MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Le diable s'habille en Prada

495
Hier soir nous sommes allés voir le diable s'habille en prada avec meryl streep et anne hattaway.

J'avoue que c'est un des rares films ou je ne suis pas décu  
d'avoir payé 8€. chacun y prend pour son grade, et avec ce que l'on a vu recemment dans l'actualité de la mode a Madrid, je trouve que celà ouvre une réflexion interessante sur les stéréotypes de ceux qui font la mode.

Et vous, avez vous aimé ou pas ?
36 ans 3289
ben moi j'ai lu le livre et je me suis régalée ! ! !

donc tu viens de me donner une bonne idée : cet aprèm je vais faire une infidélité à michel drucker et je vais aller le regarder...

merci pour cette bonne idée !
41 ans devant mon écran, et oui!! 1615
j ai lu le livre et vu le film....déçue du film comme cela arrive souvent!

il aurait pu etre plus interessant, c est dommage
39 ans paris 348
Moi aussi je me suis régalée devant ce film mais je trouve dommage qu'il fasse vraiment l'éloge de la minceur et des pertes de kilos à tout prix!
Sinon y a des fringues, sacs, accessoires, maquillages, coiffures et chaussures à tomber tellement c'est beau et ça donne envie...
Et une mention spéciale à la géniallissime Méryl Steep dans la peau de la grande prêtresse de la mode.
495
daria81 a écrit:
Moi aussi je me suis régalée devant ce film mais je trouve dommage qu'il fasse vraiment l'éloge de la minceur et des pertes de kilos à tout prix!
Sinon y a des fringues, sacs, accessoires, maquillages, coiffures et chaussures à tomber tellement c'est beau et ça donne envie...
Et une mention spéciale à la géniallissime Méryl Steep dans la peau de la grande prêtresse de la mode.


Je ne suis pas certain que ce film fasse l'éloge de la minceur justement... je pense qu'il condamne ce stéréotype justement, en gros pour résumer, si on est pas mince, on est pas tendance et belle ou beau. L'héroine montre qu'elle arrive a condamner tout ca et à ne pas trahir ses convictions. Le monde du travail étant cruelle, elle doit se plier a ces exigences, mais renonce finalement, c'est une belle lecon.
39 ans paris 348
ben elle passe quand même d'un "40, t'es trop grosse" à un "38, waou je suis fashion" quand même!!!
mais sinon ce film est très bien, ça montre bien les rouages du monde des fashionnistas.
495
daria81 a écrit:
ben elle passe quand même d'un "40, t'es trop grosse" à un "38, waou je suis fashion" quand même!!!
mais sinon ce film est très bien, ça montre bien les rouages du monde des fashionnistas.


trois tailles sont évoquées dans le film, 36, 38, 40... le reste n'est pas évoqué. ce n'est pas pour celà qu'il fasse l'éloge de la minceur, il la condamne justement et montre que la taille de ces filles est aussi étroite que leur esprit de l'univers de la mode... en ne faisant que ces tailles là, elles se privent de toute une partie d'une clientelle qui justement aimerait pouvoir "bien s'habiller".

ceci dit, on m'a toujours dit que l'habit ne fait pas le moine, et ca j'ai pu le vérifier à maintes reprises. j'ai toujours considéré les gtens qui misent sur leurs apparences pour plaire assez peu honnete et peu interessants au final.
51 ans 5519
J'ia lu le bouquin, que j'ai bcp aimé, pourtant je ne suis pas spécialement une fan de mode.
Donc merci à vous, je crois que je vais aller le voir dès mercredi...
41 ans Paris 737
c'est marrant parce que je n'ai pas du tout abordé le bouquin/film comme vous!

je m'en contrefiche de la mode, des fringues, des tailles!

moi ce que je vois dans cette histoire, c'est la relation patron/employé/souffrifre, pas vous??
C
50 ans 1965
heuu moi je l'ai vu ca fait hyper longtemps...version anglaise...mais là la super taille c'était taille 0 ou 2 et la jeune journaliste qui faisait du 6 au début du film (4 à la fin) était considérée comme grosse... :lol:

Phrase culte "l'aliment principal de la soupe au maïs est la cellulite" :lol:
62 ans Région parisienne 2214
nicolas_g a écrit:
daria81 a écrit:
ben elle passe quand même d'un "40, t'es trop grosse" à un "38, waou je suis fashion" quand même!!!
mais sinon ce film est très bien, ça montre bien les rouages du monde des fashionnistas.


trois tailles sont évoquées dans le film, 36, 38, 40... le reste n'est pas évoqué. ce n'est pas pour celà qu'il fasse l'éloge de la minceur, il la condamne justement et montre que la taille de ces filles est aussi étroite que leur esprit de l'univers de la mode... en ne faisant que ces tailles là, elles se privent de toute une partie d'une clientelle qui justement aimerait pouvoir "bien s'habiller".

ceci dit, on m'a toujours dit que l'habit ne fait pas le moine, et ca j'ai pu le vérifier à maintes reprises. j'ai toujours considéré les gtens qui misent sur leurs apparences pour plaire assez peu honnete et peu interessants au final.


moi aussi j'ai pris le livre comme ça. C'est une critique de la minceur à tout prix "pour paraître". D'ailleurs à la fin du livre, quand l'héroïne quitte ce monde de la mode, elle s'empresse de reprendre ses kilos perdus à cause de la tyrannie de sa patronne.
41 ans 04 5576
Salut
je l'ai vu samedi et en fait, après avoir lu et relu le livre (très amusant) j'ai été assez déçue. Le film ne tient au livre que par le nom des personnages et le titre. Sinon...

Cela dit c'est vrai que j'ai aprrécié les tenues, certains acteurs, Meryl Streep géniale, de même que l'acteur qui joue Nigel. Sinon comme je le disais, l'histoire est beaucoup plus creuse que dans le livre. Je n'ai pas aimé la transformation de Christian (dans le livre c'est le prince charmant ironique et elle finit avec lui) en c****rd traître. Je n'ai pas aimé "l'humanisation-cliché" de Miranda. Dans le livre, elle est et reste inhumaine, sauf il est vrai un court passage à la fin, mais pas sur sa vie perso raiment. Plutot sur le fait qu'andy lui rappelle qui elle était. Je n'ai pas aimé non plus l'abdication d'Andy à la fashion victimisation. Encore une fois dans le bouquin, elle tolère juste cela. Elle n'y prend pas plaisir au point de se vanter d'être passé d'un 40 à un 38.

Bref, sans doute un très bon film mais qui n'a rien à voir avec le livre. Je déconseille à ceux qui ont passionnément aimé le livre d'aller le voir en pensant y retourver les personnages qu'ils connaissent.
:cry:
39 ans Marcq en Baroeul 1194
Adèlepourleszintimes a écrit:
c'est marrant parce que je n'ai pas du tout abordé le bouquin/film comme vous!

je m'en contrefiche de la mode, des fringues, des tailles!

moi ce que je vois dans cette histoire, c'est la relation patron/employé/souffrifre, pas vous??


Salut !
Je suis d'accord avec toi, Adèlepourleszintimes.
On voit plutot la jungle du business et comment les patrons sont avec leurs employés....

Enfin sinon Meryl Streep joue merveilleusement !

Je n'ai pas lu le livre donc je ne peux faire la comparaison.
Et perso, j'ai adoré, c'est tout à fait mon genre de film !
Apres je peux tres bien comprendre que ce n'est pas le style de tout le monde ! Des collegues l'ont vu et n'ont pas du tout aimé.
53 ans 14650
Adèlepourleszintimes a écrit:
c'est marrant parce que je n'ai pas du tout abordé le bouquin/film comme vous!

je m'en contrefiche de la mode, des fringues, des tailles!

moi ce que je vois dans cette histoire, c'est la relation patron/employé/souffrifre, pas vous??


Et c'est pour cette raison que je n'irais pas voir le film. Car je pense et d'apres ce que je lis tlm est parti sur l'aspect fashion et les discrimations lié à cette industrie et non pas l'aspect bien reele du harcelement et de la souffrance vecue par l'employée.

Du vecue que je pense etait la vie de l'auteur ou une proche car il y a des chose qui ne sont pas possible d'avoir inventer si tu ne les ai pas vecue la dedans. :?
56 ans Ici et maintenant 561
Moi j'ai lu le livre et vu le film et le film en comparaison du livre est : bof !!! Il a perdu beaucoup de son mordant en étant porté à l'écran et certaines choses qui faisaient le piquant de l'histoire ont été écartées dans le film.

Je suis d'accord avec celles qui disent aborder le livre/film comme une histoire du rapport chef/subalterne, avec rapports abusifs et exploitation pure et simple à la clé. L'auteur du bouquin a été elle-même l'assistance de la rédactrice en chef de Vogue, mais les rapports décrits dans le bouquin pourraient s'appliquer dans n'importe quelle autre secteur d'activité - quoique je pense bien qu'on rencontre plus de gens avec des egos surdimensionnés dans ce genre de profession "artistique". En tout cas, ça m'a fait mesurer combien j'étais contente là où je suis, même si ce n'est pas toujours le pied et même si ce n'est pas aussi glamour.
B I U