MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Suis très embétée

44 ans 785
Voilou, je bosse en ce moment dans une maison d'adolescents, et il se trouve que l'un d'entre eux a une problème de poid assez important.
Cela ne serait pas si grave  
s'il ne souffrait pas en plus d'une névrose d'abandon et de complexes supers envahissants qu'il gère par de l'auto dérision permanente.
Bref, c'est un gosse qui répète en boucle à qui veut l'entendre qu'il n'est rien qu'une grosse baleine.
Par ailleurs, son fonctionnement avec les gens consiste à rechercher de l'affection, puis à tout saccager en étant très insultant pour se prouver qu'il mérite d'être abandonné.
Bon ce que je dis est un peu simpliste, mais pour résumer, ça ressemble à ça.
Là où j'ai un soucis majeur, c'est que les adultes de la maison, (qui sont des professionnels), réagissent à ses agression en le traitant systématiquement de gros porc répugnant.
J'ai mis ça sur le tapis, sans un franc succès.
Par ailleurs, on lui parle de régime, d'amaigrissement, on lui rappelle de ne pas se resservir à table, et je trouve ça violent.
Au prétexte que sa santé pourrait être menacée ( ce n'est pas établi), on est beaucoup derrière son dos, résultat, il se cache pour s'enfiler des paquets de chips et de gateaux.
Je sais bien que ce post n'a peut être pas sa place ici, mais je suis un peu désarçonée, peut être parce que je me mets trop à la place de ce môme, et je voudrai savoir ce que vous en pensez.
39 ans 69 4262
J'ai un peu le probleme en stage....je suis en psychiatrie en ce moment, et j'entend souvent des mots sur l'obesite d'un tel ou de l'autre...ce n'est pas mechant mais c vrai qu'au debut ca me mettait mal à l'aise.....En fait je me suis rendue compte que je faisais trop de projection et j'ai rpis de la distance, surtout que les remarques n'etaient pas mechantes mais visaient surtout a surveiller une prise de poid trop rapide....


C vrai que je comprend que tu te sentes mal par rapport a ce gosse et tu as raiosn d'aborde rle suet avec tes collegues....Ils ont le droit de l'engueler s'il est chiant ou de le cadrer plutot mais ils 'nont pas a faire de commentaires physique sur la personne quelquesoit ce commentaire....

Je comprend aussi que ca puisse aussi etre genant de faire la remarque a ses collegues si soit meme on est concernee par le surpoid mais ne lache pas le morceau....Fais par contre bien attention de ne pas trop t'investir et de ne pas te projetter....Enfin je pense que tu le sais, pas besoin de le dire, mais c tjr bon de s'en souvenir meme si on est vigilant.....CA serait mauvais et pour lui et pour toi....

En ce qui concerne la nourriture, est ce un point capital ds son encadrement? Peut tu essayer d'aborder ce sujet avec lui? Disons de le faire parler sur sa vision de la nourriture....ou peut etre en parler avec la psy sil y en a une afin de voir quelles solutions envisager outre le regime....


Voila, je ne pense pas que mon avis soit tres instructif... :?
44 ans 17521
ton post est tout à fait à sa place ici, au contraire... et c'est tout en ton honneur de te faire du soucis comme ça pour ce garçon... n'y a t-il donc personne dans ce centre à qui tu puisses en parler ? il y a bien un(e) psy ? ou un directeur peut être ?

pour avoir bossé dans un centre pour adultes handicappés (sclérose en plaque), je sais qu'il est toujours difficile de rattrapper les conneries que les collègues peuvent faire... c'est pas exactement le même sujet, mais moi quand je voyais un mec faire tomber son livre qu'il tenait difficilement à cause de la maladie, j'allais le ramasser, même si c'était la cinquième fois en une heure qu'il appaleait... mes collègues m'ont ordonné de mettre le hola : réponse "si tu lui ramasse et redonne, il le relaissera tomber, donc quand il appelle, tu n'y vas pas"... :shock: et si il appelle parce qu'il est en grande difficulté ? réponse "bah, y a toujours un risque, mais lui c'est toujours pour ça, alors laisse tomber, il en profite parce que t'es nouvelle, nous y a longtemps qu'on lui donne plus ses livres"...

c'est rès décourageant quand tu te sens la seule personne humaine entourée d'incompréhension... as-tu essayé de parler avec ce garçon ?
51 ans contre le mur, face à mon écran 3178
Je n'ai pas mieux que les témoignages plein de bon sens de Carmine et Karen.
Et tu as bien fait de venir en parler ici.

Essaie dans la mesure du possible de prendre du recul, mais montre à cet enfant (sans trop t'impliquer ni te projeter) que tu comprends sa souffrance.

Par contre, il ne faut pas qu'il en use et qu'il en abuse. Donc fixe les limites.
OK il souffre, mais pas la peine non plus qu'il détruise tout sur son passage pour prouver à la terre entière qu'il ne mérite pas qu'on s'intéresse à lui.

Ne l'infantilise pas et ne le surprotège pas. Et surtout, ne te projette pas dans son mal être. Il faut déjà que tu sois en phase avec toi-même.

D'autre part, sans partir au clash avec tes collègues, essaie de leur faire comprendre que traiter un enfant de porc répugnant est non seulement anti professionnel, mais aussi cruel.
Au besoin, fais leur gentiment peur en leur demandant ce qu'il se passerait si l'enfant rapportait ces propos à ses parents et qu'il trouvait des personnes pour confirmer ses dires. :twisted:
Cela devrait calmer les plus téméraires, et les moutons qui reprenaient en coeur le chapelet d'injures feront comme les bons moutons qu'ils ne cesseront jamais d'être, ils suivront le mouvement.

Bon courage et tiens-nous au courant OK ?
44 ans 785
En fait, je pose des limites à ce gaillard, quand il est insultant je lui signifie que son comportement est inadmissible, et que je refuse d'écouter des propos grossiers.
Je suis toujours très calme (c'est dans ma nature), donc je dis les choses simplement et souvent son agitation retombe.
Mais je me sens en porte à faux avec les collègues parce que je refuse d'être insultante ou blessante.
En plus, même quand il est correct (ce qui est le cas la moitié du temps), je trouve qu'il en prend plein la figure.
Quand il y a du porc à table, il a droit à des remarques comme "tiens, y'a ton frère dans l'assiète", ou encore "ben oui t'as chaud, c'est vrai que toi t'habites en grèce", voyez le jeu de mot!
Tout ça me contrarie beaucoup.
Pour ce qui est de la sclérose en plaque, c'est un sujet qui me touche aussi, vu que j'ai eu le cas dans la famille...
Comment peut on dire que les gens le font exprès alors que la motricité est tellement altérée?
Les gens sont pénible, souvent malveillant et beaucoup vont travailler dans le médico social pour avoir un petit pouvoir sur d'autres personnes.
Suis énervée/.
B I U