MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Je reprends du poids et je panique

J
42 ans 92 23
Bonjour à tous,
Je suis inscrite depuis longtemps mais j’avoue ne pas avoir bcp de temps pour écrire ou même parfois pour vous lire, j’espère que vous m’en excuserez.
Je  
commence …
Tout avais bien commencé fin 2003, à force de sous mariner (oui je suis très timide) sur les sites de size, j’avais réussi à avoir une autre image des personnes rondes et j’avais fini par accepter mon corps … j’étais jusqu’à là en conflit avec la nourriture, je mangeais jusqu’à avoir des douleurs à l’estomac, telles, que je m’allongeais pour m’empêcher de vomir (je crois que c’est ce qu’on appelle hyperphagie). Accepter mon corps, m’a aidé à diminuer mes crises, mais je restais en conflit avec la nourriture, le fait d’avoir si souvent voulu contrôler mon alimentation m’avais fait oublier ce qu’était la faim. Je décidais donc d’essayer un nouveau truc, n’obéir qu’à une seule règle : manger ce que je veux mais uniquement quand j’ai faim.
En février 2004, j’apprends que je suis enceinte, je décide de continuer qd même mais j’achète une balance pour voir l’évolution de mon poids, résultat, j’oscille entre 110 et 112 kg pendant toute la durée de ma grossesse, sortie de la maternité octobre 2004 je fais 104,5 kg puis allaitement (qui se poursuit malgré les 19 mois de ma puce) et je perds environ 500 g par mois et je ne me prive pas (et qd je dis ne pas se priver, je vx dire que c’était bonbons, chocolats tous les jours)
Ma puce est donc allaitée, mais elle a des rhinites à répétition, de l’eczéma et des coliques, à ce moment là je sous marinais beaucoup sur les sites d’allaitement et de maternage en général, et j’y lis que le lait de vache peut entraîner ce genre de désagréments car les protéines passent dans le lait maternel … on me conseille une éviction des plv (protéines de lait de vache), j’ai donc supprimé de mon alimentation tout ce qui contenait des produits laitiers (et je peux vous dire qu’il y en a presque partout !!!) … depuis juin 2005 ! Je n’ai pas voulu reprendre, car je pense être intolérante au lactose (avant l’éviction, j’avais déjà du mal à digérer un yaourt !) et puis la simple odeur du beurre me dégoutte maintenant, j’ai demander à la naturothérapeute qui me suis pour mon éviction (j’avais peur de manquer de calcium hihi) de passer un test pour être fixé (et si vraiment je le suis, j’ai lu qu’il existe des comprimés de lactase à prendre 30 min avant un repas à risque pour les occasions ou je ne peux pas faire autrement) … pour revenir à mon poids, cette éviction me fait perdre environ 7 kg en 3 mois, ce qui m’a fait un peu flipper tout de même je suis donc descendue à 93 kg au mois de septembre 2005
Octobre 2005, on découvre que ma puce est allergique à l’œuf, donc je supprime encore l’œuf de notre alimentation (en passant, merci aux sites végétaliens pour leurs recettes de gâteaux et autres pâtisseries sans lait sans œuf, miam !!!)
Janvier 2006, je fais 92 kg et gros choc émotionnel, zhom et moi avons failli rompre, finalement les choses s’arrangent mais mes crises ont recommencé, je n’arrive plus à écouter ma faim, j’ai repris du poids et je stagne entre 94 et 96 kg.
Voilà pour ma petite histoire et maintenant mon problème :
Il y a 2 ans, j’avais réussi à accepter mon poids et je n’utilisais ma balance que par curiosité, pour voir ou j’en étais … mais plus je maigrissais, plus je devenais obsédée par la balance, c’était excitant de perdre du poids et je me sentais également impuissante face à cette amaigrissement que je ne contrôlais pas et que je ne comprends toujours pas !!! Je m’étais tellement habituée à ma perte de poids que ce corps que j’acceptais il y a 2 ans, j’ai peur de le retrouver. Je panique, c’est un peu comme si le fait d’avoir maigrit, m’avait donné l’envie de maigrir encore plus, la peur de regrossir et finalement m’avait envoyé à des années lumières lumière de mon objectif premier, c'est-à-dire : me réconcilier avec mon corps et la nourriture.
Cela vous est il arrivé ? Et comment avez-vous géré ?
Merci de m’avoir lu. J’attends vos réactions.
Bises
44 ans Salon de Provence (13) 617
Comme toi j'ai connu l'ivresse de la perte de poids naturelle et la peur que ça s'arrête.

En début de RA il y a plus d'un an, j'ai perdu du poids facilement, mais ça ne m'intéressait pas vraiment. J'étais surtout fascinée par ce nouvel espace de liberté et mes progrès dans ma relation à la nourriture. Je pesais juste pour voir à quel point "ça marchait" !
Et puis comme toi, soucis et chocs émotionnels, patatras. Les compulsions sont revenues, impossible de sentir ma faim, et même l'envie de tout gacher est apparue (puisque meme la RA je n'arrivais pas à m'y tenir, autant me baffrer, je ne méritais pas mieux). Le besoin de suivre une thérapie m'est apparue, puisque je ne parvenais pas à maîtriser mes compulsions toute seule.

Enfin, j'y parvenais très bien comme toi, en période "up". Finies les compulsions dues à la frustration alimentaire, à ma déception face à mon image, finies les compulsions dues aux petites contrariétés quotidiennes.

Mais la vie n'est pas linéaire. Impossible de s'enfermer dans une petite bulle de sérénité où on a pour seul loisir le fait de se faire du bien.

Je ne veux pas généraliser mon cas, mais il me semble que ce retour en arrière que tu décris, cette perte de contrôle sur tes sensations alimentaires, c'est surtout le signe que ta relation avec la nourriture n'était pas si apaisée que ça. Tu as eu des soucis graves, tu as mangé. D'autres auraient pris des cachets, de l'alcool, déprimé. Chacun son moyen de défense.

Alors je te conseillerais surtout de ne pas culpabiliser, de respirer un grand coup et d'envisager la situation sereinement.
Tu n'acceptes pas de revenir à ton poids d'il y a deux ans, que tu acceptais parfaitement à l'époque ? Et alors ? Reprendre ce poids là, ce n'est pas seulement une affaire de kilos. Ca voudrait dire avoir perdu deux ans d'évolution, redevenir l'ancienne toi, avec ses compulsions et ses souffrances. Ca ne fait pas de toi une obsédée de la minceur et de l'image.

Cette reprise de poids, ce n'est pas un drame, c'est juste le signe que tu dois t'interroger à nouveau sur ta relation à la nourriture.

Bonne route, Jeanne !
J
42 ans 92 23
merci beaucoup pour ta réponse sugarfree :) et dsl pour ma lenteur :oops: , j'ai souvent besoin de temps avant de répondre ...
j'ai beaucoup réfléchi à ce que tu as dit et en effet ma relation à la nourriture est encore difficile, je suis toujours en conflit avec ma mère (et ma grand mère) sur ce point là et je crois que tant que je n'arriverai pas à accepter leur regard sur moi, il sera toujours difficile pour moi de ne pas m'enfoncer dans la nourriture quand ca va pas !
mais j'avance malgré tout, merci encore
44 ans Salon de Provence (13) 617
Je suis contente que ma réponse t'ait été utile.

A mon tour de te remercier, parce que le fait de devoir clarifier ma pensée pour te répondre m'a aidé à comprendre ce que je ressentais par rapport à mon parcours personnel.

Pour répondre plus précisément sur la reprise de poids :
Quand je me suis remise à la RA, j'ai reperdu un peu de poids évidemment et j'étais tellement contente d'avoir stopper la spirale de reprise que j'avais connu avec le retour des complusions, que je me pesais tout le temps. Je m'observais dans la glace pour vérifier que je ne regrossissais pas, je re-culpabilisais quand je mangeais des aliments "grossissants".
J'ai eu peur que cette envie de maigrir me sabote toute ma démarche.
Heureusement, ça n'a pas duré longtemps.

Le temps que j'accepte que j'étais telle que j'étais en ce moment, que j'avais d'autres "chantiers" à terminer et que mon poids n'était pas une priorité. Qu'il suivrait quand j'aurais avancé plus dans ma relation à la nourriture.
B I U