MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

clash avec la famille

Bonjour à toutes! Je m'appelle Anne-Claire j'ai 31 ans et j'habite Strasbourg. Je n'ai pas l'habitude de venir exposer ma vie sur un blog mais là j'en ai vraiment besoin.
Il  
y a deux mois j'ai eu une violente dispute avec mes parents par téléphone, ma mère insistait pour que je me fasse opérer d'une sleeve pour que mon obésité ne devienne qu'un lointain souvenir. Pour ma part, étant infirmière, et comprennant les risques et les conséquences de cette opération, je ne voulais en aucun cas la subir. Cela fait plusieurs mois que le sujet revient sur le tapis et mes parents n'entendent pas mon refus. Je sais très bien qu'ils s'inquiètent pour ma santé (surtout avec mes problèmes d'hypothyroidie et un genou opéré du fait d'une malformation à la naissance) mais moi qui commencait à accepter mon corps je me retrouvais face à un mur! Elle m'a dit que toute la famille venait se plaindre chez elle de mon poids, sans oser me le dire en face, et du coup elle ne supporte plus de me voir rentrer chez eux ainsi et préfère couper les ponts avec moi plutôt que de subir ceci (à moins bien sûr que je choisisse de me faire opérer ou que je perde beaucoup de poids); elle m'a dit que si je n'avais pas été reçue dans un poste de supérieur au travail c'est parce que je ne représente pas l'image de l'hôpital, que de toute façon je ne suis qu'une "cas soc(ial)" et que je finirais par me marier avec le premier venu cas social comme moi. Puis elle m'a raccrocher au nez. Plus de nouvelles depuis. Je suis triste et en colère que mes propres parents m'excluent de leur vie du fait de mon obésité, pourtant je n'ai ni braquer une banque ni tuer quelqu'un; je suis propriétaire de mon appartement où je vis avec mon chat (qui reçois je pense des bons soins), j'ai des amies; bref je suis comme tout le monde sauf que j'ai des mensurations un peu hors normes. Moi qui aime mes parents de manière inconditionnelle et qui pensait que c'était réciproque.. je suis vraiment attérée..
Avez vous vécu des choses similaires?
Merci pour votre réponse.
39 ans aude 792
:shock: :shock: :shock: C'est super violent d'entendre tout ça de la part de sa propre mère, et par téléphone en plus!!! Elle ne se rend pas compte de la chance qu'elle a d'avoir une fille autonome, responsable, adulte, bien dans sa vie et qui travaille à être bien dans sa peau =D> . Elle devrait être fière de toi et te féliciter.

Tu es infirmière et j'imagine que tu es plus à même que tes parents de mesurer le rapport bénéfice/risque d'une opération. Et comme il s'agit de ta vie à toi, tu as tout à fait le droit de choisir de te faire opérer ou non, ça ne regarde que toi et tes parents n'ont pas à s'en mêler. Ce n'est pas eux qui vivront les conséquences de l'opération et c'est normal de prendre son temps pour y réfléchir et peut-être la refuser. Ils n'ont pas à te dicter ce que tu dois faire, tu n'as plus 8 ans.

Quand je lis "toute la famille venait se plaindre chez elle de mon poids, sans oser me le dire en face, et du coup elle ne supporte plus de me voir rentrer chez eux ainsi et préfère couper les ponts avec moi plutôt que de subir ceci (à moins bien sûr que je choisisse de me faire opérer ou que je perde beaucoup de poids)", pour moi c'est du chantage. Tu n'es pas une marionnette qui doit obéir aux désirs de sa famille (tellement courageuse qu'elle n'a pas le courage d'en parler avec toi, alors que c'est la moindre des choses...). Je ne comprends pas que ta mère fasse passer les autres membres de sa famille avant sa propre fille, elle devrait te soutenir ou au moins expliquer que tu es une adulte et que ta vie t'appartient.

Elle te traite de "cas social" alors que tu es l'opposée d'un cas social: tu assumes tout et tu es indépendante.

Pourquoi le physique a une telle importance pour ta famille? Est-ce qu'ils surveillent leur ligne?

Tu as 31 ans et la vie devant toi, peut-être minciras-tu, peut-être pas, mais tant que tu es heureuse dans ta vie, je ne vois pas pourquoi il faudrait t'embêter avec des ultimatums aussi péremptoires et dénués de compassion (et d'honnêteté puisque personne ne te le dit en face et ne te demande ton avis).

Je ne sais pas quoi te dire, mais ton opinion vaut autant que la leur. Tu respectes ta famille, à eux de te respecter en retour.

Bon courage, ça ne doit pas être évident :?
91 ans 9582
bonjour Anne-Claire,

charmants parents…
être gros c'est être un cas social ? parce que je ne vois rien dans ton CV qui laisse penser ça, tu te débrouilles très bien dans la vie apparemment…
la décision de te faire opérer ou non t'appartient, non mais.
par contre eux ont vraiment besoin de soins :?

dans le même genre mon père me parlait d'anneau gastrique bien avant que j'atteigne l'IMC de 30 :shock: je le vois une fois par an environ… là il va avoir une sacrée surprise, après de gros gros ennuis de santé (qu'il ignore) j'ai retrouvé un IMC dit normal (enfin le haut de la fourchette quand même), mais je suis sûre que pour lui ce sera encore trop gros (42/44, je suis grande donc le 36 de ses rêves je ne le ferai que morte). Résultat, j'appréhende aussi de le revoir cette fois ci, un comble. Mais bon il habite à moins d'une heure de chez moi et viens de frôler la mort (septicémie) donc je me sens "obligée" et puis mes enfants ont le droit de le voir aussi…

Dans ton cas, je trouve que ça va un peu trop loin pour continuer à les voir… d'ailleurs ils ne veulent plus te voir si j'ai bien compris ? :shock: Ils ne savent pas ce qu'ils perdent, par contre, toi tu vas certainement y gagner quelque chose. Surtout, ne te fais pas opérer pour les revoir… si tu le fais un jour, fais le pour toi et uniquement pour toi.
31 ans La Ville Rose 2323
Avec une famille pareille on n'a pas besoin d'ennemis ! ( je dis ça sans méchanceté, je ne suis pas mieux entourée donc je ne comprends que trop bien ta situation ).

Je ne vois pas trop quoi te dire de positif car je pense que c'est bénéfique pour toi. Depuis combien de temps pense-t-elle tout ça à ton sujet ? Le reste de ta famille apparemment la même chose ... Combien de fois ont-ils parlé de ça dans ton dos ? Le reste de ta famille ne venait sûrement pas que se plaindre chez elle mais se plaindre avec elle, c'est différent.
C'est d'ailleurs étrange qu'elle ne supporte plus que tu ailles les voir ainsi, alors qu'elle semble plutôt bien supporter qu'eux cassent du sucre sur le dos de son enfant. Est-ce qu'elle t'a défendu ? Est-ce qu'elle t'a prévenu au moins de cette situation, ne serait-ce que pour que tu saches ?
Je comprends qu'ils puissent s'inquiéter pour ta santé, ton genou, c'est normal. Mais là on dirait que ça s'arrête à ta silhouette, c'est tout. Ils se sont intéressés aux causes de ton obésité ? Aux raisons pour lesquelles tu n'as pas pensé ou refuse un opération bariatrique ?

J'ai un peu vécu la même chose de façon plus soft. A ce jour je ne parle qu'à ma mère, principalement parce que financièrement j'ai encore besoin d'elle, et je me demande ce que deviendra notre relation le jour où je serai financièrement indépendante. Toute mon adolescence j'ai eu à faire à des petites humiliations ( aller chercher mes vêtements au rayon maternité, entendre ma mère et ma tante discuter de ce que je peux porter ou pas, les comparaisons avec des filles plus minces en me disant " mais t'aimerais pas être comme elle ?! Regarde comme elle est jolie elle ! " ... ), du coup dès que j'ai pu je suis partie, loin. Il y a 3 ans, ma mère a commencé à me parler d'anneau, je me suis agacée et ensuite elle a nié l'avoir fait. Aujourd'hui c'est moi qui pense à la chirurgie et je ne peux pas en parler avec elle tellement son esprit est obtus.
Je ne perçois pas ma famille comme un foyer, des alliés ou autre, j'ai compris ça très tôt et mon amour inconditionnel a disparu il y a longtemps, même si j'en ai encore honte aujourd'hui. Le sang crée la parenté, pas la famille. Le concept de famille est pour moi relié à la loyauté, au fait d'être présent, d'apporter son soutien, partager les bons et mauvais moments ... Et pour le coup ma mère a en commun avec la tienne qu'elle ne prend quasiment jamais ma défense, c'est toujours de ma faute, j'avais qu'à être mince, plus gentille, plus souriante, mieux habillée, plus féminine, plus discrète, moins ceci ou plus cela, ce que je comprends mal parce que je lui apporte toujours mon soutien ou un avis aussi honnête et constructif que possible les rares fois où elle me confie quelque chose. ça me faisait de la peine avant, je pensais que c'était de ma faute mais en fait non, alors maintenant je me sens moins coupable, je me suis fait une raison, même si j'aimerais parfois comprendre pourquoi elle raisonne ainsi.

Après, vivre sans sa famille ça peut-être dur ( ça ne se remplace pas ou partiellement ), en cas de coup dur bah on est seul(e), en cas de mariage ou naissance ... Il faut être prêt à encaisser le fait qu'ils ne seront pas là et réciproquement, donc c'est à toi de voir. Pour moi, ce serait mort. Parce qu'en restant obèse ils continueront à penser tout ça de toi, si tu perds du poids, ils changeront peut-être d'attitude envers toi mais à ce moment-là est-ce toi ou juste ton image qu'ils considèrent/apprécient ? Si tu reprenais le poids par la suite, ils se détourneraient de toi à nouveau ? C'est ni très fiable, ni très stable tout ça ...

Du coup depuis 2 mois, elle ne t'a pas rappelé ou écrit ? Que ce soit elle ou un autre membre de ta famille ?
Si elle reprenait contact avec toi, comment réagirais-tu ? Elle te manque, tu as envie de l'appeler ? ( elle ou le reste de ta famille )

En tout cas bon courage, se faire raccrocher au nez par sa mère c'est dur ( j'y ai eu droit pour bien moins que ça et j'étais triste et en colère ), je n'imagine même pas comment tu te sens, vu l'amour que tu lui portes, car au-delà du téléphone il y a tout ce rejet :kiss: Et j'espère que tu sais que tu n'es pas un cas social, quand bien même tu serais en difficulté dans la vie, en tant que maman ou tout bêtement en tant que personne qui est sensée d'aimer, la moindre des choses aurait été de t'aider, pas te rabaisser encore plus. Désolée, jusqu'au bout j'ai du mal à trouver un aspect positif dans tout ça. J'espère que tu ne seras pas froissée, si c'est le cas je m'excuse d'avance.
Avant tout je voulais vous remercier toutes pour vos réponses!! J'ai écrit ses lignes parce que j'étais réveillée depuis 3h du matin et que je réfléchissais beaucoup. Le fait même de poser des mots sur un forum m'a apaisé et je suis allée faire une petite sieste .. et je ne m'attendais pas à avoir autant de réponses!!

Helvetia : tu as tout à fait raison concernant le chantage, c'est sa manière de fonctionner depuis toujours! et ça marchait jusqu'à ce point de rupture! le poids a toujours été un problème chez moi, je n'ai cessé de faire de régimes au cours de ma vie!
Je suis une ancienne prématurée née sous X qui pesait 920 grammes à la naissance, je n'ai une ossature lourde mais j'ai toujours eu tendance à la gourmandise et prendre du poids très rapidement. C'est un combat que je livre depuis ma plus tendre enfance avec vous vous en doutez des hauts et des bas. Donc même quand je faisais un 38 au lycée ma mère pensait déjà au moment où j'allais regrossir (et comme j'ai naturellement des fesses à la Beyoncé je ne paraissait jamais fine mais juste normale). Je n'ai pas envie de contacter ma mère parce que ses paroles ont été plus que blessantes. La seule personne qui m'a contacté est ma grand mère (belle mère de ma mère), à qui j'ai raconté partiellement le clash et qui un mois plus tard m'a rappelé en me demandant si j'avais contacté mes parents et que tout ce qu'ils ont fait c'était pour moi, pour ma santé et que "ta maman est même prête à aller chez le docteur (chir) avec toi tu sais, elle me l'a dit". Je me suis sentie humiliée tout simplement. Comme à son habitude ma mère va prévenir la famille, lui dire qu'elle n'a plus de nouvelles de sa fille unique, tout ça parce que je ne veux pas l'écouter et me faire soigner pour ma santé.. mais elle se gardera bien de raconter la suite de ses propos .. si blessants.

a-nonyme : ton papa a l'air très sévère avec toi! c'est à cause de cette histoire que vous ne vous voyez plus qu'une fois dans l'année? ou y'a t il des soucis sous jacents? C'est super de faire un 42/44! tu dois être fière de toi d'avoir perdu autant de poids! (je suis déjà contente d'être passée d'un 54 à un 52 en 2 mois!), et puis comme tu le dis si bien tout dépend de ta morphologie! en étant grande faire un 36 c'est être une brindille, avec ta taille ça donne plus de pep's!!
C'est normal que tu appréhendes de le revoir surtout si cela fait aussi longtemps que tu ne l'as pas vu, et je pense que cela est nécessaire; sinon tu risques de le regretter plus tard. Tu restes sa fille quoi qu'il en soit, et puis une simple visite n'engage en rien à une seconde. Quant à tes enfants ils sont au courant de cette relation difficile que tu as avec leur grand-père? ils réclament de le voir? ils le voient plus souvent que toi?
Merci pour ton soutien en tout cas cela me touche beaucoup!

Zouzou : je suis contente de lire des mots francs et directs (c'est pour ça que je suis là), je sais qu'un sujet tel que celui ci fait ressortir des émotions fortes donc ne t'excuses pas de ce que tu as pu écrire!
Je crois qu'elle pense ça de moi depuis très très longtemps mais n'a jamais été jusque là dans sa colère et donc dans ses mots. Je suis entièrement en accord que ma famille se plaint avec elle, tu as trouvé la bonne formule et cela fait encore plus de mal en fait de voir cette réalité.
Ma maman a toujours été omnubilée par son poids, sa fierté était de faire toujours le même poids qu'à ses 17 ans, et qu'elle puisse rentrer dans les mêmes vêtements; et maintenant qu'elle a pris de l'âge (62 ans) et que son cancer du sein et son opération du genou sont passés par là elle doit apprendre à aimer son corps qui change (moi je la trouve toujours aussi jolie).
Je ne connais pas les causes de mon obésité, j'ai déjà commencé des thérapies mais arrêtées du jour au lendemain car mes parents trouvaient cela futile et répétaient que je devais avancer seule dans la vie et arrêter de me plaindre ou de regarder en arrière. En plus, comme souvent cela revenait vers eux, et qu'une thérapie familiale était proposée cela se finissait en culpabilité générale et en refus de faire quoi que ce soit..
Maman pense que si je refuse l'opération c'est à cause de la douleur physique qu'elle pourrait être, or c'est juste que je n'ai pas envie de me faire opérer pour un résultat incertain! et puis elle finit par me dire "si toi tu te trouves bien comme tu es et ben tant pis! mais moi je ne comprend pas!" .. mais oui je m'accepte de plus en plus parce que je n'ai pas le choix, je vis avec ce corps alors autant le vivre le mieux possible!
Je lis toute la souffrance que tu as en toi, et ça me touche! C'est un pas de quitter ses parents pour vivre seule et pour moi ça a été un soulagement! je me suis éloignée physiquement de mes parents (à 120kms) ce qui est l'autre bout du monde pour eux (et un sas de sécurité pour moi),je me suis construite une nouvelle vie à Strasbourg et suis plus épanouie ici que lorsque je rentre chez mes parents parce que je sais que chaque geste va être scruté et interprété. Le plus paradoxal c'est que lorsque je rentre pour un weekend ou des vacances ma mère prévoit toujours des repas copieux, des gâteaux.. comme si c'était une fête et quand je refuse les douceurs ou mange un peu moins j'ai une réflexion "mais fais toi plaisir tu es en vacances!"..
Je suis en accord avec toi sur ta définition de la famille; et figures toi que j'ai eu les mêmes réflexions que toi .. comme je te comprends!C'est exactement ça je crois que tout est de ma faute..
Je ne sais pas comment je réagirais si elle reprenait contact.. pour l'instant je ne le souhaite pas trop d'ailleurs.. parce que je sais ce que je suis pour elle, parce que je sais qu'elle essayera de me convaincre à noouveau parce que pour elle sa démarche est positive et noble.. nous avons un point de vue différent de la situation je pense. Elle me manque forcément (et je suis certaine que c'est réciproque) mais je n'ai pas envie de l'appeler je suis trop blessée et en colère pour le faire (et le reste de la famille n'en parlons pas .. ). J'ai juste un contact avec ma cousine qui habite pas trop loin de chez moi, qui a aussi des problèmes de poids (mais pas autant que moi) et qui a été choquée par les propos tenus mais qui dit que ma mère m'aime (ce qu'actuellement j'ai du mal à intégrer).
Merci encore pour votre soutien à toutes!!!! vraiment!!
46 ans région parisienne 5831
C'est clair que ta situation est bien difficile: se faire rejeter par sa famille comme ça, sans aucune raison valable, c'est pas simple à avaler.

L'amour inconditionnel de sa famille, OK, mais à condition que ce soit une vraie famille, c'est à dire un ensemble de personnes qui se respectent, qui se soutiennent, qui se tiennent les coudes entre eux, ça c'est une famille. Ce sont des gens qui nous font du bien, qu'on a envie d'aller voir, qui nous manquent quand ils ne sont pas là...

Un ensemble de personnes qui te critiquent dans ton dos, qui te disent que tu es un "cas social" et autre, pour moi, c'est pas l'image que j'ai d'une vraie famille. En tous cas, ils n'apportent rien, ou du négatif. :?
46 ans région parisienne 5831
Moi, ce que je vois, c'est que ta mère veut que tu sois quelqu'un que tu n'es pas (mince, attachée à son image) mais qu'en même temps, elle te pousse aussi à ne pas l'être (en te faisant manger gras quand tu vas les voir et en te disant de te lâcher sur la bouffe, on a l'impression qu'au fond, elle ne souhaite pas que toi sois mince). Pour autant, elle refuse d'évoluer (puisque lorsqu'une thérapie familiale a été proposée, elle l'a refusée), elle est heureuse comme ça, et elle s'en fout que toi, tu sois malheureuse de la situation.

Ce que je vois aussi, c'est que ta famille et ta mère te traitent comme un bébé à qui il faut dire ce qu'il doit faire: ils aimeraient te moduler à leur façon, que tu fasses ce qu'ils te disent de faire. Il ne t'acceptent pas toi, telle que tu es, avec ta personnalité et ton poids, mais ils te poussent à changer parce que cela leur plait à eux, ils ne se préoccupent pas réellement de toi, mais ils veulent seulement te manipuler comme une poupée pour que tu sois comme ils le désirent.

Ce que je voit aussi, c'est qu'ils usent beaucoup de chantage et de culpabilisation: toi, tu dois faire ce qu'ils veulent parce que "c'est pour ton bien" et "ils ont tellement fait pour toi", mais qui se préoccupe de ce que tu veux, toi?

Perso, la situation me fait un drôle d'effet: finalement, tu es au centre des conversations, tout le monde à un avis sur ce que tu dois faire, ce que tu dois être, mais personne ne s'intéresse à ce que tu es vraiment!

Perso, tu me sembles une personne très équilibrée: tu as un travail, tu es indépendante, tu as des amies, tu écris bien, tu t'exprimes bien, bref, tu m'as tout à fait l'air d'une personne intéressante qu'on a envie de connaitre. Te ramener sans cesse à ton surpoids, finalement, c'est chercher à oublier tes nombreuses qualités et ta personnalité, et c'est très pervers, à mon avis. :?

Bref, j'ai un peu l'impression que tu es leur souffre-douleur favori, en particulier pour ta mère qui est très ambiguë, puisque, dans les paroles, elle veut que tu maigrisses, mais dans les faits, elle semble trouver la situation parfaitement à son avantage! Peut-être aime-t-elle jouer les victimes?
46 ans région parisienne 5831
anne-claire2 a écrit:
Ma maman a toujours été obnubilée par son poids, sa fierté était de faire toujours le même poids qu'à ses 17 ans, et qu'elle puisse rentrer dans les mêmes vêtements


peut-être qu'elle a fait beaucoup de sacrifices pour rester à ce poids là, et elle est jalouse de voir que, comme toi, elle aurait pu tout simplement vivre sa vie et être heureuse, sans sacrifices inutiles. :?
M
91 ans 1565
Il y a un truc qui m'a fait tiquer,comme beaucoup je pense "toute la famille venait se plaindre chez elle de mon poids" Ils se plaignent de quoi exactement??? En quoi ton obésité serait un problème pour eux?? A mon sens,c'est de la grossophobie tout simplement et ils essaient(mal!) de la dissimuler en parlant de ta santé.
C'est très douloureux pour toi mais finalement,couper les ponts avec toi est plus un mal pour un bien. Des gens aussi négatifs,on peut même les appeler toxiques à ce stade là ne peuvent que te tirer vers le bas.
Mamykro: ce que tu as écrit me fait réfléchir, vraiment.. c'est difficile de voir ma famille ainsi.. mais quand je vois que toi qui ne me connais pas m'adresse autant de compliments je me dis qu'effectivement ils ne me connaissent pas.. et c'est difficile..

MaudK: je ne sais pas trop de quoi ils se plaignent vu que je ne suis pas dans leur discussion! je me rappelle juste de la vieille voisine de mes parents allemande qui a récemment dis à ma mère "oh quand je vois votre fille j'ai tellement de peine, comment vous avez pu la laisser devenir comme ça? vous ne pouvez pas l'aider?" et ma mère a répondu que je ne le voulait pas. Ca représente apparemment ce que pense mon entourage.. pourquoi est ce que les rondeurs choquent autant?

Est ce que vous aussi vous avez vécu cette "grossophobie"? de la part de votre famille?
46 ans région parisienne 5831
Perso, la grossophobie a surtout été présente du côté de mon père, mais pas dans l'ensemble de la famille. Ma grand-mère et ma mère le sont aussi un peu, mais de manière plus larvée, moins frontale, c'est plus des petites remarques comme: "tu es très jolie, mais alors, avec 10 kilos de moins, tu serais superbe!". :roll: Bref, elles ne sont pas grossophobes de façon frontale, mais clairement, pour elle, c'est moche d'être gros et on doit faire des sacrifices pour ne pas l'être.

Donc c'est surtout avec mon paternel que j'ai dû me battre, et les autres me soutenaient, enfin, pas toujours, avec mollesse et sans grand conviction, mais j'étais quand même plus ou moins soutenue. Du coup, c'était plus simple pour moi que pour toi puisque j'ai dû me battre avec une seule personne.

anne-claire2 a écrit:
Mamykro: ce que tu as écrit me fait réfléchir, vraiment.. c'est difficile de voir ma famille ainsi.. mais quand je vois que toi qui ne me connais pas m'adresse autant de compliments je me dis qu'effectivement ils ne me connaissent pas.. et c'est difficile...


Je comprends que ce soit difficile, et tout n'est sûrement pas aussi noir que ce que je dis: en effet, tu présentes là le côté sombre de ta famille, et moi, je réagis avec ce que tu écris, mais étant donné que tu sembles souffrir de la situation et aimer ta famille, je pense qu'il y a aussi du positif en eux. ;)

Mais là, je pense que tu mets le doigt sur un comportement pervers dans ta famille, un truc qui arrange bien tout le monde, mais qui toi, te fais souffrir, et qui eux, leur permet de se trouver des sujets de conversation et une bonne conscience à peu de frais.

Tu sais, je pense que c'est très courant, dans les famille ce genre de dysfonctionnement: cela n'arrive pas que dans la tienne! Et d'ailleurs, plus que dans les familles, dans tout groupe humain, il y a cette tendance à trouver un bouc émissaire qui nous permet de nous valoriser à peu de frais.

Seulement, il faut en prendre conscience et ne pas te laisser faire: tu verras, une fois que tu te seras imposée, que tu leur auras fait comprendre sue tu es une adulte, et qu'à se titre, tu te passes de leurs conseils et de leurs commentaires, ça ira mieux. ;)
91 ans 9582
Anne Claire si je comprends bien tu as été adoptée ? ça change la donne…

Sinon je ne suis pas spécialement fière, ce n'est pas volontaire, j'ai été très malade et je ne suis pas sûre que ça va durer. Mon estime de moi n'est pas corrélée à ma largeur de fesses ;)

Avec mon père on a jamais été proches, j'ai l'impression qu'il ne sais pas de quoi me parler d'autre… il n'a rien d'autre à me reprocher, j'ai un bon job, fait des études supérieures, trois beaux enfants… alors mon gros cul fait tâche dans ce tableau :lol:

Oui je l'évite à cause de ce sujet central dans la conversation, et aussi parce qu'il a épousé une vilaine sorcière :lol:
22 ans 30
Bonjour!

Tes parents sont bien charmant!

Moi même qui va étudier la médecine,cette opération est dangereuse et en plus il y a des risques que tu reprenne du poids :? Et puis couper 2/3e de l’estomac c'est pas rien!Tu devrais leurs expliquer que tu t'assume comme tu est et que l'opération comporte des risques.Et puis même ils n'ont pas à prendre une décision à ta place ;) Mais je crois qu'ils s'inquiètent pour toi aussi,et ils t'aiment.Mais c'est vrai que ta mère adoptive n'a pas été très délicate :( Parle-leur !

Donnes-moi des nouvelles!
Aurevoir
46 ans région parisienne 5831
a-nonyme a écrit:
Anne Claire si je comprends bien tu as été adoptée ?


Adoptée? j'ai pas vu ça, moi, où tu l'as lu? Ca m'a échappé...
53 ans Est 414
Je suis une ancienne prématurée née sous X qui pesait 920 grammes à la naissance

on devrait écarter les candidats à l'adoption grossophobes, pas la peine d'adopter si c'est pour rejeter plus tard son enfant parce qu'il est gros, c'est aussi de la maltraitance
B I U


Discussions liées