MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Ne pas se sentir "complète"

37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Bonjour,

J'ai un peu pollué la réponse que je voulais faire à Kuro sur son post (pardon Kuro :kiss:) et du coup je me rends compte que je commençais à y  
écrire quelque chose qui me taraude depuis quelques temps.

Pour ceux qui n'ont pas lu mes anciens posts, pour dresser rapidement mon portrait : je suis une ancienne phobique sociale. En termes de caractère, je suis une solitaire réservée. De ceux qui observent les gens, qui analysent tout et n'importe quoi, qui perçoivent certaines choses. Comme si j'étais davantage un cerveau sur pattes qu'une personne. Je parle très peu. Mais si je veux positiver, j'ai du coup une très bonne capacité d'écoute ^^

Je suis en psychanalyse depuis 5 ans pour autre chose mais va falloir aborder ce souci-là je crois : je ne me sens pas "complète". J'ai l'impression qu'il me manque quelque chose, qu'il manque une pièce à mon moteur pour avancer. J'ai l'impression d'avoir les pieds dans du ciment et du coup, pas moyen d'avancer. Je me sens un peu vide. Non mais, incomplète est vraiment le terme.
Je suis passive, soyons honnête.

Je pensais que rencontrer quelqu'un allait m'aider à y voir plus clair. Mais le fait est que, 3 ans après cette rencontre, ben non hein. Cela ne marche pas comme ça. L'autre ne vous répare pas, le couple n'agit pas en doliprane qu'on prendrait contre un mal de tête (de toute façon, le doliprane ça me fait rien). Il apaise une certaine réalité qui paraît un peu trop rude quand vous êtes seule face à vous même. Mais une fois la lune du miel finie (vous savez les fameux débuts tout beau tout rose où on marche sur des nuages en marshmallows ?), ben VOTRE réalité revient. Et vous fait dire que "ma vieille, tu vois tes batailles que t'as laissé en plan y'a 3 ans ? ben, tu soulèves le mouchoir que tu avais mis dessus et tu t'y colles cette fois !!!". Ouais ben je l'aimais bien mon mouchoir moi.

Comme si cela ne suffisait pas, en plus de cela, je n'ai pas vraiment de passion ou même de loisirs hormis le PC. Je dirais même que j'ai du mal à prendre du plaisir à faire les choses, ça a toujours été comme ça. Sympa d'être moi hein ? :lol:
J'essaie bien de trouver des trucs à faire mais j'ai la flemme/pas envie de commencer et si par miracle je commence un truc, je ne le finis pas ou j'arrête.
J'ai fait du yoga, de la gym, j'allais au refuge SPA de mon coin etc. mais j'ai tout arrêté au bout d'un moment. Bon j'ai tenu un an quand même à chaque fois, pas mal non ?

Tout ce que je ressens, cela parle-t-il à quelqu'un parmi vous ?
*sinon promis, je me propose comme cas d'étude pour psy*
34 ans Orgrimmar 6511
Oui, tout pareil, à part que moi, je parle.
Je pense que c'est dans le caractère. Et aussi de mon côté en tout cas une petite addiction à l'écran et les jeux vidéo.
Ceci dit, si la réalité était moins pourrie, j'aurais sans doute moins besoin de la virtualité. Maman, si tu passes par là, coucou.

Et je ne me sens pas vraiment incomplète mais plutôt creuse, ou pas moi même.

Gaieté du jour, bonjour!
Bonne chance pour la psy, déjà tu te tiens à tes rendez vous, c'est bien ;)
56 ans calvados 16079
Je me sens aussi concernée, pas en phase du tout déjà avec la société et encore moins avec la pseudo "normalité".

Que je te comprends :!:
46 ans à la maison ! 10072
Je me sens concernée aussi. quand on me demande si j'ai des passions dans la vie, j'ai parfois honte de répondre "non". même si j'aime faire des tas de choses, il n'y a rien qui me fasse bouger. comme toi, je commence des tas de choses mais m'arrête en cours de route, avec une excuse ou une autre. Sans doute un tâtonnement pour essayer de combler ce vide.
56 ans île de France 1421
Et si c'était les gens qui sont passionnés qui n'étaient pas "normaux", peut-être bien que leurs passions cachent un mal-être ou réparent une blessure ?
M
42 ans 38
Je réponds à ton poste ne pas se sentir "complète".
Ce n'est pas que je ne me sens pas complète, mais juste inintéressante et vide.
Je n'ai pas de passion, pas d'amis, envie de rien en somme.
Si je pouvais rester toute ma vie couchée sur mon canapé à regarder toutes les merdes qui passent à la télé (ce que je fais déjà 80 % de mon temps quand je suis à la maison...), ce serait merveilleux.
Même aller bosser le matin, j'y arrive de moins en moins, donc je suis constament en retard, ou je trouve souvent des excuses bidons pour ne pas y aller.
Du coup, ma chef de service commence à m'avoir dans son colimateur....mais je crois que je m'en fous un peu.
J'en ai marre d'être dans cet état, mais je n'arrive pas à faire autrement.....

Quant au couple, oui c'est pareil, quand c'est tout beau tout nouveau, tu fais des efforts, tu montres sous ton meilleur profil, et puis avec le temps, le naturel revient au galop, et pour ma part, mon ex homme m'a fait comprendre qu'il y avait tromperie sur la marchandise, que la personne que je suis maintenant n'est pas celle qu'il avait rencontré au début, et là ils prennent la poudre d'escampette. Je n'éspère pas pour toi, mais pour moi c'est ce qui s'est passé
Bon allez j'arrête de jouer les caliméros...

Je me reconnais beaucoup dans ce que tu écrit, quand tu dis que tu es réservée et solitaire, que tu observes beaucoup ce qui se passe autour de toi, mais sans forcément parler.Quand je suis dans un groupe de personnes je vais être celle qui va écouter les autres, mais sans ouvrir la bouche puisque je n'ai rien d'intéressant à dire....
37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Déjà, je suis désolée si j'éveille des trucs pas cool chez certaines d'entre vous, c'est pas le but :/
Faut se dire que si on peut s'entraider à ce sujet, ce sera bénéfique :)

Yuutsu : Je me doutais que tu ferais partie des répondantes, j'ai remarqué depuis longtemps quelques similitudes entre nous ;)
Tu penses vraiment que c'est dans le caractère ? Ton petit ne t'a pas aidé à avancer sur toi-même ? (je ne dis pas que la maternité est pansement mais peut-être que cela aide ?)

Creuse ... oui, aussi. Et c'est chiannnnnnnt

Clau : ah ben si en plus j'aurais dû évoquer le fait de ne pas se sentir en phase avec la société, le post aurait fait 2 pages :lol:
Et te sens-tu en phase avec toi même ?

Trash : toi aussi tu ressens cela ? ben mince alors. J'aurais pas cru. Tu te tiens à tes cours d'anglais (oui, je vous lis dans l'était d'esprit du moment ^^) ?
Il ne faut pas avoir honte même si je suis la première à ressentir la même chose. J'essaie de détourner le truc en parlant davantage de centres d'intérêt (qui sont pas nombreux non plus, je cumule :lol: )
(PS : je t'oublie pas pour notre rencontre, promis)

Nathboop : Figure toi que je me la suis déjà posée cette question. Va savoir. Peut-être que certains oui, d'autres non. Mais j'avoue leur envier leur dynamisme et leur côté si vivant, si connecté à la vie et à leur vie en fait !

madidi : tu as toujours été comme cela ?
C'est vrai que c'est pas facile de se sortir d'un mode de fonctionnement que l'on connait bien et qui nous rassure quelque part. Peut-être faut-il se fixer des micro objectifs pour y parvenir ? En se disant que de toute façon, le bonheur vient de nous et pas des autres ?



Ce matin, j'ai parcouru le net sur ce sujet. Paraîtrait que tout ça viendrait d'une enfance pas super épanouissante et d'une relation biaisée avec les parents. Ben, je le savais ça, mais ça aide pas ^^
105 ans 774
Je me retrouve aussi dans ce que tu écris

Pas vraiment de passion, plutôt des centres d'intérêt qui me motiveront plus que d'autres à bouger.

Et j'ai même pas de vie de couple, j'ai une vie hyper planplan.

Cela dit, un peu comme Nathboop j'ai envie d'extrapoler sur le sujet... Aujourd'hui, je trouve que les passions c'est un peu devenu comme une injonction sociale. "T'as pas de passion ? T'es pas intéressante!". Se réaliser dans la vie, selon moi, ne nécessite pas d'être passionné par un truc ou de se lancer à fond. C'est pas parce qu'on traverse la vie d'une façon discrète et un peu transparente qu'on est pour autant inintéressant.

Je me bats aussi pour arrêter d'être cette personne sans vraie passion, et hyper solitaire (j'ai déménagé dans un petit village, ça n'aide pas, mais même dans une grande ville c'était comme ça). C'est en plein dans le vif du sujet avec ma psy en ce moment :? , ma baisse de moral depuis de longues semaines est clairement liée à mes questionnements à propos de ma vie sociale vide. Je me sens tiraillée entre ce qui est "sociétalement" toléré et ce que je désire au fond de moi et là, c'est franchement l'inconnue... je sais pas ce que je veux, je sais pas si au fond de moi je désire avoir une vie sociale ou continuer mon petit traintrain quotidien. Idem concernant la vie amoureuse. Là, je crois que je le veux, vraiment, mais en fait je me sens pas forcément malheureuse sans. Même mon désir d'enfant, je commence à ne plus trop savoir si c'est mon être qui le veut ou si c'est une influence... (bon, pour ce dernier point, étant donné la vie amoureuse dans le néant depuis plus de 10 ans, je présume que j'ai aussi engagé une sorte de deuil de "l'enfant que je risque de ne pas avoir")

En tout cas, même si ma réponse n'apporte pas de pistes, je me dis que ça n'en fait qu'une de plus à avoir un ressenti un peu pareil au tien, même dans d'autres circonstances.
46 ans à la maison ! 10072
j'ai dit que j'ai ""parfois" honte. ;)
la plupart du temps, çe ne me pose aucun soucis en fait. c'est vrai que je vois bien que les passions prennent une grande part de la vie des passionnés, que ça doit empêcher d'avoir ce fameux "trou". Mais je ne suis pas si sure que ce trou soit réellement négatif...
56 ans calvados 16079
@StefaniaW :

Clau : ah ben si en plus j'aurais dû évoquer le fait de ne pas se sentir en phase avec la société, le post aurait fait 2 pages Laughing
Et te sens-tu en phase avec toi même ?


J'imagine ;) c'est le minimum 2 pages :lol:

Je me sens de plus en plus en phase avec moi-même. Auparavant, je voulais me fondre dans la masse et j'ai compris tardivement (l'an dernier) que c'était peine perdue.

Etrangement plus je découvre mes inadéquations avec "le monde classique" , plus cela me permet d'avancer dans l'acceptation de ma personnalité.

Mais bon, moi je suis tordue du cerveau hein :lol:

Je lirai la suite des messages plus en soirée, là je suis en mode "grand-mère" .
37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Psychobunny : déjà : :kiss:
C'est vrai que ce n'est pas facile de faire le tri entre ce qu'on est vraiment et ce qu'on croit qu'on voudrait être parce que la société nous l'impose comme ça et pas autrement .. Mais pour autant, la clé doit là quelque part au milieu de cette nuance.
Je te souhaite de trouver de l'apaisement au milieu de tout ça psychobunny re :kiss:

trash : ahhh tu me rassures ^^
Mais, ça m'intéresse ce que tu commençais à écrire. Y'a quoi après les petits points ? :) Le teasing était intéressant :lol:

Clau : pour une tordue du cerveau, je trouve que ton cheminement est plutôt sain et admirable moi ! Et je pense que tu es dans le vrai même. Tu as appris à arrêter de te parasiter avec le moule sociétal pour te permettre d'être toi, c'est plus que bien oh !
46 ans à la maison ! 10072
Ce trou, c'est aussi ce qui permet une introspection, ce qui nous oblige à nous apprendre à nous connaître nous-même.
Et tout peut être négatif ou positif suivant comme on le voit. L'histoire du verre à moitié vide ou plein, quoi...
cet espace vide, c'est la possibilité de quelque chose qui peut arriver, de la place possible pour du nouveau, pour de la découverte.
Et puis le vide, ça peut être léger.
56 ans calvados 16079
trashrap a écrit:
Ce trou, c'est aussi ce qui permet une introspection, ce qui nous oblige à nous apprendre à nous connaître nous-même.
Et tout peut être négatif ou positif suivant comme on le voit. L'histoire du verre à moitié vide ou plein, quoi...
cet espace vide, c'est la possibilité de quelque chose qui peut arriver, de la place possible pour du nouveau, pour de la découverte.
Et puis le vide, ça peut être léger.


Bien résumé :D
56 ans calvados 16079
"Clau : pour une tordue du cerveau, je trouve que ton cheminement est plutôt sain et admirable moi ! Et je pense que tu es dans le vrai même. Tu as appris à arrêter de te parasiter avec le moule sociétal pour te permettre d'être toi, c'est plus que bien oh !"

A mon sens "tordue du cerveau" équivaut à ne pas penser comme tout le monde et surtout à toujours se poser des questions (pas nécessairement en négatif, loin de là)

Oui j'ai appris à stopper mes désirs de me fondre dans la masse, je n'y ai pas ma place.
A un moment il faut choisir entre :
- faire semblant de penser comme tout le monde alors qu'on n'adhère pas et donc être mal à l'aise avec soi.
- assumer ses idées différentes et qui l'on est.

Le "souci" est que le deuxième choix peut occasionner une rupture sociale, pas toujours facile à vivre.
Alors on repart vers la question du "trou" à combler ;)
Il y a mille façons de le faire, chacun peut trouver la sienne, le tout est d'être bien avec soi-même déjà.


@psychobunny
: j'ai bien aimé ta phrase au sujet des passions. Ca devient gonflant ce besoin de "passions" partout; comme si on pouvait définir une personne par rapport à cela (revoilà l'histoire du moule où on doit tous se trouver, conformisme mon ennemi :lol: )

Perso, j'ai une nouvelle attitude, quand on me demande mes passions, je zappe et stoppe le dialogue :lol:
Je n'ai pas ou plus de temps à perdre avec des personnes qui ne me correspondront pas ;)
37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Effectivement, c'est une belle manière de penser le phénomène. J'avoue ne jamais avoir vu les choses sous cet angle. Du coup, c'est à creuser à retenir surtout !!! Merci Trash !!!
B I U