MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

stress au travail

41 ans ***Ezy sur eure - 27 *** 575
Bonjour,
Je viens vers vous pour avoir des conseils.
Au boulot tout va mal, j'ai une responsable super lunatique, avec un complexe d'autorité qui nous en fait baver tous les jours:  
mauvaise humeur, desagréable, elle nous dénigre à longueur de journée et casse du sucre derriere notre dos. Pour elle ce n'est jamais bien, elle ne se remet jamais en cause, dès qu'il y a un problème c'est la faute de ma collegus et moi...
Ras le bol. Je n'ai pas une nature à stresser facilement mais là j'ai atteint un niveau a n'en plus pouvoir: boule au ventre, aigreurs, vertige, grande fatigue, susceptibilité, maux de tête ... et ca se ressent de plus en plus dans ma vie privée.
Ce soir j'ai reussi a avoir un rdv de derniere minutes chez le medecin car aujourd'hui encore j'ai des vertiges et des bouffées de chaleur et cette boule au ventre qui me remonte dans la gorge et qui fait que j'ai vraiment le moral à zéro. Je voudrais qu'il m'arrete cette semaine le temps de me remettre, mais je ne sais pas si cela se fait facilement; d'un autre côté je voudrais éviter les medicaments car nous essayons d'avoir un bébé et j'ai peur que cela joue.
J'en peux vraiment plus de cette atmosphere de m**** qu'elle nous infflige.
Si parmis vous certaines on déjà eu un arrêt de travail pouvez vous me conseiller et me dire comment cela s'est passé?
Merci d'avance pour vos conseils
5030
Le stress au boulot et ce mal etre, cet état je connais.
Un an que je me traine cela..
Vendredi, la délivrance.... Il m'annonce que mon cdd ne sera pas renouvellé.
Je revis..

Il me reste a bosser jusqu'au 18 juillet (officiellement le 30 aout mais vacances oblige) et ces deux semaines me rendent malade. (nausés, angoisse, etc.... je pense aller voir mon doc pour un arret aussi.
La dépression dut au boulot n'est pas à négliger je pense

Maintenant tu es enceinte, un tel état de stress n'est pas forcement bien..
va voir ton medecin et parles en avec lui.
Ca ne peut que te faire du bien une petite pause.
41 ans ***Ezy sur eure - 27 *** 575
je ne suis pas enceinte mais cela fait plus d'un an qu'on essaye et il est clair que le stress ne joue pas en ma faveur
31
Ouais, c'est la merde.

Alors ayant cogité la question déjà d'une, lit le bouquin "le harcelèment moral, la violence perverse au quotidien" de marie france Hirigoyen, qui déjoue la plupart des mécanismes dont tu es la victime. C'est une étape indispensable, ce livre est fabuleux. Ne le rate surtout pas, je n'ai pas la possibilité de te le résumer, mais tout y est dit.

J'ajouterai que le problème est double : il provient déjà d'une personne complètement malade (ta responsable). C'est sur qu'on pourrait hair ce genre de personne, mais ainsi, tu ne fait qu'augmenter ton stress. Il s'agit de quelqu'un de complètement paumé, rongée jusqu'au synapse par la maladie mentale. Tenant compte de cela, elle agit de façon déterministe, ses actes sont prévisibles, elle est prisonnière de sa condition et de ses maladies mentales. Partant de là, tu peux retrouver le calme.

L'autre aspect du problème, le stress, provient aussi de la peur de perdre le travail et la non assurance d'en trouver un autre. Donc, le mieux est d'entamer des démarches concrètes, comme chercher un autre travail (cela ne veux pas dire passer à l'acte, mais juste se rassurer sur les perspectives d'en trouver un autre), étudier la possibilité d'une attaque judiciaire pour harcèlement moral, discuter de cela avec un plus haut responsable (efficace si la personne en question pourrit le travail de tout un service, ce qui va à l'encontre de la bonne marche de l'entreprise).
Envisage et accepte intérieurement la possibilité d'un licenciement.

Partant sur ces bases, tu es rassurée sur tes possibilités d'avenir et non plus cloisonnée dans ce piège, tout autant que le calme intérieur est maintenu face à cette personne (étant acceptée que ses actes ne sont que l'expression d'une maladie, et que par là, tu n'as presque personne en face de toi). Ne te détruit surtout pas en prenant des anxyolitiques, ce n'est pas toi la malade !!!

J'ai connu ce genre de situation et souvent des emportements, menant parfois à des engueulades avec la personne que je ne supportais plus. C'est une erreur car elle prend plus d'ascendance sur toi, et la maladie finit par naitre intérieurement également chez toi. C'est la règle : cette personne est malade et incapable de le reconnaitre refuse d'avoir des gens sains autour d'elle qui pourraient lui renvoyer l'image de ce qu'elle est et mettant en danger son intégrité fissurée, c'est comme si sa maladie se défendait elle meme, empéchant à la personne saine qui sommeille tout au fond d'elle de reprendre le dessus. Il ne vaut mieux pas tomber dans le même panneau.

Le problème si tu gardes ton calme et que tu reste saine, est d'être davantage une cible de choix (voir le livre cité plus haut).
Je me souviens qu'au moment où je me suis retrouvé serein, je ne m'emportait plus et à aucun moment des conflits j'étais agité intérieurement, j'étais rassuré sur mes possibilités aussi bien qu'un éventuel départ, sans crainte d'un licenciement. La situation devenait explosive mais d'un seul coté uniquement. La personne malade arrivant dans une impasse, face à soi même ce qu'elle ne supporte pas, générant davantage de violence. Je ne sais pas si c'est la meilleure chose à faire, mais à ce moment, je discutais tranquillement, exposant la vérité sans hausser le ton, ni insulte ni agression, juste parler de façon adulte, exposant à cette personne qu'elle était finalement incompétente et inapte à diriger (enfin pas de façon si directe). Mais je doute que cela ait un impact. Mon problème n'était pas si aigu que le tiens mais surtout étalé sur le temps et la personne concernée avait malgré tout des cotés acceptables.
La solution est de passer à autre chose (voir le bouquin), ou alors faire en sorte que l'entreprise se débarasse de ce responsable qui je le rappelle est une catastrophe pour sa bonne marche.
39 ans 3006
je pense que le monsieur au dessus n'a pas tort. Au début de mon contrat je m'en suis pris plein la tête, au mois de mai j'ai craqué et je me suis fait arrêter jusqu'au 21 juillet, date de mes vacances. J'ai eu le temps de me réconforter, de me remplumer et là cette semaine, je m'en suis pris encore plus dans la tête qu'avant mais je n'ai même pas eu mal ( "même pas mal !!") parceque je sais que je suis dans la bonne position. Je suis en CDD, je ne veux pas renouveller mon contrat, ils ne peuvent ni ne veulent me mettre à la porte alors ils font tout pour me pousser dehors... Mais comme je sais qu'ils ne veulent pas le faire par eux-mêmes et que j'ai bonifié mon CV d'un an d'expérience (ce qui me manquait) et que d'ici la fin de mon contrat j'aurai mon permis (ce qui me manquait aussi !!) je me sens sécurisée. Je suis aussi en recherche, il y a pas mal d'annonces pour ce que je veux, je peux décider de partir maintenant mais juste pour les em***der je ne le ferai pas.

Ils peuvent faire ce qu'ils veulent, chercher ce qu'ils veulent pour m'embêter, me balancer les pires horreurs dans la tête, je ne réagis que un léger hochement de tête... Les personnes qui me voient travailler, qui m'ont vue me débattre dans la mouise pendant les premiers mois, qui ont vu ma santé décliner, ma joie de vivre aussi, elles, me soutiennent, et ont autant envie de s'en aller que moi. C'est sûr que trouver du soutien ça aide beaucoup, on se raconte entre nous les trucs qu'ils font et on en rigole.

Le bouquin sur le harcèlement moral, je l'ai. Je l'ai mis dans mon sac, s'ils vont trop loin je le poserai négligeamment sur mon bureau... Courage à tous ceux qui ont en face d'eux des mégalos jamais contents du travail qu'on fournit, et qui s'attendent à ce que sans aucune formation dans la boite, sans aucune explication réelle des dossiers, dans un tout premier travail de bureau on sache tout faire dès le premier jour sans aucun soucis et hop comme par magie on passe d'une formation de sociologue (alors oui les chiffres les stats, les enquêtes, la réflection tout ça c'est super) à un emploi de bureau à responsabilités en claquant des doigts. J'ai eu beaucoup de monde autour de moi qui se sont fait embaucher par une boite, et qui partaient en formation pendant 1,2, ou 3 mois... Moi j'ai eu une semaine avec mon prédecesseur qui préférait faire des flyers que de répondre à mes questions. Alors je fais comment, moi ? Ben j'm'ai débrouillé. Et maintenant que j'ai appris sur le tas, d'autres en bénéficieront.
B I U