MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Questions autour de l'entretien d'embauche

33 ans 1064
Bon, j'ai beau avoir passer du temps à faire une recherche, et à lire certaines pages (si si j'étais prête à dépoussiérer les vieux vieux sujet !!) , je n'ai  
pas trouvé de sujet se rapprochant de ma question. Et je fais volontairement un sujet large pour qu'il puisse re-servir un jour.

Voilà, je me pose une question idiote, basée sur une hypothèse, mais elle me trotte dans le cerveau et je voudrais d'autres avis.

J'ai postulé pour un poste, dont l'envoi des candidatures s'arrêtent le 31 mars. Et le poste commence autour de mi-avril, pour un CDD d'un an.
MAIS, ma situation est la suivante, fin mai, je ne serais plus opérationnelle pour travailler et ça pour 2 à 3 mois, donc en arrêt.

Dans l'hypothèse où (j'avais prévenue :D ) je passe l'entretien et que je suis retenue, est ce que j’avertis l'employeur que je serais en arrêt à partir du mois de mai, ou est ce que je lui fait la surprise ?!
J
40 ans Paris 1842
Euh... pour moi c'est une question de correction vis à vis de l'employeur. Si je t'embauche, en cdd, et que j’apprends que tu savais que tu te cassais pour deux mois minimum (sur un an, c'est énorme!) mais que tu ne m'as pas avertie, y a moyen que je le prenne très mal!
J
40 ans Paris 1842
surtout si l'arrêt intervient précisément à l'issue de la période d'essai...
48 ans à la maison ! 10072
Justdontknow a écrit:
surtout si l'arrêt intervient précisément à l'issue de la période d'essai...


C'est ce que je me suis dit... :roll:
39 ans 4079
Pareil, période d'essai + tu seras sûrement en "formation" pour la passation de poste, après tu t'en vas pour revenir en Septembre... Question de savoir vivre et de conscience professionnelle, soit je préviens et ca ne pose pas de soucis (sur un CDD d'un an, j'en doute), soit je ne postule pas.
36 ans Avignon 420
D'après moi, ce ne serait pas correct de vouloir te faire ambaucher alors que tu sais d'avance que tu sera en arret après. Surtout que c'est un arret de 3 mois quand même.
Sur un CDD d'1 an, c'est quand même 25% d'absence.

Pourquoi ne laisserais-tu pas tombé ce poste pour reprendre la recherche d'emploi après ton arret ?

Tu risque gros à ne rien dire et à te mettre en attret au bout d'un mois. En effet les employeurs ont des recours et en plus, il risque de te faire de la mauvaise pub (si d'aventure un prochain employeur appelle ton précédent employeur pour avoir des information sur toi, ce qui arrive souvent, il peut dire que tu t'es mise en arret etc)

Par contre si tu le préviens à l'avance, il risque fort de ne pas te choisir. Car s'il recherche un CDD d'1 an, c'est pour avoir quelqu'un pendant 1an, donc s'il sait d'avance que tu sera absente durant 3 mois, il n'aura aucun interet à te prendre.
112 ans 2413
Orfee, quand tu parle d'arrêt, tu parles bien d'arrêt maladie ?
33 ans 1064
grrrrrognonne a écrit:
Orfee, quand tu parle d'arrêt, tu parles bien d'arrêt maladie ?


Vi :( !!

Bon, c'est bien ce que je me disais, donc ça va, je ne suis pas la seule à me dire que ce n'est pas correct de ma part.

Pour être plus claire, j'ai postulé avant de savoir que je ne serait plus dispo en mai. je ne pourrais que refuser de passer l'entretien...c'est quand même un comble. :?

Pompom1988, oui, je peut reprendre la recherche de poste après mon arrêt, c'est ce qui est prévue d'ailleurs. C'est juste que c'est un peu ma dernière chance d'avoir un poste dans mon domaine de formation, qui me plaise et surtout que je puisse effectuer maintenant. Après...il faut que je trouve un poste dans n'importe quel domaine, pour me réorienter un peu.
112 ans 2413
Orfees a écrit:


Bon, c'est bien ce que je me disais, donc ça va, je ne suis pas la seule à me dire que ce n'est pas correct de ma part.

Pour être plus claire, j'ai postulé avant de savoir que je ne serait plus dispo en mai. je ne pourrais que refuser de passer l'entretien...c'est quand même un comble. :?

Bon, le milieu de travail je ne le connais que trop bien. Hélas.
Et c'est tout sauf le monde des Bisounours.

Alors je ne mets pas tous les employeurs dans le même panier, certes, et je n'ai évidemment aucun préjugé sur le recruteur auquel Orfees pourrait être confrontée.

ET la question que se pose Orfees, je me la suis déjà posée. Et j'ai effectivement volontairement pas postulé sur certaines offres (CDD) alors que je savais qu'une chirurgie à venir pourrait me compliquer le boulot si je puis dire.

Sauf que pour l'instant, nous n'en sommes qu'à l'étape une ; Orfees a postulé.

Alors voilà ce que j'en pense : si tu es convoquée pour l'entretien, vas y.
Parce que je sais aussi que en matière de recrutement, rien ou presque ne se déroule jamais selon le descriptif de l'offre.

Oui, OK, je vous entends déjà là dire que c'est pas correct pour le recruteur...
Mais la réalité du terrain du marché de l'emploi étant ce qu'elle est, je me dis que pour ce cas, mieux vaut avoir des remords que des regrets.
35 ans 1547
Je suis aussi partagée. Personnellement j'ai connu des employeurs qui ne se soucient pas de savoir la précarité dans laquelle ils mettaient leur(s) employé(s), et n'éprouvait pas le besoin de dire toutes les perspectives à venir.
De mon côté j'aurais du mal à m'engager sans être dans cette transparence. Mais je peux considérer que quelqu'un ne le disant pas n'est pas forcément en train de se tromper ou de faire quelque chose de mal. Je peux comprendre que la priorité soit de travailler autant que faire se peut et d'avoir un revenu. Il faut que pour toi, ça soit confortable Orfees. Que tu te sentes légitime de ta position, quelle qu'elle soit.
Et comme grognonnne, je constate aussi régulièrement des grosses différences (et une souplesse potentielle) entre les postes annoncés et leur déploiement effectif.
Personnellement, j'irai certainement à l'entretien en faisant tout pour être engagée, et à la fin, en précisant cet arrêt maladie à venir, et en parlant clairement avec eux, vu qu'il n'y a pas besoin d'être devin pour supposer que ça constitue un couac. Si je les intéresse: peut-on faire un cdd jusqu'à cet arrêt histoire qu'ils voient si ça vaut le coup de me réengager plus tard ou reporter le début après l'arrêt maladie. Peut on imaginer qu'ils engagent quelqu'un moins longtemps et qu'il m'engagent à sa suite avec une possibilité de me rendre disponible genre une semaine avant pour la passation histoire de réduire les éventuels soucis de relai toujours un peu délicat. Il y a de fortes chances qu'ils préfèrent garder la même personne si vos profils sont équivalents, mais le tout est d'obtenir qu'ils puissent verbalement envisager auprès de toi la possibilité de te recontacter et t'engager si besoin. Et si leur travail t'intéresse spécifiquement, n'hésite pas à te remanifester autant que faire se peut, même pendant ton arrêt maladie et après.
Bon courage à toi en tout cas.
39 ans 4079
D'accord, mais on parle d'un arrêt de 3 mois et pas de quelques jours ou quelques semaines, là...
33 ans 1064
Je suis perdue, et je pense avoir fait une grosse erreur...

Pour le poste de mai, ce ne sont que des hypothèses...et oui, peut être que ça vaut le coup de passer l'éventuel entretien, mais en fait, j'ai peur que si j'annonce à la fin "au fait je vous lâche fin mai..." ça serve surtout à m'éliminer directement. Après si j'arrive à en discuter comme tu le propose, Papille, pourquoi pas. Pour ce qui est du confort, il faudrait déjà que j'arrête de me dire que ma décision du mois de mai n'est pas la plus grosse erreur de ma vie. Mais ça...c'est un autre sujet.

Grrr, tu dis "vas-y", mais est ce que tu penses que je me tais? Je ne cherche pas de réponse à suivre comme un mouton, mais plusieurs avis, pour essayer d'y voir plus clair.

Et la grosse erreur du début, qui me complique encore les choses...c'est y à pas 10min, j'ai été appelé pour un poste pour un an (j'avais postulé et ils avaient gardez mon CV)

Et comme une co*** (désolée, c'est mon sentiment) j'ai dis "ah oui, mais le soucis c'est qu'au mois de mai...bla bla bla... ah ben forcément, ça ne m'as pas servi :cry:
Bon, rien de très grave non plus, vu qu'ils chercheront toujours pour septembre...

Mais j'avoue que je me pose beaucoup de question,... même celle de tout annuler (ce qui ne serait pas intelligent non plus) et de prendre un poste, histoire de ...ne plus me poser de questions. ](*,) ](*,) ](*,)
57 ans 91 25732
Si tu le dis, on ne t'embauchera probablement pas.

Si tu ne le dis pas, tu t'arrêteras en pleine période d'essai et ton employeur mettra probablement un terme à ton contrat, à plus forte raison s'il apprend que connaissais la situation.

En 1989, j'ai obtenu un contrat d'un an dans une collectivité (un centre de loisirs). J'ai commencé à travailler le 1er octobre. Rien ne laissait penser qu'en fin de mois, j'aurais un gros pépin de santé qui m'enverrait en neurochirurgie.

Quand ma mère a prévenu mon employeur que j'étais rentrée en urgence à l'hôpital, et expliqué la situation, la responsable du centre a eu ces mots pleins d'empathie : "soit elle est là demain, soit son contrat est annulé". Bien sûr je n'étais pas là le lendemain et dans la semaine j'avais ma lettre m'informant que la collectivité mettait un terme à mon contrat en cours de période d'essai.

Si j'ai très moyennement apprécié la forme de mon "licenciement", je suis obligée de reconnaitre qu'on m'avait embauchée pour travailler, que jes les ai plantés - même si c'est involontairement - en pleines vacaces de Toussaint, et qu'il fallait bien que mon employeur trouve une solution.

Donc même si tu ne dis rien, tu peux te retrouver confrontée à la même situation que moi, je doute qu'un employeur ait vraiment le choix d'attendre pendant plusieurs mois un nouvel employé alors qu'il a une boite à faire tourner.

A ta place, je ne postulerais pas avant d'avoir réglé mon souci de santé. Sauf si tu peux décaler. Sinon, j'ai peur que ça ne serve pas à grand chose.

Là tu es confrontée à un choix et tu vas devoir choisir, car je ne pense pas, sauf employeur extrêmement compréhensif, que tu puisses avoir le boulot et l'arrêt.
36 ans Avignon 420
Patty a écrit:
Si tu le dis, on ne t'embauchera probablement pas.

Si tu ne le dis pas, tu t'arrêteras en pleine période d'essai et ton employeur mettra probablement un terme à ton contrat, à plus forte raison s'il apprend que connaissais la situation.

En 1989, j'ai obtenu un contrat d'un an dans une collectivité (un centre de loisirs). J'ai commencé à travailler le 1er octobre. Rien ne laissait penser qu'en fin de mois, j'aurais un gros pépin de santé qui m'enverrait en neurochirurgie.

Quand ma mère a prévenu mon employeur que j'étais rentrée en urgence à l'hôpital, et expliqué la situation, la responsable du centre a eu ces mots pleins d'empathie : "soit elle est là demain, soit son contrat est annulé". Bien sûr je n'étais pas là le lendemain et dans la semaine j'avais ma lettre m'informant que la collectivité mettait un terme à mon contrat en cours de période d'essai.

Si j'ai très moyennement apprécié la forme de mon "licenciement", je suis obligée de reconnaitre qu'on m'avait embauchée pour travailler, que jes les ai plantés - même si c'est involontairement - en pleines vacaces de Toussaint, et qu'il fallait bien que mon employeur trouve une solution.

Donc même si tu ne dis rien, tu peux te retrouver confrontée à la même situation que moi, je doute qu'un employeur ait vraiment le choix d'attendre pendant plusieurs mois un nouvel employé alors qu'il a une boite à faire tourner.

A ta place, je ne postulerais pas avant d'avoir réglé mon souci de santé. Sauf si tu peux décaler. Sinon, j'ai peur que ça ne serve pas à grand chose.

Là tu es confrontée à un choix et tu vas devoir choisir, car je ne pense pas, sauf employeur extrêmement compréhensif, que tu puisses avoir le boulot et l'arrêt.


+1
Je suis entièrement d'accord avec ce que conseille Patty
112 ans 2413
Je ne fais que d'apporter mon avis, et d'un point de vue pratique, en effet, je rejoins Patty, à supposer que ton arrêt intervienne pendant la période d'essai. Ce qui place un "si" supplémentaire.

Au risque de m'attirer les 4 cavaliers de l'Apocalypse, et un lancer de tomates en règles, je poursuis.

J'ai bossé souvent dans le secteur public ou parapublic, mais ce qui va suivre je l'imagine, se retrouve aussi dans le privé.
Savez-vous combien de fois j'ai vu des filles recrutées, qui une fois la période d'essai (ou stagiairisation si FP) terminée, pour un CDI, voire parfois pour un CDD, "faisaient" un gosse ?

Sans se cacher (sauf des big boss) qu'elles n'attendaient que ce moment. Ou arrivaient déjà enceinte, et se mettaient en arrêt au moment le plus stratégique.
Pendant que d'autres dont moi, pauvres cruches, nous battions lamentablement pour tenter d'obtenir une misérable prolongation de CDD.

Certain(e)s vont penser que je balance des généralités, des clichés. Sauf que non. Ce constat est le fruit de plus d'une douzaine d'emplois qui m'ont permis de côtoyer des centaines (+++) de collègues.

Tout ça pour dire que j'ai même rencontré des recruteurs, et ne soyez pas surpris, des femmes, qui m'ont clairement dit que maintenant ils(elles) préfèrent se tourner vers des candidats donc, ou candidates mais de plus de 42 ans...

ALors bon, Orfees, OK, c'est pas cool pour l'employeur. C'est pas fair-play, c'est dégueulasse et j'en passe.
Mais encore une fois, BisounoursLand c'est pas ici.

Et à supposer que tu ailles à cet entretien (1er Si), que tu sois retenue pour le second (2me Si), que tu sois l'heureuse élue (3me Si), tu risques juste de devoir t'arrêter en plein pendant la période d'essai (pas certain non plus d'ailleurs d'un point de vue timing).

Donc si c'est le cas, oui, ton employeur va y mettre un terme au CDD.

Et là, selon le secteur d'activité, ton cursus, le rayonnement local, régional ou que sais-je de la structure, tu risques d'être grillée dans le milieu en question sur un territoire plus ou moins étendu.
Je pense que c'est un des paramètres à intégrer véritablement au sommet de ta liste de + ou de - parce que oui, ça te ferait repartir avec un giga handicap genre "pas fiable".
Si tu pense que ta situation ne serait pas impactée, alors go. Et en gardant sous silence certaines infos.

Oui suis une ordure, mais j'assume. 8)
B I U