MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Je m'explique(je sais je suis fatiguant avec ça..)

370
Bonjour
Avec tout le courage qu'il m'a fallu pour en arriver là, je fais ce post, cela pourra sembler bizarre pour certain, oui cela ressemble beaucoup a mon autre post, mais  
là c'est plus en détails le plus possible. Je ne peux pas tout decrire exactement, mais mon cerveau a comme decider "d'oublier" certaines parti... Dur à expliquer, désolé 😞
J'ai besoin d'extérioriser

Ça fait 2 ans, j'avais 15 ans, il en avait 21..
Je ne le connaissais pas depuis longtemps, un cousin éloigné, mais proche de coeur à une de mes bonne amie, mais je l'appréciais déjà. Il était compréhensif, intelligent et même beau.. Parfait en fait.. Oui, c'est ce que je croyais et je lui ai fait confiance...
Traitez moi d'idiot tant que vous voulez, vous avez raison, il m'a un jour suggérer d'aller chez lui... Pourquoi pas?
J'y suis aller un soir.. Sans en parler à mes parents, je leur ai juste dit que j'allais rejoindre du monde et qu'on allait revenir tard.. Oui, je suis con...
.....

Je suis chez lui... Dans sa chambre, il n'y a personne à part nous dans l'appart (colocation avec 1 autre qui était visiblement absent)... Au début on parle de choses banales, il aime gamer, j'aime plus la poésie, c'est un ultra bollé en cours, tout le contraire de moi
Oui oui... Beaucoup de contraire et ça nous faisait rire un peu...
Tout est normal banal...
On est sur son lit... Il est proche de moi, je me sens pas trop à l'aise..
Il me met la main proche de mon entre jambe... Me demande juste
"T'es prêt?"

Non... Non... Non.. Oui je fini par dire "au pire ça dure 1 min et après tu part au plus sacran"
Je le laissais me tripoter, je me repoussais lorsqu'il était trop brusque.. Je me repoussais sans vouloir le vexer..
Mauvaise chose
Il ne comprenait pas pourquoi je résistais et que si je l'aimais pas je pouvais partir... J'allais quand même pas gâcher notre soirée pour une connerie...(j'aurais du)

Puis.... Je le sens me coucher (euh...)
Il enlève mon bas et moi je fige... J'ose pas bouger et j'ai peur, je ne suis pas de taille, il est grand et fort, moi je suis qu'une masse courte graisseuse, je me laisse faire. J'essaie de me retenir de pleurer et je compte dans ma tête...

Il me tripote de plus belle et l'a pogné, il L'A pogné.. J'ai ressenti du plaisir et après, je me sentais encore plus mal à l'aise.. Il souriait, content de son résultat, voulant le faire sur lui même aussi... Non.. Que JE lui faase..
Hors de question!!! Je veux partir d'ici au plus vite! Je lui dit que je veux partir.. Silence malaisant.... Il dit juste "ok, t'es ce genre de personne"
Que.. Mais ça veut dire quoi?!!!

Je me r'habille et je vais chez moi... J'essaie d'avoir l'air normal pour pas passer un autre mauvais moment...
J'oublie pas le texte à mon arrivé comme ma mère me l'avait demandé
"Je suis arrivé, bonne nuit "
Tout le monde est couché à la maison.. Tant mieux, je vais à ma chambre et je me couche tout de suite. Incapable de pleurer, pourquoi? Je me sens juste stupide idiot et sale.. Oui, c'est ce que je suis en fait.. Un sale.... Et surtout vide
J'essaie tant bien de mal à m'endormir... Sans succès, faut oublier.. Juste oublier.. Cetait pas un bon temps et oublie... Et aussi, j'ai ressenti un moment de plaisir, je n'ai donc pas à me plaindre....

Des jours plus tard, trop en moi, je décide d'en parler à ce qui était, jadis, mon meilleur ami... Je dévoile tout, je pleure et je dis tout ce qui a en moi...
Il me regarde et me dit juste une phrase.. Une toute petite phrase...
"Vous aimez le viol, les gay, et tu le trouvais beau non? T'as pas à te plaindre"
...
J'ai cru mourir, j'étais encore plus blessé. Je ne voulais plus JAMAIS lui parler... même si je me disais à moi même que je l'avais mérité, je ne pouvais accepter que ce soit mon meilleur ami qui me dise ça..
Je l'ai bloqué de partout, absolument partout, je voulais plus jamais le voir

2 ans passe... 2 ans à faire semblant d'être heureux, mais mon ame était déjà parti... J'étais rendu une boîte vide, il m'avait tout dérober. J'ai revu mon ami à un moment inopportun, je lui ai laissé sa chance et j'ai recoupe contacte...
J'ai peur d'en parler à mes amis... C'est le cousin de l'un d'eux, je veux pas détruire la famille à personne... Et je sais même pas si je serai pris au sérieux....
Sur mon ancien post, je me suis fais suggérer de couper contacte avec cet "ami" c'est ce que j'ai fait.. On ma aussi suggérer de peut-être faire une plainte... Sauf que si je fais ça, je risque de détruire la famille d'une de mes bonnes amies.. Puisqu'ils sont cousins, en quelque sorte....
Il y a peu de temps, j'ai été sur un forum (doc*****o), j'avais essayer d'écrire dans la section "psychologie" et je l'ai vite regretté..
La majorité des réactions étaient accusatrices, me disais que je me la "ramenais" car j'étais un mec qui parlait de son viol et que ça decribilisait les femmes, que j'avais ressenti du plaisir et que j'avais donc aimer ça.. Bref, j'ai supprimé mon sujet et mon compte, trop toxique...
Je voudrais parler à un psy... Je devrais.. Je recommence les cours d'ici peu et il y a un psy dans les écoles.. Je pourrai lui en parler.
Je ne peux pas aller voir un psy hors de l'école car je n'ai aucunement envie de parler de cela à mes parents. C'est con je sais, mais je ne suis pas prêt.
Vraiment désolé pour ce long post, il est intense, mais j'ai envie de me vider, je pensais aller mieux, mais finalement non. Ça fais des semaines que je feel déprime et j'en peux plus. Je ne désire pas que cela redevienne comme avant, ce serait impossible, Je ne veux juste plus me sentir vide. J'ai juste l'impression de plus rien avoir en moi.. Mais en même temps je me sens lourd.
Je ne veux pas l'oublier car c'est quand même une parti de moi, on me dit souvent que j'ai une grande maturité et une facilité à comprendre. Quand on vit des choses dur plus jeunes, c'est ce qui arrive, j'ai pas honte de moi et je regrette rien, j'ai juste envie que ça soit derrière moi et que je n'y pense plus....
74 ans 2422
Tu n'as rien à expliquer, c'est plutôt à ton agresseur de s'expliquer. Le plaisir que tu as ressenti n'est pas lié à la situation mais est purement mécanique, tu n'as pas à culpabiliser de l'avoir ressenti. Ce garçon t'a volé une partie de ton âme d'enfant en abusant de ta jeunesse. Malheureusement ça ne se récupère pas, alors tu as un deuil à faire.
219
Ni fatiguant, ni lourd. Juste touchant. Je crois que Chapinette a presque tout dit. Je pense que tu devrais continuer d’écrire, au contraire, pour minorer un tantinet ta peine.
39 ans 26
Très émue par tes écrits.
Juste une question : tu as plus de 16 ans, donc je crois que tu peux aller voir un psy pour démêler tout ça sans ordonnance. Parles en à ton médecin traitant. Il faut respecter le secret médical,donc n'en parlera pas à tes parents (t'es pas obligé de lui dire pour quelle raison tu veux en voir un). Lui tadressera à un confrère.
Bon courage et force à toi
34 ans Montmirail 65
Bonjour,
Je rejoins Chapinette et Sheeraz. Ne t'en fais pas, tu n'as aucun tort.
Le seul à blâmer est ton agresseur et uniquement lui.
Avec tout ce que tu as vécu, il est normal que tu passes par tous les états possibles...Prends le temps nécessaire pour toi, pour affronter cette épreuve et la surpasser. Et c'est une bonne idée de voir la psy de ton école pour commencer. Elle pourra t'aider beaucoup et saura comment t'aiguiller dans ton processus de guérison et de ce qu'il passera par la suite.
En attendant, continue de te faire du bien, de parler, de crier, d'exprimer ta colère, peu importe, ne refoule rien. Prends bien soin de toi. Courage!
L
45 ans Aucune discussions sur le sexe via le Tchat! Passez votre chemin si c'est le cas. 4236
Bonsoir rond ive
On en a déjà parlé mais je vais encore le dire, il faut que tu ailles voir un psychologue ou pédopsychiatre (avec lequel tu te sentes en confiance pour te délivre de ce poids) pour qu' il puisse d'aider,de donner les clés pour dépasser ce traumatisme. Sinon ça va te bouffe à petit feu...

Tu n'as pas à te sentir coupable, tu pensais à juste titre que tu pouvais avoir confiance avec lui.
Puisque c'est un cousin de l'un de tes amis. Tu étais à mille lieux,d'imaginer ce qui aurait pu se produire.
Je suis d'accord avec Chapinette, ton plaisir fût tout simplement mécanique. Malgré la situation que tu as vécu.

Je t'envois plein de douceur et de pensées positives ...
L
45 ans Aucune discussions sur le sexe via le Tchat! Passez votre chemin si c'est le cas. 4236
Tu sais..
Une grande majorité des gens utilisent les forums comme une défouloir.
Ils ne sont pas là pour aidés les autres mais pour évacuer tout leurs énergies négatives.
Contrairement à ici, où j'ai trouvée de la bienveillance dès le début de mon inscription.
370
Merci beaucoup pour vos réponses compréhensives, j'hésitais beaucoup avant de faire de post....
Beaucoup de gens pensent que si on ressent du "plaisir" ce n'est plus un viol et on est plus à plaindre.... Et je peux comprendre leur raisonnement car plaisir et viol ne va pas ensemble.. Bref c'est compliqué
Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en mes parents, mais ils m'en voudraient sûrement de ne pas leur avoir dit plus tôt et les connaissant, ils seraient du genre à insister avant de connaître toute la situation, alors je me sentirai mieux de parler à un psy avant...
Sauf que le problème, je ne veux pas briser la famille de personne et encore moins à un de mes proches, ça sonne con à dire, mais je crains aussi qu'elle "le choisisse" (Ce qui serait normal; il est de sa famille) et je ne veux pas vraiment me faire détester de tout le monde.. 😞
M
43 ans Ici et là... 2038
Ceux qui pensent que plaisir et viol ne vont pas ensemble sont des imbéciles, ce sont des personnes qui voudraient faire croire aux victimes qu'elles sont responsables de ce qui leur est arrivé. Si tu as été violée c'est parce que tu étais habillé comme ci ou comme ça, c'est parce que tu as dit cela, c'est parce que tu as été là... et le pire si tu as pris du plaisir c'est que tu étais consentant(e)... Et bien NON !!!

Le plaisir c'est mécanique, ce n'est pas controler ni controlable, si tu appuies sur un interrupteur, la lumière s'allume, quand tu caresses quelqu'un ça déclenche des sensations, de manière automatique.

Les victimes n'ont rien à se reprocher !! Ce sont les agresseurs qui sont en tord et rien ne les excuse.

J'ai subit un inceste, donc j'avais également peur de détruire ma famille et de le dire à mes parents. Je ne l'ai dit à ma mère que quand j'avais 30 ans et que mon agresseur était décédé. Il faut que tu te sentes près pour en parler à tes proches, mais si tu as envie d'en parler, si tu penses que ça te fera du bien, tu dois le faire. Par contre retire toi de la tête que tu vas détruire qui que ce soit ! Ce n'est pas toi, toi tu es la victime, celui qui a détruit sa vie, sa famille et je ne sais quoi d'autre c'est lui en ayant ce comportement avec toi.

Pour le moment si tu te sens près à en parler à un psy et pas à tes parents alors trouve un psy et vois avec lui/elle, il pourra peut-être t'aider à entamer la conversation avec tes parents, plus tard... Il pourra t'aider à vivre avec ce traumatisme sans te laisser engloutir par lui. Il faut que tu reprennes le contrôle de ta vie, ce n'est pas ce viol qui doit décider comment ta vie va être. Ta vie est devant toi, courage !
370
Mais devrai-je parler du plaisir reçu? J'ai réellement peur que cela me décrédibilise et que le pay ne me prenne pas au sérieux... 😞
M
43 ans Ici et là... 2038
J'ai également ressenti du plaisir pendant mon inceste, est-ce pour cela que je n'ai pas été violenté ? Si le psy que tu consultes n'est pas capable de comprendre c'est qu'il doit changer de métier...

Mais le mieux en fait, ça serait que toi tu en soit suffisamment convaincu que ce n'est pas mal d'avoir ressenti du plaisir, que c'est mécanique, comme allumer une lampe ou mettre le contact dans une voiture. Si tu en es suffisamment convaincu alors tu pourras affronter les autres et leur expliquer. Si tu veux tu peux faire des recherches sur internet, il y a plein de gens qui ont du mal à comprendre qu'on puisse être victime, que ce soit de viol, de harcèlement, de discrimination... Pour eux, si on est victime c'est qu'on l'a cherché. Ca s'appelle de la culpabilisation et c'est ridicule. Une victime n'est jamais responsable de ce qui lui arrive ni de ce qu'elle ressent, ni des actions qu'elle peut ou ne peut pas faire en situation d'urgence.

Ton plaisir c'est un réflexe que tu ne contrôles pas, comme quand le médecin vérifie tes réflexes en tapant sur ton genou : si le médecin est trop près, tu lui donne un coup de pied. Mais c'est pas ta faute, le médecin devait faire attention. Et bien en te caressant, l'agresseur a déclenché un réflexe, personne ne peut t'en vouloir pour ça. Sois en convaincu, personne, et encore moins un psy.

Dans l'histoire ce n'est pas le plaisir qui est important, c'est le fait que cette personne ne t'a pas écouté et t'a forcé à faire quelque chose que tu ne voulais pas.
370
Mardi sera mon jour #1 de cours, je ne connais pas encore l'école, et ni le fonctionnement.
J'était au secondaire l'an passé, et je suis pogné à faire des cours dans une école "d'éducation pour adultes" bref, je dois rattraper mes crédits(54 pour le diplôme d'étude secondaire) et apres je fini
Donc je connais pas trop le fonctionnement de cette école 😊
Bref, je stress x100 et j'espère que le ou la psy sera ouvert.e... 😶
Merci beaucoup pour vos réponses, ça fait du bien de voir que ce n'est pas juste moi le tit fatiguant qui chiale pour rien... 😞
M
43 ans Ici et là... 2038
Après je ne sais pas comment ça se passe chez toi mais en France on a des CMP (Centre médico psychologique) où on peut consulter des psy gratuitement (avec la sécurité sociale), et pour les plus jeunes (mineurs) il y a les CMPP (centre médico-pédo-psychologique). Si tu as un équivalent au Canada, tu peux essayer d'y aller, sans forcément dire la vérité à tes parents : tu peux y aller pour des problèmes liés à ton corps, à ton poids par exemple, à du harcèlement que tu aurais vécu il y a quelques années...
370
5 jour avant mardi...
Stress x100
56 ans 67
bonjour Rond Ive, je suis désolée pour toi car toi histoire ressemble à la mienne, un oncle pédophile, pas de viol mais des caresses qui me donnaient du plaisir, j'avais 5 ans quand ça a commencé et je ne comprenais pas. ma mère ne m'aime pas et avec elle j'avais toujours tort donc j'étais terrorisée par l'idée d'en parler et qu'elle me dise que c'était ma faute.j'ai gardé tout pour moi jusqu’à l'age de 45 ans en parlant a un psy, je n'en parlerai jamais ni a ma famille ni a mon mari. comment expliquer tous ce temps ou je ne supportais pas l'idée que quelqu'un le sache et tout ça parce que je me sentais COUPABLE. j'ai travaillé des années avec des psys différents, j'ai beau savoir que je suis une victime je n'arrive pas à me sortir de la tête ma "culpabilité". a 5 ans on m'a arraché mon innocence et mon enfance, je suis vide a l'intérieur et pour moi le monde est dangereux.cela explique aussi mon poids car dans ma tête formatée par le monde être grosse = laide donc pas d'homme autour de moi. j'ai eu la chance de rencontrer mon mari avec qui je suis en confiance mais lui non plus ne sais rien.
bon tout ce laïus pour te dire que tu es jeune, ne te laisse pas bouffer par la culpabilité, va voir un professionnel et s’il ne te convient pas, change mais surtout sache que tu n'est responsable de rien tu étais juste très jeune, innocent et trop confiant.
je suis de tout coeur avec toi. 😢 😢 😢
B I U