu le jour de l'opé ; ils comptaient dessus pour me calmer un peu mes ardeurs. Ben nan. Au bloc je continuais à faire ma curieuse à propos de tout.
Mais ils ont des potions magiques qui font faire dodo très vite. :mrgreen:

Et surtout là où j'étais, ils étaient très à l'écoute.

Ils savent rassurer, réconforter. N'hésite pas à les appeler si besoin, ou à voir ton généraliste si vraiment tu sens que tu perds le contrôle.
MAis je pense que tu a déjà accompli tellement pour ce parcours, que ça devrait suffire à te mener à bon port. 8)
27 ans 307
Il s'agit de ma première vraie grosse opération oui (dents de sagesse à 17 ans et amydgales à 4 ans, ça compte pas vraiment...)

Du coup je pensais dire non aux calments pour pouvoir malgré tout ressentir les choses et m'en souvenir parce que même si l'hôpital m'angoisse, elle me fascine. Et comme toi grrognonnne je suis curieuse de tout, et le fait de voir ce qu'il se passe et qu'on m'explique me rassure déjà beaucoup.

Surtout que jusqu'à maintenant je n'y croyais pas trop et je m'attendais toujours à coup de fil pour me dire que c'est annulé ou un truc du genre.Je pense qu'une fois dans la chambre, à voir les infirmières et l'opération se concrétiser ça ira peut-être mieux. Les jours prochains risquent d'être long... (si seulement je pouvais fermer les yeux et me réveiller une dizaine de jours après l'opération :) )

Merci en tout cas, déjà d'en parler, ça va mieux !
44 ans Paris 9866
Prendre les calmants ne te rendra pas insensible, c'est très léger (et aussi beaucoup psychologique).
Ton angoisse est plus que légitime, pose plein de questions, verbalise!
Et je suis certaine que de toute façon tout se passera très bien ;)
30 ans Marseille 1134
Je comprends tout à fait ton stress. Pour ma part, hospitalisation dans 9 jours et opération dans 10 jours. Et je commence un peu à angoisser. J'ai la chance que ma famille m'aide énormément mais j'avoue que je ne pense qu'à ça....
100 ans Sur une comète 1981
Parles-en à l'équipe de l'hôpital quand tu y seras (médecins, infirmiers, aide-soignants...) C'est normal le stress, parles-en aussi à ta famille, tes amis... Courage ! :)
33 ans 78 6421
Les filles le stress est normal! ce n'est pas une opération anodine et au moins vous êtes conscientes des risques et de l'enjeu!!

N'hésitez pas à en parler autour de vous, proches, équipe médicale, ça ne pourra vous faire que du bien.

Surtout souriez quand vous serez sur la table d'opération.
Pensez à votre nouvelle vie, sans douleur, sans souci de santé, avec un nouveau souffle ;)

Et puis après rester positives un max!! Essayez de Repérer chaque progrès, chaque petite évolution :)

Bon courage et donnez des news ;)
44 ans Paris 9866
maddywild a écrit:
Surtout souriez quand vous serez sur la table d'opération.


Idem! l'équipe n'arrêtait pas de me dire qu'on se réveille comme on s'endort... il faut se détendre un max avant l'anesthésie, penser à des choses positives, à pourquoi on le fait, etc. :D
Et ça marche!
111 ans 2413
maddywild a écrit:


Surtout souriez quand vous serez sur la table d'opération.


Et puis après rester positives un max!! Essayez de Repérer chaque progrès, chaque petite évolution :)

Idem.
J'ai failli dire dans mon précédent message "on part pas pour Guantanamo ; on est volontaire pour l'opé alors on essaye d'arriver le plus enjoué possible :D " mais me suis dit qu'on allait me prendre pour une illuminée (cela étant j'en suis une d'illuminée lol). J'étais im-pa-tiente.

Bref, pour mes chir (réparatrices et ablation vésicule) suis toujours arrivée au bloc hyper zen, limite euphorique (sans intervention médicamenteuse) ; les fameuses endorphines dixit les chir.
Et au réveil apparemment idem. Sauf que au réveil, ma crainte c'était qu'on ne m'ai pas opéré pour des raisons X ou Y... mais rassurée en quelques sec après avoir tâté là où nécessaire. 8)

Et puis comme mes chir étaient hyper mignons, aucun mal à attendre le marchand de sable sereine avec eux à 1 mètre. :lol:

Et comme je suis de nature curieuse (ascendance pénible), j'arrêtais pas de poser des questions -très techniques- sur tout, même en salle de réveil.

Par la suite, en post-op, toujours les endorphines sans doute, j'étais pire qu'une centrale nucléaire, à pas tenir en place une minute. :D
89 ans 9582
tu as de la chance Grrr moi j'ai eu Atarax imposé à chaque fois alors que je stresse pas plus que ça… et pareil je pose plein de questions :lol:
111 ans 2413
a-nonyme a écrit:
tu as de la chance Grrr moi j'ai eu Atarax imposé à chaque fois alors que je stresse pas plus que ça… et pareil je pose plein de questions :lol:

J'ai eu l'atarax aussi.
Pour la 1re opé, on m'a dit que "c'est le protocole pour vous détendre, -mais on dirait que pour vous ça sera pas utile- *sourire*"

Le truc ne m'a rien fait vu que j'étais déjà très zen, et euphorique.
Je voulais pas dormir moi. Je voulais voir. :D

A la 2ème opé, idem, sauf que là, j'ai eu une somnolence, mais plus probablement due au fait que retard dans le planning donc suis restée sur brancard dans le couloir, et ils m'apportaient plein de draps tout chauds.
Et lors de cette opé, j'ai fait une réaction allergique.

Donc aux opé suivantes, j'ai eu le médoc en préventif 48 h avant je crois + le jour même, mais pour son effet antihistaminique et pas pour la zénitude.

Un jour me suis réveillée pas encore sortie du bloc mais déjà extubée. :lol: Et je leur ai raconté une histoire d'oursons (le dessin qu'il y avait sur un des champs). :D
B I U


Discussions liées