MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Les témoignages et le victim-blaming

P
55 ans 3727
C'est possible mais parmi celles que je connais bien, ça voudrait dire qu'elles parviennent à bien dissimuler les violences du mari (et lui aussi dans son comportement en société).

a-nonyme  
a écrit:
la question n'est pas de savoir qui est noir qui est blanc, on ne frappe pas, un point c'est tout. A moins de se trouver en état de légitime défense, il n'y a AUCUNE excuse, même si la femme en face à fait les pires horreurs, on a TOUJOURS un autre choix.

On ne parle pas de la même chose. ;)
92 ans 9582
je saisis pas la nuance Prax, un homme et une femme supposés être ensemble par amour, personne n'a à frapper personne (sauf pour assurer sa survie)
P
55 ans 3727
a-nonyme a écrit:
je saisis pas la nuance Prax, un homme et une femme supposés être ensemble par amour, personne n'a à frapper personne (sauf pour assurer sa survie)

Y a pas de nuance puisque je n'ai pas dit que la vie n'est ni noire ni blanche par rapport aux violences conjugales (je me suis relu et je ne sais vraiment pas comment tu as raccordé les 2). Un type qui cogne sa femme est une grosse merde qu'il faut écraser, point.

Maintenant j'arrête là, j'éteins les PC et je suis en vacances (je fais même un peu de rab ;)), la boîte ferme pour ses 3 semaines annuelles et moi-aussi.

A bientôt.......... ;)
M
78 ans 327
Je pense que mon message a été mal lu, même si je me suis efforcée d'être claire.

Je n'ai jamais dit que la victime était coupable, que c'était de sa faute si elle était dans sa situation, j'ai même exactement écrit le contraire. Et je n'ai émis aucun jugement, pas plus que toi quand tu dis que quelqu'un n'est pas prêt à entendre qu'il lui faut faire face à sa responsabilité première : prendre les décisions qui la feront sortir de sa situation. Personne ne peut le faire à sa place.

Et si tu penses que dire cela à quelqu'un, c'est juger, OK. Je préfère penser que rappeler à quelqu'un qu'il possède un libre-arbitre, que personne d'autre que lui-même ne peut prendre ses décisions pour lui, c'est lui rappeler une vérité qu'il semble avoir perdue de vue. C'est violent ? Sans doute. La personne n'est peut-être pas prête à l'entendre ? Parfois. Mais lui dire qu'elle a le pouvoir, qu'elle peut choisir de ne plus subir, pour moi, c'est important.

HS : j'ai parlé d'une personne que j'ai connue, et non d'une amie.
92 ans 9582
Prax a écrit:
a-nonyme a écrit:
je saisis pas la nuance Prax, un homme et une femme supposés être ensemble par amour, personne n'a à frapper personne (sauf pour assurer sa survie)

Y a pas de nuance puisque je n'ai pas dit que la vie n'est ni noire ni blanche par rapport aux violences conjugales (je me suis relu et je ne sais vraiment pas comment tu as raccordé les 2). Un type qui cogne sa femme est une grosse merde qu'il faut écraser, point.

Maintenant j'arrête là, j'éteins les PC et je suis en vacances (je fais même un peu de rab ;)), la boîte ferme pour ses 3 semaines annuelles et moi-aussi.

A bientôt.......... ;)


en lisant trop vite sûrement. Sur le fond on est d'accord. Bonnes vacances !
47 ans région parisienne 5831
J'entends bien ce que tu dis, Mellyne, mais perso, si quelqu'un me dit "toi seule peut te sortir de cette situation, tu en as le pouvoir", perso, j'ai plutôt tendance à faire le lapin pris dans les phares d'une voiture...

Mon cerveau pense des tas de trucs (contradictoires parfois) qui m'empêchent d'agir:

- Hein? Quoi? Moi? Mais comment? Et ça fait mal? J'ai peur!

- Pfff, c'est bien ma veine, étant donnée que je suis nulle, si je suis la seule à pouvoir me sortir de là, eh ben, je ne suis pas prête d'en sortir

- Bah oui, elle a raison, je sais bien, je suis tellement nulle que j'arrive même pas à agir, c'est bien la preuve que je mérite de rester dans ce merdier...

Bref, c'est pas certain que ce genre d'annonce me fasse l'effet escompter, même si ça peut effectivement marcher dans les cas les moins graves. Plus la situation est critique, difficile, plus je serais embourbée dans la culpabilité, et moins la phrase "toi seule peut t'en sortir" a des chances de fonctionner.
47 ans région parisienne 5831
Après, il n'empêche que c'est tout à fait vrai: c'est la victime seule qui a le pouvoir de reprendre les choses en main pour s'en sortir, personne ne peut l'y contraindre. Mais je ne suis pas sûre que, vu son ego souvent très bas, le fait de le savoir lui permette de remonter la pente. :?
55 ans 2668
promethe a écrit:
Puisque je suis l'un des deux vilains sexistes agresseur, je tiens juste à dire que moi non plus je ne compte pas m'excuser de mes propos, histoire d'asseoir l'image.
Eh bien non, je ne me considère pas comme un vilain sexiste agresseur!
Je ne comprend pas très bien la teneur de tout ça...
A la limite, je devrais me féliciter de ne pas être seul à me faire casser, je sais même pas pourquoi!
Eh bien non, je me félicite de rien...
Je suis assez triste qu'on en vienne à dresser un bûcher (pour moi entr'autres?), et pour quel motif au juste?

Dans l'autre sujet, je pensais avoir été clair et précis dans le "processus d'acception du mari violent (ou accusé de l'être plus précisément) d'une convocation à la gendarmerie"
ici
http://www.vivelesrond...forum/viewtopic_434719_135.htm

Et il y a quelqu'un pour rebondir sur une tournure de phrase, un extrait de phrase, un mot, et me poser en personne détestable!!

Si quelqu'un a une once d'humour, je lui dirait bien qu'à présent, la victime c'est moi! Et qu'on vient me stigmatiser!
Non franchement je ne sais que penser de tout ce "cirque"!!
92 ans 9582
c'est à croire que tu ne comprends pas la portée e tes écrits Poirier. Si tu mettais sur la place publique ce que tu m'as écrit ce matin, tu verrais ce que c'est qu'une vindicte populaire :roll:
M
78 ans 327
Mamykro, sans doute aurais-je dû préciser ...

Dire à quelqu'un que c'est à lui de prendre les décisions pour s'en sortir ne revient pas à dire qu'il est tout seul pour s'en sortir, au contraire, la première décision qu'il a à prendre est souvent de demander de l'aide, la seconde de l'accepter ...

Quant à l'estime de soi, souvent, dans notre société, on la confond avec l'égo, ou l'amour de soi. Et la confiance en soi est aussi perçue comme un défaut. C'est dommage. Parce qu'après bien des années, je suis maintenant persuadée que personne au monde ne pourra m'aimer autant que je peux m'aimer moi-même. Et depuis, je vais bien mieux ...
47 ans région parisienne 5831
Oui, j'entends bien, le truc que je voulais dire, c'est que la formulation de l'idée est très délicate: entre :" tu es co-responsable de ton malheur puisque tu ne fais rien pour t'en sortir" et "tu peux t'en sortir, tu en es capable, j'ai confiance en toi", les formulations plus ou moins maladroites sont légion et certaines peuvent faire des dégats, malheureusement. :?

Poirier, personne ne dresse ici un bûcher: certaines ont été choquées par ta façon de t'exprimer, elles l'ont dit de façon plus ou moins passionnée, c'est le propre des forum. Il s'agit juste de répondre et d'argumenter. Tu as ta propre vision de la vie, c'est intéressant de la partager, mais d'autres n'ont pas la même façon de voir les choses, on peut en discuter, et parfois, on ne peut que constater notre désaccord...

Moi, ce que je dis et je redis, c'est qu'autant une partie de votre discours (à toi, Mellyne et Prométhée) me semble juste dans l'absolu (la victime doit avoir la volonté de s'en sortir, sinon, ce n'est pas la peine, car elle est la seule à pouvoir le faire), autant je crois que sa formulation à la victime en question doit être vraiment faite avec doigté en marchant sur des oeufs, car une victime, c'est déjà une personne dans le désarroi, et en rajouter sur ses épaules ne peut l'aider.
47 ans région parisienne 5831
D'ailleurs, Marie-France Hirigoyen décrit très bien cela dans son bouquin, il me semble. Elle dit que la prise en charge des victimes en France n'est pas terrible, parce que les psy mettent l'accent sur le fait que la victime doit se libérer elle-même, alors qu'elle a besoin avant tout d'être reconnue comme victime.

C'est un peu l'histoire du pouvoir qui se prend mais ne se donne pas: si on dit à un esclave: "tu as le pouvoir", il va dire:"moi? non!" et il va avoir peur. Par contre, si on lui fait prendre conscience de sa condition, là, il pourra éventuellement de lui-même chercher à se libérer.

bref, je crois que globalement le discours: "tu peux te libérer" est vain (voire culpabilisant parfois) car cela revient à vouloir donner le pouvoir à quelqu'un, alors que c'est à la personne de prendre elle-même le pouvoir, nous, on ne peut que lui faire prendre conscience de sa condition réelle.
56 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
la seule vérité c'est que les victimes sont libérées réellement quand la décision première vient d'elles
on peut aider en essayant d'ouvrir les yeux, on peut essayer de pousser à porter plainte mais seul le déclic personnel est efficace
par contre ce n'est que le début du chemin et je crois qu'aucunes victimes ne peut le faire seul

Poirier tu parlais de porter plainte mais pour une femme battue c'est peut être la chose la plus difficile au monde, quand elles en arrivent aux coups qui permettent de porter plainte elles ont majoritairement des années de soumission à la peur, même à la terreur causée par le conjoint

maintenant en France une personne battue à accès à un médecin de médecine légale qui peut faire des certificats qui ont une valeur juridique, ma mère a utilisé ça pour gagner un divorce
33 ans La Ville Rose 2324
Je plussoie Mellyne et promethe.
55 ans 2668
a-nonyme a écrit:
c'est à croire que tu ne comprends pas la portée de tes écrits Poirier. Si tu mettais sur la place publique ce que tu m'as écrit ce matin, tu verrais ce que c'est qu'une vindicte populaire :roll:
Ce que je t'ai écrit en mp... Et qui t'as choqué visiblement... Mais c'était un mp : je ne pourrais oser l'étaler...

Je comprend qu'avec ton vécu, tout sujet sur les violences conjugales te font bondir (et à juste titre)...
Mais un autre sujet de réflexion est d'appréhender les motivations profondes et les bénéfices finaux des femmes qui portent plainte...

En parlant de vindicte populaire, et sans avoir de fond "maso", j'ai donc déjà avoué avoir levé la main sur ma femme, et c'est arrivé une seule fois... Je me suis déjà expliqué sur les circonstances, de mon côté, de ce qu'il m'est passé par la tête, etc...

Mais je tiens à vous délivrer d'autres précisions :
Ma femme s'est bien gardé de m'annoncer qu'elle s'était rendue à la gendarmerie quand cet incident, grave incident est arrivé... (c'est pour ça que le coup de la femme qui menacerait son mari violent d'aller porter plainte, ça ne tient pas la route!! Danger immédiat de représailles!!)
Sa "méthode" était la bonne : et moi je ne m'attendais à rien..

C'est quand, quelques jours ou quelques semaines après, ils (la gendarmerie) m'ont convoqué pour une audition ou un entretien... Qu'elle (ma femme) m'a délivré un double message :
1. Que j'aurais dû m'y attendre, qu'elle n'allait pas passer ça...
2. Qu'elle m'aimait et que c'est pour sauver notre couple qu'elle avait porté plainte.

Le 2ème point est proprement stupéfiant...En tous cas, m'a fait comme un choc ou une révélation...
Figurez-vous que je me suis même demandé -fugacement- si ce n'est pas la gendarmerie elle-même qui lui a suggéré de me répéter ça... Histoire que la "pilule" passe mieux...
J'ai finalement écarté ça : tortueux.. Et mieux vaut partir sur du positif et penser qu'elle était et est encore sincère avec moi... (je n'arrive pas à trouver les mots justes)...
De toutes manières, je savais très bien que je n'avais pas fait une chose dont on a à être fier... Si on fait une connerie (là le mot est très faible...), une sanction, quelle qu'elle soit, est logique et fort à propos...

Voilà. LaPo, tu vois que là, il y a eu un "déclic"... Et il est arrivé instantanément...
Si toutes les femmes confrontées à ça pouvaient réagir avec autant d'aplomb et de résolution...
Là je fais un petit aparté : figurez-vous qu'en parlant de suggérer, j'ai suggéré plein de fois à "Mme Poirier" de venir sur le forum... Mais elle ne veut pas... N'a jamais été dans le moindre forum...

Quand je parcours les sujets ou les témoignages, c'est toujours trop tard que les plaintes sont faites, quand plaintes il y a... Et malheureusement c'est trop peu... Trop peu, trop tard :le mal est fait: il n'y a plus de couple...
J'ai abordé le sujet ici
http://www.vivelesrond...forum/viewtopic_434719_135.htm
aux 2/3 de la page...
B I U


Discussions liées