MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Son Bypass, mon cauchemar.

48 ans 1
Bonjour Mesdames et Messieurs.

Je viens vers vous aujourd’hui dans l’espoir de trouver des réponses, des témoignages et peut-être même des solutions.

Bien que je n'aime pas ce terme, je suis ce  
que les Anglo-saxons appel un "Fat Admirer" (un admirateur de grosses), ce qui signifie que je suis attiré physiquement et uniquement par les femmes très rondes. Tout comme certains hommes le sont par des femmes minces, black ou même d'autres hommes.
Ceci n'est pas un choix, c'est en moi depuis mon plus jeune âge. J'ai commencé à assumé cette attirance assez tôt puis je l'ai revendiqué sur des forums de Size-acceptance sur lesquels j'étais très actif pendant plusieurs années.

C'est durant cette période que j'ai rencontré celle qui deviendra ma femme. Une femme très ronde, très belle et assumée. A cette époque, entre 2002 et 2010, j'étais photographe pour modèles grande taille, ma démarche était de promouvoir et de valoriser l'image des rondes dans notre société d'une manière la plus positive possible. Je me refusais aux photos de nus artistiques ou de nus tout court car je pense qu'il y d'autres moyens pour exaucer et mettre en avant la beauté des rondes.

Durant ces premières années, ma femme devint modèle grande taille et fut même l'égérie d'une marque de lingerie pour une boutique en ligne. Elle se trouvait belle et semblait très bien dans sa peaux. Moi, j'étais l'homme le plus heureux, le plus comblé du monde. Nous étions très heureux ensemble et nous commencions à construire notre vie, à dessiner nos projets. Avec le temps, j'ai pris mes distances avec le monde de la Size-acceptance. Elle, n'avait plus trop envie de voir défiler chez nous des femmes rondes pour des séances photos. Chose que j'ai compris et qui n'était pas nécessaire à notre bonheur.

Puis, nous avons eu notre enfant... Le plus bau jours de ma vie, de notre vie. Je nageais en plein bonheur! J'avais épousé la femme de mes rêves et elle m'a donné le plus beau et le plus adorable de tous les bébés.

Quelques mois après sa grossesse, elle me fait part de son envie, son besoin de perdre du poids. Je n'y voyait aucun problème du moment que cette perte de poids ne soit pas excessive, que l'on puisse décider ensemble d'un juste milieu, si je peux m'exprimer ainsi. Voir souffrir ma femme ne m'apportait aucun plaisir, bien au contraire. Je voulais tout comme elle qu'elle se sente mieux dans sa peux et dans sa vie.

Ma femme est grande et bien charpentée, elle à une ossature lourde et une morphologie en "A" ou en poire si vous préférez. Sa masse corporelle est plus ciblée sur le bas de son anatomie, le ventre, les fesses et les cuisses. Elle ne semblait pas faire le poids que la balance indiquait. Ses 135 Kg donnait plus l'impression qu'elle en faisait 120.

Pour en revenir à cette perte de poids. On sait qu'il est très difficile de suivre un régime sur du long terme, qu'il faut avoir une sacré moral pour y arriver. On sait aussi qu'une grosse perte de poids sur une période très courte met le corps à rude épreuve. Pour moi, il me semblait raisonnable qu'elle perde entre 20 et 30 Kg de façon lente pour que son corps puisse s'adapter et qu'elle se sente mieux et que de mon côté elle garde certaines rondeurs.
Elle me parle alors d'un Bypass. Pour moi c'est la solution de la dernière chance. Une intervention qui mettrait notre couple en péril. Durant mes années dans la Size-acceptance j'avais, et même, nous avions vu les dégâts corporels que cela engendrait. Et puis, gardons en tête que je suis un F.A., il m'est impossible de vivre avec une femme mince ou jute rondelette. Je suis né avec cette différence contraignante, cette différence qui limite mes possibilités de rencontrer une femme avec qui vivre. Si j'ai revendiqué cette attirance pendant des années aujourd'hui je la déteste car elle m'éloigne de la femme que j'aime!

Bref, l'histoire du Bypass tombe peut à peut aux oubliettes... Du moins, c'est ce que j'avais cru. Ma femme commence un régime (sans consulter un spécialiste), les semaines passent, elle perd 15 kg et atteint ce fameux palier où la perte de poids stagne et elle commence à déprimer.
J'essais de la soutenir, de lui dire de ne pas perdre patiente et espoir, qu'elle va y arriver. Mais cela est plus facile à dire qu'à faire!

Peut de temps après, nous allons voir ensemble un des plus grands spécialistes de la chirurgie gastrique afin d'envisager une solution et avoir les bons conseils et renseignements. Ce spécialiste nous explique alors que des études ressentes prouve qu'être en surpoids n'est forcément un signe de mauvaise santé et qu'il y a des obèses en bien meilleure santé que certaines personnes minces. Bien que ses analyses sanguines soit celles d'une personnes en pleine forme, ma femme ne sent plus bien dans son corps et dans sa tête. Cela se ressent dans notre intimité et cause d'autres conflits. On nous parle de régime, d'anneaux, de Bypass et de Sleeve.

Pour moi, il est hors de question qu'elle fasse un Bypass ou une sleeve. Je connais trop le résultat de telles opération. Son corps va changer trop vite et je lui soumet mes inquiétudes et appréhensions. Elle va perdre beaucoup de poids, une cinquantaine de kilos en très peu de temps, sa peaux va se relâcher et pendre, et même après une chirurgie réparatrice elle sera devenue trop mince pour moi.
Je suis désolé, je l'aime mais ce qu'elle demande va contre ce que je suis fondamentalement. Elle a toujours su celui que je suis, je ne lui ai jamais caché, au contraire! Elle a toujours su que je suis un de ces putains de F.A.
Il faut trouver une solution alternative!

Les mois passent... En Janvier dernier, elle m'annonce qu'elle à lancer la procédure pour faire un Bypass et que je n'ai pas mon mot à dire, que c'est comme ça et pas autrement.
Qu'elle a déjà vu le chirurgien et qu'un tas de rendez-vous on été pris avec le psychologue, le diététicien, anesthésiste, etc... L'opération et prévue pour début Juillet.

A ce moment précis, je suis abattu!
Après plusieurs discutions et engueulades, je me fais une raison et je me dis que je dois l'accompagner dans sa démarche. C'est ma femme, je l'aime et peut-être que finalement tout se passera bien.

Les mois suivants, les rendez-vous s’enchaînent mais il y en a un, chez le Psy, où elle va mentir. Quand celui-ci lui demande si son conjoint, qui l'a connu grosse, est entièrement d'accord avec cette opération. Elle va lui répondre que oui, que je ne désire que son bonheur. Et là, je pense qu'elle a fait une erreur. Car au final, j'aurais certainement eu besoin, moi aussi, d'un suivi psychologique afin de mieux aborder et anticiper les événements à venir.

1, elle lance la procédure et m'en informe qu'après.
2, elle ment au Psy pour être sur que la procédure ne soit pas reportée.
Deux choses que j'ai du mal à digérer. Mais bon....

Ma femme rentre à l’hôpital début Juillet, comme prévu.
Je suis à ses côtés et je compte bien être présent le plus possible. Je vais la voir tous les jours et commence à récolter des renseignements concernant sa future alimentation. Je dois pouvoir les préparer de bons petits plats ou plutôt de bonne petites purées goûtues et équilibrées.

Deuxième semaines de Juillet, elle rentre enfin à la maison.
Nous voici, les enfants et moi, soulagés et bien heureux de la retrouver.
Commence alors sa perte de poids.
Au début, vous vous doutez bien que cela ne m'a pas perturbé plus que ça et puis les semaines on passées et elle perdait d'avantage.

Aujourd'hui, presque 5 mois après, elle à perdue plus de 40kg et elle veut et va en perdre encore.
Je suis perdu, déprimé, je n'ai plus gout à rien.
Quand je l'a prends dans mes bras j'ai l'impression de serrer une inconnue, je ne reconnais pas ma femme.
Je la regarde, je me dis qu'elle est belle, que c'est bien elle mais j'ai du mal à l'approcher, à la toucher. Pourtant mes sentiments pour elle sont toujours là. C'est un peu comme si je vivais avec une femme qui ressemble à la mienne mais qui n'est pas elle.
Le même regard, la même voix, les mêmes geste, le même amour mais un autre corps.

Un corps sur lequel je sens les os, les muscles.
Un corps qui s'est affaissé, ramolli et que j'ai du mal à toucher ou à regarder.
Je ne retrouve plus la douceur et le confort de ses épaules, de ses bras, de son ventre...

Je sais à quel point mes propos peuvent choquer ou révolter certaines personnes, qu'on me dira que si je l'aime je dois l'aimer telle qu'elle est maintenant.
Mais comment faire?
J'ai toujours été attiré par les femmes très grosses, elles sont pour moi les plus belles, plus douces, les plus féminines. Elles sont à mes yeux bien plus que de simples femmes.

C'est comme si on m'enlevait une partie de ma personnalité.
Qu'on me demandait de devenir une autre.
Comme si je devait renier celui que je suis et qui s'est battu pour elle(s).

Vraiment je suis perdu, perdu entre mes sentiments et mon attirance.

Si vous avez des réponses des conseils, n'hésitez pas à mes les donner.

Merci d'avoir pris le temps de me lire.
(Et désolé pour les fautes).
551
Est ce choquant ? Franchement non

On oublie trop souvent que les changements qui arrivent à la personne opérée sont aussi conséquents pour l'entourage.

C'est sur dans cette histoire ce n'est pas toi qui est "important". Enfin tout est relatif. Ta femme est libre de choisir ce qu'elle desire . C'est son corps et elle en fait "ce qu'elle veut".

Très souvent les couples ont du mal à resister a ce changement total.

Tu as le droit de te sentir mal vis à vis du changement physique de ta femme. Tu as d'ailleurs très bien fait de lui exprimer tes sentiments avant qu'elle prenne sa decision. Mais voilà Elle a fait son choix et elle l'assume.

Toi apparemment tu ne l'assumes pas. Les sentiments sont toujours là même si le coté "Désir" semble s'être éteint.

Tu es le seul à pouvoir décider et savoir ce que tu ressens et ce que tu veux faire. C'est difficile de te dire quelque chose.

J'ai été opérée d'un équivalent bypass suite à un cancer . J'en subis les "consequences". Je sais que cela change non seulement le physique mais aussi le mental. On ne se voit plus de la même facon, on gère plus ou moins bien ce changement. Ca a mis mon couple à mal aussi.

Je ne peux pas de dire que vous pouvez surmonter ou non cela. Ca c'est à vous de le faire et d'essayer ou non de changer les choses.

Je te souhaite bien du courage. Je sais trop bien comme il est difficile de devoir "subir" ca au quotidien que ce soit pour soit ou pour ceux qu'on aime.

Kiss
S
48 ans suisse 993
Comme tu le dis tu vas avoir besoin TOI d'un soutien. Ta femme a suivi sa voie, elle a l'air heureuse, c'est donc toi qui a un travail à faire pour accepter cela. Si ta femme avait perdu 50 kilos suite à une chimio ou une maladie ou naturellement sans rien faire que se serait il passé?

Elle a menti? oui elle savait que tu t'y opposais et que cela pouvait remettre en cause la décision du chirurgien. C'est humain. En dehors de cela elle a l'air d'avoir pris le temps, de faire son parcours, de réfléchir.

Tu aimes ta femme, elle n'a plus ses rondeurs, il doit être possible pour toi de travailler là dessus et de faire le deuil de ce corps que tu appréciais tenir dans tes bras.

Le bypass remet en cause l'équilibre du couple. Il y a d'ailleurs pas mal de divorces et séparations suite aux opérations. Mais si tu l'aimes à toi de faire en sorte de mieux vivre avec cette perte. Et il te reste toujours les corps ronds à regarder et à fantasmer.

De toute façon se marier, faire des enfants, vieillir, il y a dans le parcours le meilleur et le pire. Peut être qu'un jour c'est toi qui sera immobilisé par ex (je ne te le souhaite pas c'est juste un exemple) et elle devra faire avec cela.
48 ans 1
Merci à vous deux ninisindacier et sirelle.

M'a t'elle menti?
Oui et non.
De tout façon je ne cherche pas à la diaboliser car hors mis sa perte de poids c'est une femme formidable comme on en rencontre rarement.

Disons que je n'avais jamais envisagé qu'un jours elle n'assumerait plus ses rondeurs ou qu'elle en souffrirait.
Elle était pour moi la femme parfaite intérieurement et physiquement.


J'ai pris rendez-vous avec une psychologue pour suivre une thérapie nommée E.M.D.R. et j'attends beaucoup de ces rendez-vous. Peut-être existe t'il un "Bypass' cérébral qui me permettra de ne plus me poser autant de question et qui m'aidera à reprendre le cours de ma vie avec plus de sérénité.

Mais bon, comme vous le savez, ses RDV se prennent longtemps à l'avance et je dois prendre mon mal en patience jusqu'à mis Janvier.

Merci encore pour vos réponses.
44 ans Paris 9866
Riccardo c'est très difficile ce que tu traverses et je te trouve courageux.
Ta femme a eu tort, pour toi et pour elle, de foncer tête baissée en laissant de côté certains problèmes trop durs à affronter.
Un mari n'est pas un paramètre qu'on peut laisser au bord de la route parce qu'on est dans l'excitation du vouloir changer, de la transformation, de la métamorphose.
Quand elle sera redescendue de la phase euphorique de la chir, qu'on appelle souvent "lune de miel", parce que la perte de poids booste organiquement et émotionnellement, elle aura besoin de toi.
Tu as absolument raison de demander de l'aide et de consulter, tu as subi une mise à l'écart très traumatisante.
C'est possible pour votre couple de s'en sortir! Courage! Et parlez-en!
48 ans 1
Merci pour ta réponse, poupoule.

Effectivement, je me suis senti mis de côté.
Dans ma vision du couple, les décisions doivent se prendre à deux, dans la mesure du possible.
Ce cas un peu particulier, je dois bien l'admettre car même si, au niveau de sa santé, elle n'était pas en danger son moral lui était au plus bas.

Devant mon refus face à cette opération elle m'a dit une phrase qui m'a blessé: "Peut-être que dans un an je n'aurais plus de mari mais au moins je pourrais faire tout ce que je veux". Elle parlait pas de liberté car nous somme un couple moderne et nous respectons mutuellement nos besoins de sorties, d'évasion. Elle parlait de pouvoir bouger avec plus de facilité, de ne plus être essoufflée pour monter des escaliers ou pour faire une ballade, par exemple.

Il y a quelques semaines, devant mon désarroi, elle m'a dit aussi: "Si tu n'est plus heureux avec moi, si je ne te comble plus, il faudrait peut-être que tu y réfléchisse et que tu prennes une décision".
Voulait-elle seulement me faire réagir et me botter les fesses? Je ne sais pas!

Ces deux phrases m'ont beaucoup touchées et m'ont mis un doute quant à ses sentiments pour moi.
Je me suis dis d'abord qu'elle pourrait renoncer à nous tant son besoin de maigrir était fort. Et puis avec le recule, je me suis dis qu'elle devait vraiment souffrir pour avoir pris une telle décision. Elle se sentait si mal qu'elle aurait pu renoncé à nous et ôter un père à son fils.
Il faut être vraiment mal dans sa peaux pour risquer de perdre son mari, aussi F.A. soit-il, et de briser sa famille.

J'espère que l'avenir lui donnera raison et que nous surmonterons ensemble cette épreuve comme nous en avons surmonté d'autres depuis plus de 10 ans de vie commune.
On s'est marié pour le meilleur mais aussi pour le pire.
Pourvue qu'il y ait assez d'amour entre nous et de force en moi.

Merci encore pour ton soutien.
S
85 ans 4896
mon mari a vécu la meme chose que toi, à part que c'était dans l'autre sens et que la prise de poids a été plus lente que la perte de ta femme. J ai connu mon mari, j'avais un poids dans la norme et j'ai pris jusqu'à plus de 50 kilos, j'en ai reperdu maintenant, mais c'est pas le propos.

Je rejoins les autres qui te parlent de faire un travail sur toi, à mes yeux, cela en vaut toujours la peine.

Une partie de l'amour profond que j'ai pour mon mari vient aussi du fait qu'il a tenu le choc des changements physiques, qu il a pu en parler par contre. j'ai eu le sentiment que j'étais aimée et désirée pour ce qui j'étais réellement. on a traversé aussi des caps difficiles, lors de certaines difficultés, des baisses de moral, etc.. c'est cela aussi la vie de couple à mes yeux.

Je rejoins sirelle, un couple sur la durée est appelé à changer de toute façon.

Après, je peux vraiment comprendre que cela soit un choc pour toi, c'est aussi le fait de la rapidité de la perte de poids.

J'espère que ton rdv en janvier sera le début d'un long chemin qui débouchera sur quelque chose de positif.
44 ans Paris 9866
Saralou a écrit:
mon mari a vécu la meme chose que toi, à part que c'était dans l'autre sens et que la prise de poids a été plus lente que la perte de ta femme. J ai connu mon mari, j'avais un poids dans la norme et j'ai pris jusqu'à plus de 50 kilos, j'en ai reperdu maintenant, mais c'est pas le propos.

Je rejoins les autres qui te parlent de faire un travail sur toi, à mes yeux, cela en vaut toujours la peine.

Une partie de l'amour profond que j'ai pour mon mari vient aussi du fait qu'il a tenu le choc des changements physiques, qu il a pu en parler par contre. j'ai eu le sentiment que j'étais aimée et désirée pour ce qui j'étais réellement. on a traversé aussi des caps difficiles, lors de certaines difficultés, des baisses de moral, etc.. c'est cela aussi la vie de couple à mes yeux.

Je rejoins sirelle, un couple sur la durée est appelé à changer de toute façon.

Après, je peux vraiment comprendre que cela soit un choc pour toi, c'est aussi le fait de la rapidité de la perte de poids.

J'espère que ton rdv en janvier sera le début d'un long chemin qui débouchera sur quelque chose de positif.


J'ai également connu des variations d'une amplitude de 50kg depuis que j'ai rencontré mon mari. Il m'a toujours soutenue, j'ai eu de la chance et on s'aime très fort.
Mais le cas décrit ici est différent: Riccardo a clairement rencontré sa femme autour de la notion d'admiration de l'obésité, ça faisait en quelque sorte partie du deal ou en tout cas c'était un élément important de la relation.
Mon mari m'a rencontrée mince, pas PARCE QUE j'étais mince. C'est très différent à mes yeux.
La femme de Riccardo rompt un élément essentiel de la relation (je ne dis pas qu'elle a tort) mais elle le fait comme si c'était un détail et de façon trop unilatérale. On ne peut pas traiter l'autre comme quantité négligeable et s'attendre à ce qu'il le prenne bien, ou alors c'est qu'on veut vivre avec un paillasson.

Riccardo, as-tu le sentiment qu'elle regarde ailleurs et aurait envie d'une vie nouvelle y compris avec un nouveau conjoint? Comment vit-elle le fait d'être probablement désirable pour davantage d'hommes?
48 ans 1
Merci pour ton témoignage saralou.

Hier j'ai pris la décision de lui parler et de vider mon sac, j'en avais besoin et cela m'a fait du bien.
Ce fut un monologue durant lequel je lui ai fait part de mes peurs, de mes angoisses et de mes besoins. De mon envie de la reconquérir à nouveau en comptant sur son aide.
Je pense qu'elle m'a entendue et comprit... Les semaines à venir nous le diront.

Je pense qu'elle à un rôle très important à jouer dans cette reconquête. Il va falloir compenser l'absence de ses rondeurs par une nouvelle approche dans nos relations intimes et inventer une nouvelle complicité (qui s'est estompée avec le temps).
Je dois la redécouvrir et effacer l'image, l’empreinte, qu'elle a laisser dans mon esprit pendant ces 10 années de vie commune.

Oui, un couple est appelé à changer dans la durée, c'est ainsi pour tout le monde. Mais ma femme à treize ans de moins que moi, c'est une jeune femme qui à changée très vite, alors ne devons très vite faire face à ce changement pour passer à autre chose le plus rapidement possible et reprendre notre chemin de vie et d'amour ensemble.

Merci encore pour ta réponse.
S
85 ans 4896
poupoule a écrit:
Saralou a écrit:
mon mari a vécu la meme chose que toi, à part que c'était dans l'autre sens et que la prise de poids a été plus lente que la perte de ta femme. J ai connu mon mari, j'avais un poids dans la norme et j'ai pris jusqu'à plus de 50 kilos, j'en ai reperdu maintenant, mais c'est pas le propos.

Je rejoins les autres qui te parlent de faire un travail sur toi, à mes yeux, cela en vaut toujours la peine.

Une partie de l'amour profond que j'ai pour mon mari vient aussi du fait qu'il a tenu le choc des changements physiques, qu il a pu en parler par contre. j'ai eu le sentiment que j'étais aimée et désirée pour ce qui j'étais réellement. on a traversé aussi des caps difficiles, lors de certaines difficultés, des baisses de moral, etc.. c'est cela aussi la vie de couple à mes yeux.

Je rejoins sirelle, un couple sur la durée est appelé à changer de toute façon.

Après, je peux vraiment comprendre que cela soit un choc pour toi, c'est aussi le fait de la rapidité de la perte de poids.

J'espère que ton rdv en janvier sera le début d'un long chemin qui débouchera sur quelque chose de positif.


J'ai également connu des variations d'une amplitude de 50kg depuis que j'ai rencontré mon mari. Il m'a toujours soutenue, j'ai eu de la chance et on s'aime très fort.
Mais le cas décrit ici est différent: Riccardo a clairement rencontré sa femme autour de la notion d'admiration de l'obésité, ça faisait en quelque sorte partie du deal ou en tout cas c'était un élément important de la relation.
Mon mari m'a rencontrée mince, pas PARCE QUE j'étais mince. C'est très différent à mes yeux.
La femme de Riccardo rompt un élément essentiel de la relation (je ne dis pas qu'elle a tort) mais elle le fait comme si c'était un détail et de façon trop unilatérale. On ne peut pas traiter l'autre comme quantité négligeable et s'attendre à ce qu'il le prenne bien, ou alors c'est qu'on veut vivre avec un paillasson


j'avais compris que pour toi c'était différent.

Mais pas à mes yeux.

Dans le sens ou un homme qui ne désirerait qu'une femme mince, qui dirait donc à sa compagne "je n'aime que les corps minces, si tu prends du poids je ne pourrai plus te désirer" par exemple, serait un homme que ne j'aurais peut etre pas choisi, sachant que sur toute une vie notre corps est appelé à changer, ne fut ce que par la maladie par exemple.

Sa femme était malade de son obésité, d'après ce qu'il décrit elle en souffrait réellement avec le sentiment de ne pas pouvoir faire ce qu'elle voulait ne fut ce que courir après ses enfants par exemple (je l'ai vécu à un certain moment donné et c'est assez difficile d'avoir le sentiment d'être très limitée dans ses déplacements quand on a de jeunes enfants9.

Quand à faire partie du deal, c'est à dire que l'on épouse une personne qui ne peut changer, pour moi cela serait bien trop étouffant.

J'ai lu qu'elle avait aussi essayé d'en parler avec son mari avant de faire son bypass, qu'il lui avait signifié clairement sa peur qu'elle maigrisse, mais en même temps à un moment donné, c'est son corps, si elle souffre trop de son obésité, elle a le droit de se faire opérer, même si son conjoint n'est pas d'accord. C'est dur pour l'autre oui, mais j'aurais trouvé atroce que souffrant comme elle souffrait elle ne le fasse pas uniquement pour rester désirable aux yeux de son mari, mais c'est mon point de vue.

De toute façon, c'est fait, donc, riccardo a deux choix, l'accepter et faire un travail sur lui meme, sachant qu'il aime encore énormément sa femme d'après ses dires, ou alors envisager une séparation ?
44 ans Paris 9866
"Dans le sens ou un homme qui ne désirerait qu'une femme mince, qui dirait donc à sa compagne "je n'aime que les corps minces, si tu prends du poids je ne pourrai plus te désirer" par exemple, serait un homme que ne j'aurais peut etre pas choisi"

Je suis tout à fait d'accord!
J'ai rencontré mon mari mince, mais si j'avais senti que c'était essentiel pour lui, on ne serait pas restés ensemble (même sans que je grossisse).
Je le répète la situation ici est très différente: Riccardo rencontre une femme qu'il met sur un piédestal. Tout ce que la société pense de l'obésité, cet homme pense le contraire, pour lui ça n'est pas une tare mais le plus beau des cadeaux. C'est bien agréable pour sa femme: tout ce qui dégoûte la plupart des gens, lui adore. La relation s'est construite autour, même si probablement pas seulement, l'amour d'un corps obèse. Et cette femme l'a accepté.
Quant à savoir si elle devait se faire opérer pour cesser de souffrir et profiter de ses enfants, comme je l'ai dit ce n'est pas le problème. Le problème c'est COMMENT elle a pris sa décision et comment elle l'a imposée. Le mensonge au corps médical est parlant: elle fonce comme un bulldozer vers sa métamorphose et personne ne l'arrêtera. C'est d'une violence extrême pour l'entourage.
Et c'est très violent aussi de dire: maintenant c'est fait, débrouille-toi avec ce changement, accepte ou casse-toi.
Si elle n'avait pas menti, elle aurait pu bénéficier d'un vrai accompagnement pour le couple (il n'est peut être pas trop tard?).
Si à aucun moment on n'admet qu'on a manqué de respect pour l'autre, ça reste comme un poids et on ne s'en sort jamais. La blessure ne disparaît pas, et la confiance est rompue.

Riccardo, ta femme reconnaît-elle, au moins en partie, qu'elle t'a quelque peu piétiné dans son parcours?
S
85 ans 4896
poupoule a écrit:
débrouille-toi avec ce changement, accepte ou casse-toi.
Si elle n'avait pas menti, elle aurait pu bénéficier d'un vrai accompagnement pour le couple (il n'est peut être pas trop tard?).
Si à aucun moment on n'admet qu'on a manqué de respect pour l'autre, ça reste comme un poids et on ne s'en sort jamais. La blessure ne disparaît pas, et la confiance est rompue.

Riccardo, ta femme reconnaît-elle, au moins en partie, qu'elle t'a quelque peu piétiné dans son parcours?


j'avais compris que riccardo n'avait pas jugé utile a un moment donné d'avoir un soutien au moment de la décision, donc autant pour moi apparemment ce n'est pas le cas.

et pour le manque de respect je suis d'accord avec toi, pour moi cela fait partie des accidents possibles dans une vie de couple, c'est pas irréparable à mes yeux, d'ailleurs riccardo dit qu'ils ont beaucoup parlé hier soir et je trouve que c'est un très bonne chose !

Mais je ne sais pas du tout si la femme de riccardo ne reconnait aucun tort , j'avais eu le sentiment qu'il avait quand meme accepté cette opération, la peur dans le ventre oui, mais quand meme elle ne s'était pas fait opéré en cachette, j'avais eu une autre lecture certainement, selon mon ressenti.
S
85 ans 4896
quand riccardo a écrit : "
Après plusieurs discutions et engueulades, je me fais une raison et je me dis que je dois l'accompagner dans sa démarche. C'est ma femme, je l'aime et peut-être que finalement tout se passera bien. "


j'ai interprété qu 'il avait quand même décidé de l'accompagner , (ce qui démontre son grand amour pour sa femme et c'est tout à son honneur)

Après, il est clair que sa femme n'a peut etre pas voulu en entendre d'avantage, il avait dit oui j'accepte, pas voulu approfondir plus.

D ou l'éventualité qu'elle ait dit au psychologue que son mari était d'accord car il ne voulait que son bonheur ? là aussi, je comprends que d'avoir gommé tout le reste sauf le oui final est dur pour riccardo.


Cela m'a fait penser au cas d'une ivg
admettons que le mari voudrait absolument garder cet enfant et que la femme n'en veuille pas, qu'elle ne se sente pas de porter cet enfant pour des tas de raisons, au final cela serait bien triste pour le désir de paternité de son mari, mais c'est elle qui choisirait d effectuer l'ivg.
Dans le cas contraire, il peut arriver aussi que certaines femmes décident de garder l'enfant quand le mari n'en veut pas. Il existe aussi des cas ou la femme décide de faire passer son couple avant son désir de maternité et décide de faire une ivg la mort dans l'âme car son mari n'en veut absolument pas.

Cela n'est en tout cas pas simple quand il y a dissention sur un sujet aussi profond que notre corps.

Je te rejoins sur une chose Poupoule, c'est qu'il est possible que derrière cela il y ait une envie de liberté (je ne connais plus la proportion exacte de divorce après un bypass (cela date de trop loin mes cours) mais c'est quand meme assez élevé).
44 ans Paris 9866
Saralou a écrit:
Je te rejoins sur une chose Poupoule, c'est qu'il est possible que derrière cela il y ait une envie de liberté (je ne connais plus la proportion exacte de divorce après un bypass (cela date de trop loin mes cours) mais c'est quand meme assez élevé).


Oui c'est beaucoup! un couple sur deux ou sur trois il me semble qui se sépare...
48 ans 1
poupoule a écrit:

Mais le cas décrit ici est différent: Riccardo a clairement rencontré sa femme autour de la notion d'admiration de l'obésité, ça faisait en quelque sorte partie du deal ou en tout cas c'était un élément important de la relation.

La femme de Riccardo rompt un élément essentiel de la relation (je ne dis pas qu'elle a tort) mais elle le fait comme si c'était un détail.

Riccardo, as-tu le sentiment qu'elle regarde ailleurs et aurait envie d'une vie nouvelle y compris avec un nouveau conjoint? Comment vit-elle le fait d'être probablement désirable pour davantage d'hommes?


Revenons un peu en arrière.
Avant l'arrivé de FaceBook, les forums de Size acceptance pullulaient sur le Net, ces forums étaient très actifs et comptaient des centaines, des milliers de membres. Les grosses et leurs admirateurs s'y retrouvaient et échangeaient beaucoup. Moi même j'y étais très actif! D'ailleurs nous étions essentiellement 3 "Vrais" F.A. militants: Xavier et Deans du Pulpe Club et moi sur mon forum FrenchBBW, que j'avais créé avec Deans. On me connaissait sous le Pseudo RiccardFA.
C'est à cette époque que j'ai rencontré ma femme. J'étais à 200% militant et je ne mâchais pas mes mots.
Alors peut-on parler de Deal entre elle et moi... Oui en quelque sorte. Celle qui deviendra ma femme sortait avec des F.A. les plus revendicateur de cette période, un gars qui faisait l'éloge de la beauté des rondes. J'organisais des séances photo, j'écrivais des articles et des poêmes, j'ai même écris, chanté et enregistré 2 chansons sur ce thème.
Impossible pour elle de nier quoi que ce soit sur mon statu d'admirateur de grosses. Et je pense même qu'à cette époque cela lui plaisait. Mais elle avait 20 ans, elle était jeune et moins grosse qu'avant son Bypass.
10 ans on passé, nous nous somme écarté de se mon dédié aux rondeurs, elle a évolué, elle a changé et moi, du haut de mes 35 ans, je savais qu'en me mettant avec une femme plus jeune de 13 ans que je prenais un risque. Quel risque? je n'en savais rien... Peut être celui qu'elle me quitte pour un autre, plus jeune, plus intéressant que moi.

Oui, elle rompt un élément essentiel dans notre relation.
C'est un peu comme si on demandait à un Gay de devenir Hétéro. (Désolé, je n'ai trouvé que cette parabole).
Vous l'avez compris, le physique joue un rôle tout aussi important, pour moi, que la personnalité.
Vraiment, je me serais bien passé de cette attirance!!!

Enfin, je n'ai pas le sentiment qu'elle regarde ailleurs. L'image que j'ai d'elle est celle d'une femme entière, stable et déterminée. Mais bon, vous le savez, c'est toujours l'intéressé qui est le dernier au courant! Et puis, homme ou femme, quand on veut vraiment cacher quelque chose, on se débrouille toujours pour y arriver. Mais non, je ne pense pas qu'elle regarde ailleurs.

Oui bien sur, elle a envie d'une nouvelle vie, c'est pour cela qu'elle s'est fait opérer, pour changer sa vie, pour l'améliorer.
Aujourd'hui elle est 2 fois moins grosse qu'avant, elle reste ronde mais elle n'est plus grosse (obèse). Alors certainement que plus d'hommes se retourne sur elle mais elle avait déjà la côte quand elle était grosse, c'est une très belle femme avec un beau visage et des courbes, bien que prononcées, très féminines: Grande, peu de poitrine, un peut de ventre, de très grosses fesses et des hanches larges... Une vraie bouteille de Perrier!
Aujourd'hui, elle à toujours cette silhouette mais avec 40 kg de moins. C'est une femme qui plait, de toutes façons.
La où je vais être moins sympa et plus cru c'est que si elle reste très attirante habillé, elle l'est moins une fois nue. Ce type d'opération et cette perte de poids accélérée marque beaucoup un corps.
Alors si nous devons nous séparer un jour, j'ai peur pour elle. Peur qu'elle aille de déceptions en déceptions. Les hommes sont souvent cruels face à la réalité que cache un bel emballage. Surtout ceux qui sont comme moi attaché au physique.
Et puis il y a nos enfants. J'ai été marié avec une 1ère femme et nous avons eu 2 enfants. Un divorce les atteint bien plus qu'on le pense. Cela peut changer le cours de leur vie, détruire leur équilibre et leur bonheur.
Quand je regarde son fils de 11 ans et le notre de plus de 3 ans, quand je vois comme ils sont heureux avec leur papa et leur maman, comme ils aiment ce cocon familial et comme ils sont tendre avec nous, je me dis que ça vaut la peine d'essayer et de se battre.
Pourvue que l'avenir me dise que ne suis pas qu'un F.A. et que suis un mari, un père et un homme avant tout!
B I U


Discussions liées