MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Monsieur Devos

48 ans Puteaux 569
J'ai appris la disparition de Raymond Devos ce matin :cry:

Allez en hommage, un de ses textes :

Les parcmètres, c'est une tricherie!
Vous savez que ça rapporte une fortune aux  
pouvoir publics?
Une fortune!
Je le sais parce que mon voisin
s'est fait installer un
petit parcmètre clandestin devant chez lui . . .
Tous les soirs, il va retirer la recette . . .
Il vit bien!
Il s'est même acheté une voiture!
Evidemment, il l'a mise devant
son parcmètre.
Depuis, il ne fait plus un rond.
Mais ça, c'est de sa faute!
45 ans 17521
ah ? :( je ne savais pas...

je l'aimais beaucoup aussi, il me faisait beaucoup rire, et contrairement aux "comiques" actuels, c'était tout en finesse, et plein d'esprit...
64 ans nice 3117
:oops: triste nouvelle !

c'était un sacré personnage !!

j'adore ses textes !!

je me rapelle le sketch, ou on ne sait plus qui est le maitre, qui est le chien === génial , comme toujours !!
5030
J'ai eu l'occasion de le voir étant plus jeune en spectacle, c'était un artiste superbe. (des jeunes comiques devraient en prendre de la graine,a coté leur pseudo sketche font pasle figure.)


un vrai génie des mots..
C
50 ans 1965
A 12 ans j'interprétais ses textes dans mes cours de théatre...j'étais fan!!!

Un magicien des mots nous a quitté... :cry:
34 ans abonnée absente 829
Un grand monsieur :cry:
J'avoue que ça me fait tout drôle de savoir que cette fois ci il a dernier-soupiré pour de bon.
47 ans Luxembourg 31390
Quand on s'est connus, ma femme et moi, on était tellement timides tous les deux qu'on n'osait pas se regarder. Maintenant, on ne peut plus se voir ! «

[Raymond Devos] «

> Je connais un monsieur, c'est un auto-stoppeur professionnel. Il lui est arrivé un accident de travail... il a perdu le pouce ! «

[Raymond Devos] «

> J'ai un copain, il est pilote d'essai... enfin, il ne l'est pas encore ; pour l'instant, il essaie d'être pilote ! «

[Raymond Devos] «

> Je n'aime pas être chez moi. A tel point que lorsque je vais chez quelqu'un et qu'il me dit : "Vous êtes ici chez vous", je rentre chez moi ! «

[Raymond Devos] «



> Moi, lorsque je n'ai rien à dire, je veux qu'on le sache !

[Raymond Devos] «

> Paradoxalement, sur une auto, vous avez des freins à tambour, alors que sur un tambour, vous n'avez pas d'auto-frein !

[Raymond Devos] «

> Un muet, c'est un antiparlementaire. «

[Raymond Devos] «

> Rien, ce n'est pas rien ! La preuve, c'est que l'on peut le soustraire. Exemple : rien moins rien = moins que rien

[Raymond Devos]

> Pour un raté... rater, c'est estimer avoir réussi là où les autres considèrent qu'ils ont raté ! «

[Raymond Devos] «

> Tous les écologistes sont daltoniens, ils voient vert partout

[Raymond Devos] «

> Il buvait toutes mes paroles, et comme je parlais beaucoup, à un moment, je le vois qui titubait... «

[Raymond Devos] «
> Avez-vous remarqué qu'à table les mets que l'on vous sert vous mettent les mots à la bouche ? «

[Raymond Devos] «

> Un ministre, ça ne se vend pas ! Ca s'achète parfois ! Mais ça ne se vend pas !

[Raymond Devos] «

> En France, on n'a pas de pétrole, mais on a des idées ! Alors, j'ai troqué ma deux chevaux contre une deux boeufs ! «

[Raymond Devos] «

> - Mais pourquoi courent-ils si vite ?
- Pour gagner du temps ! Comme le temps, c'est de l'argent... plus ils courent vite, plus ils en gagnent ! «

[Raymond Devos] «

> Parce qu'il y a des magiciens qui vous promettent la lune... Moi, je vous promets le soleil ! « Envoyer à un ami
« Dans mon citabook

[Raymond Devos] «

> Vous savez, les idées elles sont dans l'air. Il suffit que quelqu'un vous en parle de trop près, pour que vous les attrapiez ! «

[Raymond Devos] « Plus sur l'auteur

Extrait du sketch Echange d’idées



> Je connais un critique qui est en même temps auteur... ce qui le met en tant qu'auteur dans une situation critique ! « Envoyer à un ami
« Dans mon citabook

[Raymond Devos]

> Un croyant, c'est un antiseptique. «

[Raymond Devos] «

> La télépathie, c'est le téléphone de demain.
[Raymond Devos] «

> Monsieur, ce que j'admire en vous, c'est que vous avez le courage d'être vous-même ; avec tout ce que cela comporte de ridicule ! «

[Raymond Devos] «

> - Est-ce que les histoires que vous racontez ne vous empêchent pas de dormir ?
- Si, mais comme ce sont des histoires à dormir debout, je récupère ! «

[Raymond Devos]

> On ne sait plus ce que c'est que l'obscurité. A force de vouloir faire la lumière sur tout, on ne distingue plus rien ! «

[Raymond Devos] «

> Lorsqu'on a la prétention, comme moi, d'entraîner les gens dans l'imaginaire, il faut pouvoir les ramener dans le réel, ensuite... et sans dommage ! «

[Raymond Devos] «

> Quand on demande aux gens d'observer le silence... au lieu de l'observer, comme on observe une éclipse de lune, ils l'écoutent ! «

[Raymond Devos] «

> Même avec Dieu, il ne faut pas tenter le Diable !

[Raymond Devos] «

> - Le fou n'aime pas la marche...
- Pourquoi ?
- Parce qu'il la rate !

[Raymond Devos]

> Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l'un avance, l'autre veut le dépasser. Et moi, comme un imbécile, je marche ! «

[Raymond Devos] «

> J'adore être pris en flagrant délire. «

[Raymond Devos] «


> Si ma femme doit être veuve un jour, j'aimerais mieux que ce soit de mon vivant. «

[Raymond Devos] «

> J'ai été hier au cinéma. Voir un film en noir et blanc. Pas un film en couleurs : je suis en deuil. «

[Raymond Devos] «

> La raison du plus fou est toujours la meilleure. «

[Raymond Devos] «

> J'ai un ami qui est xénophobe. Il déteste à tel point les étrangers que lorsqu'il va dans leur pays, il ne peut pas se supporter !

[Raymond Devos] «

> Si vous cassez un bout de bois en deux, il y a encore deux bouts à chaque bout. «

[Raymond Devos] «

> Se coucher tard nuit.

[Raymond Devos] «

> Ne rien faire, ça peut se dire. Ca ne peut pas se faire !

[Raymond Devos] «

> Quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaître mes torts ! «

[Raymond Devos] «

> Etre raisonnable en toutes circonstances ? Il faudrait être fou...
[Raymond Devos]

> J'ai toujours réussi à rater tous mes examens.

[Raymond Devos] «

> Il ne faudrait pas croire que les responsables d'hier étaient plus ignorants de la situation que ne le sont ceux d'aujourd'hui

[Raymond Devos] «

> Est-ce que c'est en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous pourrions faire le jour même que nos l'éviterons ? «

[Raymond Devos] «

> Pour Dieu, l'imaginaire c'est une vue de l'esprit. La fiction ça le dépasse ! «

[Raymond Devos] «

> Par exemple, j'ai ouï dire qu'il y a des choses qui entrent par une oreille et qui sortent par l'autre. Je n'ai jamais rien vu entrer par une oreille et encore moins en sortir ! «

[Raymond Devos] «

> Les gens disent tous la même chose !
Ils disent tous, lorsqu'ils leur arrivent quelque chose : "Ça n'arrive qu'à moi !" «

[Raymond Devos] «

> Une rengaine, c'est un air qui commence par vous entrer par une oreille et qui finit par vous sortir par les yeux.

[Raymond Devos] «

> Je me suis remis à la clarinette. C'est ce qui rapproche le plus de l'anglais. «

[Raymond Devos] «

> Quand un homme ne dit rien alors que tout le monde parle, on n'entend plus que lui ! «

[Raymond Devos] «


> On se prend souvent pour quelqu'un, alors qu'au fond, on est plusieurs. «
[Raymond Devos] «

> Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter. « Envoyer à un ami
« Dans mon citabook

[Raymond Devos] « Plus sur l'auteur





> L'intellectuel dont la richesse est toute intérieure n'a rien à craindre du percepteur qui voudrait le taxer sur ses signes extérieurs de richesse.

[Raymond Devos] «


> Moi, je fais attendre les gens pour leur faire passer le temps. «

[Raymond Devos] «



> Un jardinier qui sabote une pelouse est un assassin en herbe.
[Raymond Devos] «

> Dès que le silence se fait, les gens le meublent. «

[Raymond Devos]



> - Qu'est-ce que vous regardez ? C'est la carte routière ?
- Non ! C'est la carte des vins. C'est pour éviter les bouchons

[Raymond Devos] «

> Chaque fois que mon percepteur revenait, je payais un impôt sur le revenu.

[Raymond Devos] «

> La plupart des gens préfèrent glisser leur peau sous les draps plutôt que de la risquer sous les drapeaux.
[Raymond Devos]

> Une fois rien, c'est rien ; deux fois rien, ce n'est pas beaucoup, mais pour trois fois rien, on peut déjà s'acheter quelque chose, et pour pas cher. « Envoyer à un ami
« Dans mon citabook

[Raymond Devos] « Plus sur l'auteur

Extrait du sketch Parler pour ne rien dire



> C'est pour satisfaire les sens qu'on fait l'amour ; et c'est pour l'essence qu'on fait la guerre. «
[Raymond Devos] «

> Si l'on peut trouver moins que rien, c'est que rien vaut déjà quelque chose. «
[Raymond Devos] «


> La grippe, ça dure huit jours si on la soigne et une semaine si on ne fait rien. «
[Raymond Devos] «


> On a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort ! «
[Raymond Devos]

> Je crois à l'immortalité et pourtant je crains bien de mourir avant de la connaître. «
[Raymond Devos] «


> Lorsqu'un chêne sent le sapin, il sait que sa dernière heure est arrivée. «

[Raymond Devos] «


> Le flux et le reflux me font "marée". « Envoyer à un ami
« Dans mon citabook

[Raymond Devos]
> Si tu étais plus belle, je me serais déjà lassé. Tandis que là, je ne m'y suis pas encore habitué ! «

[Raymond Devos]

> Toute la nuit, j'ai cru entendre le chromosome en plus qui tournait en rond dans ma case en moins
[Raymond Devos] «


> L'autre jour, au café, je commande un demi. J'en bois la moitié. Il ne m'en restait plus. «

[Raymond Devos]




> Quand les Verts voient rouge, ils votent blanc. « Envoyer à un ami
« Dans mon citabook

[Raymond Devos] «


> Il m'est arrivé de prêter l'oreille à un sourd. Il n'entendait pas mieux. «

[Raymond Devos] «


> Qui prête à rire n'est jamais sûr d'être remboursé. «

[Raymond Devos




> Est-ce l'oeuf le père de la poule ou la poule la mère de l'oeuf ? «
[Raymond Devos]




> Du moment qu'on rit des choses, elles ne sont plus dangereuses.
[Raymond Devos]


> Si Dieu n'est pas marié, pourquoi parle-t-on de sa grande Clémence ? «
[Raymond Devos]





> Je suis adroit de la main gauche et je suis gauche de la main droite. «
[Raymond Devos]

Le petit poussin
Récemment, je suis entré dans une auberge
pour y dîner et sur la carte,
il y avait marqué: " Poussin rôti ".
Et... j'ai commandé un poussin rôti.
J'ai vu arriver un petit poussin...
dans une assiette... Hamm !!!
Je n'en ai fait qu'une bouchée
dans mon gros ventre !
Un petit poussin !
Vous avez déjà vu un petit poussin ?
C'est mignon à croquer !
C'est une petite boule jaune...
Ça fait: cui-cui...
Il n'était pas cuit !
Et je n'en ai fait qu'une bouchée
dans mon gros ventre !
Ça aurait été une vieille poule, encore...
Bon !
Une dure à cuire... elle a vécu !
(Elle a fait son temps !)
Mais un petit poussin... !
J'aurais mieux fait d'aller me faire cuire un œuf !
Oh, ça ne vaut guère mieux !
Chaque fois qu'on va se faire cuire un œuf,
c'est comme si on envoyait
un poussin se faire cuire !
Parce que, qu'est-ce qui fait le poussin ?
C'est l'œuf !
Et encore... on ne sait plus !
Il y a ce fameux dilemme que chacun connaît :
Qu'est-ce qui fait l'œuf ?
C'est la poule ! Bon !
Jusque-là, il n'y a rien à dire.
On est tous d'accord.
Mais qu'est-ce qui fait la poule ?
... C'est l'œuf !
Alors, la question est :
Qui a commencé ?
Est-ce l'œuf le père de la poule,
ou la poule la mère de l'œuf ?
Ça ne peut pas être le coq !
Les coqs, eux, ne pondent pas d'œufs !
Quoiqu'il n'y ait pas de poules sans eux ! (œufs)
Sans eux... les coqs !
Comme il n'y a pas de coqs sans elles... (ailes)
Sans elles, les poules !
Évidemment ! Parce que sans ailes,
il n'y aurait ni coqs,
ni poules, ni poussins !
Et ce serait tant mieux !
Parce que j'aurais mangé autre chose !
J'aurais mangé du veau...
Un petit veau !
Vous avez déjà vu un petit veau ?
Un vieux bœuf... bon !
Passe encore. Il a vécu... !
Mais un petit veau...
Vous avez déjà vu une petite tête de veau... ?
A la vinaigrette !
!!!
J'aurais mieux fait de manger un œuf,
parce que, comme on dit,
qui mange un œuf mange un bœuf !!!

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort.
C'est difficile de juger. Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde.
Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort !
Donc, j'avais raison !
Par conséquent, j'avais tort !
Tort de donner raison à des gens qui avaient le tort de croire qu'ils avaient raison.
C'est-à-dire que moi qui n'avait pas tort, je n'avait aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort !
J'ai raison, non? Puisqu'ils avaient tort !
Et sans raison, encore ! Là, j'insiste, parce que ...
moi aussi, il arrive que j'aie tort.
Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas.
Ce serait reconnaître mes torts !!!
J'ai raison, non? Remarquez ... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison.
Mais, là encore, c'est un tort.
C'est comme si je donnais tort à des gens qui ont tort.
Il n'y a pas de raison !
En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !

Raymond Devos.

j adore :D
39 ans Sud Ouest 3873
Oui, c'est vrai que son humour était très subtil, tout en finesse.
Un grand bonhomme...
Ca m'a fait un gros pincement quand j'ai appris ça.
Il n'a pas de disciple malheureusement, sauf peut-être Gustave Parking mais dans un autre registre quand même.
Et dans le genre absurde il y avait aussi Pierre Desproges, plutôt pas mal non plus...
64 ans nice 3117
MERCI :D :D
P
55 ans 75 19
J'étais une grande fan de cette humoriste.
:cry: :cry:
P
55 ans 75 19
Pardon, je voulais dire cet humoriste (excusez la faute de frappe)
:cry: :cry:
B I U