MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Difficultés à s’accepter de nouveau

33 ans 3056
Bonjour à tous!

Je suis sur vlr depuis plusieurs années maintenant. Je me suis inscrite pour m’accepter, alors que j’étais à mon poids le plus haut.
J’ai fini par m’accepter,  
prendre soin de moi, me faire plaisir avec de jolis vêtements.
Durant toutes ces années, mon poids a varié mais j’étais arrivée à un poids qui me convenait (95/100 kilos donc loin d’un poids idéal). A ce poids, je suis bien dans ma tête, dans mon corps, dans ma santé (moins essoufflée, moins raide, moins douloureuse).
Mais mes grossesses ont redistribué les cartes. Je me retrouve aujourd’hui avec 20 kilos de plus que mon poids de confort, des douleurs, l’impression de me traîner et un moral dans les chaussettes.
Prendre soin de moi : je n’y pense même plus, j’ai même pas forcément envie de faire l’effort.
Mettre de jolis vêtements : une garde robe à racheter (financièrement c’est un peu chaud), et surtout un bébé regurgitateur... je mise sur le confort du jogging...
J’ai eu l’occasion d’aller faire un peu de shopping, je n’ai rien trouvé...

Quand je parle de mon mal être à mon mari, il me dit qu’on va trouver une solution sauf qu’on ne trouve pas...

Je suis en psychothérapie depuis 4 ans et quand j’en parle à ma psy, elle me conseille d’aller voir la diététicienne qui vient de s’installer au cabinet.
Je suis déjà suivie par une endocrinologue /nutritionniste, je connais les concepts théoriques, sauf que je ne les applique pas.

Bref, je ne sais pas trop ce que j’attends en postant ceci, déjà rien que poser les choses, cela peut faire du bien 😉.

Merci 😊
38 ans très au sud 7863
Tu as songé à voir une autre psy? Non parce qu'un psy qui conseille une diététicienne qui plus est dans leurs cabinets ça me fait allumer les signaux d'alerte... Elle devrait quand même être bien placée pour savoir qu'elle prend le problème à l'envers! Et surtout que le poids est un symptôme et non le véritable problème.
Tu bloques pour prendre soin de toi, te conseiller un régime ça me parait mettre la charrue avant les boeufs (surtout que le régime n'a rien à faire dans l'attelage). Tu le dis toi même , la question n'est pas de savoir ce que tu dois faire mais que tu donnes le droit de le faire... et il te faut trouver quelqu'un pour t'aider dans ce chemin là
37 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 831
Pareil que reinette :-)

j'ajouterais que si j'ai bien compris tu as 2 enfants assez jeunes dont 1 petitout ?! :-)
si c'est le cas ça ne me semble pas foufou que ton esprit n'arrive pas à se libérer pour s'occuper de ton poids puisque tu dois être tournée plutôt vers tes minus :-)
il y a un temps pour tout et même si quelques fois c'est chiant et qu'on aimerait accélérer la machine et bien ce n'est tout simplement pas encore le bon moment :-)
sans compter que fabriquer un bébé demande des ressources énormes au corps, il lui faut du temps pour s'en remettre. C'Est juste "normal"


je pense donc évidemment que le régime n'est absolument pas la solution :p
Perso j'opterais plutôt pour une réappropriation de ton corps par des soins, des moments que tu t'accordes pour un bain, un petit massage, un peu du sport que tu aimes, un truc qui te donne du plaisir et qui fait du bien à ton corps :-)

puis perso je suis en admiration devant le corps, n'importe lequel rond, mince, "abîmé", lisse, ferme, moins ferme, d'une femme qui a donné la vie
"Sanctifie" ton corps, Fais-en un "totem", vois le comme la machine qui t'a permis de mettre au monde tes minis, aime le pour ça (et parce qu'il est ta monture pour 50ans minimum encore ;) ) je pense qu'en passant par ce biais ça pourrait t'aider, peut-être, un peu :-)

j'ai détesté mon corps fût un temps, je lui en ai voulu pour plein de raisons aussi, parce qu'il était trop gros et pas assez ferme notamment (mais pas que),
puis j'ai fait un brain storming avec lui, on a décidé de se mettre d'accord sur le fait qu'il était quand même pas si pourri, qu'il m'est quand même utile,
je me suis réconciliée avec lui, j ai fini par arrêter de le détester et à le laisser décider et vivre à son rythme
Finalement en le laissant tranquille il a fini par dégonfler tout seul sans régime sans que je ne change rien à mon alimentation
(on ne me croit jamais quand je dis ça mais j'ai divisé mon poids par 2 sans rien faire juste en laissant mon corps se gérer seul comme il sait normalement le faire instinctivement)
en tout cas pour moi le poids était lié beaucoup au psyché, quand j'ai accepté de ne pas tout controler et tout décider bizarrement mon corps a perdu cette carapace dont il n'avait plus besoin :-)

je ne sais pas si cette expérience peut être utile à d'autres mais il me semble important de dire que ça existe aussi :-)

courage pilgrimette, tu vas finir par retrouver un équilibre avec ton corps, avec ou sans tes kilos :-)

laetitia
33 ans 3056
Merci pour vos réponses les filles.

Bon, j’en ai parlé en psychothérapie aujourd’hui, en fait durant 4 ans j’ai beaucoup travaillé ma relation aux autres au dépend de ma relation avec moi même.
Je me suis rendue compte que j’ai toujours beaucoup donné dans les relations aux autres parce que moi, ce n’est pas intéressant.
J’ai un travail pour la prochaine fois : lister mes qualités...

Reinette : pourquoi je ne m’autorise pas à prendre soin de moi? Plusieurs réponses : ça n’en vaut pas la peine, j’ai pas envie, pas le temps, pas la motivation,...

Laëtitia : j’admire ta façon de voir les choses 😉.
Oui, j’ai 2 enfants et le dernier de 8 mois à une fente labio palatine bilatérale complète. On l’a appris à 5 mois de grossesse, avec les examens plus ou moins invasifs qui ont suivi. Il a subi sa première chirurgie à 3 mois et la seconde est programmée pour ses 9 mois.
On le vit plutôt bien, notre crevette étant une source intarissable de joie mais pour moi, pour une fois, mon corps a été défaillant et je culpabilise de lui faire vivre des chirurgies, des possibles moqueries, etc.
25680
pilgrimette a écrit:

Reinette : pourquoi je ne m’autorise pas à prendre soin de moi? Plusieurs réponses : ça n’en vaut pas la peine, j’ai pas envie, pas le temps, pas la motivation,...


Bonjour,

La vraie question, c'est qui, quoi t'a mis cette idée dans la tête que tu ne vaux pas la peine ?
Quelle sont les (ou la) voix derrière la tienne qui te soufflent ces mots.
37 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 831
Ah ben tu vois tu as peut être mis le doigt sur un ptit truc là
En plus du job que tu fais pour mieux te considérer en général et penser à toi parce que tu le mérites aussi
Peut être que tu te "punis" un peu pour la fente labio palatine de ton petitout ?!
Je ne connais pas bien l'origine de cette "malformation" mais je ne pense pas que ton corps soit l'unique vecteur

Je pense qu'il est normal que tu te sentes coupable, je crois que la culpabilité vient en même temps que l'annonce d'une grossesse nan ?! ;),
mais dis toi que votre petit bout va vite aller mieux
À ce que j'en sais, mais c'est pas énorme comme connaissances j'avoue, ça s'opère bien mieux maintenant et les répercussions futures sont beaucoup moins lourdes qu'auparavant
Ça sera "juste" le petit plus de ton mini, sa marque de fabrique qui fera de lui un être unique ;)
De toute manière les moqueries il y en a toujours,
on est toujours trop grand, trop petit, trop maigre, trop gros, trop blond, trop roux ...
Bref le problème vient des moqueurs pas des moqués :)
toi tu auras donné de l'amour a ton petit qui aura rempli sa réserve et qui donc saura se défendre et prendre les moqueries pour ce qu'elles sont, la preuve que celui qui se moque a un gros problème d'ego et de construction de son propre être,
puis au pire tu dis à ton minot de taper direct là où ça fait mal, ça a tendance à faire fermer leur clapets à ces petits cons ;)

Après je ne peux que comprendre et compatir pour l'angoisse des opérations et la douleur de parents de voir son petit souffrir
C'est pas facile tout ça, courage :-)

allez hop prends un petit carnet, parce qu'une feuille ne sera pas suffisante ;), et liste toutes tes qualités :-)
point d'humilité tolérée durant cet exercice le but c'est de regonfler au max du max ton ego ;)

courage pilgrimette :-)

des bises :-)
33 ans 3056
C’est gentil laetitia 😊.
La cause n’est pas connue, pour notre part c’est tombé « comme ça ».
Mais une part de moi me dit que mon corps a deconné alors qu’objectivement, rien ne dit que ça soit le cas. Il est très beau, souriant, les mamans qui le voient le trouvent trop chou 😊. Mais le voir partir au bloc est difficile, et puis l’alimentation reste compliquée même si on a sorti les armes dès sa naissance pour qu’il mange le plus normalement possible.

Anne : la psy m’a justement dit que je me dépréciais beaucoup d’où l’exercice demandé. Je n’ai pas eu une enfance très facile (maltraitances de mon ex beau père, pas de compliments/marques de fierté/peu de marques d’affection de la part de mes parents), je pense que ça n’aide pas à se sentir confiante et bien dans sa tête.
Au final j’ai du mal à me définir en temps qu’individu / de femme.
43 ans 505
j'ai ete ce bb regurgitateur, mamam me changeait , nettoyait , me netoyait et nettoyait sa cuisine , 10 a 20 fois par jour !!a la fin, elle me donnait une cuillere apres l'autre ,, les repas durait parait il des heures ...j'avais et j'ai toujours un reflux, reapparu apres une prise de poids de 20 kg, a present bien installé , mais que je perds petit a petit ...(SANS FORCEMENT FAIRE REGIME )la prise est du au stress auditif(HYPERACOUSIE DOULOUREUSE ) , et sans doute trop ,un peu trop de nourriture in dustrielle, et des deuils, deceptions, desillusion...mais entre un papa en fin de vie, et boulotter juste pour se nourrir , on ne choisit pas bien ...hyperphagie aussi
ton petit a un bec de lievre ?mais ce n'est pas de ta faute, voyons !ca arrive encore un peu, ce genre de "loterie" de la nature ...TA GROSSESSE t'a fatiguée, plus, t'occuper, en tant que mere , de ta progeniture ...normal, alors, la fatigue , et la sesnation de ne pas pouvoir y arriver ...j'ai bcp fatigué mama, mamay prenait souvent le relais , le reflux est du a u pylore mal refermé, c'est un trouble benin chez les enfants ET ADULTES, et ca s'opere aussi , une operation tres courante ...un reflux peut etre silencieux sans douleur estomac, mais toux recurrente ; perso, je en bois plus de lait de vache et fus nourris au yaourt et fromage , terrine de paté maison, oeufs brouillés a la tomate, soupe a la tomate epaisse...je suis issue d'une famille de bankaLou, ca a du jouer aussi sur mes kilos en trop ....courage, pilgrimette, j'ai aussi eu du mal a me definir!malade?differente?femme, garcon??je suis , vu ma sante, mon aspect physique, mon look, ma facon de vivre , une femme differente, ca faisait donc qqle 1 de moins bien,a mes yeux ...et je ne me reconnais a pas a present en tant que ronde , puisque je ne me definis pas toujours en tant que femme :alors tout cela se rassemble peu a peu, vois tu ...ton enfant sera operé plusieurs fois et sans doute que cela deviendra de moins en moins visible ...je crois savoir que ce type d'operation a fait bcp de progres ...
S
85 ans 4901
Chère pilmigrette !

D un point de vue extérieur je trouve que tu as des qualités, en tout cas de celles qui sont importantes à mes yeux.

Tu as une sensibilité que tu utilises pour les autres que tu traites avec bienveillance. Dans tous nos échanges, à des moments où je n étais pas très bien, tu avais des mots adéquats et une bonne écoute.

Maintenant je comprends très bien le côté "Oui mais je n en vaux pas la peine " C est très difficile à changer de regard sur soi. Cela m a pris beaucoup de temps et cela a tendance à ressortir ce côté "je n en vaux pas la peine" quand je suis moins bien. Je mange mes émotions, ma fatigue etcc, et donc je prends du poids.

La différence c est que je vois cela comme la seule possibilité de survie que j ai. Je ne me traite pas durement parce que j échoue à me traiter avec bienveillance. J accepte que cela soit une période comme cela.

Pour pouvoir s aimer plus et se traiter d une manière plus douce, il faut déconstruire et se reconstruire, c est vraiment un pas après l autre, des fois tu avances, d autres tu recules etcc.

Comme tu l as bien dit, tu abordes seulement maintenant le sujet "mon comportement face à moi", c est un premier pas, qui fait que tu oses déjà te dire, pourquoi pas moi. Je ne peux que t en féliciter et t encourager.

Mis à part à cela, la culpabilité est quelque chose que l on ressent assez facilement en tant que parent. Depuis 2 ans un de mes fils va assez mal et je dois dire qu il m est parfois assez difficile de ne pas me sentir coupable. Je travaille beaucoup la dessus, car il me dit que cela ne l aide en rien.

Et oui, de voir descendre son petit bout au bloc c est difficile à supporter, je comprends bien que cela ne soit pas tous les jours faciles pour toi.

Je pense bien fort à toi et n hésites pas si tu as envie ou besoin parfois de parler en privé.
38 ans très au sud 7863
Mère poule louve juive tendance à l'autoflagellation au rapport!
Je dis ça en riant mais le fond est très vrai, hier soir encore je pleurais d'avoir été assez "conne pour tomber dans les escaliers et réussir à me blesser assez pour pourrir la vie de mon mari et surtout celle de mon fils", heureusement j'ai un mari en or qui fait quelque chose qui marche presque à tous les coups. Il fait quoi? Et bien il me répète ce que je viens de lui dire (en en rajoutant un peu au passage mais parfois ce n'est même pas nécessaire) afin que je réalise l'absurdité de ce que je viens de dire. Hier il m'a dit "mais oui tu t'es précipitée dans cet escalier après avoir défait ton lacet bien sur! Et ce n'est pas toi qui a le plus mal et qui doit restée enfermée! Franchement t'es trop la mieux lotie quoi!" Vue sous cet angle en effet... Il fait ça à chaque fois que je me culpabilise trop, surtout avec notre fils.

pilgrimette a écrit:

Reinette : pourquoi je ne m’autorise pas à prendre soin de moi? Plusieurs réponses : ça n’en vaut pas la peine, j’ai pas envie, pas le temps, pas la motivation,...

Je te comprends, il est très facile de rentrer dans ce système. En tant que parent on met la priorité sur nos enfants, surtout quand ils ont un soucis (plus ou moins long) en se disant qu'on pensera à nous plus tard, eux d'abord. Et honnêtement même avec un enfant sans soucis particulier on trouve toujours une bonne raison de faire ça (il est malade, il est dans une mauvaise passe, il commence une nouvelle évolution etc...) alors nous n'avons pas le temps. Et puis ça s'installe et on perd la motivation (parce que honnêtement on arrive vite à un stade où il y a du boulot pour remonter la pente et ça décourage!). Alors voilà on n'a pas envie et puis on n'est pas si mal comme ça non? Ça n'en vaut pas la peine quoi...
Oui mais non. On revient à l'étape où tu crois que tu dois franchir l'Everest pour revenir dans la course. Qui t'a dit d'atteindre le sommet? On s'en tape du sommet! Tu pars pas pour nouveau look pour une nouvelle vie mais juste pour 5mn pour moi chaque jour.
Pourquoi ne pas commencer par 5mn de pleine conscience sur ce que tu veux histoire de faire juste un petit coucou à ton corps? 5mn pour déguster un thé/infusion avec biscuits? 5mn pour te faire un soin corps ou visage (mais où tu prends le temps de ressentir tes gestes), 5mn sur ton canapé à écouter 2-3 morceaux que tu adores (en te concentrant sur tes sensations)? C'est toi qui choisis!
Et après tu rajoutes ce que tu veux quand tu te sens prête: te maquiller le WE, te mettre en robe une fois par semaine, faire un selfie une fois par semaine, te faire un soin au choix une fois par semaine, t'offrir un livre chaque mois etc... bref tu choisis encore!

pilgrimette a écrit:
Laëtitia : j’admire ta façon de voir les choses 😉.
Oui, j’ai 2 enfants et le dernier de 8 mois à une fente labio palatine bilatérale complète. On l’a appris à 5 mois de grossesse, avec les examens plus ou moins invasifs qui ont suivi. Il a subi sa première chirurgie à 3 mois et la seconde est programmée pour ses 9 mois.
On le vit plutôt bien, notre crevette étant une source intarissable de joie mais pour moi, pour une fois, mon corps a été défaillant et je culpabilise de lui faire vivre des chirurgies, des possibles moqueries, etc.


J'ose même pas imaginer ce que tu ressens! Tu en as parlé de cette culpabilité à ta psy?
Donc dans un mois il doit être réopéré? Tu l'envisages comment ce moment là?
33 ans 3056
Merci les filles, vous êtes trop gentilles ❤️.

PTITE : heureusement, mes crevettes n’ont pas de problème au pylore, c’est le cardia qui n’est pas fermé. Le plus impressionnant c’est les reflux par le nez. Mais encore, le petit est moins douloureux que son aîné... mais bon, on est habitués aux bébés orangina 😂.
C’est vrai que les chirurgiens font de très belles choses.

Saralou 😘 : tu m’as beaucoup inspirée par tes écrits par le passé et c’est encore une fois le cas. Te lire m’apaise toujours énormément, c’est comme un petit shoot 😂. Actuellement effectivement j’ai du mal à être bienveillante avec moi même et à encaisser que je mange mes émotions. Je culpabilise encore une fois...
En fait je crois que ça bloque déjà à la base, avoir la réponse à « comment exister autrement qu’au travers des autres? »

Reinette : courage pour ta cheville, j’ai vu ça sur un autre post, je compatis vraiment.
Mon mari a pris un peu conscience hier je crois qu’il n’était pas forcément à mon écoute. Il est dans une période de transition et a beaucoup de soucis. Je pense qu’il n’avait pas pris conscience de l’ampleur de mon mal-être / malaise. On en a discuté et j’ai le sentiment qu’il veut changer la donne.
Prendre soin de soi, cela signifie aussi s’intéresser à soi. Le temps je pourrais l’avoir, la motivation parfois aussi mais c’est la notion de se faire plaisir pour du mieux qui est difficile pour moi.
Quand je me goinfre (oui, c’est le mot) de Ferrero rochers/chocobons/autres, sur le coup j’ai du plaisir mais je ne peux pas m’empêcher d’aller plus loin que le plaisir, comme s’il y avait une forme d’autodestruction suite au plaisir ressenti.
Comment j’appréhende la prochaine intervention dans 1 mois 1/2? Comme la première, même si on dit que celle ci est plus douloureuse (fermeture du palais et pose de diabolos dans les oreilles). J’ai d’un côté hâte qu’il soit débarrassé de cela et comme pour la première intervention, je coupe tout autre sentiment comme l’angoisse en particulier car je sais que si je commence à laisser l’angoisse apparaître elle va se déverser en moi et m’envahir sans que je puisse faire quoique ce soit.
J’ai l’impression que je fais front, je prends les armes parce qu’il faut le faire, mais c’est tellement plus facile de couper toute émotion.
J’essaye aussi de rester optimiste à me dire qu’il y a pire et avoir confiance dans l’équipe, le chirurgien qui est un amour de gentillesse, les infirmières, etc.
B I U


Discussions liées