MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

constat:je suis si malade un an après le livre de zermatti

S
49 ans 67 60
bonjour
bon le titre n'est pas très explicatif alors je vais en parler ici:
il y a un an je suis tombée sur le site du GROS, pas par hasard car j'étais  
en pleine COMPULSIONS (au pluriel). j'ai des troubles du comportement alimentaire depuis ma pré adolescence et ça se résume à de l'hyperphagie ou compulsions très régulières mais sans me faire vomir.
j'ai une chance inespérée: je ne suis pas grosse car comme très nerveuse, mon organisme doit bruler pas mal! (je fais 61 kgs pour 1m70).par contre je trouve que j'ai 3 kgs à perdre, hum...
après ma visite sur le site du GROS il y a un an, quelque chose s'était déja passé en moi et j'ai couru acheter le livre "maigrir sans régime "de Zermati.
ça a été LA révélation. j'étais tellement motivée que j'ai respecté à la lettre ce qu'il disait et surtout: je respectais cette notion de satiété en mangeant ce que je voulais (ce que je n'arrivais pas à faire auparavant). j'ai perdu 3 kgs et me sentais en pleine forme. j'avais ouvert une sorte de carnet mais je ne notais pas tout ce que je mangeais. puis j'avais réussi à cibler les situations qui me faisaient chavirer plus que d'autres et les consignes que je devais respecter pour ne pas sombrer dans les compulsions trop régulièrement.
malheureusement, bien que je sois convaincue du bien fondé de la méthode zermatti, mes compulsions sont toujours très, trop présentes.
Apfeldorfer a écrit que certaines personnes avaient besoin de ces compulsions qu'elles contribuaient à leur équilibre, eh bien je crois que c'est vrai...
même si elles sont moins violentes, disons moins longues, ELLES ME BOUFFENT, c'est le cas de le dire.
le GROS que j'avais contacté m'avaient dit qu'il n'existait pas de thérapeute en alsace qui faisait partie de leur groupe sinon j'y serais allée...
j'ai 35 ans, 2 enfants et un conjoint. ma vie est stable et je pense que certaines personnes sont bien plus malheureuses que moi mais je suis enchainée depuis plus de 20 ans avec ces crises à la m..... qui m'entravent régulièrmement.
j'ai besoin de ces compulsions et je n'y comprends rien. je me sens tellement mieux quand je n'en ai pas et pourtant je ne peux resister à leur appel.
je n'ose pas en parler, c'est tellement ridicule.
parfois je me fais rire quand je mange: lorsque je me dirige pour la 10è fois de la soirée vers le placard à gouters des enfants, je suis fébrile je mange avant meme d'avoir oté l'emballage alors que ça fait le 10è gateau que je m'engouffre!!
bon faut dire que j'ai pas un passé "léger": j'ai perdu mon père à 9 ans et ma mère en 95 d'un cancer digestif. pendant toute sa vie elle n'a mangé que des cochonneries et je l'ai vue faire et j'ai fait en partie le même genre d'erreurs en moins pire.
je suis malheureusement fille unique et je me souviens de longues heures de solitude ou je bouffais sans penser en lisant ou regardant la tv...
d'ailleurs lorsque je compulse, il ne faut pas qu'on me voit donc j'attends d'etre seule....et quel plaisir.
zermatti dit que lorsqu'on n'a + faim, on ne ressent plus le même plaisir de manger mais chez moi je sens comme un plaisir de m'adonner à la compulsion!
c'est si compliqué mais je suis si malheureuse de ne pas y ariver comme il faut...
que dois je faire??? me dire que tant pis je finirai avec un cancer digestif à force d'avoir bouffé des cochonneries tous les soirs??
je ne compulse pas quand j'ai faim, c'est toujours à la faim du repas dans la soirée. et le week end c'est 10 fois pire. il me faut 6 ou 7 desserts au minimum après mon repas.
toutes ces années où j'ai fait des régimes m'ont en effet conduite vers la restriction congnitive et au moins depuis un an, je suis arrivé à comprendre que les régimes ne servaient à rien.
sauf que maintenenant,même sans restrictions je compulse et je ne fais plus de régimes après, c'est tout ce qui a changé. donc c'est pas top. je ne tiens plus de carnets, à quoi ça sert
j'ai besoin d'aide!!!!!!!!!!!!!!
je voudrais être libérée
que dois je faire?
à qui parler?
merci pour vos réponses :(
25680
Bonjour saucissette,

Tout d'abord, tu peux voir si par hasard le GROS n'a pas de thérapeute près de chez toi aujourd'hui, en 1 an c'est possible.
Enfin, même si il ne fait pas partie du GROS tu peux voir un thérapeute et lui expliquer ton parcours :)

Je comprend par quoi tu passes, j'ai commencé une RA il y a 2 ans.
Avant que je règle la cause des mes crises, alors que celles ci avaient disparu j'ai vu surgir de très fortes angoisses !
J'en ai parlé à l'époque avec 2 de mes proches, et cela m'a aidé à comprendre que j'avais reporté ce que mes crises dissimulaient en angoisses.
Alors j'ai du trouver des moyens d'évacuer tout ça, et aujourd'hui après 2 ans de RA j'ai pu affronter en grande partie mes démons et m'en libérer :D

Dans un premier temps, il faut que tu trouves une personne IRL objective et extérieur à ta vie pour parler, un thérapeute même si il n'est pas du GROS pourra t'aider, prend un RDV :)

Dans un deuxième temps, trouver un moyen de te libérer la tête et d'évacuer tes démons et là c'est à toi de trouver ton moyen et d'en tester.

Tiens nous au courant :)
A
47 ans 63 88
je pense que tu devrais aller voir un psy même si c'est pas un du GROS. Moi c'est ce que j'ai fait. A l'époque où j'ai commencé mes sénaces je savais même pas que le Gros existait. Et à en lire ton message tu as un "gros" besoin de parler pour dépatouiller le paquet de noeud. En ce qui me concerne j'ai fait le chemin inverse au tien, j'ai commencé avec une psy et j'ai découvert la RA très récemment (il y a une semaine), je crois que j'ai pu la commencer car j'avais déjà commencé le travaisl sur les raisons qui ont fait que je "bouffais"
alors GROS ou pas parle à quelqu'un. De toute faàn depuis que je sais que ça existe je les ai appelé pour avoir les coordonnées, il y en a une ici. Mais quand j'ai téléphoné la secrétaire m'a dit qu'elle ne prenait plus de nouveaux patients. Alors tu vois je crois qu'il vaut mieux agir de toute façon.
bon courage
A
36 ans MADRID 56
bonjour,

je voudrais te rassurer sur unpoint tu dis penser que tu as besoin de tes crises pour avoir ton équilibre.moi je pense que comme ca fait 20 ans que tu as des crises compulsives, ton corps et ton esprit se sotn habitués aux crises comme si elles faisaient partie d ela normalité pour toi, tout ton être a intégrer ce paramètre. donc c'est normal que quand tu arretes tes crises ton corps ne soit plus habitué et qu'il en redemande. c'est un processus de dépendence, et ca se règle avec le temps et une aide psychologique. jour apres jour tu peux gagner du terrain, limportant cest de consolider tes aquis, meme si tu perds des batailles.

je t'encourage dans ta démarche!
290
asivalavida a écrit:
je pense que tu devrais aller voir un psy même si c'est pas un du GROS.


Je suis d'accord avec asivalavida.
Ton problème, c'est pas la nouriture, elle est un symptôme.
Tu as besoin de parler et de dédramatiser tes crises d'anguoise

Je suis allée voir un psy pendant quelques temps et ça m'a fait un bien fou...
Il faut juste que tu trouve le thérapeute en qui tu auras suffisemment confiance pour sortir ce qui te "bouffe" comme tu le dis si bien.

Allez courage! ;)
S
49 ans 67 60
déja merci pour vos réponses :)
en fait pour tout vous dire, j'ai vu un psy (qui me convenait d'ailleurs) pendant 2 ans environ, c'était il y a 3 ans à peu près (en 2003). lorsque j'y étais je lui parlais de tout et je me souviens que j'avais toujours des compulsions. et je me souviens aussi qu'au bout des 2 ans , je lui avais dit que je me sentais mieux, même bien (dans ma tête) et que je pensais arreter le psy et il m'avait dit qu'il était d'accord car j'avais l'air bien. et une des dernières séances je lui avais parlé des ces compulsions et je me souviens de son sourire du style il ne me prenait pas trop au sérieux car physiquement ça ne se voit ps du tout! il avait même terminé la séance en me demandant de penser à un gateau que j'aimais tout particulièrement et j'avais dit "la torche au marron"!!!!! :lol:
donc vous voyez, le coup du psy j'y crois + tot et le GROS m'avait envoyé un mail il y a quelques mois me répondant qu'il n'y avait pas de thérapeute affilié au GROS dans le 67. peut être devrais je tenter une thérapie comportementale? (il y a des adresses sur le GROS dans mon secteur) mais je ne sais pas à quoi ça rime exactement.
et puis comme je suis d'un naturel impatient, je n'ai pas envie de retourner voir un psy...
en fait j'ai relu un peu le cahier que j'avais commencé il y a un an lors de ma 1ère lecture de zermatti et ce qui est fou c'est que dans ce cahier je sens des choses nouvelles, je dis tout le temps que ça fait un bien fou de casser les chaines des compulsions mais d'un autre coté je ne peux m'empecher d'y retomber alors que je sais que je vais moins souffrir si je n'y retombe pas!!
je dis dans mon cahier, aux moments les + durs où j'ai envie de me jeter sur ce fameux placards à bouffe que ce sont des combats qui durent quelques minutes et que lorsque j'arrive à resister, je n'y pense + de la soirée....et pourtant j'aime y sombrer....
et je sais que si je gagne une bataille même pendant queqlues mois (ce qui est EXCEPTIONNEL), le spectre de la compulsion est là à me guetter chaque soir après le repas....
un peu comme les alcooliques.
d'en parler me fait du bien car j'avais finis par banaliser la situation car comme vous dites, c'est tellement ancré que c'est devenu une habitude.
d'ailleurs le pire c'est le week end...
:oops:
c'est dramatique, ça débute le vendredi soir jusqu'au dimanche au coucher , je m'enfile des tonnes de desserts et je me dis que de toute façon ça fait 20 ans que je le fais donc ça ne peut pas s'arreter comme ça si facilement. le week end c'est comme 2 jours à part, où il n'y a rien à faire....
pendant toutes ces années, la semaine je faisais du régime strict avec légumes à l'eau et tout ce qui est dégueu et le week end je craquais et je m'enfilais 30 barres chcolotées en 3h. d'ailleurs à l'adolescence j'essayais de me faire vomir mais je suis une dure à cuire (merci mon Dieu!) car je ne suis jamais arrivée à faire sortir un seul aliment!!!
bref je ne suis pas sortie de l'auberge mais grace à vous je vois que je ne suis pas seule. je vais essayer d'avoir un week end sans trop de compulsions, je vous raconterai....
25680
Tu veux dire que tu tentes de contrôler tes pulsions ?
Tu dis que c'est pire le WE pourquoi le week end ?

Il semble y avoir pleins de pistes que tu n'as pas encore exploré en fait ?
A
47 ans 63 88
Je ne sais pas comment on fait pour citer le texte d'une autre personne alors j'ai fait un copier coller je sais pas ce que ça va donner alors voilà ce que tu as écrit:

une des dernières séances je lui avais parlé des ces compulsions et je me souviens de son sourire du style il ne me prenait pas trop au sérieux car physiquement ça ne se voit ps du tout!


Si je comprends bien ce que tu as écrit pendant deux ans tu as vu un psy et tu lui as parlé de tes compulsions lors de ta dernière séance d'adieu??? Je crois qu'il est normal que tu n'aies pas débloqué les choses si tu ne lui en as pas parlé comme le fonds ou au moins une grosse part du problème. Tu veux que les choses aillent plus vite et je crois qu'on en est toutes là mais je te conseille au minimum d'en parler avec le psy car comme tu dis si bien si de surcroît ça ne se voit pas physiquement il ne peut pas le deviner et t'aider
S
49 ans 67 60
oui Anne, le week end c'est terrible car c'est une HABITUDE que j'ai depuis 30 ans de me lâcher le week end après m'être restreint la semaine. depuis un an seulement (lecture de Zermatti!) je mange normalement la semaine et ne suis plus en restriction cognitive. je m'autorise des desserts quand j'en ai envie du lundi au vendredi mais c'est souvent plus une envie de sucré....(et la satiété est dépassée très souvent...)
j'ai lu sur le forum que quelqu'un conseillait de commencer le repas par un dessert, je crois que je vais essayer. et puis il y a le week end qui malgré ma RA (finis les régimes et restrictions), je plonge avec plaisir dans les compulsions incontrolées le week end.
hier par exemple, nous n'étions pas le week end mais j'ai quand même compulsé: le soir vers 19h je n'avais pas envie de faire à manger :? , j'ai attendu que mon zhom rentre du boulot (à 19h) et il était ok pour chercher des trucs au mac do. j'ai bouffé un gros hamburger+frites+glace. mais avant lorsqu'il est parti chercher la bouffe, je me suis fait 3 grosses tartines de fromage. j'avais presque plus faim quand il est rentré!! (ça m'arrive souvent ça). quand les enfants étaient couchés (20h30) et zhom devant son PC au salon, moi j'ai bouffé en 1h 1/2 tablette de choco, des bonbons, 3 brownies et je crois que j'oublie des trucs: bref une compulsion....en général je fais ça le week end et arrive à tenir la semaine sans compulser vraiment mais parfois je craque et hier j'ai craqué. j'ai eu une semaine difficile au boulot, mes enfants sont surexcités depuis quelques jours et j'avais mes ragnagnas donc hormones au plafond :evil:
ça explique peut etre la compulsions d'hier
:roll:
mais malgré toutes les consignes que je m'étais imposées avec zermatti, le week end je m'éttais crée une consigne où je m'imposais 2 desserts et pas plus (mangés au dela de la satiété bien sur!). souvent ça marchait souvent non....
oui asivalavida, tu as bien compris, j'ai vu le psy pendant 2ans mais ne lui ai pas vraiment parlé de mon pb de bouffe!!
je n'ai pas envie de retourner chez lui et ne sais pas qui aller voir....
290
Euh bin moi, j'essaye de prendre le problème un peu à l'envers dans mes compulsions en ce moment...

Alors voilà, je m'explique...:idea:

Comme nous tous, je sais très bien quand j'ai une crise. Donc, au lieu d'y céder bêtement, je me pose la question suivante:
Et si tu mangeais ce dont tu as envie (très très très envie même) à l'instant est ce que tu pourrais te satisfaire d'un petit peu de cet aliment ou alors te faudra t'il te remplir jusqu'à n'en plus pouvoir...? :?:

Quand je sais que la réponse est non, alors je ne commence pas. :-k

J'essaye de faire autre chose, de boire de l'eau, d'appeler une copine, de lire un livre, parfois même je file sur VLR... et je me demande ce qui ne va pas à ce moment là et comment je peux faire pour combler ce qui me pousse à manger... Besoin d'un calin, de parler, de me faire plaisir d'une manière ou d'une autre...
Pour le moment ça me réussi a peu près... :lying:

Bon, ça ne m'empêche pas de temps en temps de m'autoriser un écars un peu plus riche ou gras. Mais je le fais sans me culpabiliser et ça c'est vraiment le pied!
S
49 ans 67 60
merci samie pour ton message.
je vais essayer ce que tu dis car j'ai remarqué que quand une compulsion arrive, avant même que j'ouvre le placard à bouffe, je fais tout dans ma tête pour "m'anesthésier", je ne veux plus me poser de questions et j'essaye de ne penser à rien car JE SAIS que ce que je fais me mène systématiquement à la compulsion à ce moment là! c'est comme si dans ma tête j'étaignais le son pour ne plus que voir sans penser :roll:
comme si aucune pensée ne devait freiner cette compulsion qui va me faire du bien....
290
C'est pas une recette miracle, mais si ça peut d'aider...
Bon courage!
:kiss:
S
49 ans 67 60
j'ai passé le week end sans compulsions et je sais que le cap le plus dur dans la semaine c'est ce fameux week end.
je me suis privée de rien et je me suis fixée 2 desserts maxi pour le samedi et le dimanche.
je fais aussi de la course à pied et ça m'aide à garder un poids à peu près "normal" mais pas au set point!
ça me fait du bien de lire que je ne suis pas la seule
et surtout, même si le spectre des compulsions rodera toujours :roll: (je le sais), JAMAIS, NON PLUS JAMAIS je ne ferai un régime
et ça, ça libère ;)
D
57 ans lille 1
moi aussi j'ai ce problème,je suis fille unique,sans image de pere et..de surccroit divorcée....J'aimerais beaucoup correspondre avec toi..car ,sans etre grosse,ces compulsions me peerturbent et je crois beaucoup au dialogue ..A bientot
290
Hello!
Un petit coucou en passant.

Pour l'instant ma technique me réussi pas trop mal...et en plus comme j'ai changé de région, je marche beaucoup plus. Bon je n'ai pas vraiment perdu de poid mais j'ai perdu une taille de pantalon :?: :?:

Et puis je contrôle mieux mes conpulsions même en période de crise...
alors, courage! il y a de l'espoir!
:P
B I U