MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Quelle place pour la chirurgie bariatrique dans l'obésité ?

25680
Citation:
On définit maintenant la "super-super obésité" pour les indices de masse corporelle (imc) au-delà de 40 et on envisage une catégorie supplémentaire pour les valeurs supérieures  
à 80...

C'est surtout à ces patients que s'adresse la chirurgie, bien qu'il n'y ait que peu de preuves d'effets bénéfiques sur la mortalité à long terme et la qualité de vie. Elle doit toujours être précédée par une préparation multidisciplinaire de plusieurs mois (nutritionnistes, endocrinologues, spécialistes cardiovasculaires, anesthésistes, psychologues et/ou psychiatres). La chirurgie est soit "restrictive" (anneaux ou gastrectomie verticale : perte de poids de 20 % à 1 an, 15 % à 10 ans) soit "malabsorptive" (shunts gastro-intestinaux maintenant, les courts-circuits intestinaux ayant une morbidité trop élevée : pertes de poids de 38 % à 1 an, 25 % à 10 ans). La morbidité (3,7%) et la mortalité (0,2 %) ne sont pas négligeables, essentiellement du fait de complications thromboemboliques veineuses [1].

Nouveauté : la gastrectomie longitudinale (sleeve gastrectomy) associe un effet restrictif, un effet malasorptif lié à l'agastrie, un effet présumé sur la régulation de l'appétit par réduction de la sécrétion de la ghréline, hormone stimulante de l'appétit. Elle apparaît selon ces premiers résultats comme réduisant rapidement le poids et l'IMC dans 4 cas de super-super obésité morbide (IMC moyen de 65).
(Source)


Saviez vous cela ?
En tant que candidat à une gastroplastie, avez vous suivi la préparation préalable compléte ?
Si non quels sont les médecins que vous avec vu ?
36 ans La Madeleine 4511
Personnellement je doute avoir eu toutes les informations nécessaires pour gérer la vie après anneau. Mis à part : plus de gazeux, pas de chewing-gum, faire un régime (appelons ça une information nécessaire si on veut...).
J'ai été jetée dans la nature.
67 ans Charente Maritime 3080
Un parcours relativement correct. Un suivi ancien de mon poids par mon médecin traitant, sans compter tous les régimes suivis par des médecins ou en groupe que j'ai fait avant.
Un parcours vers l'anneau qui a compris psy/nutritioniste et contact avec des personnes opérées sans oublier les examens complémentaires

Un regret profond de ne pas avoir connu le GROS plutôt Ce qui est en partie faux, car j'avais été retenue pour le groupe de thérapie sur l'obasié dirigé par Apfebaum avec Apfeldorfer en psy en 1977. Je pense que je n'étais pas prête à admettre à ce moment là le travail sur soi qu'impliquait cette démarche et j'avais trouvé le premier prétexte pour ne pas suivre ce groupe. Alors qu'aujourd'hui, je trouve que grace à ce travail sur moi, maigrir est une chose somme toute très facile.

Par contre, les points positifs :
- avoir bénéficié de longues heures avec la nutritionistes lors de mon opération pour commencer avec l'anneau,
- avoir un chirurgien particulièrement à l'écoute et qui prenne en compte la parole de l'opérée, et qui n'oublie pas que sa spécialité est la chirurgie, pas la nutrition, la psychothérapie ou la médecine générale et donc qui vous renvoie régulièrement vers ces spécialités pour faciliter votre suivi.

Au final, quand je compare avec beaucoup, peut être pas le meilleur suivi posible, mais quelque chose de largement satisfaisant.
44 ans 86
Dans mon cas, je trouve que ma prise en charge a été plutot légére pour une opération aussi lourde que le by-pass = 1 seule séance psy qui n'a durer que 15 min, 2 séances endocrino de 10 min chacun et une journée d'hospitalisation pour les exams tel que fibroscopie, prise de sang ect ...

Post-op = aucun suivi psy, je vois ma chir et mon endocrino tout les 6 mois ... Je trouve çà léger .... Heureusement mon médecin généraliste est conscient de l'importance de mon opé et veut absolument que je passe le voir tous les mois .

( Je précise que j'ai été opéré dans un trés grand CHU, celui de Rouen ... )
44 ans 86
Ah j'ai oublié = une seule séance de 30 minutes avec la diététicienne ...aucun suivi post-op aussi de ce coté là :roll:
V
44 ans 179
Moi j'ai répondu "presque" parce que je n'ai jamais rencontré de psy.

Mon parcours vers l'obésité a commencé à 18 ans, en yoyo jusque 22 ans et puis en échec voire non tentative de perte de poids jusque 30 ans. Le fil conducteur dans ce parcours poids, c'est mon médecin traitant.

Jusqu'en janvier 2005, jamais je n'avais envisagé la chirurgie mais des problèmes de santé rendaient urgent la recherche d'une solution. J'ai cogité et me suis documentée personnellement pendant 4 mois. Je rentrais dans les critères très largement. Restait à voir si c'était pour moi la solution. J'en suis arrivée à la réponse affirmative pour moi. Les RDV ont été très très vite: médecin traitant, chirurgien, endocrinologue, diététicienne, anesthésiste. Pourquoi pas le psy? Dans le centre où j'ai été, ils sont très mitigés sur l'apport du psy. Ce qui revient du psy est souvent tout sauf une réponse claire pour le chirurgien du type: ce patient est prêt à subir ce type d'intervention. Comme de mon côté, je ne voulais pas voir un psy, nous sommes tombés d'accord. Je sais que si j'en éprouve le besoin, je n'ai qu'à contacter le psy mais 9 mois après l'opération, je campe toujours sur ma position. Ne pas avoir eu recours à qqn d'extérieur ne veut pas dire que je n'ai pas eu à faire un travail psy sur moi-même, attention.

By pass gastrique réalisé en septembre 2005. Jusqu'en décembre 2005, je suis retournée 2 fois chez la diététicienne et 2 fois chez le chirurgien qui ont dit avoir rarement vu un by pass pareil et qui ont dit que je revenais si besoin. En fait mon by pass s'est accompagné d'une véritable prise en charge de la gestion de mon poids par moi même. J'ai eu une coach pour ma rééducation physique et maintenant je suis assez autonome pour cela aussi. Un médecin du sport a suivi mes paramètres jusqu'en mai 2006 et me laissait tranquille jusque fin 2006 puisque tout rentrait dans la bonne voie côté carence. Et puis en juin, quand j'ai eu des problèmes, c'est de toute façon mon formidable médecin traitant qui est intervenu en première ligne et on m'a enlevé la vésicule à la vitesse grand V pour calculs biliaires.

Au jour d'aujourd'hui, tout va bien. Les aspects diététiques ont fondamentalement changé. Les aspects mouvement/sport également. Et psychologiquement, je me porte comme un charme. Je suis très bien entourée. Ma coach pense que j'aurais pû arrivé à une perte de poids sans cette opération vu l'énergie et la motivation déployée. En même temps que cette méditation pour le by pass, cela a été un peu un coming out de type "ben je ne suis pas q'une bonne vivante, j'ai un sérieux problème". J'étais à 30 ans enfin prête à gérer mon poids.

Pour l'anecdote, j'ai même envoyé sur les roses ma super carrière d'employé niveau cadre au Luxembourg avec le salaire qui va avec où je n'arrêtais pas de courir pour me consacrer à moi (et j'ose maintenant le mettre en premier), mon mari et mes 3 enfants, et m'investir dans le social. Peut être envisagerai-je l'enseignement ensuite parce que j'aime cela.

Là je viens de devenir membre de l'association belge de patients obèses Bold qui tente de mettre en place la plateforme yoyostop. Le nom est explicite. Avec une copine qui n'est pas passée par la chirurgie, on essaie de mettre en place un groupe de soutien pour le luxembourg belge. Pour l'instant nous cherchons des yoyostoppeurs qui seraient prêts à être là pour les yoyotteurs. Personnes intéressées, me contacter.

Vega
25680
Un petit up pour ce topic qui me semble vraiment d'actualité :)
39 ans BanLieuSarde 1213
Anne a écrit:

Saviez vous cela ?
En tant que candidat à une gastroplastie, avez vous suivi la préparation préalable compléte ?
Si non quels sont les médecins que vous avec vu ?


Je savais tout çà, même plus précisemment le taux de mortalité dans l'hôpital dans lequel je me suis faite opérer, le nb d'opéré par ans, j'ai recherché des infos sur mon chirurgien, etc...

J'ai suivi une préparation plus que complète de 18 mois, avec tous les RDV médicaux, tests, examens, et même 15 jours de suivi complet en hôpital de semaine..

Pour les medecins je les ai tous vus, je ne suis même pas sur de me rappeler de tous, endocrinologue, nutri, diet, psy, cardiologue, medecins, etc... tous je les ai tous vu ;)
Z
61 ans région parisienne 63
Désolée, je me suis trompée et j'avais mis ce post sur un autre topic.

Anne, je vais essayer de te relater brièvement mon parcours en toute honnêteté.

Pas du tout pour la chirurgie bariatrique, il y a encore quatre ans, j'ai bien été obligée de me rendre compte suite à l'évolution de mon état de santé que je n'avais plus 36 solutions si je voulais continuer à vivre un tout petit peu.

La RA, les ww et tout le tintouin, rien n'a abouti.

Donc, après bien des recherches, je me suis orientée vers l'hopital Hotel Dieu à Paris.

J'y suis suivie depuis le mois de septembre de l'année dernière (cela fait donc déjà 10 mois). J'y suis allée en souhaitant faire un by pass et en ayant déjà pas mal d'informations concernant cette opération, mais surtout ne pas faire n'importe quoi et en étant suivie le plus sérieusement du monde.

Depuis 10 mois, j'ai subi et je subis plein d'examens avec déjà deux semaines d'hospitalisation afin d'évaluer si les risques opératoires compenseront le bénéfice éventuel de cette opération (facteurs de co-morbidité très importants).

Mon dossier passera au Staff en septembre. Staff = réunion du chirurgien, de la psy, de la nutritionniste et du chef de clinique. Il est possible que mon dossier ne passe pas. Ce que je peux vous dire c'est que si c'est un refus, je n'irais pas dans une autre structure pour me faire opérer.

Je pense que le suivi est important et ce qui me choque lorsque je lis tous les témoignages, ce sont les personnes qui arrivent et qui veulent faire un by pass comme si on allait mettre une lettre à la poste.

Beaucoup de chirurgiens le font sans scrupules et je trouve cela lamentable et en échange d'espèces sonnantes et trébuchantes.

Quant à dire ce n'est que du bonheur, j'ai bien conscience que même si je perds quelques kilos, j'aurai des contraintes à vie, mais j'en ai déjà tellement aujourd'hui, - exemple : appareil pour apnées du sommeil et quand il fait chaud, rien d'agréable - que j'espère tout simplement vivre mieux.

Très size acceptance, je suis navrée d'en être arrivée là et je peux vous dire que si mon état de santé ne m'y obligeait pas, je me ficherais de mes kilos "en trop" (d'ailleurs en trop par rapport à quoi ? Une soi-disant normalité.....).

Donc, je comprends tout à fait vos réactions lorsque vous luttez contre les barres de poids etc.

Et c'est vrai que dire "bravo tu as perdu x kilos" n'apporte rien, car c'est la personne qui doit le sentir et non les autres qui doivent apprécier.

Je ne souhaite vexer personne, c'est mon ressenti et je m'exprime, car je trouve cette discussion très intéressante.

Bonne soirée.

zouzoucat.
45 ans meuse 1180
Ho la la !!!!que oui et que du serieux !!!!
de nombreuses heures avec le psy,nutri,doc,et j en passe pendant 18 mois ,a peser le contre et le pour !!!!
et encore maintenant toujours un suivi regulier avec eux ,parfois ça ma fatigue (me gave !!!)mais cela est necessaire
18 mois ça peu paraitre long mais au moins ont se fait une opinion sur les op et celles qui nous conviennent le mieux


bisous
B I U


Discussions liées