MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Bonjour,J'ai connu l'inceste de mon frère de mes 12 ans à mes 1

46 ans 283
Bonjour,

J'ai connu l'inceste de mon frère de mes 12 ans à mes 14 ans et demi:
- par des attouchements sexuels au tout départ, à mes 12 ans,
Puis,
- par des attouchements  
sexuels ET des viols.
A dire que, lorsque j'étais mineure, mon frère était déjà: un jeune adulte.

Mon frère savait dès la première fois que:
- j'étais non consentante!!!!
- c'est interdit par la Loi.
- il savait et était conscient que c'est interdit par la loi et que j'étais contre à connaître l'inceste, mais: il s'en foutait!

Cela s'est arrêté à mes 14 ans 1/2 car mes parents ont vu une scène lorsqu'il me violait.
Chocs pour mes parents!
Mes parents n'ont rien fait, ni rien dit, devant moi à: mon violeur / frère.
Mais à compter de ce jour: mon frère a arrêté de me faire subir l'inceste.

En 2001: je dépose plainte contre mon frère avant qu'il puisse y avoir prescription.
De 2001 à 2003: j'étais à l'abri dans un foyer.
En 2003: je devais retourner chez mes parents car plus de possibilités alors d'être hébergée car l'âge limite alors était de 30 ans pour être acceptée dans ce foyer.

Lorsque mes parents ont appris que j'ai déposé plainte contre leur fils: ils ont tout fait pour que je retire la plainte!!!
Seulement, passé deux ans d'un dépôt de plainte: impossibilité administrative à pouvoir la retirer!!!

Mes parents, ma famille côté maternelle et ma marraine et mon frère m'ont alors fait subir des maltraitances telles que: j'ai fait pas mal de tentatives de suicide.
Cette "familia" (= parents + mon frère + fratrie de ma mère + ma marraine + une cousine germaine côté maternelle): ont voulus par tous moyens à ce que la procédure judiciaire se termine par: un "non lieu".

Ils ont alors sollicité l'intervention d'une cousine éloignée!!!
J'ai appris (à l'époque de la procédure judiciaire), par cette/ma "familia": que j'avais un lien sanguin avec une cousine éloignée, qui était alors: "juge d'instruction", à l'époque de la procédure judiciaire!!!!
(Juge d'instruction alors dans un autre département)

J'aurais un lien sanguin/généalogique avec elle par un ancêtre commun de 1756!!!!!
Cet ancêtre commun de 1756 a eu deux enfants.
Ma mère descend question généalogie de l'un des enfants de cet ancêtre de 1756.
La cousine éloignée / juge d'instruction descend question généalogie de l'autre des enfants de cet ancêtre de 1756.

J'ai appris en Juillet 2018 que: cette descendance de cet ancêtre commun de 1756, se connaissait depuis 1756:
- la descendance de ces deux enfants de cet ancêtre de 1756 avait gardé contact entre eux et vivaient question géographie dans le même "coin"/ville/région.
Ma mère est née en 1937.
La cousine juge d'instruction est née en un mois de décembre mais je ne sais plus de quelle année.
Par contre: elle est de la génération à peu près de la fratrie de ma mère.
Leurs familles respectives au XXème siècle, ont "grandi" ensemble car dans la même ville pendant leur enfance!

Mes parents, la fratrie de ma mère, +.... = soit : la "familia"; ont sollicité pendant la procédure judiciaire, à l'insu du système judiciaire officielle: l'intervention de "cette cousine éloignée - juge d'instruction" pour qu'elle puisse intervenir de façon "non officielle" à ce qu'il y ait à la finale un: "non lieu"!!!

J'ai compris, une fois, lors d'une menace,...: que..., pour rester en vie (au moins physiquement), il me fallait arrêter de témoigner (des délits et des crimes subis) à la vrai juge d'instruction officielle chargée de procéder à s'occuper de ce dossier judiciaire...

Il y a eu à la finale: un "non lieu"!
- du fait que la familia avait appris quelques semaines ou mois avant; que mon frère risquait alors, je crois, de 15 ans de prison...

Je sais que la juge d'instruction officielle, lorsqu'elle a appris qu'il y avait eu un "non lieu" à la finale, a dit alors, à mon avocat: que "ce type (soit mon frère) est un "vrai salaud"!!". Mon avocat l'avait vue dans une colère.
Mon avocat comme la vrai juge d'instruction officielle avaient compris que je connaissais beaucoup de pression, d'insécurité, d'où mes tentatives de suicides....
Mais lorsque le verdict du "non lieu" est tombé: explosion de colère de la vrai juge d'instruction officielle devant mon avocat.
Mon avocat, comme la vrai juge d'instruction officielle, comme des médecins; étaient tous sur un même constat du fait de mon dépôt de plainte: que j'avais connu l'inceste et d'autres types de maltraitance!!

J'en ai parlé à des médecins de cette "cousine éloignée-juge d'instruction" qui avait corrompu la justice.
J'ai réussi à en parler à mon ancien avocat (bien après le "non lieu", à dire des années après).

A mon ancien avocat, en 2014: il m'avait expliquée que l'urgence en 2014 était que:
- je reste en vie!!!
Il savait que j'étais encore en danger, j'étais devenue tellement fragile et épuisée qu'il avait peur pour moi que je refasse d'autres tentatives de suicide si je déposais plainte du fait de cette "corruption judiciaire" volontaire de ma "familia"!!!
Il m'avait expliquée, que, pour ce qui est de pouvoir déposer plainte face à cette corruption judiciaire, il me fallait pouvoir, avant tout, redevenir en bonne santé physique et psychique, me reconstruire, ceci en me préservant de mes agresseurs et donc, tout faire pour déjà:
- couper les ponts de façon définitive avec la famille, ceci, de façon physique et psychique!!!!

Je sais que, en 2018: je suis encore en danger de ma "familia"!!!
Cette semaine, une médecin généraliste m'a expliquée que la médecine "ne pouvait rien faire" pour m'aider!!!!

Il fallait, selon elle, que j'aille faire des démarches à la police ou à la gendarmerie!!!

Hier, j'ai appelé la police.
Je leur ai parlé de cette corruption judiciaire via la cousine éloignée (au statut de juge d'instruction à l'époque de la procédure judiciaire), cousine éloignée; en 2018: à la retraite.

Si je suis entrain de "craquer de nouveau": c'est que:
- mon père est né en 1929.
- on est en 2018.
Il est maintenant une "personne âgé".
Cela fait depuis 2016 que je connais des situations de danger face à mon père biologique.
Des situations de danger où j'ai failli "y passer"!!!
J'ai compris que mon père a une peur bleue de mourir de sa mort naturelle car personne âgée maintenant!!
J'ai compris aussi et surtout, que maintenant, l'objectif de mon père est que: "je décède avant lui"!!!!
Ceci pour que: je ne puisse pas témoigner, après sa mort naturelle, après son existence, de cette corruption judiciaire qui a eu lieu et de d'autres types de maltraitances...
L'"honneur de la famille" est si importante,... qu'ils sont prêts à tout!!!

Ex:
Mon père m'a dit, début 2018, par téléphone, (lorsqu'il n'y avait aucun témoin, à dire, lorsque ma mère était en ville faire des courses), que:
Mon père à moi, sa fille cadette, par téléphone: "Il faut que tu mettes un terme à ta vie!"

De même, début Juillet 2018:
- intimidation de la cousine éloignée (qui avait été juge d'instruction et qui a pu de ce fait, faire en sorte qu'il y ait corruption judiciaire lors de la procédure judiciaire):
La cousine éloignée à ma personne: "Il serait "regrettable" pour toi que tu parles de moi comme quoi, j'ai participé à ce qu'il y ait corruption judiciaire"!!!..."

J'ai appelé la police suite au conseil de la médecin généraliste hier: Le 09/10/2018.
J'ai essayé d'expliquer à la police que je n'ai plus confiance en la Justice!!!
Mais que je suis de nouveau en danger de ma familia: surtout de mon père!!!
Du fait que la cousine éloignée - ancienne juge d'instruction - maintenant à la retraite, existe toujours!...
Alors, comme il y a eu corruption judiciaire déjà; pourquoi il faudrait que j'ai confiance en la Justice en 2018?...
Car pour moi, par ses anciens contacts de collègue dans le système judiciaire de la cousine éloignée, alors:
- il peut y avoir de nouveau corruption judiciaire!!
La cousine éloignée, ancienne juge d'instruction, est elle aussi: capable de tout pour que je ne témoigne pas!!!

J'ai expliqué aussi à la police qu'il me faut trouver des "objectifs de vie" et surtout: être en "sécurité"!!
Depuis 45 ans: maltraitances!!!
J'en ai assez!!
Et pour autant: j'essaie de trouver des "objectifs de vie", ceci pour ne pas "craquer"!!!

En 2017/2018: j'ai connu des maltraitances dans un hôpital dont je dépends.
=> il me faut aussi éviter d'être de nouveau, dans cet hôpital!
Car crise économique = sous effectif de praticiens hospitaliers = "êtres humains" médicaux, aussi en état de "burn out" évidents => maltraitances de toutes sortes!!!
Par différents témoignages, je sais maintenant que: c'est "chose courante"!
Par un médecin: témoignage comme quoi, maintenant, il y a de la maltraitance dans des hôpitaux par des praticiens hospitaliers et non simplement dans l'hôpital auquel je dépends!!!

J'aimerais avoir des conseils pour:
- savoir comment être de nouveau conseillée par un avocat?... = comment avoir accès à un avocat?...
- faut - il pour cela passer par un commissariat ou gendarmerie?...
- comment faire pour que je sois et reste en "sécurité"?...
35 ans 471
"J'ai compris aussi et surtout, que maintenant, l'objectif de mon père est que: "je décède avant lui"!!!!" maiiis heu c'est des malades :/ À lire tout ça il n'y a qu'une chose à faire : fuire ! Vas habiter n'importe où mais ailleurs ! (comme on te le conseillait en 2014). Tu t'inquiéteras des histoires d'avocats et procès plus tard.
46 ans 283
Je sais!
Je sais aussi que:
- je suis épuisée à 100%.
=> Je n'arrive plus à me "prendre en main"! Même pour le quotidien!!!
Constat maintenant que "je me laisse aller" depuis environ : trois semaines!!!!

Depuis Décembre 2017: j'essaie de me fixer des "objectifs de vie"!!!...
Et non simplement: métro/boulot/dodo!...: "à l'aveugle".

Depuis le 03/08/2018:
1) Hystérie de la conseillère de Pôle Emploi où j'ai eu peur pour ma "sécurité physique" +++++
& Canicule ++++
=> Pulsions de suicides intenses et fréquentes alors pendant 15 jours après le 03/08/2018.
Car: à quoi cela sert de continuer à vivre: si, Pôle Emploi = dangereux = incapacité à trouver un job!... ?

=> Volontairement: je n'en parlais à personne de mes pulsions de suicide, car:
* par expériences vécues, je sais maintenant que :
- hôpital = maltraitances déjà vécues sur des mois en 2017/2018!!
( et non du tout de: "soins médicaux dans un établissement où les patients sont censés être en sécurité"....)

<=> Refus pour moi de prendre le risque de connaître encore d'autres types de maltraitances!!!
= Manque de confiance à 100% maintenant à l'hôpital car constats que:
- l'"ordre des médecins" n'est pas du tout appliqué & la Loi française non plus!!!!
Constats amers!!!
Mais : réalités!!!!

=> Volontairement de ce fait, je me suis "protégée" de l'hôpital!!!! = mon "acte de protection" aussi paradoxal à le lire a été de ne pas aller à l'hôpital!!!!
=> pour ne pas aller à l'hôpital: silences volontaires à ne pas témoigner que je souffrais.

=> J'ai pu être aidée et soutenue cependant par ma cousine germaine côté paternelle.

J'ai rebondi lorsque je suis allée faire un signalement au commissariat du 03/08/2018 à Pôle Emploi!!!
Après le commissariat:
Mon but alors était de rester en vie tant que mon cousin germain était encore en vie!!!!
S'il y aurait eu besoin que je lui fasse un don de mon sang ou d'organe = je l'aurais fait!!!

Depuis le décès de mon cousin germain le 25/08/2018:
1) Colères ++++ qu'il n'a pas pu être sauvé par la médecine de 2018!!...
=> Incapacités pour moi d'aller à son enterrement!!!!
J'étais trop en colère!!!
&
Revoir de nouveau mes agresseurs (mes parents + mon frère) lors de l'enterrement = blocage dans ma tête!!!

Je constate depuis le 09/10/2018, que depuis trois semaines:
- je n'ai plus la force.
- je sais que je suis épuisée !!!
- comme: à bout de souffle!!
= j'essaie de me trouver "des buts" et donc, "des objectifs de vie" pour essayer au moins: de me reprendre en main pour le quotidien!!!

Je sais par expériences que mon père est prêt à tout!!!!!
Deux personnes de mon quartier ont osé me témoigner eux aussi que:
- mon père est un "pervers".
Le personnage officiel de mon père est le contraire du personnage officieux de mon père!!!!
En 2017: dans mon nouvel immeuble: mon père à fait des actes tels que je sais q'il est prêt à tout!!!!
PS: je viens d'emménager dans mon nouveau logement depuis le 25/03/2017!!!...
Je sais que mon voisin de palier est extrêmement "choqué" que mon père a essayé à le "manipuler"!!


=> Hier : appel au 17, soit la police!
=> J'ai été orientée vers le 18 puis vers un numéro de téléphone d'urgence où j'ai pu parler d'une partie de mes souffrances.
Je n'ai pas réussi à:
- connaître un mode d'emploi que je puisse réaliser pour être en sécurité.
28 ans ile de france 290
Tu as pensé à consulter ?
K
28 ans 266
Vous dites que vous avez emménagé dans votre nouveau logement depuis mars 2017 mais visiblement vous n'êtes pas assez loin de votre famille pour qu'elle ne vous opportune plus du tout. J'ai une question : qu'attendez-vous pour aller le plus loin possible (et pas seulement dans l'immeuble à côté)? Comme cela vous a déjà été dit : FUYEZ. Votre santé et votre moral en dépendent. Partez très loin, pas seulement dans le village à côté sinon je vais finir par croire que ça vous amuse de vous en prendre plein la tronche (veuillez excuser mon langage fleuri mais je cherche à comprendre car il y a une différence entre ne pas pouvoir car pas le choix et avoir peur de l'inconnu).
Voili voilou, j'espère que ma réponse ne vous aura pas choquée ni plombée le moral, je sens bien votre détresse et j'aimerais vraiment que vous puissiez avancer et goûter au bonheur au lieu de vous ronger les sangs avec cette histoire.
Vous l'avez bien vu, ces personnes ne lâcheront pas et sont prêtes à tout pour vous mettre au fond du trou, donc tâchez de changer radicalement de vie et de vous faire valoir justice dans une ville dans laquelle votre famille n'aura AUCUN pouvoir sur vous ni sur personne d'autre.
Et consulter un psy serait sans doute une piste à creuser 😉
Bonne journée 😘 😘
C
34 ans Pas de tchat mariée 1 enfant heureuse, dragueurs s'abstenir, en plus je suis un mauvais coup. 1942
Bonjour. Vous posez trois questions
:
- "Savoir comment reprendre un avocat" : L'ancien ne convient plus ? Vous cherchez quelqu'un en qui faire confiance ?
- "Passer pour cela par les forces de l'ordre" : vous avez besoin d'une aide financière ? Qu'on vous aiguille vers un professionnel bienveillant ?
- "Être en sécurité" : qu'entendez-vous par là ? Sécurité morale et/ou physique ? Vous êtes menacée par votre famille et n'avez plus confiance dans les institutions (justice e et hôpital), il y a différents problèmes à régler pour vous sentir en sécurité je crois.
46 ans 283
J'ai été suivie par le centre de victimologie de 2000 à 2002 (ou 2003 je crois)
Ensuite: par un excellent médecin spécialiste de 2002 à 2017.
Le 30/06/2017: départ à la retraite de mon médecin spécialiste alors!!!
2017/2018: prise en charge par l'équipe de praticiens hospitaliers qui étaient totalement:
- incompétents sur le plan médical
- incompétents sur le plan administratif
- pour certains: de tous jeunes praticiens fraîchement diplômés = pas d'expériences médicales avérées, mais une volonté pour eux, par tout moyen, d'exercer des actes hors la loi et aussi, ne pas tenir compte de l'ordre des médecins!!!!

J'ai réussi à clôturer mon dossier dans cet hôpital fin mai 2018.
- depuis: j'ai réussi à trouver d'autres médecins compétents qui acceptent que je sois leur patiente!!!

Mais pour ce qui est des démarches judiciaires pour faire un "stop" à ces maltraitances pour mes agresseurs = comment m'y prendre?...

Les médecins spécialistes constatent que :
- j'ai tous les symptômes d'une victime
- je suis extrêmement: lucide, perspicace et intelligente d'après l'un d'eux!
- souvent: ils me disent que je suis "forte de caractère"!
- hier, l'un d'eux m'a demandée comment cela se faisait que je connaisse aussi bien la Loi d'après lui?...
Il a été étonné que je connais la Loi du fait:
- de tout ce que j'ai subi!!!
- à mes 3 ans, par le dessin animé du Petit Poucet: prise de conscience en moi à mes 3 ans que:
* il existe "des familles méchantes"
* ce n'est pas parce j'ai une famille que je suis en sécurité à 100%
* prise de conscience qu'il existe des actes de maltraitances à l'intérieur même du noyau familial
* cette prise de conscience par "le Petit Poucet" m'a sauvée la Vie!!!!
Car grâce à lui: j'étais avertie, j'avais découvert, j'avais appris et donc par la suite: j'étais consciente que de la maltraitance puisse exister dans sa propre famille biologique et/ou de par son entourage proche!!!

J'ai découvert à mes 3 ans que:
- les maltraitances gratuites subies par la suite = corrélation avec le Petit Poucet comme quoi:
mes agresseurs = ma famille + l'entourage = des hors la loi
mes agresseurs avaient des problèmes dans leurs têtes!!!

Ce n'est pas parce que j'ai été victime de mes agresseurs que, parce que je témoigne, alors, mon témoignage ne pourrait pas être pris en compte!!!

Comme le médecin me le dit:
- je sus lucide, perspicace, et intelligente!

Il y aussi que:
- je suis un être humain!!!!
- je ne suis donc pas une machine ou un article ou "super woman"...
A dire que: il est tout à fait naturel que j'ai des émotions, et que je puisse aussi témoigner de mes limites!...
46 ans 283
Désolée de ne pas te répondre volontairement "Kelissa": tes propos sont, selon moi, pouvant être définis comme : "agressifs".

A Chapinette:
J'essaye de reprendre contact avec mon ancien avocat depuis une semaine.
J'ai appris qu'il a un planning surchargé de par sa secrétaire.
Je lui ai envoyé un e.mail cependant et j'attends depuis une semaine: sa réponse.

Pour déménager:
- j'ai des problèmes financiers,
& il faut avoir des moyens financiers stables pour être à l'abri physique (=> Déménagement) & aussi et surtout: sur le "long terme" (=> sur plusieurs années) !!!!
- il faut être aussi que je sois capable de déménager car: en mauvaise santé actuellement!!!
- par expériences déjà constatées: mon père avait réussi à savoir où était mon foyer en 2003 par une faille administrative ...

J'ai en effet besoin de savoir comment trouver un avocat compétent et disponible.

Le plus urgent pour l'instant est que:
- en théorie: mes parents sont chez ma soeur en ce moment pendant deux semaines.
=> Ils sont donc en ce moment à 800km de chez moi.
=> Faire des démarches pendant ce temps là : pour que mon père soit expertisé au plus vite car lorsqu'il rentrera de ses deux semaines.
=> je voudrais qu'il soit expertisé alors et par ce biais: que des mesures soient prises pour qu'"il ne soit plus un danger pour autrui".
C
34 ans Pas de tchat mariée 1 enfant heureuse, dragueurs s'abstenir, en plus je suis un mauvais coup. 1942
Est-ce l'association sosfemmes qui vous hébergeait avant vos 30 ans ? Cette assoc bénéficie de foyers pour femmes en difficulté sur tout le territoire. Sosfemmes.com .
K
28 ans 266
Alors déjà je suis désolée si mes propos vous ont semblé agressifs j'en suis vraiment navrée, ce n'étais pas mon intention 😊 d'autant plus que l'inceste est un sujet qui me connaît bien, et ensuite, peut-être sans le vouloir vous avez répondu à l'une de mes interrogations donc merci pour votre réponse.
Je vous fais quand même d'énormes bisous 😘 et vous souhaite bon courage. J'espère que vos démarches vont aboutir.
46 ans 283
Aujourd'hui: j'ai 45 ans.

J'avais réussi à obtenir l'adresse d'un foyer par SOS viol.
En 2001: constats qu'il a été très difficile de trouver une place libre pour moi car en 2001 = foyers complets à 100%.
J'avais connu un premier foyer temporaire via sos viol.
Puis: un autre foyer = "un foyer d'hébergement d'urgence".
Le foyer d'hébergement d'urgence avait pour rôle de me loger.
Je sais que j'avais été marquée par un constat: il y avait beaucoup d'insécurité là dedans!!...
46 ans Out of nowhere 3545
Raycaro, avec toute mon amitié, je pense que tu as besoin de soins. Es-tu suivie médicalement? Pour te connaître un peu, je pense que tu es une personne très intelligente et sensible, avec pleins de qualités. Je ne suis bien sûr pas psychiatre, mais tes angoisses et ta souffrance apparaissent de manière trop évidente pour ne pas voir que tu as besoin d’un suivi thérapeutique.
99 ans chezmoi 1721
Raycaro,

je voudrais d'abord te dire que j'ai lu ton récit et je suis navrée de tout ce que tu as subi..


Tu dis que tu es suivie médicalement mais quel genre de suivi?
T'es tu vue proposée un séjour en maison de repos (cadre fermé donc sécurisant) suite à tes TS ou même avant d'en venir là ?

Tu disais cet été que tu cherchais à avoir un contact avec une assistance sociale?as tu réussi? Qu'est ce qu'il en est?

Je comprends que tes difficultés financières t'empêchent de partir mais n'as tu pas pensé à le faire quand tu travaillais?

Pour ce qui est des avocats,as tu regardé sur internet, sur les forums?alors je me dis qu'ils doivent déjà crouler sous les dossiers mais tu peux essayer les avocats dont on parle à la tv pour des histoires similaires. On parle de Jacqueline Sauvage en ce moment,peut ëtre qu'en appelant ces cabinets tu pourras être redirigée?tu n'as pas pu avoir des noms d'avocat à sos victimes?

Le mieux serait quand même d'attendre encore un peu le retour de ton avocat,surtout s'il connait bien ton dossier et si tu en es contente!

Zezette
36 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 619
Coucou raycaro :-)


concernant l'avocat as tu essayé de faire appel à l'aide juridictionnelle ?! Ça te permettrait d'avoir un soutien financier pour les honoraires des avocats mais en plus normalement te serait fournie une liste de pro ( https://www.service-pu.../particuliers/vosdroits/F18074 voir aussi maison de justice et du droit http://www.annuaires.j...lieux-dacces-aux-droits-10111/ et point d'accès aux droits http://www.annuaires.j...ts-dacces-au-droit-21772.html)

Après je ne te garantie rien ça fait un bail que je n'ai pas eu à gérer ce type de dossiers les modalités ont peut être beaucoup évolué, genre coupe dans les budgets donc plus de financement ça ne m'étonnerait pas ;)

sinon comme évoquait plus haut je ne saurais que te soutenir pour que tu coupes définitivement les ponts avec tes géniteurs et tous ceux qui ont été malveillants avec toi
Construis toi une nouvelle "famille"avec des proches - amis bienveillants qui pourraient t'entourer, tu le mérites ;)

Un suivi psy ou même des groupes de parole pour victimes d'abus/maltraitance/inceste pourraient t'être utile également

Courage ... Et n'hésite pas à venir parler ici ou par mail si tu te sens mal et que tu as besoin de te sentir soutenue :-)

des bises :-)
(Au fait c'était laetitia on papote par mail même si je n'ai pas répondu à ton dernier, tu sais manque de temps, d'énergie tout ça tout ça :-) )
46 ans 283
Je suis suivie maintenant, par deux médecins par alternance!
1) par la médecin qui succède au cabinet de mon ancien médecin!!!! (Celui qui avait pris sa retraite le 30/06/2017).
Elle fait en ce moment des démarches administratives, pour que je sois acceptée parmi ses patients!!!
2) par le médecin qui m'a acceptée en Juin 2018 (le temps que je puisse trouver un autre professionnel car lui: il a un planning surchargé!!)

Je sais que:
- le centre de victimologie,
- le médecin spécialisé pour de 2002 à 2017,
ont été très professionnels et consciencieux!!!!

Centre de victimologie + médecin spécialisé de 2002 à 2017:

Ex: Très pédagogues!!!
A vouloir m'expliquer les définitions médicales des symptômes qui se sont avérés en moi du fait d'autant de maltraitances!!!
A vouloir m'expliquer que "mes réactions de survie" que j'avais adoptées, sont des réactions/réflexes communes à beaucoup de victimes...
A vouloir me prévenir que toute personne n'est pas capable d'entendre des actes des témoignages de ce type! Car dans la population: réaction de refoulement, déni, fuite ou agressivité selon les réactions de chacun...

Ex:
le médecin spécialisée de 2002 à 2017 avaient "invité mes parents à ce qu'ils puissent s’exprimer eux aussi!!"
C'était je crois en 2002 ou 2003?...

J'ai compris lors d'une consultation de routine, bien après qu'il avait reçu (avec mon consentement au préalable) mes parents; qu'en réalité, il m'avait expliquée par la suite, soit des mois ou peut-être un an après avoir reçu mes parents, que:
- il avait eu le besoin d'effectuer un diagnostic professionnel de l'état mental de mes parents!...
=> Il les avait de ce fait "invités" à ce que mes parents le consultent aussi.
- il m'avait expliquée "son verdict" suite à "cette consultation de mes parents", soit des mois ou un après, que:
* je suis issue d'une famille hautement pathologique!!!!
* il m'a témoignée que: le fait que mon réflexe, dès petite, vers mes 3 ans et demi, avait été d'être méfiante de la familia, cela m'avait permis de me préserver dans ma tête!!! (Ceci: grâce au Petit Poucet!!!)

Je suis restée "équilibrée" plutôt que "déséquilibrée" grâce au "Petit Poucet"!!!

A dire que, du fait de ma méfiance intrinsèque face à la familia, j'étais l'enfant cadette de la fratrie qui était: "témoin des délires de la familia!!".
J'étais une "témoin passive".
J'observais.

Ce n'est pas parce que la familia voulait, à chaque fois, me dévaluer, m'humilier, m'expliquer par A + B que selon eux, je ne valais rien; .... qu'il fallait pour que je le prenne pour étant une "vérité réelle à devoir prendre en compte".

J'ai compris dès:"la Gifle imprévue et surpuissante/mon coma" que ma famille était : une mauvaise famille!!!

Dès petite, volontés tenaces pour la famille que je devais intégrer que je n'étais pas intelligente!!!
=> De ce fait, pour la famille, ce n'était pas la peine selon eux, soit disant: de m'instruire en un domaine ou en un autre!!!

Récemment, j'ai communiqué à un de mes amis (qui a été aussi victime de maltraitances, mais pour lui: c'était surtout sa mère biologique qui était son bourreau, une femme autoritaire, la chef de la famille à commander la famille pour qu'elle exerce de la maltraitance sur lui!!!) que, on avait connu un point en commun sur un type de maltraitance subi:

1) volonté pour l'agresseur et les complices de l'agresseur à vouloir faire courir le bruit, comme quoi: leur enfant était un enfant: "débile mental".
2) j'ai grandi et lui aussi, avec cette étiquette/stéréotype pour "nos agresseurs/et complices" comme quoi: lui comme moi, avions dû vivre avec ce stéréotype: d'"enfant débile mental".
3) lui comme moi avions pris conscience, très petits, que nos agresseurs/et leurs complices avaient des problèmes dans leurs têtes; et que nous étions, de ce fait, leurs victimes (mais il nous fallait nous taire, au risque de "connaître pire"!)
4) Etat de conscience lui comme moi, que nous étions des témoins et des victimes: "des délires de nos agresseurs/complices" mais que nous étions conscients, aussi, tout à fait, à faire la part des choses dans notre tête!!!! Comme quoi: on n'était pas du tout des "débiles mentaux" mais des victimes "de personnes délirantes".

Lors de la procédure judiciaire:
Mon père au commissaire Ortuno, en ma présence, à une audition:
- "ma fille ne doit pas avoir raison et elle doit l'admettre!!!"
Je sais que, le commissaire avait déjà été extrêmement choqué par le personnage de mon père!!!
PS: A cette époque de la procédure judiciaire: j'habitais encore chez mes parents.
Le commissaire m'a demandée alors mon point de vue sur cette affirmation de mon pater ...

J'ai compris que si j'avouais au commissaire que: depuis mes trois ans et demi, j'ai grandi avec ce stéréotype pervers de la familia: comme quoi, pour la familia, il fallait que sois "débile mentale" et que pour la familia, il fallait que je l'"intègre" à dire que je l'"accepte"! Soit que je considère leur volonté à ce que je sois "débile mentale" comme étant une "vérité incontournable d'après eux"....
Alors, j'ai compris que je risquais gros à témoigner au commissaire Ortuno, que j'ai grandi avec l'étiquette obligée à vivre avec ce stéréotype de "débile mentale"!!!

Je pensais aux retombées si j'avouais au commissaire Ortuno de ce type de maltraitances subis car sinon: l'épée Damoclès aurait été que, au retour pour le domicile de mes parents, finie l'audition, alors: je connaisse "pire"!
Soit: lorsque mon père est en colère, il ne sait pas se maîtriser et pour lui alors: il n'y a pas de limites à évacuer sa colère sur moi!!!

J' ai répondu au commissaire par un: "ça ne m'étonne pas"!!!
(que pour mon père: "ma fille ne doit pas avoir raison et elle doit l'admettre!!!")
Autrement dit: un demi aveu!...

Sur les papiers de la procédure judiciaire: une personne de la familia a témoigné que selon elle, à mon sujet: "je n'aurais pas la connaissance des sens des mots et donc, je ne suis pas dans la capacité à témoigner!..."

Mon ami et moi avions découverts, (il n'y a pas si longtemps) que l'on a connu ce même type de maltraitance!...

PS: j'ai eu un 18/20 à l'oral à mon bac de Français et un 11/20 à mon écrit à mon bac de Français!...

Aujourd'hui encore, en 2018, pour la familia: il faut que l'on soit "débile mental"!...

Notre réaction?...
- Les laisser parler dans leurs délires!... Tout en étant conscient que ce n'est pas vrai!...
Car: impossibilité de dialoguer, ou de s'opposer, ou de s'affirmer avec ce type de personnage pervers/familia au risque de connaître: pire!!!
=> Se protéger des délires des agresseurs et de leurs complices "en les laissant se fatiguer dans leurs délires!!!...", soit: subir de la maltraitance psychique de façon la moins pire qui soit.
B I U