MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

maigrir, c'est dans la tête: espoir

C
52 ans moselle 104
Je viens d'acheter le livre d'Apfeldorfer "Maigrir, c'est dans la tête", et j'avoue que sa lecture me redonne espoir. L'espoir de comprendre ce qui fait que je mange sans faim.  
Cela fait longtemps que j'avais compris que je mangeais sous le coup d'émotions. Mais en fait, je me rends compte maintenant que c'est plus que ça. Je mange parce que je ne veux pas penser, penser que je ne suis pas la fille aimable, sympathique et serviable que tout le monde connaît, penser que je déteste certaines personnes, bref que je ne suis pas aussi gentille que je le souhaiterais.

Et encore, est-ce si bien d'être gentille, au point d'en devenir transparente?

D'après Apfeldorfer, je suis "hyperempathique" et mangeur anarchique. Je vis à travers les autres, sans pensée propre, toujours terrorisée par la pensée que les gens pourraient penser du mal de moi.

J'ai commencé mon journal de bord pour récapituler ma vie. J'ose enfin mettre par écrit certaines pensées peu glorieuses, certains actes aussi que j'ai fait dans ma jeunesse.

Je pense que sur ce forum, je ne suis pas la seule à avoir lu ce livre. Pour celles qui l'ont fait, j'aimerais avoir leur avis, savoir si elles se sont retrouvées dans ce livre.

Enfin, moi, j'ai compris que ça me prendra sûrement beaucoup de temps. Et qu'avant de m'attacher à mes sensations de faim, à la modération dans la prise alimentaire, il faut déjà que je débroussaille tout ça.
C
52 ans moselle 104
Hier soir, j'ai mangé beaucoup de chocolat au lait aux noisettes. En fait, je crois que c'est parce que je me suis plongée dans la lecture d'Apfeldorfer et que ce que j'y ai trouvé me donne espoir mais me remet totalement en question aussi. C'est le fondement même de mon être qu'il faut que je reconsidère: et si je jouais un rôle depuis toute petite, un rôle qui ne me convient pas du tout et dans leque je me suis enfermée?

Tout ça est très dérangeant, et mon chocolat est sûrement une réponse à cela.

:arrow: ce matin, j'ai fait la bêtise de me peser, à cause de ce chocolat d'hier soir... J'ai pris 500g, ça m'a énervée.

Je suis partie à la cuisine me servir un ramequin de muesli alors que je n'avais pas grand faim. J'ai mangé deux cuillères en me disant "tu manges parce que tu t'énverves à cause de ton poids. Tu n'as pas vraiment faim et en plus, c'est pas super bon". Au bout de deux cuillères, je suis allée reposer mon muesli à la cuisine. Je me suis fait un bol de chicorée.

Je suis contente parce, pour moi, j'ai compris cette fois pourquoi je mangeais sans faim véritable. J'ai accepté l'idée d'être énervée à cause de mon poids, je me suis dit que manger ne changerait pas cet état de fait.

Serait-ce le début de la sagesse?
N
36 ans grandfresnoy [Creil J-1mois] 7
Je viens a peine de te lire et je me suis reconnu dans ce que tu disais ...c dingue je n'y avais jamais penser et pourtant c vrai. Je mange parceque j'ai envie de me vanger sur quelque chose (Nutella .. gateau ... céréale) Je suis d'une nature assez stresser, anxieuse je réfléchie énormément .. a mes soucies a mon chéri que je voie peu en ce moment bref ca fait fouilli dans ma tête et ca retombe sur la nourriture résultat 20kg a perdre .. Il y a quelque mois de celà j'ai essayer Insudiet en esperant que j'aurai pu mettre T40 pour l'été .. J'ai souffert car je me suis privée totalement et sans aucun résultat et en plus de l'argent perdus !! ca ma mis mal a l'aise par rapport a mon mari car moi je ne boss pas alors dans ma tête ca fesais de l'argent jeter par les fenetre ... je me suis mise a manger n'importe quoi et n'importe quand même si je n'avais pas fin!! Enfin voilà ...
R
60 ans Valence 42
stop vous me faites peur :?

Je me disais qu'en attendant de commencer la RA avec la thérapeute le 25/11 je pourrai lire les deux livres qui reviennent souvent sur le forum

Mais je ne suis plus sûr maintenant !!
j'ai pas envie d'arriver déjà complétement chamboulée des neurones
qu'en pensez vous nutella60 et chocolat57 (je mangerai bien des deux) :P :?
C
52 ans moselle 104
Racheloo, c'est toi qui sens les choses. Mais, il faut que tu saches que la RA n'a rien à voir avec un quelconque régime. C'est une nouvelle façon de percevoir ta vie, ton alimentation. Pour moi, la RA est une remise en question de soi. Et il faut bien sûr l'accepter et être prêt à cela. Je ne pense pas que j'aurais pu le faire il y a quelques années. Chaque chose vient en son temps.

Moi, je sais que c'est ce qu'il me faut. Parce que sans cette remise en question, dérangeante je le reconnais, je sais que je n'arriverai jamais ni à avoir une relation normale à la nourriture, ni encore moins maigrir. Parce que je sais très bien ce qu'il faut manger pour maigrir, le problème ne se situe pas là. Il y a qqchose dans mon esprit qui me fait manger et tant que je n'aurai pas démêler tout cela, je ne serai pas en paix avec mon corps, mon esprit, ma vie quoi.

Ma vie, je dois la recentrer sur mon mari, mes enfants, mes parents, ma soeur, bref les gens qui comptent le plus pour moi. Et je dois arrêter de prendre en considération l'avis de tout un chacun, de peur qu'il ne m'aime pas. Et alors, on ne peut pas plaire à tout le monde, n'est-ce pas?
Et il n'y a rien de dramatique en cela. Je commence à percevoir où sont mes priorités dans la vie. Jusqu'à maintenant, je m'étais trompée. A trop vouloir qu'on m'aime, je me suis détestée, ce qui m'a conduit à manger plus que de raison pour étouffer mes sentiments.

Je ne veux plus être la fille tjours sympa et serviable, je veux être moi et pour être moi, il faut bien que je sache dire non et que je cesse d'être lisse et toujours disponible. Je dois être disponible, uniquement pour les gens que j'aime vraiment.

Racheloo, c'est aussi et surtout ça la RA. ;)
R
60 ans Valence 42
whaou
je suis perplexe, j'ai eu aussi l'image de la fille sympa.......et ce que les autres pensent m'importe beaucoup,
mais je ne pense pas avoir fait autre chose que de penser à mon mari et à mes filles, ma famille, je ne vis presque que pour eux,
j'ai quand même toujours su me réserver des moments
mais c'est vrai aussi qu'à l'image de la bonne grosse, je suis joviale et dans le social !!! et que souvent je suis déçue des amis, j'ai toujours l'impression qu'ils ne m'apprécient pas autant en retour que moi.

Mais pourquoi veux-tu remettre ça en question, :?:
pourquoi penses-tu que cela t'ai empêché de te réaliser :?:
Nous ne sommes pas sur le même modèle, comment savoir qu'en fin de compte ce n'était pas sa voie et que c'est pour ça que l'on comble ...

Cela me perturbe un peu,
C
52 ans moselle 104
Ce que je remets en question, ce n'est pas l'amour que je porte à mon mari, mes enfants ou mes parents. Ce qui je remets en question, c'est le fait d'étouffer ses propres pensées parce qu'on pense trop à ce que les autres pensent. Par exemple, quelqu'un te demande un service. Tu n'as pas vraiment envie de le rendre mais tu te dis que si tu ne le fais pas, l'autre va te trouver moins sympathique, va peut-être même te détester. Et cela, tu ne le supportes pas. Donc, tu vas faire ce qu'on te demande, non pas par plaisir ou par philanthropie mais uniquement pour que l'autre t'aime. Et c'est là qu'est l'erreur. Parce que, au fond de toi, tu es en conflit parce que ce service, tu ne voulais pas le faire. Tu te détestes pour n'avoir pas su dire non, et tu te jettes sur la nourriture pour étouffer cette mauvaise pensée que tu as eue (elle me casse les pieds celle-là avec son service mais je ne peux pas lui dire non).

En plus, faire tout ce que les autres veulent ne te rends pas plus sympathique pour autant. Tu dis toi-même que tes amis te déçoivent parce que tu trouves qu'ils n'apprécient pas autant que toi. Justement, et cela Apfeldorfer l'explique dans son livre, à force de faire les 4 volontés des gens, tu deviens transparente, on ne te prend pas en compte. Ce comportement attire les profiteurs qui ont bien compris que quoiqu'ils demandent, tu diras oui.

J'ai été longtemps comme ça. J'ai commencé à changer en allant voir un psy il y a qques années. Et j'avais laissé de côté, "inconsciemment" parce que c'est dérangeant et que cela demande un effort de s'opposer aux autres.

Maintenant, je reviens vers ce type de comportement. Et je me rends compte que ça fonctionne, les gens me respectent plus. Je l'ai expérimenté sur le lieu du travail, et je t'assure que lorsque tu arrives à t'affirmer, à ne pas te laisser te marcher dessus, ça va beaucoup mieux.

Et je ne te parle pas d'agressivité. Il ne s'agit pas d'agresser l'autre en lui criant dans les oreilles. Avec calme, j'arrive à exprimer mon désaccord et , j'en suis encore surprise, je l'avoue, les gens ne réagissent pas du tout négativement.

Et moi, j'ai dit ce que j'avais à dire et je ne me précipite pas sur le frigo quand je rentre... :lol:
R
60 ans Valence 42
C'est juste aussi ce que tu dis
alors je suis en train de me demander si c'était vraiment pour être aimée ? En tout cas moi je me cache derrière cette raison :
""il me demande un service, c'est qu'il est ennuyé, alors c'est normal que si je le peux je le dépanne"". et ça je l'ai appliqué dans la famille et au bureau.

alors que les autres en ait profité ? très honnêtement oui je ne suis pas dupe mais à chaque fois je me suis dis et si moi j'avais besoin d'un service je serai contente qu'on me le rende ...

alors j'avais tout faux :(

travailler là dessus ??? comment
je dis oui plus vite que mon ombre

chocolat57 est-ce que le livre donne aussi des moyens d changer une fois les causes trouvées ?
C
52 ans moselle 104
Racheloo, je pense que quand tu auras lu ce livre, tu trouveras de toi-même les solutions pour changer en douceur. Il ne s'agit pas bien sûr de tout changer du jour au lendemain. C'est par petites touches qu'il faut y aller. Avant, quand on me demandait un service, j'étais comme toi, je répondais oui plus vite que mon ombre. Maintenant, au lieu de dire oui, je réponds "je ne sais pas, peut-être" ou "on verra". Parfois, j'arrive même à dire que ça m'embête... Toutes ces réponses te laissent une porte de sortie, tu peux accepter comme refuser après, c'est toi qui vois.

Bien sûr que quand on se trouve à demander un service, on aime qu'on nous dise oui. Mais ne t'es-t-il pas arriver d'essuyer un refus? Et alors, on n'en meurt pas et on trouve bien un solution tout seul. Et ben, les autres, c'est pareil. Il faut savoir être un peu égoïste, penser à soi et faire ce qui nous fait vraiment plaisir. On a toujours des contraintes qu'on ne peut pas éviter, alors pourquoi s'en rajouter...
39 ans 94 212
Il coute combien le livre d'Apfeldorfer "Maigrir, c'est dans la tête" ???
109 ans Bretagne 1920
MissMel a écrit:
Il coute combien le livre d'Apfeldorfer "Maigrir, c'est dans la tête" ???


23 euros et des poussières. Il n'existe pas en livre de poche. Je l'ai commandé ce week-end sur Am*z** sur les conseils de chocolat, je l'attends d'un jour à l'autre ;)
39 ans 94 212
OK merci pour l'info, tu me diras ce que tu en penses ....car plusieurs avis valent mieux qu'un et c'est plus sympa pour échanger.

Après je verrai si je me le prend ou pas histoire de me faire Ma petite idée ;)
A
47 ans 63 88
Merci chocolat57 pour le conseil de lire ce livre, je l'ai acheté le week end dernier, du coup je suis moins venue sur vlr, je me suis consacrée bcp à ce livre. Tu as raison il m'a fait faire un pas de géant en avant et pourtant je suis beaucoup dans le fait d'accepter que ça va prendre du temps, bcp de temps peut-être, et aussi depuis une semaine je ne m'interesse plus à la nourriture, attention j'ai pas dit que d'un coup je m'étais mise à bien manger (faim satiété) non non juste que ce n'est plus mon but

depuis longtemps je savais que les principes physiques étaient acquis et que si je n'arrivais pas à gérer la nourriture c'est que le problème était probablement ailleurs et effectivement ce médecin a raison, "maigrir c'est dans la tête"!!!

depuis une semaine je me suis rendu compte moi aussi que je suis une hyperempathique et que c'est pas super agréable parce que je me suis laissée vampiriser par mon entourage, je me suis oubliée dans l'histoire, je le savais déjà plus ou moins mais je ne l'avais jamais réalisé ni admis surtout à ce point.

Depuis une semaine donc je prends à nouveau soin de moi, enfin, je réapprends et parfois j'apprends tout court, je sais que la bouffe suivra toute seule à un moment ou un autre et c'est pour ça que je ne suis plus concentrée dessus, ce sera dans la logique des chose et ce sera à ce moment là que la RA prendra toute sa place et son importance
pour le moment je redécouvre les fringues, le maquillage le bijoux, des trucs que j'avais complètement laissé de côté, je ne m'estimais pas assez pour prendre soin de moi

merci bcp donc pour le conseil de cette lecture

PS j'ai aussi acheté le psychologies magazine de novembre, il y a des tas d'articles sur "suis acteur ou spectateur de ma vie", rien n'est dû au hasard. Il y a aussi un exercice qu'ils conseillent de faire, attention âmes sensibles bien s'accrocher, le titre c'est "et si j'étais mort" et bien moi je l'ai fait et c'est super parlant
40 ans 811
Rolala, je suis exactement pareil!! Trop gentille, je dis tout le temps oui pour rendre service, je suis toujours à disposition des gens, j'ose jamais dire "vous saoulez j'ai autre chose à faire", "j'ai pas envie" ou autre, je suis une soumise, une fille qui fait tout ce qu'elle peut pour qu'on l'aime! Mais dans ma tête je peux être une véritable harpie et donc pour passer ma colère je mange!!! Je vois la psy dans 1h... je flippe!!
F
58 ans DEUX-SEVRES 99
Quelle bonne idée ce sujet ;)

Du coup, je me suis replongée dans ce livre et cette "piqure de rappel" me fait énormément de bien.

Je surligne les passages les plus importants (quelle hérésie mais c'est un livre qui "vit").
B I U


Discussions liées