MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Les témoignages et le victim-blaming

92 ans 9582
promethe a écrit:


Le seul paramètre sur lequel on peut trouver un consensus c'est que toute violence est inacceptable.


ah ben quand même on est au moins deux à le  
penser… ouf !
39 ans Niort 1336
Hey, Tecolote, pas de problème, sur ce topic de débat, je préfère qu'on nuance mon propos ;)

Mais du coup dans ton post je n'ai pas compris en quoi nous n'étions pas d'accord...
Puis j'ai relu notamment l'une des dernières interventions de Mellyne, et je comprends où je me suis plantée : j'ai été un peu manichéenne au début du topic dans mon propos. En réalité ce que je dis, ce n'est pas qu'il faut négliger le libre arbitre de la personne qui est victime.

Pouf pouf, je recommence, je sens que je vais m'embrouiller.

Je suis totalement d'accord avec Prométhée quand il dit "essayez d'emmener une personne "de force" au commissariat, non seulement elle ne portera pas plainte mais en plus elle vous en voudra" (je cite de tête).
Pour me distancier de cet exemple, je vais parler des personnes alcooliques : en effet, personne, personne ne peut décider d'arrêter de boire à leur place. Et pourtant souvent l'alcoolisme est lié à une maladie psy (dépression, ou autres). On peut râler, vider les bouteilles, on se retrouve confrontés à notre incapacité à faire quoi que ce soit. Poirier, je pense que tu ne me contrediras pas sur ce point ;)

Et pour faire le parallèle avec ma propre expérience : il n'y avait que moi qui pouvais enfin dire stop face à la situation de manipulation que je vivais. Pourtant, vous entendez bien le problème dans cette phrase : s'il y avait manipulation, je ne pouvais donc pas dire stop ? ça a été terriblement vrai pendant un an. Pourtant j'ai toujours eu la sensation de conserver mon libre arbitre. quand les copines ont voulu porter plainte à ma place, je leur ai claqué la porte au nez. je m'enfermais moi même dans la situation, je me fermais les portes. Mais j'étais récompensée, comme un bon chienchien, à chaque fois que je le faisais par mon agresseur. Il y avait donc une contrepartie. Et lui utilisait cela pour diaboliser mes copines. Elles ont dû la jouer très très fine pour rester proche de moi malgré cela.

Des déclics j'en avais régulièrement. Mais il me retournait la tête à chaque fois.
Et puis il y a eu LE déclic. Le truc qu'il a fait sur lequel j'avais toujours dit "quand ça arrivera, je stopperais tout". C'était un truc ridicule par rapport à la situation : qu'il me trompe. Il a pu me violer, je n'ai pas bougé ; j'ai découvert sa tromperie, et là je ne pouvais plus fermer les yeux, trouver des excuses, m'en vouloir de quoi que ce soit. C'est moi, et uniquement moi qui ai dit stop, ça personne ne pouvait le faire à ma place, donc je le sais bien.

Mais je n'étais peut être pas assez claire dans mes propos auparavant sur cette notion de "responsabilité", parce que je ne voulais pas qu'on confonde le libre arbitre de la personne et le fait de lui reprocher sur un forum de ne pas mieux utiliser son libre arbitre. J'étais encore trop sur l'autre topic, mes excuses.

Par contre, Poirier, je ne vais pas réexpliquer la notion de victim-blaming, ou le fait de "blâmer la victime", car je l'explique dans le premier post, et si cette définition ne te convient pas, tu peux faire toi même tes recherches sur la toile. De toutes façons, si tu ne "comprends" pas cette notion là, tout ce que je pourrais dire pour te l'expliquer n'y fera rien, j'aurais tendance à dire que toi, moi, et les autres sur le forum sommes trop impliqués émotionnellement pour que tu puisse entendre la définition venant de moi. Et je peux comprendre ça.

Maintenant si tu es assez ouvert, là maintenant, pour comprendre ce phénomène, alors vraiment, n'hésite pas à chercher sur la toile. Je te dirais même, même, que tu peux aller voir sur le topic "sexisme ordinaire". mais attention, pour ce faire, il faut que tu te place en spectateur, pas en débattant. Sinon tu vas vouloir dire "oui-mais". Il faut se défaire de cela pour enfin arriver à entendre ce qui se dit. J'ai l'air donneuse de leçon, là, j'entends bien, mais j'assure que je suis passée par là moi aussi, et que c'est sans doute la manière de faire la plus efficace pour moi / sur moi. Je ne peux pas dire plus...
39 ans Niort 1336
wildtendercat a écrit:

Il est évident que voir une attitude sexiste dans le victim blaming, c'est se montrer soi-même sexiste.


Cette phrase est juste purement incroyable.
Et incompréhensible par ailleurs, mais ça, venant de toi, j'ai l'habitude.
55 ans 2668
Mellyne a écrit:
Je pourrais raconter le "mariage" d'une personne que j'ai connue, que son mari battait, qui a porté plainte, plainte suite à laquelle le mari a fait de la prison, et qui est retournée vivre avec son mari à sa sortie de prison ...
Ca fait du bien de ne pas faire cavalier seul...
Evidemment personne ne cautionne la violence... Mais il y a des choses pas glorieuses qui arrivent : dire que c'est inacceptable, pourquoi pas, mais je pense que "trop d'inacceptable tue l'inacceptable". Désolé j'avais zappé ce passage et la remarquable intervention de Mellyne...

A-no, pour les chiffres que tu demandes (existent-ils?), tu serais peut-être surprise... Pour moi ça dépend essentiellement de savoir si la plainte a été faite à la première fois, ou si c'est en étant "à bout" et "pour se protéger" (comme tu dis) que ça a été fait...

Oui LaPo c'est tout-à-fait mon ;) style de rétorquer "Oui.. Mais..." sauf que là...
Le victim-blaming, c'est pas du tout VLR, et c'est pas du tout mon style!!
55 ans 2668
Justdontknow a écrit:
J'ai lu il y a peu les réactions des crétins commentateurs quant au viol d'un jeune homme à Dax, pendant les feria je crois. Dramatique.
Sur quel site, quel forum that is the question...

J'ai un site en tête, ils se proclament eux-mêmes "la honte du web"... Mais des commentaires débiles et crétins, il peut y en avoir sur des sites de journaux régionaux, par exemple, surtout si la "modération" est en vacances...

Sinon, je crois voir le profil de ces posteurs bien sûr anonymes (comme ici mais bon... J'espère bien que VLR est un site différent...): internet est en quelque sorte un défouloir gratuit et sans conséquences pour ces "Brucewillis19","Géronimo20" ou encore "Chacal21"... (en les saluant respectueusement s'il y en a sur VLR ; ce sont des pseudos que je viens d'inventer..)
Avouez, je les imagine bien :lol: , les pseudos... Mais sans parvenir à déterminer si le chiffre à la fin correspond à leur département, à leur âge (même pas mental)... Ou à leur quotient intellectuel!!

Bref, je suis "attristé" que l'auteur de ce sujet ai pensé à moi en tant que victim-blamer potentiel...
Sur quelles bases?...

D'ailleurs, je ne vois pas bien le rapport entre "victim-blaming" et le postulat de Vive Les Rondes...
Tout le monde s'insurge contre la grossophobie qui est une version light..
Bon, là c'est une version dégueulasse : Autant oublier... Et puis je pense que c'est un épiphénomène de connerie...

Par contre, et en parlant des "violences conjugales", je viens de découvrir des chiffres réels... Mais je pense intérieurement que toute vérité n'est pas bonne à dire, surtout si elle va dans le mouvement d'un but de santé publique nécéssaire...
55 ans 2668
Poirier a écrit:
Justdontknow a écrit:
surtout si elle va dans le mouvement
En fait, c'est
"surtout si elle va à l'encontre d'un but etc..."

En fait, je tentais de me renseigner sur "quels sont les buts, les attentes, les espoirs précis des femmes qui portent plainte contre leur conjoint?".
C'est assez difficile à trouver... De même que les suites concrètes dans les couples... Euh, la police et la gendarmerie ne s'occupent pas des états d'âmes...
Ce qu'on trouve, ce sont les chiffres précis des "dépôts de plainte", des "mains courantes" pour "différends entre époux", des appels au 3919, et autres choses bien plus dramatiques que vous imaginez, mais le sujet n'est guère riant, et je ne vois vraiment pas le lien avec la "philosophie" VLR. Voilà!
39 ans Niort 1336
Poirier a écrit:

Bref, je suis "attristé" que l'auteur de ce sujet ai pensé à moi en tant que victim-blamer potentiel...
Sur quelles bases?...


Tu exagère, franchement, tu m'as déjà posé la question en mp, et je t'ai déjà répondu en mp. Quant à la définition, je l'ai déjà donné en début de topic, et t'ai déjà proposé d'aller chercher par toi même la réponse à cette terrible question qui te hante "mais pourquôa môa !", question à laquelle je ne peux répondre puisque tu ne m'écoute pas, tu ne m'entends pas, tu ne veux pas entendre.

Quant au rapport entre victim blaming et vlr... Il n'est pas inhérent à ce forum, mais il y est présent, comme déjà vu.
J
41 ans Paris 1842
Poirier a écrit:
Justdontknow a écrit:
J'ai lu il y a peu les réactions des crétins commentateurs quant au viol d'un jeune homme à Dax, pendant les feria je crois. Dramatique.
Sur quel site, quel forum that is the question...

J'ai un site en tête, ils se proclament eux-mêmes "la honte du web"... Mais des commentaires débiles et crétins, il peut y en avoir sur des sites de journaux régionaux, par exemple, surtout si la "modération" est en vacances...

Sinon, je crois voir le profil de ces posteurs bien sûr anonymes (comme ici mais bon... J'espère bien que VLR est un site différent...): internet est en quelque sorte un défouloir gratuit et sans conséquences pour ces "Brucewillis19","Géronimo20" ou encore "Chacal21"... (en les saluant respectueusement s'il y en a sur VLR ; ce sont des pseudos que je viens d'inventer..)
Avouez, je les imagine bien :lol: , les pseudos... Mais sans parvenir à déterminer si le chiffre à la fin correspond à leur département, à leur âge (même pas mental)... Ou à leur quotient intellectuel!!

Bref, je suis "attristé" que l'auteur de ce sujet ai pensé à moi en tant que victim-blamer potentiel...
Sur quelles bases?...

D'ailleurs, je ne vois pas bien le rapport entre "victim-blaming" et le postulat de Vive Les Rondes...
Tout le monde s'insurge contre la grossophobie qui est une version light..
Bon, là c'est une version dégueulasse : Autant oublier... Et puis je pense que c'est un épiphénomène de connerie...

Par contre, et en parlant des "violences conjugales", je viens de découvrir des chiffres réels... Mais je pense intérieurement que toute vérité n'est pas bonne à dire, surtout si elle va dans le mouvement d'un but de santé publique nécéssaire...


1- commentaires des lecteurs sous les articles de la presse généraliste;

2- Je ne vois pas ce que tu veux dire avec des versions lights ou pas, et le fait d'oublier des epiphénomènes de conneries;

3- Je pense que c'est plus simple que ça: on lève la main sur toi, même une fois, tu dégages le mec et tu portes plainte, point. Le couple, on s'en fout.
92 ans 9582
quand tu en arrives au point 3 y'a plus de couple de toutes façons...
55 ans 2668
Justdontknow a écrit:
1- commentaires des lecteurs sous les articles de la presse généraliste;
Pas de modération : des posteurs anonymes qui passent leurs journées à écrire les commentaires les + shocking...Justdontknow a écrit:
2- Je ne vois pas ce que tu veux dire avec des versions lights ou pas, et le fait d'oublier des epiphénomènes de conneries;
Un troll détecté il y a peu sur ce site...
http://www.vivelesrond...forum/viewtopic_437809_810.htm + revoir ma réponse au point 1...

Justdontknow a écrit:
3- Je pense que c'est plus simple que ça: on lève la main sur toi, même une fois, tu dégages le mec et tu portes plainte, point. Le couple, on s'en fout.
Finalement, je vais faire un article (pas ouvrir un nouveau sujet) sur ce dossier... 2 secondes...
55 ans 2668
:!: Attention :!: , le sujet est hardi ; j'espère ne pas (encore) avoir de réactions atomiques de posteuses qui n'auraient pas tout lu, tout compris...
De toutes manières, je ne prendrai pas la peine de rien :
On me cite en coupant mes phrases, en tentant de me faire dire l'exact contraire de ma pensée, on m'attaque : je me défends et on vient me raconter que je floode...
On vient m'accuser d'être un victim-blamer ou je-ne-sais-quoi, en gros : un salaud je dirais, un sale type sexiste : je demande quelles sont les bases de ces accusations : pas de réponse claire...
On vient me dire préventivement qu'il ne faudrait pas que je tente des "intimidations"... Je demande poliment de quoi il s'agit? : pas de réponse...
Bref, je sens que je vais me mettre à nouveau en "pause" de ce forum ; là je viens de demander conseil à "Mme Poirier" : elle me dit que si ça m'énerve, si ça me contrarie, qu'il vaut mieux laisser tomber provisoirement...

:!: 2ème Attention :!: : Ames sensibles s'abstenir : le sujet n'est guère riant...

Je voulais donc me renseigner + en avant sur les "violences conjugales" : leur dénouement dans le couple ; leurs conséquences pour ledit couple...
Je n'ai finalement rien trouvé de bien concluant, à part :

La criminalité en France, Rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales 2014 (les chiffres mentionnés concernent l'année 2013 en France):
http://www.inhesj.fr/s...efault/files/ra_2014_ondrp.pdf
Pas moins de 1260 pages, mais ce qui nous intéresse est page 677 et suivantes : Éléments de mesure des violences au sein du couple en 2013 par Inès BETTAÏEB, chargée d’études statistiques.

D'autre part, j'avais (comme vous sans doute) en tête la phrase-choc "Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son mari ou de son compagnon".

Eh bien je vous affirme, moi Poirier, que cette phrase est un gros mensonge...
Mais finalement, mieux vaut faire comme si de rien n'était et continuer à brandir cette phrase-choc... Je m'en suis déjà expliqué auparavant : Pour alerter les gens, ça peut peut-être faire prendre conscience que les violences conjugales, moi ce que j'appelle les violences conjugales, c'est un fléau qui trouve une réponse judiciaire, sans forcément arriver à ces drames de faits divers qui n'ont pas forcément un rapport avec ça... Ces drames surviennent aussi dans des couples homosexuels, mais c'est évidemment marginal dans le total...

On a coutume de dire que les chiffres, on peut les faire parler à sa guise : ici il ne s'agit même pas de celà :
la phrase-choc, quel message veut-elle faire passer?
D'après moi : que tous les 3 jours, une femme meurt car son mari violent, tyran domestique qui l'a pris comme souffre-douleur avec la perversité de la frapper, a cette fois frappé trop fort et sa femme est morte sous ses coups...
(j'avais prévenu que ce ne serait pas bien riant... Et ce n'est qu'un début...)
Les chiffres dans le document sont ceux de 2013 ; ce sont les chiffres officiels.
Le nombre total des victimes (mortes) de violences conjugales en France avec DOM COM est de 146 :
121 femmes (c'est bien 365/3 = 1 femme tous les 3 jours..)
25 hommes.
Là, j'ai tiqué!! Quoi??? 25 hommes battus, régulièrement frappés, et un jour pas fait comme un autre, "madame" aura frappé trop fort, et lui n'a pas survécu??

En regardant les chiffres de plus près et en simplement lisant les "Principaux enseignements" de la page 678 (je n'invente rien) :
"71,2 % des morts violentes par le conjoint ou l’ex-conjoint constatés par la DAV en 2013 sont
des meurtres, 26 % des assassinats, c’est-à-dire des meurtres avec préméditation, et moins de 3 % des
violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner."

Là, j'ai vraiment tiqué pour de bon.
Si un homme frappe sa femme ou l'inverse, régulièrement, méthodiquement, certes ils ou elles ne souhaitent pas voir l'autre mourir sur-le champ...
Mais les chiffres sont à nuancer, sans doute...
Quand on regarde les "modes opératoires", ainsi que les "mobiles" de ces drames, il est difficile de voir clairement où seraient ces maris qui battaient leur femmes* et ces femmes qui battaient leur mari...
Il y a aussi des paramètres tels qu'environ 30% de ces drames avaient un ou une auteur en état d'imprégnation alcoolique...

Au chiffre de 146 victimes, il faut rajouter (désolé c'est un inventaire toujours + glauque..)
-21 enfants mineurs ou majeurs, ou personnes proches.
-le suicide consécutif de certains auteurs (50 hommes et 4 femmes..)

Les modes opératoires sont une majorité de crimes ou assassinats par armes à feu ou armes blanches** ; là il faut quand même se réjouir qu'en France, les armes ne sont pas en vente libre...
Les mobiles sont majoritairement "refus de la séparation" et "dispute"(sans autre précision).
Il y a d'autres mobiles comme jalousie, folie, vieillesse, etc...
Mais le mieux est encore, pour ceux et celles que ça intéresse, de jeter un oeil au document mentionné...
Des chiffres, il y en a, il y en a, il y en a encore...

Vous verrez également tous les chiffres des 1 288 viols sur majeurs commis par le/la conjoint(e), des 65 068 violences volontaires non mortelles par le conjoint ou l’ex-conjoint" (hommes et femmes...), des 108 141 signalements d’usagers sur les mains courantes informatisées, etc etc.... Tentatives d'homicides etc....

Je n'ai pas TOUT exploré...

Le nombre de dépôts de plaintes pour violences conjugales est élevé : Peut-être certain(e)s ne portent pas plainte quand ils(elles) le devraient -désolé il faut mettre toutes les formules pour homme et pour femme..
D'autres peuvent porter plainte plusieurs fois dans l'année.
Je mets de côté les mains courante : arrêtez-moi si je me trompe mais une main courante est une déclaration n'entraînant pas d'autre investigation : on déclare ceci ou celà.. Et c'est tout.

Bref (si j'ose dire vu la longueur de mon intervention), on voit que le fait de porter plainte contre son conjoint ou sa conjointe ne mène à un drame que dans une part infinitésimale : Ce pourquoi mon conseil de porter plainte était fondé.... Le risque, où est-il?

D'une manière générale, la France compte + de 60 millions d'habitants. Alors je pose la question :
-combien de couples vivent en harmonie?
-combien se séparent sans heurts?
-combien surmontent ce qu'ils se reprochaient et continuent?
Chiffres que je n'ai pas...

* 5 femmes ont tué leur mari avec pour mobile qu'elles subissaient de leur part des violences conjugales : Une vengeance expéditive qui leur vaudra j'espère une clémence du tribunal...

** Dans les 34 sur 146 drames où aucune arme n'a été utilisée, la strangulation/étouffement est le mode opératoire majoritaire : 17 étrangleurs et 2 étrangleuses... Ceci m'a tilté en raison du sujet évoqué dans la présentation de ce sujet...
92 ans 9582
heureusement le divorce existe, touche près d'un couple sur deux, ce qui allège probablement de beaucoup les statistiques :roll:

combien de couples vivent en harmonie toute leur vie de 20 à 90 ans ? très peu, ne t'en déplaise…
55 ans 2668
a-nonyme a écrit:
heureusement le divorce existe, touche près d'un couple sur deux, ce qui allège probablement de beaucoup les statistiques :roll:
Ah bon... Quelles statistiques? Tout le monde le sait, qu'un mariage sur deux finit en divorce...
Mon avis : Intervention tout à fait inintéressante...
a-nonyme a écrit:
combien de couples vivent en harmonie toute leur vie de 20 à 90 ans ? très peu, ne t'en déplaise…
Ce qui me déplais, c'est surtout qu'on vienne me faire dire n'importe quoi! Quoi? Ca me déplairais, que les gens divorcent? Mais si tu savais comme je m'en contrefous!!
Mon avis : Intervention presque inintéressante...
Car tu as raison en un sens : c'est que quand le mariage a été inventé, on vivait bien moins longtemps!!
P
48 ans Sens (89) 126
Ben justement.... c'est cette part infinitésimale qui conduit des personnes déjà en état de faiblesse à ne pas le faire.

Le problème n'est pas le bien fondé de ce conseil, mais ce risque, bien existant, que cela entraîne pour soi ou pour un de ses proches...

Déjà si on est fort et soutenu ça n'est pas simple, mais lorsque la "victime " (c'est le terme désolé ) est isolée et dépendante...
55 ans 2668
promethe a écrit:
Ben justement.... c'est cette part infinitésimale qui conduit des personnes déjà en état de faiblesse à ne pas le faire.

Le problème n'est pas le bien fondé de ce conseil, mais ce risque, bien existant, que cela entraîne pour soi ou pour un de ses proches...

Déjà si on est fort et soutenu ça n'est pas simple, mais lorsque la "victime " (c'est le terme désolé ) est isolée et dépendante...
J'ai strictement RIEN compris à ce que tu viens d'écrire...
B I U


Discussions liées