MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Sujet sensible "égalité hommes/femmes"

T
36 ans 75
Hello la compagnie,

Je vais lancer un sujet surement déjà aborder moultes fois aborder mais j'aimerais avoir l'avis des différentes femmes ici (suivant la personne la vision de cette égalité est  
différentes je supputes)

Donc j'aimerais savoir qu'elle est votre vision de l'égalité homme/femmes (ou femmes/hommes pour les plus sensibles :))
Bien entendu je parles aussi bien dans le monde professionnel que personnel.

Que voulez vous voir disparaître tout simplement ou changer/modifier dans la vie de tous les jours?

Que voulez vous voir disparaître dans le milieu professionnel?

La femme doit elle être "traité" comme un homme ou les hommes doivent ils être "traité" comme les femmes? (galanterie et autres subtilité de notre culture) ou tout simplement "réinventer" la "place" de chacun?

Que doit on faire des hommes misogynes qui pensent que la femme a tel place dans la société et les hommes tel place?

Que doit on faire des femmes pas du tout "moderne" qui pour elle l'homme doit sortir la CB, car pour elle une femme doit être "chouchouter et choyer" et que si Monsieur rentre dans un jeu de séduction il doit payer.

Bref il y a énormément de "sujets" a aborder.

J'ai pris juste quelques exemples parmi temps d'autres qui me venaient en tête cela ne veut absolument pas dire que je ne suis pas d'accord ou d'accord avec ce que j'ai écris je demande des avis féminin autant que masculin.

Allez à vos claviers ( et si possible ne m'en mettez pas plein la gueule sur la 3 exemples donnés...)
S
85 ans 4905
Ma vision de l égalité est un monde où chacun, homme ou femme ,peut se comporter comme il en a envie sans devoir s affilier à un genre.

En effet quand j étais jeune c était encore très marqué les comportements comme "une fille doit ceci" et un "garçon doit cela " et j ai jamais aimé cela.

Mais j ai eu un père complètement original et qui ,en dehors de son alcoolisme pendant la dernière partie de sa vie, était un féministe avant l heure. Il était d ailleurs traité de "pd" et ou de "femmelette " par les gens du village. Il nous a poussé nous ses filles à être qui on avait envie d être.

Je me suis sentie le droit d être femme au foyer alors que je suis féministe. Pour moi c est pas contradictoire parce que ce schéma ne m a pas été imposé. (Ce que certaines feministes contestent par exemple car elles pensent qu il n y a pas de réel choix, que c est un conditionnement. Bon ben chacune pense ce qu elle veut il n y a pas de pensée unique. Je ne cherche pas à convaincre de mes choix,je les vis simplement)

Après pour moi c est à travail égal salaire égal tout simplement.

A mes yeux, si on supprimait les histoires de genre (je suis une femme mais je ne ressemble pas à une autre femme ) J ai le sentiment que chacun pourrait se conduire comme il en a envie. Mais c est un sujet qui ne convainc pas tout le monde C est clair !

J ai élevé mes fils comme des humains, pas spécialement comme des garçons, ils ont choisi de suivre ou pas des codes sociaux liés à leur genre ,je pense que j aurais élevé des filles pareillement.

Il y a des différences physiques puisque,c est que la femme qui porte l enfant mais cela ne justifie pas pour moi de traitement différent.

Après pour ta question sur de comment se comporter, tu rencontres quelqu un, homme ou femme, pour moi il n a pas de code à respecter. Je n aime pas le romantisme ni la galanterie par exemple et pourtant mon mari me trouve résolument charmante. Donc si une femme attend de toi que tu te comportes d une certaine manière parce que tu es un homme ben tu le fais si ça te plait autrement pas et voilà.
P
53 ans 3719
Tenez jeune homme, vous allez trouver à peu près tout ce qui a été dit (sur ce forum) sur le sujet ici :

https://www.vivelesron...com/forum/viewtopic_347438.htm

Amusez-vous bien. :)
1791
Saralou a écrit:
Ma vision de l égalité est un monde où chacun, homme ou femme ,peut se comporter comme il en a envie sans devoir s affilier à un genre.

En effet quand j étais jeune c était encore très marqué les comportements comme "une fille doit ceci" et un "garçon doit cela " et j ai jamais aimé cela.

Mais j ai eu un père complètement original et qui ,en dehors de son alcoolisme pendant la dernière partie de sa vie, était un féministe avant l heure. Il était d ailleurs traité de "pd" et ou de "femmelette " par les gens du village. Il nous a poussé nous ses filles à être qui on avait envie d être.

Je me suis sentie le droit d être femme au foyer alors que je suis féministe. Pour moi c est pas contradictoire parce que ce schéma ne m a pas été imposé. (Ce que certaines feministes contestent par exemple car elles pensent qu il n y a pas de réel choix, que c est un conditionnement. Bon ben chacune pense ce qu elle veut il n y a pas de pensée unique. Je ne cherche pas à convaincre de mes choix,je les vis simplement)

Après pour moi c est à travail égal salaire égal tout simplement.

A mes yeux, si on supprimait les histoires de genre (je suis une femme mais je ne ressemble pas à une autre femme ) J ai le sentiment que chacun pourrait se conduire comme il en a envie. Mais c est un sujet qui ne convainc pas tout le monde C est clair !

J ai élevé mes fils comme des humains, pas spécialement comme des garçons, ils ont choisi de suivre ou pas des codes sociaux liés à leur genre ,je pense que j aurais élevé des filles pareillement.

Il y a des différences physiques puisque,c est que la femme qui porte l enfant mais cela ne justifie pas pour moi de traitement différent.

Après pour ta question sur de comment se comporter, tu rencontres quelqu un, homme ou femme, pour moi il n a pas de code à respecter. Je n aime pas le romantisme ni la galanterie par exemple et pourtant mon mari me trouve résolument charmante. Donc si une femme attend de toi que tu te comportes d une certaine manière parce que tu es un homme ben tu le fais si ça te plait autrement pas et voilà.


+ 1 :D

saralou, on peut être féministe et femme au foyer, ce n'est pas du tout incompatible :)
S
85 ans 4905
148015 a écrit:


saralou, on peut être féministe et femme au foyer, ce n'est pas du tout incompatible :)


😃
T
36 ans 75
Je vois que de bonnes réponses, enfin de mon avis personnel.

Attention je le redis...je recherche pas le débat héhéhéhé :)

Personnellement mon éducation a été plus que parfaite, pas spécialement de "genre" chacun pouvait "faire ce qu'il voulait" et en aucun cas tu es un bonhomme alors porte tes couilles ou tu es une nana ferme ta gueule, pas du tout mais alors pas du tout le style de la maison.

les "choses" de la vie ont fait que mon père bossait énormément (et se posait que le dimanche après midi devant le grand prix...lol et que ma mère faisait tout à la maison travaillant disons....moins...mais tous les week end.
je n'ai jamais ressenti quoique ce soit de myso ou autre.

mes parents ont quasi 70ans dont 52ans de mariage....et c'est comme ci ils s'étaient rencontré il y a 6mois lol, amoureux depuis toujours, énormément d'attention etc... (pendant mon ado voir mes parents se bécoter n'était pas mes moments les plus plaisant voyez vous)

Et bien entendu on peut être féministe et femme au foyer, cela ne change absolument rien.

(je rêverais d'être homme au foyer perso :D )
1791
Comteharebourg a écrit:

(je rêverais d'être homme au foyer perso :D )

tu n'as pas réalisé ton rêve ? ou pas encore ?
S
85 ans 4905
Comteharebourg a écrit:


(je rêverais d'être homme au foyer perso :D )


Je te souhaite de réaliser ton rêve alors !
T
36 ans 75
Non pas réaliser et il se réalisera jamais :(:(
un petit deuil a faire mais ça va aller lol.
j'ai une belle fille de 18ans...donc...pour madame c'est mort pour un nouvel arrivant ....
c'est dur mais bon voilà :(
S
85 ans 4905
Je comprends.

Mais du coup tu auras peut être la chance d être un super jeune grand père.

Après grand père au foyer faudrait gagner au loto je pense 😉.
T
36 ans 75
tain ouais....maintenant que tu le dis....je pourrais être grand père a partir de 35ans...dur lol


Bon on dérive du sujet là non mais ho lol!
S
85 ans 4905
😉
1791
Comteharebourg a écrit:
tain ouais....maintenant que tu le dis....je pourrais être grand père a partir de 35ans...dur lol


Bon on dérive du sujet là non mais ho lol!


En voilà une bonne nouvelle 😃
T
36 ans 75
a 35ans...heu non.
déjà que j'ai du mal a avaler que j'aurais pas de gosse...alors grand père à 35ans....
si quelqu'un a une corde?? ou autre chose je fais pas mon difficile lol
38 ans Rennes 293
Je ne vais parler que du monde occidental, voir la France uniquement. Non pas par dédain du reste de la planète, mais il m'est difficile de parler de ce que je ne connais pas assez.


Je crois que l'on commence tout juste l'étape du changement en profondeur des comportements et que l'égalité est surtout en train de se jouer sur ce plan. Cela même si bien sûr il y a toujours des disparités en terme de salaires ou d'accessions sociales dans certains métiers comme en politique. Les mouvements sur les violences sexuelles ont fait changer la honte de camp et c'est tant mieux! Il nous faut un monde plus libre, pacifié et respectueux de chacun.e. Ce fut en même temps l'occasion de remettre en question tous les comportements masculins. La balle a je crois été lancée aux hommes qui malheureusement ne savent pas encore quoi en faire et je pense que le malaise actuel est là. Ils sont sidérés ou mis à nu, vidés de leur substance masculine, ils veulent parfois aider les femmes dans leurs luttes alors qu'elles leurs demandent plus exactement de changer de comportement. Ils ne répondent rien ou presque, comprenant pas ou peu qu'ils ont tout à y gagner. Mais comme je les comprends!




Alors pourquoi ce malaise?

-Des mentalités avaient déjà changées et je crois que cela explique un certain silence, une incompréhension voir de la colère parfois! Tous les hommes n'ont pas la vie de "mâles dominants" qu'on voudrait leur prêter. Comment accepter de se faire reprocher une vie que l'on a pas et que l'on a même rejetée? Assumer des insultes que nous ne méritons pas? Et si je ne peux rien changer à ma vie, je fais quoi? J'assume et point? Il faut avouer qu'il y a mieux pour comprendre une cause, aussi juste soit-elle... C'est comme si après avoir lutter des années pour ne pas tomber dans la spirale masculine imposée, il faut quand même entendre:" N'oublie pas que tu es un homme et donc responsable des maux de l'humanité, alors ne bronche pas et souffre en silence! Et puis n'oublie pas de te coller l'étiquette violeur sur le dos qu'on sache qui tu es" C'est une massue envoyée sur la tête je vous assure! Le glaive ultime du dédain qui vous transperce en deux. Se battre une fois contre la masculinité ne suffit pas toujours manifestement, il faut recommencer. Il s'agit là de mon cas de figure, dans un premier temps j'étais simplement achevé, donc effectivement je ne cherchais rien à répondre. Comme une mort dans l'âme... (Tout en comprenant la cause défendue mais incapable de la partager à cause de la forme de la lutte).

-Je suis allé faire un tour sur le site ministériel de l'égalité des femmes et des hommes cet après-midi (https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/). Il n'y en a que pour les femmes pratiquement ou plus exactement le gouvernement essaye de répondre à des problématiques qui sont quasi tout le temps mises en avant par et pour les femmes même si les droits s'ouvrent pour les deux genres. Il est affiché que ce ministère travail sur " la Grande Cause du Quinquennat", j'y vois plus la demie-cause d'un enracinement idéologique restreint. Je crois que j'ai assez développé dans de nombreuses conversations que des choses pourraient êtres mise en avant pour les hommes et je ne souhaite pas recommencer. Mais pas un murmure ou presque sur ses sujets... Pourtant la littérature en lien existe. Comment les hommes peuvent-ils comprendre ce qu'ils ont a gagner dans le combat des femmes? À la place on voit fleurir des sites masculinistes discréditant les combats des femmes de façon absurde voir grotesque. Exemple : https://neo-masculin.com/ . On peut bien sûr y lire ici et là des choses très intéressantes mais que de haine envers les femmes... Ces gens là se gargarisent de belles réflexions et se targuent de faire référence à des auteurs célèbres (pas d'autrices) en oubliant que 50% de la population demande simplement à avoir une meilleure intégrité pour leurs corps et leurs esprits. Heureusement, le ridicule ne tue pas!

-Certains hommes ne savent plus comment se positionner en tant qu'homme dans leurs relations et donc ne disent rien aussi. Je crois que ça doit donner un peu ça dans leur tête:
Qu'est-ce qui sera interprété comme un excès de virilité ou non? Si je fais le premier pas avec cette fille je vais encore apparaître comme un personnage lubrique qui ne pense qu'au sexe. Quoi faire? Ai-je été un lourd dans mes comportements? Dois-je m'excuser? Simone de Beauvoir disait qu'"on ne nait pas femme on le devient", n'est-ce pas pareil pour moi finalement? Suis-je réellement condamnable? Devrais-je m'excuser ou non? N'est-ce pas ma propre mère qui m'a inculquée mes premiers stéréotypes? Un peu dur de venir m'accuser maintenant quand même...
Pour moi il s'agit là du type d'homme qui est en bonne voie pour comprendre ce que les femmes demandent, voir exigent d'eux! Ils se posent aux moins des questions...

-Il y a des hommes aussi bien sûr purement coupables de leurs comportements (harceleurs, abus de domination, violeurs, etc...). Il faut une meilleure société et il serait bien difficile pour eux de se défendre dans le climat actuel. Peut-être ne se trouvent-ils pas défendables eux-mêmes? Allez savoir... Après quoi on ne les entends plus beaucoup non plus.

-On assiste à la désertion des garçons dans les sciences humaines, sociales, la littérature, les langues... 75% des lecteurs sont aujourd'hui des lectrices! Il est possible que les jeunes hommes n'ont rien à répondre car cela ne les intéresse pas où peut-être ne le peuvent-il simplement pas!

-Enfin naissent les idées de la peur d'une perte de "privilèges". Je crois que si cela est vrai dans certains cas j'ai bien du mal à imaginer que je fais partie d'une "aristocratie" comme l'écrit le sociologue Raphaël Liogier dans son livre Descente au cœur du mâle. Il devrait venir vivre une semaine avec moi. Car si mon seul privilège est de moins me faire agresser pour 1 centimètre de tour de biceps en plus que si j'avais été une fille, pour le reste je crois qu'il va se casser le nez. J'admets qu'il ne parle pas nécessairement des générations actuelles quand il utilise ce mot. Certains points de vue sont intéressants aussi car il parle de la nécessaire participation des hommes pour changer les rapports sociaux. C'est aux moins nuancé et réfléchi.
Un article récent du Point parle aussi de cette notion de privilèges:
https://www.lepoint.fr...eges-09-10-2018-2261356_23.php
Il est bien dur de répondre à ce genres d'idées quand ça ne reflète pas du tout notre vie mais simplement des analyses qui collent pour expliquer un aspect de l'air du temps. Le monde du "patriarche" n'existe plus pour beaucoup d'hommes...

-Toute la remise en question du masculin a été dernièrement faite via internet, en manifestation, puis dans la presse et les médias. J'aime essayer d'en parler, je veux savoir ce que mes collègues de travail en pensent, mes amies et toutes les autres femmes. Mais actuellement, le nombre de femmes a être venues m'en parler d'elles-mêmes est de 0. Je n'exagère rien, ou alors à des moments succincts pour faire culpabiliser des hommes ou balancer des blagues avec toujours la peur de soulever un sujet tabou. Enfin, du vent quoi... Du coup, quand on me dit que les femmes ont exprimées leurs attentes je fait aussi très souvent comme beaucoup d'hommes, je reste dans l'expectative... Je crois qu'une gène existe aussi chez les femmes. Que chacun marche sur des œufs... Cela m'intéresse beaucoup de savoir pourquoi, c'est un appel (aucune méprise ni ironie).




Plus d'un an après #meetoo, je trouve que la parole a été libérée mais que la conversation n'a pas commencée!

Les femmes ont enfin décidé de remettre véritablement en question la masculinité qui nous dessert en permanence. Cela malheureusement en exaltant (très souvent involontairement) encore une fois nos divisions liées aux genres, d'où les replis identitaires (rien n'est parfait). je voudrais dire aux hommes qu'elles nous rendent service. Elles nous aident à appréhender le monde de demain. Si vous êtes en haine, en malaise ou dans la négation, c'est qu'un cap est à franchir pour vous certainement. La présentation globale des choses n'aident pas beaucoup il faut avouer et sur ce point je trouve que c'est moins qu'on puisse dire... L'égalité est une chance de se sentir libre et épanoui! Dans ses pensées, ses actes, sa construction et c'est même la voie vers une meilleure vie sexuelle. Fini la responsabilité, le devoir, la force et la haine pour imposer. C'est enfin véritablement inutile et ça fait du bien! Plus besoin de se bâtir une image d'homme!

L'égalité des femmes et des hommes (Je mets femmes en premier car le f arrive avant le h) est une idée intéressante mais très mal menée à mon sens sur le plan politique. J'aimerais beaucoup que les hommes y trouvent leur chemin et en finir avec une idée qui va malheureusement de soi voulant que l'égalité soit uniquement une question de femmes quand même le titre en indique le contraire! On est en train d'en payer l'addition, femmes et hommes compris car du coup les choses ne bougent pas aussi rapidement qu'elles le pourraient, voir le devraient! Aussi des multitudes de questions bénéfiques voir nécessaires aux hommes ne sont pas posées. Donc c'est eux qui paieront le prix le plus fort à la fin! C'est ça le résultat du mutisme ou de faire bloc comme les masculinistes! Où sont les hommes qui doivent s'excuser de leurs comportements et dire qu'il faut faire mieux pour après? Ou simplement reconnaître, car il est vrai que l'on ne choisit pas le genre que l'on nous assigne (ou très rarement) et donc les aspects comportementaux qui vont parfois avec. Ce serait déjà un début. Comble de tout, j'ai fait une rencontre "hoministe" à Rennes pour soulever ses questions avec des hommes. Des femmes uniquement sont venues! C'était sympa mais ce n'était pas le but.


Je sais que le mieux est d'espérer un monde ou les genres n'existeront simplement plus. Bien que l'on puisse vivre ce que l'on veut sur le plan individuel, je crois qu'il faut néanmoins finir l'étape intermédiaire sur le plan social et culturel.
B I U