MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Rupture : comment savoir qu'on a fait le bon choix

37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Bonsoir,

A la base, je voulais ouvrir un blog annexe afin d'expier, de poser des mots ou d'essayer du moins sur le bordel dans ma tête et mon coeur. Mais visiblement,  
on ne peux pas créer de blog (problème au niveau du code de vérification, bref).

Je m'excuse par avance car cela va être confus.

Après 3 ans d'une relation particulière à mes yeux (la première depuis longtemps, pas eu peur du bonheur au début, pas de dépression en vue de ce fameux bonheur (si si ça existe)), j'y ai mis un terme il y a 15 jours, jour pour jour.

Difficile d'en résumer les raisons tant il y en a. Je suis tombée amoureuse du bon côté de F. mais au fur et à mesure, son côté sombre a assombri le tableau. J'ai porté à bout de bras sa situation pour qu'il s'en sorte à tout niveau, alors qu'il n'était pas demandeur. Je voulais à tout prix qu'il sorte de son espèce de marginalité pour redevenir "normal", et enfin avoir une vie normale, tous les deux.
J'ai souvent dit à mon psy que "je sens bien que c'est ma moitié d'orange même si par moment c'est acide".

Mais voilà, l'amour ne fait pas tout. Je me suis épuisée à croire que cela pourrait évoluer dans le bon sens. Mais il a trop de problèmes à régler, que je ne peux régler à sa place.

Après un week-end chez ma meilleure amie où j'ai eu l'impression de me voir en miroir devant un de ses couples de potes, je l'ai quitté en rentrant.

Mais que c'est dur de quitter quelqu'un qu'on aime tout en sachant que sur le long terme, cela ne fonctionnera pas. Que c'est dur de quitter alors qu'on a toujours été celle que l'on quitte. Que c'est dur de prendre une telle décision quand on fait tout pour l'éviter.

Pour le moment, et ça doit être l'effet rupture, je ne pense qu'à ses bons côtés et tout le côté sombre passe au second plan. Alors que quand on était ensemble, c'était l'effet inverse qui se produisait. Car dieu sait qu'il y a du lourd du côté sombre.

Un pote m'a écrit (dédicace, si tu me lis) quelque chose de très juste : j'ai pris une décision difficile, maintenant j'ai un choix à assumer. Et on va pas se mentir, moi en reine du contrôle, assumer un choix dont je maîtrise absolument pas les conséquences, cela ne me plait pas.

Il a quitté l'appartement aujourd'hui. N'ayant pas le permis, je l'ai aidé à apporté le peu d'affaires qu'il a et son toutou (Baloo ... auquel je me suis fortement attachée) chez le pote qui va l'héberger. Des enfants riaient au loin pendant que je le regardais charger ses affaires dans le coffre, pendant que je me disais que je ne réalisais pas ce qu'il se passait. Et en me répétant tantôt "comment sait-on qu'on a fait le bon choix ?" et "ça va aller, après la pluie vient le beau temps". On s'est dit au revoir dans la voiture, il a tenu à me dire qu'il n'oubliera jamais ce que j'ai fait pour lui et son chien. Que je suis celle qui a fait, et lui qui a essayé. Je pense qu'on gardera contact, plus tard. Car on a un lien fort. Ou alors je dis ça sous le coup de l'émotion, j'en sais rien.

J'ai pleuré au réveil ce matin et j'ai pleuré en rentrant dans la voiture. Je me retrouve face à moi-même. Et j'ai peur. Peur de ne pas apprivoiser ma solitude, peur d'être isolée, peur de ne jamais arrivée à me poser avec quelqu'un, peur de le regretter, peur d'être inapte au bonheur ?

Comment savoir que je n'ai pas réellement délaissé ma moitié d'orange acide ?
Je sais qu'il y a que moi qui peux le savoir, mais comment savoir ?

Désolée, fallait que ça sorte, d'une manière ou d'une autre.

Dans une semaine, ça aurait fait 3 ans.
S
30 ans 3465
Quand on quitte quelqu'un, c'est qu'il y a une raison. On ne rompt jamais sur un coup de tête, c'est qu'il y a vraiment une faille importante dans la relation.

Voilà comment savoir si tu as fait le bon choix. Certes c'est toujours douloureux, mais c'est un mal qui t'empêchera de t'enliser dans une situation qui ne te convient pas. Et qui te permettra d'avancer. Tu as arraché le pansement. Il fallait que tu le fasses tôt ou tard.
551
Comment savoir si on fait le bon choix ?
On ne sait jamais vraiment. Il y a parfois des moments où l'on a besoin de s'éloigner, des jours où il devient presqu'évident que c'est la seule solution.
On pense à son bonheur, à celui de l'autre aussi .
A force de toujours donner, un jour on se rend compte qu'on a besoin d'autre chose, que l'on ne trouve plus la force de regarder l'autre avec bienveillance, qu'on ne se sent plus capable d'etre la bequille, d'etre l'autre moitié de ce qui devrait ne faire qu'un.
Tu as pris une décision et en effet, il va falloir l'assumer.
Ca n'est jamais facile, l'amour ne disparait pas comme ca. On ne se réveille pas un matin en cessant d'aimer son autre.
Tu garderas sans doute le contact, rompre sans heurts deja c'est enorme et je sais ce que c'est crois moi.
Peut etre que rester amis avec lui t'aidera ou peut etre au contraire cela sera plus douloureux encore ca je ne peux pas te dire.
Moi je sais que je ne peux pas vivre sans elle dans ma vie et que même si ca me fait mal de la voir avec un autre, pour rien au monde je ne veux la perdre et rompre les ponts.
On se remet de tout Stefania même de l'amour.
Il faut du temps, du recul mais parfois il est necessaire d'avancer sans regarder en arrière.
Tu as fais le plus dur . Il va te falloir apprendre à vivre pour toi maintenant.
Je sais ca parait facile à dire mais tu vois même si on cherche la plupart du temps l'autre "moitié de notre orange", l'important c'est de vivre sans faire de quartiers. Tu es la personne importante et tu es responsable de ton propre bonheur. Le Bonheur ne doit pas dépendre d'un ou d'une autre. Il est ce que tu en feras. Tu le reconstruiras pierre après pierre.
Beaucoup de courage à toi, des pensées positives et des calins aussi.
Nini
S
85 ans 4896
Stefania :kiss: :kiss: tout d'abord,

Je pense que rompre est douloureux, une douleur qui est différente de celui qui est quitté, mais qui est réelle et qui est parfois moins reconnue.

Je rejoins sibel sur le fait qu'il y a eu une ou des raisons qui t'ont poussé à prendre cette décision. Je connais des gens qui ont rompu sur un coup de tête par contre, sur l'impulsivité du moment et dans l'incapacité de faire face à une discussion de fond par exemple, mais en général ils sont revenus en arrière. je ne pense pas que c'est ton cas Stéfania, tu as certainement réfléchi avant de prendre cette décision ?

Apparemment, tu avais un peu occulté le côté "sombre" de la personnalité de ton conjoint pendant un moment, au début c'est assez courant, le sentiment amoureux lisse un peu nos ressentis. il est parfois possible que le sombre passe à plus de lumière, mais comme on a tellement pas de pouvoir là-dessus, c'est pas à cause ou grâce à nous, c'est uniquement la personne qui décide de faire un travail ou pas là-dessus. Ce qui fait que dans cette optique, je pense mieux d'envisager que le côté sombre reste toute la vie et donc à toi de savoir si cette part de ton conjoint est envisageable pour toi, pourquoi pas , seul toi peut répondre à cette question.

Tu parles de moitié d'orange mais acide, je comprends bien que cela veut dire qu'il y avait beaucoup de choses qui te correspondaient profondément chez lui, c'est une belle chose de l'avoir vécu et tu as du passer de bons moments qui resteront à jamais.

Pour ma part, je suis pas trop dans cette optique, mon conjoint n'est pas ma moitié. Je suis quelqu'un de complète et lui aussi, donc nous sommes deux oranges et nos "acidités" ne peuvent donc pas nous atteindre, puisque nous ne formons pas qu'un, c'est en tout cas comme cela que je visualise la chose.

Il est tout à fait "normal" que pour le moment tu ne te souviennes plus de ces moments d'ombre car la rupture c'est passé "proprement" et que tu n'as pas attendu d'être complètement détachée de lui à cause de cette fameuse part. Tu as aussi du coup évité d'être éventuellement atteinte par cette part qui apparemment te posait assez souci pour que tu en viennes à prendre cette décision.

Si tu t'écoutais, tu aimerais lui dire de revenir ? tu regrettes ta décision ? Tu as le sentiment d'avoir pris cette décision trop tôt ? tu penses que tu aurais eu un pouvoir sur un changement chez lui ?

A mes yeux, il est très important de savoir que nous n'avons pas le pouvoir de changer les autres, que nous-mêmes.

Courage en tout cas pour ces moments difficiles !
89 ans 9582
Saralou a écrit:


Je pense que rompre est douloureux, une douleur qui est différente de celui qui est quitté, mais qui est réelle et qui est parfois moins reconnue.

=D>
37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Sibell : C'est vrai que vu comme ça, cela ne laisse plus trop de place aux doutes ... Il est clair que la situation n'évoluait plus, il avançait à pas de fourmi, il fallait faire quelque chose. Il aurait fallu que ça vienne de lui mais ...

Nini : Merci pour tes pensées positives, elles ne seront pas de trop en ce moment !
Quand tu écris "A force de toujours donner, un jour on se rend compte qu'on a besoin d'autre chose, que l'on ne trouve plus la force de regarder l'autre avec bienveillance, qu'on ne se sent plus capable d'etre la bequille, d'etre l'autre moitié de ce qui devrait ne faire qu'un." Cela a été tout à fait ça. J'avais atteins ce point là et lui se noyait dans ses soucis. Fatalement, ça devait coincer tôt ou tard.
Le plus dur pour moi maintenant va être de vivre avec moi-même, peut-être d'enfin d'essayer de trouver le moyen de sortir de ce sentiment d'être incomplète qui me suit depuis des années.

Saralou : Il est certain que quitter est douloureux. Maintenant que je le vis, je le comprends.
Oui j'avais réfléchi à cette décision, elle a fait suite à 2 mois de break (sous le même toit, lit séparé) pour qu'il avance dans ses démarches, comprenne l'urgence pour lui et pour nous et pour que moi j'arrête de faire l'éponge de tous ses soucis. Ce we chez ma meilleure amie a été le déclic.
J'ai longtemps espéré que ses problèmes se résoudraient avec le temps mais c'était sans compter son comportement face à ses problèmes. Ca a fini par faire trop. J'ai voulu le tirer vers le haut mais ça m'a tiré vers le bas, parce que je suis comme ça : une éponge.
Pour l'heure, je suis incapable de répondre à tes questions, de savoir si je regrette, si j'aimerais qu'il revienne. Parfois, je me demande si le fait de l'avoir quitter lui déclenchera le déclic suffisant pour s'en sortir et ainsi reprendre notre couple comme il aurait dû être. Mais cela est sans doute utopique. Il se sortira de ses problèmes "extérieurs", je lui souhaite en tout cas, mais il restera ses problèmes intérieurs. Et là, s'il ne veut pas changer, personne ne pourra le faire à sa place.

Ce qui est sûr, c'est que trouver l'appart vide ce matin au réveil fût dur. Il n'est plus là. Baloo non plus. Même ma minette est déboussolée, elle n'a plus le chien à toiser, ni son maître d'adoption a embêter à 7h du matin. Elle me colle et me suit partout.
S'il venait à me manquer, il faudra que je fasse la part des choses entre : "me manque-t-il lui ? ou est-ce parce que la solitude m'est trop pesante ?" Ce qui sont 2 choses bien différentes à laquelle je devrai veiller.
35 ans 886
Stefania, je ne suis pas experte de ces choses-là, mais j'ai l'impression que tu as pris une décision réfléchie basée sur des choses concrètes, ce qui me semble vouloir dire que tu n'as pas fait un mauvais choix.
Bon courage et gros :kiss:
46 ans à la maison ! 10072
Je croit qu'on se fait toujours des illusions en pensant qu'on peut aider l'autre à changer. Si la personne en face ne correspond pas à ce qu'on voudrait qu'elle soit, ou même à ce qu'elle voudrait être mais n'est pas, soit on doit s'adapter, soit on doit passer son chemin. Et c'est super difficile de passer son chemin. Peut-être plus difficile que d'insister et de se perdre dans une relation qui ne nous correspond pas.
Si tu n'étais pas bien dans cette relation, c'est que de toute façon tu as fait le bon choix, et tu vas pouvoir avancer dans une autre direction.
37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
trashrap a écrit:
Et c'est super difficile de passer son chemin. Peut-être plus difficile que d'insister et de se perdre dans une relation qui ne nous correspond pas.


Alors ça, c'est clair ! D'extérieur, ça paraît simple : c'est compliqué ? bah barre toi !. Sauf que quand tu es dedans et bien amoureuse, ça devient autrement compliqué et tu te bas comme pas permis ...

Comme tu dis, une nouvelle direction se profile ... pour le moment, c'est au jour le jour.
46 ans Sur un gros arbre perché 7658
Bonjour.

Juste pour resituer, il s'agit de "l'informaticien à domicile", adepte de films porno' et d'"adopte un mec", ou bien tu avais rencontré quelqu'un après lui ?
37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Bonjour Le Chat,

Non, il s'agit de la même personne. J'avais oublié ces passages. Après cela, il n'y a plus eu de souci au niveau porno ou d'informatique.

Hier, j'ai vu une amie. Ce qu'elle m'a dit m'a fait beaucoup de bien. Mais malheureusement, le soir seule aidant, j'ai craqué. Je me suis mise à sentir une fringue qu'il a oublié :cry: ...Et en début de nuit, j'ai fondu en larmes.
C'est pas gagné.
46 ans à la maison ! 10072
rien d'anormal là-dedans. Il faut du temps pour faire le deuil, et tu as tout à fait le droit de craquer quand tu en ressens le besoin.
29 ans En Indochine 573
Coucou Stefania (et les autres),

Je ne dirais rien de bien nouveau, mais c'est vrai qu'une rupture est difficile à vivre, même si on est celui qui part. Si tu as pris cette décision, après des mois à avoir essayé de lui faire prendre conscience de certaines choses, c'est aussi ton instinct de survie, quelque part. Tu as senti que rester serait compliqué à vivre, et que tu te perdrais à trop vouloir arranger les choses. Tu te préserves.

Quant au fait de se retrouver seule face à soi-même, oui c'est dur. Mais c'est nécessaire, surtout quand on s'est donnée à fond dans une relation, qu'on y a mis de l'énergie, du temps et qu'on y a cru.
Donne-toi le temps de réapprendre à te connaître, à faire le deuil de cette relation petit à petit, de faire le point sur ce que tu veux et ne veux pas, ou plus.

Courage ma belle :kiss: :kiss:
M
75 ans 327
Bonjour Stefania et tous ceux qui interviennent,

Rapidement.

En l'espèce, il n'existe pas de bon ou de mauvais choix, seul le choix que tu as fait pour toi et ta vie. Je ne sais plus qui disait qu'on regrette plus souvent les choses que l'on a pas faites que celles que l'on a faites. Si tu ressentais que la relation ne menait pas là où tu souhaitais aller, le choix de rester sur ce chemin plus longtemps t'aurait-il été plus profitable ?

Tu avais quelque chose, ce n'était pas parfait, mais c'était à toi et tu y étais attachée. Maintenant, tu ne l'as plus, alors tu es triste. C'est normal, je dirais même plus, c'est nécessaire. Alors accorde-toi le temps d'être triste et d'éprouver le manque. C'est dur, nous le savons tous et toutes. Mais c'est aussi comme ça que ça deviendra plus facile ...

:kiss:
37 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Coucou,
Désolée d'avoir mis du temps pour répondre. Dans le genre loi des séries, mon PC est chez le réparateur et ma voiture fait du bruit, youpi.

Je vous remercie tous pour vos interventions et d'avoir pris le temps de me soutenir. Vos mots se rejoignent tous sur un point : si j'ai fait ce choix à cet instant T, ce n'est pas par hasard : il le fallait, pour moi, pour lui, pour nous.

J'ignore si notre couple se reformera un jour, lorsqu'il se sera sorti de toutes ses merdes et s'y tient. J'avoue que dans ce cas là, je n'y serais pas hostile. Mais personne ne peut le prédire, ni moi, ni lui, ni personne. Peut-être que d'ici là, j'aurais refait ma vie avec quelqu'un de complétement différent. J'en sais rien et personne ne sait.
Pour le moment, nous ne coupons pas le contact, c'est peut-être mal mais j'assume. Et personne ne peut juger car personne n'est dans nos vies et nos têtes pour comprendre l'attachement et le respect qu'il reste malgré tout.

Le plus important aujourd'hui est que je me reconstruise, ou construise je ne sais pas bien. Ce n'est pas tant la solitude qui m'effraie mais le fait d'être isolée. Je paie le prix d'avoir peu d'amis là, aujourd'hui. Donc là aussi, c'est un choix que je dois assumer.

The show must go on en quelque sorte. Je ne sais pas trop encore comment, mais je vais bien finir par trouver.

Merci à toutes et tous.
B I U