MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Sandrine Rousseau de #BalanceTonPorc condamnée pour diffamation

44 ans Barcelona (Espagne) 25376
Bonjour,

On se souvient bien du #metoo et #balancetonporc
La journaliste qui avait lancé le mouvement vient de perdre un procès envers Éric Brion, alors qu'elle avait gagné contre Denis Baupin.

J'avoue  
que j'ai soutenue le mouvement #metoo qui invite à partager son histoire et me donne la sensation d'ouvrir sur des choses positives.
Autant le #balancetonporc m'a toujours un peu hérissé, l'appel violent à la dénonciation ne me semble pas une solution dans la majorité des cas, la colère même légitime n'est pas souvent bonne conseillère, et puis la dénonciation cela peut aller très loin et faire beaucoup de dégâts.

Bref je suis dubitative face à tout cela, et vous ?
S
33 ans 48
Il faut balancer oui, mais avec preuve(s) à l'appui, sinon j'appelle ça : vouloir faire de l'argent facile (en ce qui concerne les "stars" bien sûr).
P
52 ans 3556
Les réseaux sociaux ne sont pas des tribunaux populaires où n'importe qui peut se faire accuser de n'importe quoi par une foule enragée. La Loi interdit de faire justice soi-même et il est donc normal que les accusateurs qui ont le tweet facile soient concernés par ces interdictions. Et quand bien même des preuves irréfutables existent, c'est à la Justice qu'il faut les transmettre et non pas aux réseaux sociaux.
28 ans Manosque 275
J'ai toujours trouvé ça un peu "facile" le #balancetonporc dans le sens où, à notre époque, les gens ont tellement tendance à vouloir se venger ou quoi, c'est facile de balancer quelqu'un publiquement sur les réseaux sociaux par vengeance alors que la personne n'a, en fait, rien fait, d'autant plus qu'aucune preuve n'est fournie généralement. Ce qui est malheureux c'est que cela enlève toute crédibilité aux témoignages réels et remet en doute la parole de personnes qui ont vraiment été en prise avec des individus de la catégorie "fdp"...
Je me souviens par exemple du #balancetonyoutubeur qui avait aussi circulé et beaucoup de gens s'en étaient servi pour descendre des youtubeurs qu'ils m'aimaient pas ou qui ne leur avaient pas prêté attention ou autre... je me souviens même d'une nana qui avait balancé un youtubeur car c'était son ex et qu'elle s'était servie de messages et photos qu'ils s'étaient envoyés quand ils étaient ensemble en modifiant juste les dates et en les sortant du contexte pour le faire passer pour un pourri, donc bon...
Autant le #metoo était légitime car il aidait les gens à se décharger d'un poid, autant #balancetonporc ne permet que de se décharger de sa haine et le lynchage public, surtout maintenant avec les réseaux sociaux qui font des dégats sur tellement de personnes, je trouve ça dégueulasse... surtout quand ça risque d'ôter toute crédibilité à de vraies victimes.
38 ans très au sud 7558
Donc vous partez du principe que sous le #balancetonporc la majorité des accusations sont fausses...?
P
52 ans 3556
Reinette, la majorité des accusations sont vraies, mais leur étalage sur la place publique n'a pas lieu d'être.
38 ans très au sud 7558
Alors en théorie je suis d'accord avec toi Prax. Mais en théorie car en pratique ce n'est pas si simple...
Est ce que notre société et ses institutions telles qu'elles fonctionnent permettent de mettre les potentielles victime à l'abri des prédateurs sexuels? Est qu'elles permettent la parole des femmes? Est ce qu'elles les entendent et les protègent?
Les réponses sont non. Alors oui en théorie ce n'est pas aux victimes de faire justice mais... tant que notre société et ses institutions ne feront pas mieux ça sera encore hélas le seul moyen de pression de beaucoup de femmes victimes (il n'y a qu'à voir les statistiques sur le nombre d'agressions sexuelles et des personnes condamnées).

Une dernière chose. Imaginons une victime, qui connait son agresseur, l'a dénoncé et veut encore au delà d'obtenir justice pour elle que son agresseur ne s'en prenne pas à d'autres personnes (et notamment des jeunes personnes influençables et/ou ne pouvant se défendre). La justice la laisse de coté pour le bénéfice du doute de son agresseur, est ce que cette victime peut accepter qu'il y aura d'autres victimes sans agir? Le doit elle? Donc elle fait quoi...?
M
43 ans Ici et là... 2006
reinette81 a écrit:
Donc vous partez du principe que sous le #balancetonporc la majorité des accusations sont fausses...?


Même si elles sont toutes vraies sauf 1, cette dénonciation qui risque d'engendrer de graves conséquences pour l'accusé (à tord) mérite que cette manière de faire ne soit pas utilisée.

En France on est innocent jusqu'à ce que l'on soit déclaré coupable, et seul un tribunal peut déclarer un accusé coupable après un procès en bonne et due forme.

Tout ce qui peut aider la victime, je suis pour et c'est à chaque victime de décider ce qu'elle souhaite ou pas faire, néanmoins les droits de la victime s'arrêtent là où commencent ceux de l'agresseur, qui, même si c'est la pire des ordures n'en reste pas moins un être humain.
P
52 ans 3556
Reinette, il est toujours bon de rappeler (comme le fait Mathilde) que dans un état de droit, c'est à la victime, à la police et à la justice d'apporter les preuves de culpabilité de l'accusé, pas à lui de prouver son innocence. Ce système est injuste pour les victimes de différents délits ou crimes où il est extrêmement compliqué (voir impossible) de prouver quoi que ce soit. On est d'accord. Seulement, imagine un régime comme sous la Terreur où c'était l'accusé qui devait prouver son innocence : c'est 1000 fois plus injuste.
28 ans Manosque 275
reinette81 a écrit:
Donc vous partez du principe que sous le #balancetonporc la majorité des accusations sont fausses...?


Non pas forcément la majorité, mais qu'elles soient nombreuses ou pas, les dénonciations fausses décrédibilisent dans tous les cas celles qui sont vraies. C'est un peu le principe du gamin qui crie au loup, à force que ce soit faux on y croit plus quand c'est vrai...
Le problème c'est qu'en acceptant ce genre de dénonciations publiques, on ouvre la porte à n'importe quels débordement, dénonciations calomnieuses, vengeances... et même si par exemple 80% des dénonciations étaient légitimes, ça ferait quand même 20% de gens qui s'en prendraient plein la gueule pour pas un rond parce qu'ils auraient contrarié quelqu'un, et sur les réseaux sociaux ça peut aller très loin, les dérapages sont légion
84 ans 4821
Il me semble que cela n est pas Sandrine Rousseau qui est condamnée mais Sandra Müller qui est la journaliste initiatrice de balancetonporc.

Sandrine Rousseau avait porté plainte contre Denis maupin avec d autres femmes et les faits , malgré que certains ont pu être avérés étaient prescrits. Denis maupin avait porté plainte contre les victimes pour diffamation et avait perdu.

Je dirais donc que la.justice fait une différence entre balancer ton agresseur sur les réseaux sociaux et porter plainte par voie légale qui n a pas été assimilé à une diffamation.

Par rapport à balancetonporc je m étais déjà exprimée à l époque sur le fait que cela me mettait mal à l aise alors que meetoo pas du tout.

Comme dydy je ne suis pas à l aise l idée d accuser un innocent sur un réseau social.
44 ans Barcelona (Espagne) 25376
reinette81 a écrit:
Donc vous partez du principe que sous le #balancetonporc la majorité des accusations sont fausses...?


Je n'ai jamais émis cette idée, mais je privilège autant que possible (je suis humaine hein, et j'ai balancé un coup de gueule sur le mag cette semaine, donc je ne suis pas parfaite) une démarche positive à une démarche de colère.

Je pense qu'il faut parler, cela oui, car le silence c'est un peu comme prendre la honte sur soi.
Par contre la délation, quand il est encore possible de faire bouger la justice, je ne suis pas fan.
44 ans Barcelona (Espagne) 25376
reinette81 a écrit:
Alors en théorie je suis d'accord avec toi Prax. Mais en théorie car en pratique ce n'est pas si simple...
Est ce que notre société et ses institutions telles qu'elles fonctionnent permettent de mettre les potentielles victime à l'abri des prédateurs sexuels? Est qu'elles permettent la parole des femmes? Est ce qu'elles les entendent et les protègent?
Les réponses sont non. Alors oui en théorie ce n'est pas aux victimes de faire justice mais... tant que notre société et ses institutions ne feront pas mieux ça sera encore hélas le seul moyen de pression de beaucoup de femmes victimes (il n'y a qu'à voir les statistiques sur le nombre d'agressions sexuelles et des personnes condamnées).

Une dernière chose. Imaginons une victime, qui connait son agresseur, l'a dénoncé et veut encore au delà d'obtenir justice pour elle que son agresseur ne s'en prenne pas à d'autres personnes (et notamment des jeunes personnes influençables et/ou ne pouvant se défendre). La justice la laisse de coté pour le bénéfice du doute de son agresseur, est ce que cette victime peut accepter qu'il y aura d'autres victimes sans agir? Le doit elle? Donc elle fait quoi...?


C'était l'autre point que je voulais aborder, le système de justice qui me semble très trop léger pour les sanctions sur les violeurs.
Je ne dis pas qu'il n'y a pas des exceptions, mais en soi, juste le nom #balancetonporc ce n'était pas un bon choix de nom.
Même si je suis contente que le débat se soit ouvert, je pense que cela devrait apporter une véritable remise en question du système
E
98 ans Occitanie 3849
Alors je ne connaissais ni l'un ni l'autre.. après pour avoir des amies qui ont du passer par là, et d'après ce que vous en avez dit, metoo elles y auraient été (elles ont raconté leur histoire sur certains réseaux) mais balancetonporc non (quand elles ont raconté elles ont fait exprès de ne pas donner le nom de l'agresseur)... pour elles s'était un refus de basculer dans la haine, leur agresseur ne devait pas les avoir "changé"...

Pour ce que vous en racontez je suis contre le balancetonporc, soyons clair, déjà en justice nous avons pu voir des affaires où l'on s'est rendu compte que la supposé victime ne l'était en fait pas, juste une histoire de vengeance... Alors imagninez ce que cela peut donner sur des réseaux sociaux ???

Je peux comprendre la colère des victimes, leur envie de "pourrir" la vie de leur bourreau... Mais déchargez leur haine sur les réseaux ne les aidera pas à se reconstruire de toute façon... Oui pour les victimes il faut que le coupable soit jugé mais pas soumis à la vindicte populaire...
38 ans très au sud 7558
Pour avoir été une victime quand d'autres connaissaient l'agresseur et l'avaient dit mais sans aucune suite parce que des attouchements c'est pas si grave et pas "prouvable" j'aurai été contente de pouvoir être mise en garde. Mais ça non plus le système ne le permet pas. Donc le système ne protège pas, même des mineurs.
Alors si dans l'absolu je suis OK il n'empêche que le système protège violeurs et agresseurs. On ne traite pas pareil un viol qu'une autre agression physique. Qui ira demander à une personne victime de tentative d'homicide s'il ne l'a pas cherché aussi avec sa façon de s'habiller? Lui demander si il a dit qu'il ne voulait pas être frappé? Mettre en doute même jusqu'à dire en fait t'aimes ça et t'était OK juste t'assumes pas? Personne... hors avec ces "excuses" on classe combien de viols?
B I U