MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Le suivi psychologique après l'opération

25680
Une question me turlupine et m'inquiète :-k
Je vois des témoignages dans lesquelles il n'y a aucun suivi et soutien psy après l'opération.
Pourtant avec un changement aussi important, particulièrement pour les  
by pass, si on veut garder la tête sur l'épaule, ne pas perdre pied, réussir à aborder au mieux un changement d'image aussi rapide un tel soutien est-ce que ça n'est pas important ?

Que vous a conseillé l'équipe qui vous a "normalement" suivis avant l'opération à ce niveau ?
Pour celles qui trouveraient cela pas indispensable, pouvez vous l'expliquer ?
3712
On me l'a proposer, sans vraiment essayer de me convaincre.
Je n'ai jamais pris de RDV... un tort sans doute.

Mon généraliste m'avait prévenu que l'amaigrissement n'était pas si simple à assumer que je pouvais croire. notement le regard des hommes sur moi qui allait très certainement changé. Ca s'est vérifié... mon ancien petit ami a été le premier a changer son regard sur moi, il est devenu TRES jalou ... je l'ai quitté !

J'ai vu un psyl'année dernière pour d'autre chose après avoir repris quasiment tous mes kilos.
V
44 ans 179
Pour moi c'est un by pass et il n'y a aucun suivi psy, ni avant, ni après. Je l'ai souhaité ainsi.

Depuis le départ, je sais où m'adresser si j'en éprouve le besoin mais je n'en ai toujours pas le souhait. C'est un peu historique suite à d'autres problèmes, d'autres personnes que je suis très réfractaire à voir quelqu'un.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas un travail psy à faire mais pour l'instant tout va bien. Je réfélchis beaucoup pour me comprendre, comprendre le comportement des autres, réagir en conséquence. Et puis il y a le soutien que j'ai trouvé ailleurs que chez un psy. J'avais une personal coach après l'opération. Maintenant je vole de mes propres ailes. Je trouve le soutien également chez d'autres personnes dans cette situation (via forum ou en live) et dans mon entourage. Je suis loin d'être dans une position où je dois toujours avoir l'air de dire "tout va bien". Je parle de mes doutes, de mes craintes, de ce que je trouve bien, de ce qui me pèse plus et mes proches sont là... Je ne voudrais pas vivre cela seule dans mon coin.

Vega
44 ans 86
Aucun suivi psy pour ma part non plus, et je le regrette de + en + . J'ai juste vu une psy 15 minutes pour avoir son accord pour l'opé et puis plus rien ... Ma chirurgienne m'a dit que c'etait à moi de faire la démarche de trouver un psy ect ... Le seul suivi " obligatoire " est mon endocrino ...
39 ans BanLieuSarde 1213
Je suis suivie en hospitalisation.

Je l'ai vu pour mes 6 mois après by-pass, je le revois dans 6 mois puis une fois par an.

Cela me convient, je n'en éprouve aucunement le besoin, mais si j'en ressens un jour le besoin je ferais le pas de moi même..
35 ans yveline (78) 1776
moi je suis suivi tous les trois mois, lors de mes rdv avec mon chirugien. c'était pas obligatoire mais bon on sais jamais comme on dis hein. et le fait de le voir tous les trois mois me conviens parfaitement bien.
36 ans La Madeleine 4511
Comme tu le dis Anne, on est quelques uns à être lachés dans la nature. D'autres à qui on leur propose un soutien psychologique et qui n'en veulent pas, pensant être capables seuls de gérer une si forte perte de poids, un corps qui a changé énormément ...

Pour ma part, si je n'avais pas repris contact avec mon CMP et ma psychiatre, je n'aurais aucun suivi et je continuerais à me morfondre et à me dire que je ne perds pas, je suis qu'une bonne à rien etc....
Ca plus la RA que je suis et dont j'ai parlé à ma psy ça m'a remontée.

J'ai envie de dire à toutes celles et tous ceux qui croient qu'ils peuvent s'en sortir seuls mentalement... vous vous trompez je pense. Quand la peau tombera, quand vous serez mince et que vous vous trouverez toujours gros(se) et que le mental n'aura pas suivi, je vous plains...
36 ans La Madeleine 4511
saint-fora a écrit:
moi je suis suivi tous les trois mois, lors de mes rdv avec mon chirugien. c'était pas obligatoire mais bon on sais jamais comme on dis hein. et le fait de le voir tous les trois mois me conviens parfaitement bien.


Le souci c'est que le suivi n'est pas obligatoire...
Je trouve qu'il devrait l'être justement !
J'en ai pas après toi Saint-Fora.
Je parle en général...
V
44 ans 179
Bree a écrit:
D'autres à qui on leur propose un soutien psychologique et qui n'en veulent pas, pensant être capables seuls de gérer une si forte perte de poids, un corps qui a changé énormément ...


On peut très bien penser être capable de gérer seul et essayer de gérer seul. Ce n'est jamais un choix définitif de le faire seul ou pas encadré par un psy. Mon choix est plus un refus d'asistanat systématique. La décision de l'opération a été une prise en charge complète de la gestion de mon poids, c'est ma responsabilité quelque part d'aller revoir ma diététicienne si je n'ai plus l'air sur les rails, maintenant c'est à moi à reprendre RDV dans quelques mois pour faire un contrôle prise de sang & Cie, c'est à moi à rappeler ma coach si je n'arrive plus à suivre mon programme sportif, à moi à dire si je ne vais pas bien. Et cela m'a beaucoup aidé de me responsabiliser de la sorte. C'est en voyant cela que ma coach trouve que responsabilisée comme cela, j'aurais dû m'en sortir sans l'opération. Nul ne sait... Mon âge a fait beaucoup, j'étais prête à me prendre en charge.

Evidemment si le message que je veux faire passer est que tout le monde n'a pas besoin d'un suivi psy, je ne veux basculer dans le tout le monde devrait s'en sortir sans...loin de là. Je ne nie pas le lourd côté psy!

Bree a écrit:
J'ai envie de dire à toutes celles et tous ceux qui croient qu'ils peuvent s'en sortir seuls mentalement... vous vous trompez je pense. Quand la peau tombera, quand vous serez mince et que vous vous trouverez toujours gros(se) et que le mental n'aura pas suivi, je vous plains...


Ne pas avoir un suivi psy ne signifie pas qu'on s'en sort seul! Histoire d'être comprise je vais prendre une autre situation. J'ai perdu des jumeaux à 3 mois de grossesse puis problème de santé ensuite et j'ai refusé d'aller voir un psy. C'est la période la plus noire de ma vie. Me fallait-il absolument un psy? NON. Je savais que je pouvais aller voir quelqu'un. J'ai pû exprimer auprès de mes proches mes doutes, mes craintes, mes moments difficiles. J'ai surtout laissé le temps au temps, accepter qu'on pouvait être mal, attendre la suite. J'ai été au fond du gouffre pendant 3 mois et puis j'ai recommencé à remonter la pente.

Ici tout va bien, ce n'est pas comparable. Mais les moments où cela va moins bien, je ne reste pas seule. Je me laisse le temps. L'important est justement de savoir qu'on peut avoir des sentiments négatifs (on n'a pas signé pour le monde des Bisounours avec l'opération). Le problème est peut être quand on n'a pas été conscient qu'on pouvait éprouver telle ou telle chose et que cela tombe dessus, alors là oui cela doit faire mal.

J'avais trouvé sur le net une sorte de consentement du patient assez médical et je m'étais amusée à le compléter avec les points positifs et les poins négatifs de l'opération. Je fais de temps à autre un "bilan".

Ha il a fallu m'enlever la vésicule. Ouf je savais que cela pouvait arriver. Vraiment pas marrant. Après coup, pas grave non plus. OK

Ha j'ai la peau qui pendouille par là quand même beaucoup. Mais bon je suis la seule à le voir apparemment :lol: :lol: Je le dis à ma soeur qui arrive franchement, tambour battant "ben si tu ne le dis pas, je n'aurais pas remarqué; c'est vraiment pas catastrophiqe". Oui c'est vrai, je suis en fin de perte de poids colossale, je laisse le temps, un peu plus de massage par là, d'exercice physique et on fera un bilan dans plusieurs mois. OK

Ha le type qui vient de passer m'a vraiment regardé d'une manière qui me dérange. Je devrais lui envoyer à la figure qu'il est occupé à avoir le regard qui pétille sur une ex obèse qu'il aurait regardé avec dénigrement il y a 9 mois. Le c.. Et puis finalement c'est plutôt marrant de se dire que s'il savait... Que de toute façon, il ne fait pas partie de mon entourage et que je ne vais pas me soucier de ce que peut penser qqn comme lui. OK

Etc...etc...
40 ans devant mon écran, et oui!! 1615
pour moi aucun suivi psy mais vu que je ne perds pas vite et que je n ai aucun soutien familial et meme plutot le contraire je pense sérieusement à en voir un
25680
DaDaDiAbLeSsE a écrit:
si j'en ressens un jour le besoin je ferais le pas de moi même..


Je peux comprendre qu'on puisse avoir un passif avec des psy qui nous mettent pas en confiance vis à vis d'eux.

Je sais que quand on déraille on en ne s'en rend pas forcément compte.
Alors comment être sure qu'on se tournera vers un psy à ce moment là ?
Comment peux-t-on être sure qu'on le verra à temps ou qu'on le verra tout court ?
36 ans La Madeleine 4511
Anne a écrit:
DaDaDiAbLeSsE a écrit:
si j'en ressens un jour le besoin je ferais le pas de moi même..


Je peux comprendre qu'on puisse avoir un passif avec des psy qui nous mettent pas en confiance vis à vis d'eux.

Je sais que quand on déraille on en ne s'en rend pas forcément compte.
Alors comment être sure qu'on se tournera vers un psy à ce moment là ?
Comment peux-t-on être sure qu'on le verra à temps ou qu'on le verra tout court ?


C'est pour ça perso que je m'y suis mise vite... ayant quelques soucis psy d'office je me suis prise par la main pour aller voir un psy. On ne peut pas savoir à l'avance à quel moment on pourrait ne pas aller bien, ne pas craquer... c'est quand même beaucoup de poids perdu et une image qui change vite dans le cas du by-pass... l'anneau ça peut être tout en douceur. Bref, chacun sa vision des choses
36 ans La Madeleine 4511
Vega a écrit:
Pour moi c'est un by pass et il n'y a aucun suivi psy, ni avant, ni après. Je l'ai souhaité ainsi.

Depuis le départ, je sais où m'adresser si j'en éprouve le besoin mais je n'en ai toujours pas le souhait. C'est un peu historique suite à d'autres problèmes, d'autres personnes que je suis très réfractaire à voir quelqu'un.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas un travail psy à faire mais pour l'instant tout va bien. Je réfélchis beaucoup pour me comprendre, comprendre le comportement des autres, réagir en conséquence. Et puis il y a le soutien que j'ai trouvé ailleurs que chez un psy. J'avais une personal coach après l'opération. Maintenant je vole de mes propres ailes. Je trouve le soutien également chez d'autres personnes dans cette situation (via forum ou en live) et dans mon entourage. Je suis loin d'être dans une position où je dois toujours avoir l'air de dire "tout va bien". Je parle de mes doutes, de mes craintes, de ce que je trouve bien, de ce qui me pèse plus et mes proches sont là... Je ne voudrais pas vivre cela seule dans mon coin.

Vega


%Je peux comprendre que tu sois réfractaire...
exemple : j'ai été voir une dizaine de psys, avec qui le contact ne passait pas. Je n'ai pas laissé tomber, j'ai retenté et là ça roule. Il ne faut pas rester sur une mauvaise impression... je ne te force pas lol quand je me relis on dirait une psy qui cherche des clients.
39 ans BanLieuSarde 1213
Anne a écrit:

Je peux comprendre qu'on puisse avoir un passif avec des psy qui nous mettent pas en confiance vis à vis d'eux.

Je sais que quand on déraille on en ne s'en rend pas forcément compte.
Alors comment être sure qu'on se tournera vers un psy à ce moment là ?
Comment peux-t-on être sure qu'on le verra à temps ou qu'on le verra tout court ?


Je n'ai aucun passif psy, je n'en ai vu que pour le by-pass.

Je suis sur de savoir si j'en éprouve le besoin pour la simple et bonne raison, que les 2 semaines après l'opération ont été très très dures psychologiquement pour moi.. & je pèse mes mots..
Je me sentais pas bien, j'avais peur de la mort, peur des pb, peur..
& je me suis dit, vas voir la psy, tu en as besoin..
J'avais RDV une semaine après avec le chir et j'allais prendre RDV mais j'ai refait surface seule..
Quand j'ai revu le chir j'étais bien, plus angoissée, je commencais à me remettre à vivre normalement..

Au jour d'aujourdh'ui je sais que je n'ai aucun besoin d'en voir une, d'ailleurs quand je l'ai vu en juin pour les 6 mois après by-pass elle me l'a dit, vous le vivez très bien, vous n'avez pas besoin de moi, bonne continuation demoiselle et à dans 6 mois ;)

Je sais que si j'ai besoin j'irais...
25680
C'est jolie dit comme ça, et je suis sûre que tu es convaincue, et j'espere que tu n'auras pas besoin de cette aide.

Se relever de la peur, des angoisses pas facile mais certains y arrivent seuls.
Se remettre la tête en place quand on a un problème d'image de soi dont on a pas conscience (comme c'est souvent le cas), ou même de l'anorexie ça c'est une autre histoire.
Et comme ce sont des troubles dont on est pas forcement pleinement conscient et/ou que les personnes concernées cachent, si tu n'es pas pris en charge avant au cas ou :?
B I U


Discussions liées