MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Image de la femme

46 ans 271
Je suis entrain de lire un livre sur la femme au travail.
D'après le livre, les filles reçoivent une éducation de "gentille petite fille modèle". Elles sont ancrées par la suite  
dans ce mode d'image!
Arrivées à l'âge adulte, beaucoup ne changent pas et je voudrais connaître votre avis à ce sujet.
Entre autre: devenir et être une femme adulte, responsable et mâture, changer d'identité pour devenir soi même, quelle est pour vous votre identité de femme?...

Je suis issue d'une éducation stricte et rigide.
Difficultés pour moi de m'affirmer, alors que besoin d'être moi même, bien dans ma peau!!!
Ex: danser et improviser des danses!!! Selon le rythme et non des danses "traditionnelles"!
Ex: m'habiller en couleurs plutôt que les couleurs strictes et impersonnelles (noire, blanc, gris.)
Ex: me maquiller selon mes goûts et mes désirs

Je n'ose me tenir droite à 100% du fait de ma poitrine forte qui est alors mise en valeur... J'aime ma silhouette et de ce fait me regarder chez moi! Pas dehors...

Des trucs qui paraissent anodins mais sont pour moi importants!!!
Ex: porter des jupes évasées et non plus des pantalons...

Caro
84 ans 4747
Pour moi m affirmer à été de justement m éloigner de l idée d un genre.

Être une femme en soi ne veut rien dire pour Moi, à part qu entre mon mari et moi il n y avait que moi qui pouvait porter nos enfants avant leur venue au monde.

En fait mon genre ne me définit pas. Je déteste les jupes et je n aime pas les talons par exemple, je n aime pas les chapeaux de fille par exemple et exemple tout bête je dois me protéger beaucoup du soleil à cause d une maladie auto immune et je n aime pas mon image avec un chapeau alors que tout le monde me dit qu' il me va bien etcc.

La j ai acheté un chapeau d homme et je me sens beaucoup mieux avec.

Point de vue du comportement je me sens plus humaine que femme. Les qualités sur lesquelles je travaille ne sont pas liées à un genre mais à la personnalite.

J ai eu une éducation un peu destructuree entre une mère assez rigide et severe et un père très peu masculin et plus cool. Donc j ai plus ressenti la pression sociale de "t es une fille ,tu dois (être sage, jolie, lisser tes émotions, ne pas te battre physiquement dans la cour de la récré. Plus tard " tu dois être flattée parce que tu suscites du desir".

Je pense donc que chaque personne homme ou femme devrait pouvoir s affirmer comme il en a envie. Il y a quand même des choses qui évoluent dans la société et heureusement même s il y a encore du chemin à faire évidemment.
46 ans 271
Saralou, je trouve ta réponse très intéressante!!!
Elle va me permettre de me structurer selon mon caractère et selon mon mode de vie!
Mon père est très macho et de ce fait: je le trouve "con".
Dans le livre que je lis sur le monde du travail, au niveau du rapport homme/femme, le constat est que le monde du travail est macho, réalité à tenir en compte difficile pour moi! Mais à prendre en compte!!!

Caro
37 ans très au sud 7473
J'ai une histoire particulière avec le genre.
Fille unique je n'ai eu aucune pression et très vite je me suis révélée le modèle casse cou. Fille (j'aimais les volants, les jupes qui tournent par ex) et garçon aussi (je n'aimais pas le rose, j'adorais les petites voitures, aller pêcher avec mon père et tout escalader). Mais j'étais une fille c'était clair, je ne me posais pas de question en fait.
Ma meilleure amie était un garçon dans un corps de fille. C'était aussi simple que ça, du coup c'était elle et pas il, très simple quoi! Je ne voyais absolument rien de surprenant là dedans et pourquoi les adultes en parlaient parfois à voix basse (les idiots qui croyaient qu'on entendait pas!).
Avec l'adolescence I/W m'a un peu fait payer d'être complètement une fille et elle pas encore. Avec le recul je la comprends.

Ça a dérapé justement au début de l'adolescence quand j'ai compris ce que suscitait le corps des filles: le désir des hommes et le devoir de répondre aux désirs de certains, la façon qu'ils ont de l'imposer (attouchements). Gros choc pour la gamine indépendante qui n'avait conscience de rien de tout cela, fini l'insouciance...
J'ai commencé à détester ce corps que j'aurai voulu sans genre, androgyne pour correspondre à qui j'étais alors dans ma tête. Mais non je suis une pulpeuse avec des courbes que l'on dit bien placées et prononcées (une hérésie que de dire ça pour moi à l'époque!).
J'ai été en stand by et en TCA des années après ça puis mon corps m'a rappelé à l'ordre avec une maladie pas du tout liée à l'alimentation, une grosse alerte et là j'ai compris que lui et moi on allait devoir faire la paix.
C'est passé par la danse (afro contemporain et barre au sol), me rhabiller, me remaquiller pour m'embellir et non me cacher. Un déclic. À partir de là j'ai aimé mon corps de femme et être femme. Je joue avec les codes en ne boudant ni mon plaisir ni mon confort.
Mais il me manquait une dernière étape pour aimer mon corps: la maternité. Et maintenant je suis sure d'une chose: mon corps de femme est formidable! Il m'a offert un magnifique bébé, un top accouchement, il nourrit mon bébé. Je m'habille encore plus confort et j'affirme mon look, je ne sacrifie pas l'un à l'autre.
Je suis la femme que je suis, pas celle que je voulais être mais celle dont j'avais le potentiel pour être et ça me convient très bien! Même si je n'ai pas des abdos de rêves, une silhouette en 38, ne porte pas de talons, des cheveux blancs, des vergetures... je suis une femme heureuse et depuis on me dit que je rayonne, que la maternité me va bien. Non c'est MA féminité qui me va bien en fait!
46 ans 271
Ça me fait du bien de lire vos évolutions/métamorphoses de fille/adolescente en femme!
Reinette81, moi aussi j'ai eu pour amie une personne homo dans sa tête. Son rôle auprès de moi était de prendre ma défense dans la cour de récréation et je l'en remercie!!!

Ma mère est castratrice dans le sens où il est interdit pour elle que je sois une femme!!... Je la laisse courir maintenant! Il n'empêche qu'elle m'énerve parfois par ses remarques négatives / reproches!!!
Si ma mère est castratrice dans sa tête: c'est qu'elle a été marquée par la seconde guerre mondiale, et qu'elle en porte encore aujourd'hui ses conséquences dans sa tête. Elle est restée dans sa génération et n'a pas su évoluer avec son temps!

Pour ma part, à mes 28 ans: choix de ne pas fonder une famille mais ma carrière professionnelle.
Aujourd'hui, à mes 44 ans: pas de regret = je suis en adéquation avec mon choix et ce n'est plus à 44 ans que j'élèverais "mes enfants futurs".
J'en ai voulu tellement à mes parents, étant enfant, de m'avoir eu tardivement!!!
Il n'est pas question pour moi d'imiter cette "bêtise"...

Etant enfant: je portais des jupes et jamais de pantalons. Raison = je me sentais trop grosse déjà à cette époque là!... A mon sens, je n'assumais pas mes formes et donc: pas de pantalons qui seraient moulants!

A mon adolescence: pantalon et plus de jupe!

Aujourd'hui: plaisirs retrouvés de porter des jupes évasées!! Je n'arrive pas à marcher avec des jupes droites et ça ne m'attire pas du tout! Du fait de la mode: difficultés pour moi de trouver des jupes évasées et non droites!

Caro
42 ans Hauts de Seine 153
Bonjour,
À la lecture de ton 1er message, je me suis demandé ce qui pouvait bien t’empêcher de « franchir le pas » et de vivre tes envies comme bon te semblait.
Je n’ai pu m’empêcher de souffler un ouf de soulagement après avoir lu la suite de tes écrits.
Très heureux de voir que tu assumes pleinement tes choix et envies.
Ma curiosité me démange et me pousse à te poser cette question:
Pourquoi avoir opposé choix de maternité et choix de carrière ? Sont-ils à ce point indissociables ?
En espérant que ce choix ne soit pas le fruit de ton expérience malheureuse avec une mère castratrice.
PS: à 44 ans, c’est tard mais encore jouable. Tu sembles avoir tant d’expérience et de vécu à transmettre. Pas de regrets ???
46 ans 271
Chanson de Piaf qui me tourne dans la tête:
"Non, rien de rien! Non, je ne regrette rien! C'est passé! Balayé! Oublié! Je me fous du passé!!!!!"
"Avec mes souvenirs, j'ai attisé le feu! Mes chagrins, mes plaisirs, je n'ai plus besoin d'eux!!!..."

Et Opéra d'Offenbach avec le french cancan:
"Oui ! Voilà! Voilà la vie parisienne du plaisir!! Voilà ! Voilà ! Voilà!
Oui! Voilà Voilà la vie parisienne! Voilà , voilà, voilà! ..."

Je les adore!!!
Offenbach avec son sourire coquin et son opéra osé pour l'époque du 19ème siècle!
Piaf avec son interprétation de son/sa poème/mélodie!!!


Caro
46 ans 271
A mon sens: pour donner vie à des enfants, il faut d'abord être bien en soi-même et ce n'était pas le cas à mes 28 ans!!!
Aujourd'hui: j'ai réglé mon mal être par un travail sur moi même et c'est tant mieux!
Je sais que je peux avoir encore des enfants.
Je ne veux pas reproduire le mal être que j'ai vécu de mes parents en les concevant tardivement!!
Je ne veux pas être responsable de ce mal être (pour mes futurs enfants que je n'aurais pas)!!!
Intention de faire ma vie sans ayant donner vie à un/des enfants...
Il existe, du moins je l'espère, mille et autre façons de vivre que de donner vie et les éduquer par la suite même si: à mes 28 ans, je voulais être mère!...
Le choix à été dur à mes 28 ans entre: être mère ou suivre la raison de mon état de santé de l'époque...

J'espère ne pas vous choquer!

Caro
37 ans très au sud 7473
Caro tu as parfaitement le droit de ne pas vouloir d'enfant et je te trouve très forte de résister à la pression sociale. On ne dit pas assez ce que c'est que d'avoir un enfant, le chamboulement, des doutes (voir la violence en fait de tout cet amour) etc...
On doit être sur de le vouloir et aussi de ne pas le vouloir. L'un ou l'autre choix doit permettre d'être heureux. À chacun de trouver sa façon d'être heureux. Pour moi faire un enfant c'est beaucoup une question d'avec la bonne personne. Je suis la mère que je suis avec mon homme, je n'aurai pas été celle là avec mon ex.
Je te comprends Raycaro dans le sens où même si j'ai un enfant, que je l'adore, je sais que je vais continuer ma vie pro et la faire évoluer aussi. Je ne veux pas que mon enfant soit tout pour moi, c'est trop de pression pour un enfant (je l'ai vécu et en ai souffert)! Je veux qu'il ai l'image d'une maman active et qui a des centres d'intérêts en dehors de lui et de la maison, une maman qui aime son travail et s'y investit aussi. Une maman qui est une femme. Une maman qui l'aime inconditionnellement ça c'est certain.
Le meilleur conseil de maman que l'on m'ai donné me vient de ma dentiste: ne vous négligez pas, ce WE offrez vous un luxe pour vous et maquillez vous si ça vous fait plaisir, faites une sieste, confiez votre bébé et sortez une paire d'heures. Je l'ai fait et ça m'a fait beaucoup de bien. je me suis offert la super huile démaquillante Chanel et je me suis maquillée. Et bien hasard ou pas mon bébé n'a jamais été aussi calme que ce soir là et nous sommes même passés à côté des coliques...!
Une maman heureuse c'est un bébé heureux ^^
42 ans Hauts de Seine 153
Hello Caro,
Tu as déjà fourni la plus belle des réponses en chanson :)
Tu es épanouie, heureuse, comblée, alors que tant d’autres tirent la tronche au quotidien...
Que demander de plus :)
Aucun choix par essence n’est mauvais dès lors qu’il est réfléchi et assumé.
Bon dimanche à tou(te)s.
46 ans 271
Merci beaucoup Reinette81 et Sheeraz!!!
Pour moi: un enfant n'est pas conçu pour être le "souffre douleur" de mes 28 ans!!
J'ai connu cette place de "souffre douleur" par mes parents qui ont eu chacun leur blessure propre; et mes parents ont pensé, en concevant des enfants: "tourner la page", "passer l'éponge" alors qu'ils n'avaient pas fait de travail sur eux même avant de fonder leur famille!

Caro
46 ans 271
Le rôle de l'enfant cadet dans ma famille est destiné à s'occuper de ses propres parents lorsque ceux ci seront vieux!!!
Depuis toute petite: il m'a été clairement établit que, selon cette p... de famille, ils m'avaient conçus pour être leur auxiliaire de vie lorsqu'ils seront âgés!!
Or, je suis d'une fratrie de 3 personnes: mon frère, ma sœur et moi! Autrement dit: je serai peut être une auxiliaire de vie mais à 1/3 de responsabilités et d'actes selon mes règles.

Lorsque j'entends dans d'autres familles la même logique de conception: je constate que cela fait partie des logiques des générations antérieures! Et c'est triste à le reconnaître mais cette logique là risque de perdurer...

Caro
42 ans Hauts de Seine 153
Assez cocasse... De « notre » côté, c’est l’exact opposé. L’ainé mâle a le devoir de rester auprès des parents. On fait preuve de beaucoup plus de mansuétude à l’endroit du cadet.
Combien de fois ai-je assisté à des tranches de vie surréalistes... Les aînés, dès leur plus jeune âge, voient leur enfance et insouciance volées.
Ma plus profonde estime pour celles et ceux qui parviennent à s’affranchir de ce carcan.
84 ans 4747
L enfant sacrifié, c est bien triste, qu' il soit à n importe quelle place de la fratrie.

Dans certaines familles c est simplement celui qui n a pas fondé de famille de son côté. Donc la place peut varier aussi au fil du temps.

En tant que parent je ne peux absolument pas le comprendre. En tant qu' enfant je ne me sens pas obligée de me sacrifier pour ma mère, je m en occupe dans la mesure de mes possibilités et de mes limites.

Je n attends surtout pas de sacrifice de la part de mes enfants. Je leur dis déjà maintenant. Déja,je ne veux pas que cela soit mes fils qui soient en situation de proche aidant, il y a un système qui se met en place quand la personne commence à avoir besoin d aide (en tout cas en suisse) il y a aussi les associations de bénévoles qui sont aussi la pour un coup de main (j en ai moi même fait avec plaisir).

J aimerais qu' on vienne me voir (même si c est pas souvent) avec plaisir et pas par obligation. (En vrai j aimerais mieux mourir avant la perte de mes capacités physiques ou mentales mais on verra bien ! )
46 ans 271
Je vous remercie bien de vos réponses!!!

J'ai cette envie de me maquiller! Le frein pour le faire au niveau des yeux est que je touche souvent mes yeux. Je ne sais si c'est un TOC ou pas!

Il y a aussi que : lorsque je me maquille, c'est simplement du rouge à lèvre => succinct comme maquillage à dire pas l'habitude d'en faire plus!
Actuellement, la mode est de se mettre une sorte de poudre sur les joues et je me dis que ça vieillit plus la femme qu'autre chose... => J'hydrate ma peau avec du lait de toilette (quand j'y pense) pour la nourrir et basta!

Je viens de découvrir le parfum de figue et j'aime bien!
Je ne l'achète pas faute de moyens en ce moment!
Il n'empêche que je l'aime bien!

Pour les cheveux: je suis allée voir le coiffeur il y a 3 semaines ou un mois et il m'a fait une couleur... Seules deux personnes depuis s'en sont aperçues! Autrement dit: cela passe quasiment inaperçue et le produit pour faire de la couleur sentait le toxique chez le coiffeur => pas envie de recommencer!

Pour les ongles: pas envie de les dorloter par du vernis à ongle!
Je suis très manuelle => utiliser mes mains, le doigté est important pour moi!

C'est par les habits, leurs couleurs que: je me "maquille"!! Faire des mariages de couleurs avec les habits: j'aime cela!

J'apprends petit à petit à aimer mon corps!
Alors qu'à une époque : déni farouche même si j'étais alors sportive!

Caro
B I U